Thomas-Augustin de Gasparin

Thomas-Augustin de Gasparin
Illustration.
Anonyme, Portrait de Thomas-Augustin de Gasparin.
Fonctions
Député des Bouches-du-Rhône à l'Assemblée législative
Groupe politique Montagne
Député des Bouches-du-Rhône à la Convention nationale
Membre du Comité de salut public
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Orange
Date de décès (à 39 ans)
Lieu de décès Orange
Nationalité Française
Parti politique Jacobin

Thomas-Augustin de Gasparin, né le à Orange, où il est mort le [1], est un officier français et député des Bouches-du-Rhône à l’Assemblée législative et à la Convention nationale.

Biographie

Vérité sur les insurrections de l'armée pendant l'été de 1790, par Thomas-Augustin de Gasparin.

D’une branche cadette d’une famille noble corse, celle des Gaspari[2], branche devenue protestante par suite du mariage d’un de ses membres avec l’une des filles de l'agronome Olivier de Serres, Thomas-Augustin Gasparin est capitaine au régiment de Picardie en 1789, lorsqu'éclate la Révolution, dont il embrasse les principes avec enthousiasme.

La Révolution

La Législative

Gasparin est candidat dans le département des Bouches-du-Rhône afin de siéger à Assemblée législative. Il est élu le 5 septembre 1791 avec 397 suffrages obtenus sur 552 votants. Arrivé le 3 octobre à Paris, il adhère au Club des Jacobins, avec d'autres députés fraîchement élus : Vergniaud, Carnot, le pasteur Lasource. Le 14, il est désigné comme membre du Comité des lois et règlements militaires.

Dans le courant du mois de décembre de la même année, il prend parti contre Brissot et les girondins au sujet de la guerre. Il dénonce dans plusieurs discours aux Jacobins et à l'Assemblée une « campagne d'affolement et de mensonges ».

En avril 1792, au nom du Comité de la guerre où il siège, Gasparin avec Carnot proposent un décret sur l'avancement des officiers[3]. Il est adopté et suspend le décret antérieur, voté par la Constituante, qui selon lui « avait substitué à l'aristocratie de naissance, l'aristocratie de la richesse » dans la nomination aux grades supérieurs.

Il est nommé le 10 août, commissaire de l'armée du Midi avec Lacombe-Saint Michel et Rouyer. Le 15, ils envoient une lettre de Lyon, qui sera lue à l'Assemblée où ils expriment les applaudissements des citoyens aux mesures provisoires engagées par l'Assemblée nationale suite à l'insurrection du 10 août 1792.

Le conventionnel

Gasparin se présente à la députation des Bouches-du-Rhône pour la nouvelle Convention nationale. Il est élu par 716 voix sur 728 votants.

Le 26 septembre 1792, il est maintenu au Comité de la guerre. Il part ensuite avec ses collègues dans le Dauphiné pour visiter les camps militaires du général de Montesquiou-Fézensac. Ce dernier sera par la suite mis en accusation le 9 novembre pour avoir négocié avec les autorités de Genève un compromis au lieu d'occuper la ville. Gasparin, Dubois-Crancé et Lacombe Saint-Etienne nommés par la Convention ont alors la charge de destituer "selon leur prudence et selon les circonstances" le général.

Le 3 janvier 1793, il accuse à la barre de la Convention les chefs girondins Guadet, Gensonné et Vergniaud de trahison en se compromettant avec le roi en juillet 1792, par l'intermédiaire du peintre Joseph Boze. Dans la même séance, Lanjuinais demande l'arrestation de Gasparin pour avoir trahi pendant cinq mois mais ne produit pas la dénonciation qu'il vient d'avancer[4],[5]

Lors de l'appel nominal qui configure la peine infligé à Louis Capet le 14 janvier 1793, il vote la mort, contre l'appel au peuple et contre tout sursis à l'exécution.

Gasparin, entre janvier et mars travaille avec ces collègues au Comité de la guerre avec la nécessité de former une armée qualitative pour défendre au mieux la France et la République.

Il est envoyé le 4 avril 1793 aux armées du Nord et des Ardennes, il s’y trouve lorsque Charles François Dumouriez passe à l’ennemi avec le jeune duc de Chartres, fils de Louis Philippe d'Orléans, et il prend immédiatement toutes les mesures que réclamait la gravité des circonstances.

Le 15 mai, il est nommé adjudant-général chef de brigade par le Conseil exécutif provisoire. Barbaroux, girondin, et confrère des Bouches-du-Rhône l'attaque sur sa nouvelle nomination[6]. Gasparin, en réponse, écrit de Lille deux lettres au Comité de salut public et à la Convention. Il y narre son travail en tant que représentant en mission au risque de sa vie et le mémoire de ses faits militaires.

Comité de salut public

Il rentre avec Jeanbon Saint André au Comité de Salut public le 13 juin 1793 en remplacement de Robert Lindet et de Jean-Baptiste Treilhard. Avant de partir pour la Vendée, il propose le 16 juin, un décret "punissant de mort les français ou étrangers convaincus d'espionnage dans les places de guerre ou dans les armées" qui est adopté par l'Assemblée[7]. Envoyé en Vendée, il y dresse un état de la situation militaire et revient à Paris. Lors de l'appel nominal du 10 juillet, qui détermine le remplacement du Comité Danton, critiqué pour sa conduite de la guerre, il est maintenu au Comité de salut public ; il en est le seul militaire de carrière à ce moment là. Gasparin rencontre un désaccord sur le cas du général Custine[8]; lui l'appuie au nom de la désorganisation de l'armée et signale que le manque d'officiers supérieurs peut devenir problématique pour leurs remplacements. Gasparin connaît bien l'armée du Nord, pour y avoir été en mission mais ne désavouera pas le Comité sur l'arrestation de Custine le 22 juillet. Il présente sa démission le lendemain, ou il y fait mention de sérieux problèmes de santé ; au début de l'année il avait du quitter sa mission dans le Nord à cause d'une crise d'éruption de glandes et de maux sévères aux côtes. Maximilien Robespierre le remplace au Comité.

Gasparin est successivement envoyé à l’armée des Alpes et à Marseille, d’où il se rend à Toulon. Sa présence exemplaire lors du siège de cette dernière, la part importante qu’il prend dans la direction des opérations ont pour résultat de reprendre la ville aux Anglais.

Le siège de Toulon

À Aix, par l'intermédiaire de Robespierre le jeune et Saliceti, il rencontre le jeune officier Bonaparte. Ce dernier faisant la lecture du souper de Beaucaire aux représentants de la Convention, ceux-ci font imprimer ce dialogue à Valence, aux frais de l'État.

Afin de remplacer le commandant d'artillerie Elzéar-Auguste Cousin de Dommartin blessé lors des combats des gorges d'Ollioules, Gasparin et Saliceti décident d'envoyer une lettre au Comité de salut public afin d'appuyer Bonaparte et ses dispositions militaires à ce poste, le Comité accepte[9]. Les combats sont rudes et Gasparin prend part aux assauts ; il est l'un des premiers à rentrer dans la grande redoute. Fin octobre, le Comité reconnaissant les efforts déployés par Gasparin qu'il sait malade et Saliceti leur adjoint Barras et Fréron. Le 15 Brumaire an II (5 novembre 1793), il envoie une lettre d'espoir à la Convention sur la futur prise de Toulon, ce sera sa dernière et n’eut pas la satisfaction d’assister au triomphe du siège. Atteint d’une fluxion de poitrine, il est amené au près de sa famille à Orange. Il meurt le 17 brumaire an II (07 novembre 1793) d'une gangrène du "lobe gauche" selon les résultats de l'époque[10].

Le futur général de division Jean-Baptiste Cervoni écrivit à des proches de Gasparin :

« La nouvelle de la mort du plus valeureux des hommes, du plus cher et du plus estimable de mes amis, du républicain incorruptible, Gasparin, m'a plongé dans la plus profonde douleur. Je ne puis me consoler de cette perte. Je le connaissais particulièrement, j'appréciais ses qualités qui n'étaient point ordinaires, j'étais pénétré de vénérations pour ses vertus. Je n'ose pas vous engager à la consolation, Je suis moi-même inconsolable »

.

À Sainte-Hélène, Napoléon légua une somme de cent mille francs aux héritiers du représentant Gasparin, qui, dit-il dans son testament, « l’avait mis, par sa protection, à l’abri des persécutions de l’ignorance des états-majors qui commandaient l’armée de Toulon avant l’arrivée de Dugommier »[11].

Thomas-Augustin Gasparin laisse un fils, Adrien de Gasparin, qui fut Pair de France et membre de l’Académie des sciences.

Il a été enterré dans le carré protestant de la rue Saint-Clément d'Orange. Le projet de placer son cœur au Panthéon adopté par la Convention n'a jamais été exécuté.

Famille

  • Thomas-Augustin de Gasparin (1754-1793), général de brigade, marié à Marie-Anne Marguerite de Serres
    • Adrien Étienne Pierre de Gasparin, marié à Rosalie Adèle de Daunat, fille de Paul Guillaume de Daunant, dont il a eu :
    • Augustin de Gasparin (1787-1857) marié à Laure de Daunant
    • Anne Cécile de Gasparin (1784-1807) mariée en 1805 à Jean César Dumas (1779-1866), d'où :
      • Alphonse Dumas (1806-1884) marié en 1838 à Augustine Valz
      • Adrien Dumas
    • Adeline de Gasparin (1786-1871) mariée en 1810 à François Forel (1780-1865), d'où :
      • Cécile Forel mariée à Jean Lombard,
      • François Forel marié à Adèle Morin.

Notes et références

  1. « Acte de décès de Thomas-Augustin de Gasparin », sur Archives Départementales de Vaucluse (consulté le 31 octobre 2019)
  2. Le comte Luce Gaspari, chef de la branche aînée, est aussi capitaine dans le régiment de Picardie. Après 1792, il a fait partie de l'armée de Condé. Il a été chambellan du roi de Pologne et secrétaire d'État de la principauté de Valachie. Il est mort à Paris en 1840 (Abbé Tisserand, correspondance du colonel comte Luce Gaspari avec son père 1787-1790, dans Revue des sociétés savantes des départements, 2e semestre 1873, p. 102-104 (lire en ligne).
  3. A. Ray, Réimpression de l'ancien Moniteur: depuis la réunion des États-généraux jusqu'au Consulat (mai 1789-novembre 1799) avec des notes explicatives, Au Bureau central, (lire en ligne)
  4. « Archives numériques de la Révolution française: Tome 56 : Du 28 décembre 1792 au 11 janvier 1793 - page 181 », sur frda.stanford.edu (consulté le 12 mai 2017)
  5. Reimpression de L'ancien Moniteur depuis la reunion des Etats-generaux jusqu'au consulat (mai 1789-novembre 1799), Au Bureau central (Paris, (lire en ligne)
  6. Réimpression de l'Ancien Moniteur, (lire en ligne)
  7. « Archives numériques de la Révolution française: Tome 66 : Du 3 au 19 juin 1793 - page 570 », sur frda.stanford.edu (consulté le 12 mai 2017)
  8. Albert Mathiez, La révolution française : La chute de la royauté, La Gironde et la Montagne, La Terreur: édition intégrale, Ink book, (ISBN 9791023204, lire en ligne)
  9. « Page:Jacques Bainville - Napoléon.djvu/60 - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le 13 mai 2017)
  10. « Société de l'histoire de la Révolution française (Paris). Auteur du texte. La Révolution française : revue historique.... 1881-1939. », sur visualiseur.bnf.fr (consulté le 13 mai 2017)
  11. « Texte officiel du Consulat et de l'Empire - Testament de Napoléon - Napoleon & Empire », sur www.napoleon-empire.net (consulté le 13 mai 2017)

Sources

Annexes

Bibliographie

  • Rose Barral-Mazoyer, Thomas-Augustin de Gasparin officier de l'armée royale et conventionnel (d'après sa correspondance et ses papiers inédits, Orange 1754-1793, Marseille, Laffitte, 1982, in-8, 306.pp. ill., in-t.).
  • Encyclopédie des gens du monde: réperatoire universel des sciences, des lettres et des arts avec des notices sur les principales familles historiques et sur les personnages célèbres, morts et vivants, Librairie de Treuttel et Würtz, Paris, 1839, tome 12, p. 161-162 (lire en ligne)

Articles connexes

Liens externes