Sanctuaire

Sanctuaire orthodoxe à Suzdal, Russie
Sanctuaire bouddhiste à l'extérieur du Wat Phnom à Phnom Penh.
La Grande Mosquée de Kairouan est le plus ancien et le plus prestigieux sanctuaire de l'Occident musulman[1], à Kairouan en Tunisie.
Sanctuaire dédié à Notre Dame de Lorette, en Italie.

En anthropologie religieuse, un sanctuaire (de sanctus, « sacré ») est généralement un édifice ou lieu rendu (par « consécration ») ou devenu sacré[2], par son association au Divin ou Transcendant. Le terme désigne donc un site sacré. En conséquence ce lieu est parfois interdit aux profanes, et accessible aux seules personnes « sacrées », les ministres du culte (souvent appelés « prêtres ») à la différence d'un temple classique construit pour être un lieu accessible en particulier aux fidèles, mais pas seulement à eux. Les sanctuaires sont donc souvent associés à l'idée de pèlerinage. Un sanctuaire peut également abriter une ou plusieurs reliques d'un saint.

Dans une église ou un temple, le sanctuaire[3] est la partie où se trouve l'autel[4] et une représentation symbolique du Divin, où s'accomplissent les rites sacrés. Le sanctuaire ne doit pas être confondu avec le chœur qui est l'espace où se tiennent les moines - pour le chant de l'office divin - ou le clergé. Dans les petites églises, le sanctuaire et le chœur ne forment qu'un. Dans les cathédrales, la liturgie actuelle de l'Église catholique a placé le sanctuaire à la croisée du transept pour permettre une meilleure participation des fidèles à l'office religieux.

Les traditions religieuses ayant institué des lieux publics de dévotion souvent dénommés sanctuaires incluent :

Liste de sanctuaires

Afrique de l'Ouest

Côte d'Ivoire

Amérique du Nord

Canada

Europe

Grèce antique

Sanctuaires grecs

Rome antique

Gaule

France

Avec en particulier :

Provence

  • Sanctuaire de Notre-Dame de Laghet Laghet
  • Sanctuaire de Notre-Dame de Lumières à Goult

Allemagne

Italie

Portugal

Sanctuaires hindous

Autres sens

Santa Catarina Sinai.JPG

« Sanctuaire », « sanctuariser », « sanctuarisation » font désormais aussi partie du vocabulaire juridique, écologique et géopolitique.

Écologie

Le terme désigne également, par extension, un espace bénéficiant d'un ensemble de mesures assurant sa garantie, sa protection, avec une dimension de sauvegarde, de mise à part, d'intangibilité.

Géopolitique

Dans ce contexte, le mot « sanctuaire » caractérise un territoire qui bénéficie de la dissuasion nucléaire[6].

Notes et références

  1. (fr) Grande Mosquée de Kairouan (Qantara patrimoine méditerranéen)
  2. Mircea Eliade: Le sacré et le profane, Paris, Gallimard, 1965.[réf. non conforme]
  3. Source générale : Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Eugène Viollet-le-Duc, 1856
  4. dom Melchior de Vogüé, dom Jean Neufville, Glossaire des termes techniques à l'usage des lecteurs de "la nuit des temps", Éditions Zodiaque (collection "introductions à la nuit des temps" n°1), La Pierre-Qui-Vire, 1983
  5. (en) page de l'UNESCO
  6. "On ne doute pas de la résolution d'un pays dont l'indépendance est en jeu sous le coup d'une menace directe (le sanctuaire national) ou indirecte (l'intérêt vital)." François Mitterrand, Réflexions sur la politique extérieure de la France, éd. Fayard, 1986, cité par Pascal Boniface et Barthélémy Courmont in : Le monde nucléaire : Arme nucléaire et relations internationales depuis 1945, éd. Armand Colin, 2006

Bibliographie

  • Jacques d'Arès, Les Sanctuaires grecs et leurs initiations, éd. Institut d'herméneutique, 1973

Voir aussi

Articles connexes