Moulin du Verger

Moulin du Verger
Image dans Infobox.
Le moulin sur les Eaux Claires.
Informations générales
Type
Site web
Collections
Collections
Papeterie artisanale, feutres
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Vallée des Eaux Claires
16400 Puymoyen
Coordonnées
45° 36′ 32″ N, 0° 10′ 33″ E
Localisation sur la carte de la Charente
voir sur la carte de la Charente
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le moulin du Verger est un des plus vieux moulins à papier du département de la Charente à la longue tradition papetière.

Présentation

Le moulin du Verger est situé dans la vallée des Eaux Claires, petit affluent de la Charente et dans la commune de Puymoyen, au sud de l'agglomération d'Angoulême.

Historique

Le moulin du Verger est créé en 1539, sous le règne de François Ier. C'est l'un des premiers moulins à papier à être créé en Angoumois[1],[2].

Il a été entièrement reconstruit en 1635 par le marchand papetier hollandais Deric Jansen[3].

La matière première était les chiffons, ou peilles, d'excellente qualité en Angoumois.

En 1669, il y avait quatre roues à aubes et deux cuves[4],[N 1].

En 1761, le marquis de Montalembert y essaya un nouveau système dit de la pile hollandaise, un cylindre rotatif remplaçant la batterie de maillets pour broyer les chiffons. Ce système, mis au point en 1682 en Angleterre et en Hollande, avait été expérimenté avec succès en France à la papeterie Darblay près de Paris.

Ce système sera installé pour la production industrielle un an plus tard à la papeterie du Petit-Montbron, plus en aval sur les Eaux Claires[5].

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, on y fabriquait du carton avec une machine à forme ronde. Le moulin du Verger continue de produire à la main, grâce à une turbine, des papiers recherchés pour les éditions de luxe[4].

Il a été inscrit aux monuments historiques en 1991[4]. Privé, il est ouvert au public pour la visite.

En 2020, il fait partie des huit sites de la Nouvelle-Aquitaine retenus pour bénéficier de l'aide du Loto du patrimoine[6] et à ce titre va recevoir 110 000 euros de la part de la Mission Patrimoine de Stéphane Bern[7].

Galerie

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références

Notes

  1. Un moulin à papier compte habituellement une ou deux cuves, souvent une en Angoumois.

Références

  1. Pierre Dubourg-Noves, p. 127
  2. Olivier Sarazin, « Le Moulin du Verger décroche le loto du patrimoine », Sud Ouest, édition Charente,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2020)
  3. Michel Vernus, La fabuleuse histoire du papier, éditions Cabedita, coll. « Archives vivantes », , 175 p. (ISBN 2-882954034, lire en ligne), p. 140-141
  4. a b et c « Moulin du Verger (notice) », notice no IA00066348, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Pierre Dubourg-Noves, p. 196
  6. Jacky Sanudo, « Papiers, sil vous plaît ! », Le Mag no 432, supplément à Sud Ouest, , p. 8-9.
  7. « Combien d'argent vont recevoir nos monuments ? », Le Mag no 443, supplément à Sud Ouest, , p. 3.

Voir aussi

Bibliographie

  • Pierre Dubourg-Noves (dir.), Histoire d'Angoulême et de ses alentours, Toulouse, Éditions Privat, coll. « Univers de la France et des pays francophones », , 319 p. (ISBN 2-7089-8246-X, notice BnF no FRBNF35072424, présentation en ligne)
  • Jean Combes (dir.) et Michel Luc (dir.), La Charente de la Préhistoire à nos jours (ouvrage collectif), St-Jean-d'Y, Imprimerie Bordessoules, coll. « L'histoire par les documents », , 429 p. (ISBN 2-903504-21-0, notice BnF no FRBNF34901024, présentation en ligne)

Articles connexes

Lien externe