Mohamed Aïssa

Mohamed Aïssa
Illustration.
Fonctions
Ministre algérien des Affaires religieuses et des Wakfs
En fonction depuis le
(4 ans, 1 mois et 29 jours)
Président Abdelaziz Bouteflika
Premier ministre Abdelmalek Sellal
Abdelmadjid Tebboune
Ahmed Ouyahia
Gouvernement Sellal III et IV
Tebboune
Ouyahia X
Prédécesseur Bouabdellah Ghlamallah
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Rouiba (Algérie)
Nationalité Algérienne
Diplômé de Université d’Alger

Mohamed Aïssa

Mohamed Aïssa, né le 8 septembre 1963 à Rouiba (Algérie), docteur d'État en Sciences islamiques, est un homme politique algérien. Il est ministre des Affaires religieuses et des Wakfs depuis le 5 mai 2014.

Biographie

Il a suivi ses études à l’Université d’Alger, diplômé en Sciences islamiques en 1986, il a obtenu ensuite en 1993 un Magistère et un doctorat d’État en Sciences islamique en 1998.

Il a occupé plusieurs postes, dont responsable des unités de recherche scientifique à la Faculté des Sciences Islamiques (Université d'Alger 1999-2000), directeur des Études à la Faculté des Sciences Islamiques (Université d'Alger 1993-1998), directeur central chargé de l'Orientation Religieuse et de l'enseignement coranique au Ministère des Affaires Religieuses et des Wakfs 2001-2012, inspecteur Général du Ministère des Affaires Religieuses et des Wakfs. Il est nommé ministre des Affaires religieuses et des Wafks le 5 mai 2014, dans le Gouvernement Abdelmalek Sellal (3).

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés aux études islamiques.

Lutte contre le wahhabisme

Depuis sa nomination au Ministère des Affaires religieuse en 2014, le ministre s'est engagé dans la lutte contre le mouvement politico-religieux saoudien, le wahhabisme[1]. L’islam de Cordoue ouvert et tolérant contre le wahhabisme violent et rétrograde. C’est la tâche à laquelle il s’attelle. « L’Algérie refuse d’être le terrain de combat et d’affrontement entre deux idéologies extérieures et étrangères à notre héritage religieux et culturel. »[2] Dès son entrée, le ministre a affirmé que le « wahhabisme, unificateur pour son pays d’origine, devient un danger lorsqu’on le greffe à un autre pays. » Son département travaille sur la création d’un observatoire de lutte contre les dérives sectaires et l’extrémisme religieux.

Ses prises de position irritent le royaume saoudien qui voit d"un mauvais œil son combat contre le wahhabisme en Algérie[1].

Vie privée

Mohamed Aïssa est marié et père de 4 enfants.

Références