Lay-Saint-Christophe

Lay-Saint-Christophe
Lay-Saint-Christophe
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈

L'hôtel de ville.
Blason de Lay-Saint-Christophe
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈

Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Pompey
Maire
Mandat
Patrick Medart
2020-2026
Code postal 54690
Code commune 54305
Démographie
Gentilé Layens, Layennes[1]
Population
municipale
2 370 hab. (2021 en diminution de 4,51 % par rapport à 2015)
Densité 204 hab./km2
Population
agglomération
286 041 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 56″ nord, 6° 12′ 05″ est
Altitude Min. 180 m
Max. 380 m
Superficie 11,59 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Nancy
(banlieue)
Aire d'attraction Nancy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Entre Seille et Meurthe
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Crédit image:
Eric Gaba (Sting - fr:Sting)
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Lay-Saint-Christophe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Lay-Saint-Christophe
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Lay-Saint-Christophe
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Lay-Saint-Christophe
Liens
Site web lay-saint-christophe.fr

Lay-Saint-Christophe est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie

Localisation

Situé dans les collines au nord de Nancy, le village est construit sur un coteau exposé plein sud avec en contrebas une rivière, l'Amezule affluent mineur de la Meurthe. Le village comporte deux parties se jouxtant : la Haute-Lay à flanc de colline et la Basse-Lay en contrebas.

Communes limitrophes

Toponymie

Histoire

En ancien lorrain, lay désigne une colline ou un petit mont. En effet le village est à flanc de colline. Le mot lay, en langage ancien, désigne les structures implantées sur les hauteurs.[réf. nécessaire]

Gravure de Lay-Saint-Christophe en 1838.

En 1965, on trouva sur le territoire communal plusieurs objets mérovingiens, dont un bandage herniaire double conservé au Musée lorrain de Nancy.

Le village gallo-romain de Layum devint la résidence des maires du palais d'Austrasie à l'époque mérovingienne : saint Arnoul, évêque de Metz et ancêtre de Charlemagne, naquit au château de la Haute-Lay vers 580. Il partagea l'éducation du jeune roi Dagobert avec Pépin de Landen, dont la fille épousa son fils : ce furent les grands-parents de Charles Martel.

Lay-Saint-Christophe a été le site d'une abbaye très florissante. Il y eut une église à la Basse-Laye à partir du XIIe siècle.

La commune comptait environ 1 000 habitants aux XVIIIe et XIXe siècles : on y exploitait alors deux mines de fer et de nombreuses industries y étaient prospères : scieries, tanneries, tuileries, fabriques de brosses et de noir de fumée. Aujourd'hui, elles ont toutes disparu.

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
années 1860 Sibille
années 40 Adrien Mouton
Charles Rotach
1973 mars 1989 Gérard Guérineau
mars 1989 octobre 2007
(décès)
Pierre Rotach SE Agriculteur
décembre 2007 mars 2014 Michèle Barthélémy SE
mars 2014 En cours
(au 25 mai 2020)
Patrick Médart[2]
Réélu pour le mandat 2020-2026
SE Chef d'entreprise retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2021, la commune comptait 2 370 habitants[Note 1], en diminution de 4,51 % par rapport à 2015 (Meurthe-et-Moselle : −0,26 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5479059529459881 0701 0051 0111 063
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
9851 0371 1131 1751 1511 0651 0391 0191 110
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 1451 2691 0511 0881 2231 2261 2971 4361 507
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015
1 9692 0332 2812 4492 6222 5652 5972 5412 482
2020 2021 - - - - - - -
2 3802 370-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Édifices civils

  • Vestiges d'enceintes protohistoriques.
  • Maison particulière, dite « de la Samaritaine », XVIIe : maison, escalier de l'aile ouest, décor intérieur, chambre d'eau, galerie, terrasse, jardin, objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du [7].
  • Hospice (ancien château).
  • Moulin Noir, XVIIIe.
  • 17 fontaines (anciens lavoirs) des XVIIIe et XIXe siècles.
  • L'hôtel de ville héberge un musée des arts et traditions populaires lorraines.
  • Nombreux hôtels particuliers du XVe au XXe siècle dans la Haute-Lay.
  • La structure écoresponsable " Le Chavenois, pension de chevaux sur prés toute l' année " présente depuis plus d'un 1/2 siècle à Lay Saint Christophe.

Édifices religieux

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Église Saint-Christophe.
  • Ruines d'église prieurale, romane (XIe) à la Haute-Lay, dont l'emprise est inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du [8].
  • Vestiges du prieuré de la Haute-Lay (XIe) : tour Saint-Arnou et anciens bâtiments monastiques transformés en habitations également inscrits monuments historiques par l'arrêté du [8],[9].
  • Église Saint-Christophe de la Basse-Lay reconstruite en 1862 : clocher XIIe, statues de bois sculpté XIVe/XVIe/XVIIe. Le maître-autel fut offert en 1878 par le comte O'Gorman et son épouse.
  • Presbytère de Lay-Saint-Christophe, ancien hôtel particulier du XVIe siècle, classé au titre des monuments historiques par arrêté du [10].

Personnalités liées à la commune

Héraldique

Blason de Lay-Saint-Christophe
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Blason
D'azur à la crosse épiscopale d'or, chargée en abîme d'un anneau du même avec une pierre d'argent aux trois taches de gueules mal ordonnées, adextrée d'un lion contourné aussi d'or et senestré d'une aigle du même, à la fleur de lys aussi d'argent brochant en pointe sur la crosse, au chef cousu aussi de gueules chargé de trois alérions aussi d'argent.
Détails
Création abbé Huschard. Adopté en 1977.

Hydrographie

La commune est dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par la Meurthe, l'Amezule, le ruisseau de Chavenois et le ruisseau de l'Étang de Morey[13],[Carte 1].

La Meurthe, d'une longueur de 161 km, prend sa source dans la commune du Valtin et se jette dans la Moselle à Pompey, après avoir traversé 53 communes[14].

L'Amezule, d'une longueur de 19 km, prend sa source dans la commune de Erbéviller-sur-Amezule et se jette dans la Meurthe à Champigneulles, après avoir traversé douze communes[15].

Climat

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[16]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Lorraine, plateau de Langres, Morvan, caractérisée par un hiver rude (1,5 °C), des vents modérés et des brouillards fréquents en automne et hiver[17].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,9 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 837 mm, avec 12 jours de précipitations en janvier et 9,5 jours en juillet[16]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Nancy-Essey », sur la commune de Tomblaine à 7 km à vol d'oiseau[18], est de 11,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 746,3 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 40,1 °C, atteinte le ; la température minimale est de −24,8 °C, atteinte le [Note 3],[19],[20].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[21]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[22].

Urbanisme

Typologie

Lay-Saint-Christophe est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[23],[24],[25]. Elle appartient à l'unité urbaine de Nancy, une agglomération intra-départementale regroupant 28 communes[26] et 286 041 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[27],[28].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nancy dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 353 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[29],[30].

Occupation des sols

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (50 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (51,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (39,4 %), terres arables (16,2 %), zones urbanisées (15,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (10,6 %), zones agricoles hétérogènes (8,6 %), prairies (8,1 %), cultures permanentes (1,2 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,1 %)[31]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  2. Les ruisseaux intermittents sont représentés en traits pointillés.
  3. Les records sont établis sur la période du au .
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Cartes

  1. « Réseau hydrographique de Lay-Saint-Christophe » sur Géoportail (consulté le 4 juin 2024).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  7. « Domaine dit de la Samaritaine », notice no PA54000018, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. a et b « Prieuré Saint-Arnou (ancien) », notice no PA00106057, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. Le prieuré de Lay-Saint-Christophe fut affilié à la Congrégation de Saint-Vanne en 1609, puis uni au séminaire des Missions royales de Nancy en 1746 (cf. archives départementales de Meurthe-et-Moselle, série H185-225, cartulaires, chartes et copies de chartes, déclarations de droits, cens, plans de bâtiments, comptes (950-1790)).
  10. « Presbytère, à la Basse-Lay », notice no PA00106056, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. Notice biographie de Dom Calmet sur ec-lorraine.com.
  12. Pierre Duroc, « 23 septembre », dans Pages de guerre, vol. 113, 17 au 23 septembre 1916 (lire en ligne), p. 3628, lire en ligne sur Gallica.
  13. « Fiche communale de Lay-Saint-Christophe », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le )
  14. Sandre, « la Meurthe »
  15. Sandre, « l'Amezule »
  16. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  17. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  18. « Orthodromie entre Lay-Saint-Christophe et Tomblaine », sur fr.distance.to (consulté le ).
  19. « Station Météo-France « Nancy-Essey », sur la commune de Tomblaine - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  20. « Station Météo-France « Nancy-Essey », sur la commune de Tomblaine - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  21. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  22. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  23. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  25. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  26. « Unité urbaine 2020 de Nancy », sur insee.fr (consulté le ).
  27. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  28. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  29. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  30. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  31. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).

Voir aussi

Bibliographie

  • Dom Augustin Calmet et Henri Lepage (rédacteur), Histoire du prieuré de Lay, Lucien Wiener, 53 rue des Dominicains, Nancy, (lire en ligne). lire en ligne sur Gallica

Articles connexes

Liens externes