Ichtyocentaure

(Redirigé depuis Ichthyocentaure)
Un ichtyocentaure.
Gravure du XIXe siècle représentant Bythos et Aphros.

L'ichtyocentaure (ou ichthyocentaure, du grec ancien ἰχθυοκένταυρος / ikhthuokéntauros, « poisson-centaure »), dit aussi centaure marin, est une divinité marine de l'Antiquité grecque possédant un corps d'homme, des pattes avant de cheval et une queue de poisson.

Étymologie

Ce nom est la combinaison de ἰχθύς (ikhthús) « poisson » ) et κένταυρος (kéntauros) « monstre de forme double »[1].

Le terme est absent du dictionnaire Bailly[2].

Généalogie et famille

L'ascendance des ichtyocentaures fait l'objet de plusieurs versions. L'une d'elles les présente comme des tritons (fils de Poséidon) et de la nymphe marine Amphitrite)[3].

Cependant, les deux ichtyocentaures grecs les mieux connus, Bythos (« Abyme profond ») et Aphros (« Écume marine »), sont réputés être les fils du Titan Cronos et de la nymphe Philyra, ainsi que les frères du célèbre centaure Chiron dont ils partagent peut-être la sagesse et la pédagogie[4].

Représentations artistiques

Une mosaïque du Ier ou IIe siècle de Zeugma en Commagène, dépeignant la naissance d'Aphrodite, présente deux centaures marins associés à des inscriptions les identifiant comme Bythos (« abyme profond ») et Aphros (« écume marine »). Ils soulèvent la coque de la déesse hors de la mer[5].
Certains ont rapproché les noms Aphros et Aphrodite et ont posé l'hypothèse que ce dernier était le père adoptif d'Aphrodite. Son nom serait à l'origine de celui de la déesse[4].

Un ichthyocentaure apparait dans une sculpture du Louvre qui le représente portant le dieu Silène[6],[7], compagnon du dieu Dionysos.
Cette sculpture est apparenté à une sculpture similaire conservée dans les musées du Vatican et représentant un centaure marin enlevant une nymphe. Son antiquité est cependant sujette à caution[8].

Annexes

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

Références

  1. https://en.wiktionary.org/wiki/%E1%BC%B0%CF%87%CE%B8%CF%85%CE%BF%CE%BA%CE%AD%CE%BD%CF%84%CE%B1%CF%85%CF%81%CE%BF%CF%82
  2. A. Bailly, Dictionnaire Grec Français, Paris, Hachette, 1950-1995 (ISBN 2-01-001306-9), p. 987
  3. Noëlle Icard et Anne-Violaine Szabados, « Cétacés et tritons : de la réalité à l'imaginaire », dans Avec vue sur la mer : Congrès d'Arles (132), Editions du CTHS, Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique), (lire en ligne), p. 9–23
  4. a et b (en) Aaron J. Atsma, « Ikhthyokentauroi », sur www.theoi.com , 2000-2017 (consulté le 6 janvier 2021)
  5. Catherine Abadie-Reynal, « Les maisons à décors mosaïqués de Zeugma », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 146, no 2,‎ , p. 743–771 (DOI 10.3406/crai.2002.22471, lire en ligne, consulté le 6 janvier 2021)
  6. « Centaure marin enlevant un silène », sur cartelfr.louvre.fr (consulté le 6 janvier 2021)
  7. « Centaure marin et silène », sur Images d'art (consulté le 6 janvier 2021)
  8. E. Michon, « Centaure marin et silène, groupe antique du musée du Louvre », La Revue de l'Art,‎ xixe siècle, p. 389-396 (lire en ligne)