Gouvernement Tošovský

Gouvernement Tošovský
Vláda Josefa Tošovského

République tchèque

Président de la République Václav Havel
Président du gouvernement Josef Tošovský
Législature IIe
Formation
Fin
Durée 6 mois et 20 jours
Composition initiale
Coalition US-ODA-KDU-ČSL
Ministres 16
Femmes 2
Hommes 14
Représentation
Chambre des députés
62 / 200
Drapeau de la Tchéquie

Le gouvernement Tošovský (en tchèque : Vláda Josefa Tošovského) est le gouvernement de la République tchèque entre le et le , sous la IIe législature de la Chambre des députés.

Il est dirigé par l'indépendant Josef Tošovský, gouverneur de la Banque nationale tchèque. Il succède au gouvernement de centre droit du libéral Václav Klaus et cède le pouvoir au gouvernement de Miloš Zeman après que le ČSSD a remporté les élections anticipées de 1998.

Historique

Dirigé par le nouveau président du gouvernement indépendant Josef Tošovský, précédemment gouverneur de la Banque nationale tchèque, ce gouvernement est constitué par l'Union de la liberté (US), l'Union chrétienne démocrate - Parti populaire tchécoslovaque (KDU-ČSL) et l'Alliance civique démocratique (ODA). Ensemble, ils disposent de 62 députés sur 200, soit 31 % des sièges de la Chambre des députés. Il bénéficie du soutien sans participation du Parti social-démocrate tchèque (ČSSD), qui dispose de 58 députés, soit 29 % des sièges de la Chambre.

Il est formé à la suite de la démission Václav Klaus, au pouvoir depuis .

Il prend donc la succession du gouvernement Klaus II, constitué par une coalition identique et bénéficiant de l'absence d'opposition du ČSSD.

Le 1er décembre 1997, Klaus est contraint de remettre sa démission après la révélation d'un scandale de corruption en lien avec le financement de l'ODS, dont il est le président[1].

Quinze jours plus tard, le président de la République Václav Havel le remplace par le gouverneur de la Banque centrale, Josef Tošovský[2]. Ce dernier présente sa liste de ministres le , dont font partie quatre membres de l'ODS, en contradiction avec les consignes officielles du parti[3].

Dès le , le porte-parole du gouvernement Vladimír Mlynář annonce que les quatre principaux partis parlementaires se sont accordés pour fixer au suivant la tenue d'élections législatives anticipées de deux ans sur le terme naturel de la législature, à l'initiative du président du ČSSD et de la Chambre des députés Miloš Zeman[4]. Cinq jours plus tard, 31 députés de l'ODS, emmenés par le ministre des Finances Ivan Pilip, fondent l'Union de la liberté.

Le , le gouvernement obtient la confiance des députés par 123 voix pour, 71 voix contre et trois abstentions. Si l'ODS décide de voter contre, ainsi que le Parti communiste de Bohême et Moravie (KSČM) et le Parti républicain  (SPR-RSČ), trois députés du Parti démocratique civique s'abstiennent, autant ne prennent pas part au vote et deux votent favorablement.

Au cours des élections anticipées, le Parti social-démocrate devient la première force politique du pays devant l'ODS, tandis que l'ODA disparaît de l'hémicycle. Après avoir conclu un accord de non-opposition avec Václav Klaus, Miloš Zeman constitue son gouvernement minoritaire.

Composition

Portefeuille Titulaire Parti
Président du gouvernement Josef Tošovský Indépendant
Vice-président du gouvernement
Ministre de l'Agriculture
Josef Lux KDU-ČSL
Vice-président du gouvernement
Ministre des Affaires étrangères
Jaroslav Šedivý Indépendant
Ministre de la Défense Michal Lobkowicz US
Ministre des Finances Ivan Pilip US
Ministre du Travail et des Affaires sociales Stanislav Volák US
Ministre de l'Intérieur Cyril Svoboda KDU-ČSL
Ministre de l'Environnement Jiří Skalický (jusqu'au 27/02/1998) ODA
Martin Bursík (à partir du 27/02/1998) Indépendant
Ministre du Développement régional Jan Černý US
Ministre de l'Industrie et du Commerce Karel Kühnl ODA
Ministre des Transports et des Communications Petr Moos Indépendant
Ministre de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports Jan Sokol Indépendant
Ministre de la Culture Martin Stropnický Indépendant
Ministre de la Santé Zuzana Roithová Indépendant
Ministre de la Justice Vlasta Parkanová ODA
Ministre sans portefeuille
Président du Conseil législatif
Miloslav Výborný KDU-ČSL
Ministre sans portefeuille
Porte-parole du gouvernement
Vladimír Mlynář Indépendant

Références

  1. Martin Plichta, « Le scandale financier impliquant Vaclav Klaus a provoqué la chute du gouvernement tchèque », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2019).
  2. Martin Plichta, « Le gouverneur de la banque centrale dirigera le prochain gouvernement tchèque », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2019).
  3. Martin Plichta, « Josef Tosovsky a formé le nouveau gouvernement tchèque », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2019).
  4. Martin Plichta, « Le gouvernement tchèque fixe la date des législatives anticipées au 19 juin », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2019).

Voir aussi

Articles connexes