Draugr

Draugr

Un draugr, au pluriel draugar, ou en islandais draugur, également connu comme aptrgangr ou afturganga en islandais moderne (littéralement « celui qui marche après la mort ») est une créature vampirique de la mythologie nordique, un sous-ensemble de la mythologie germanique. Le sens original du mot norrois est « fantôme ».

Description

Les draugar vivent dans leur tombe, gardant souvent un trésor enfoui avec eux dans leur tumulus. Ce sont des cadavres animés qui, contrairement aux fantômes, ont un corps physique avec des aptitudes physiques similaires à celles des êtres vivants. Le vieil anglais apparenté a été dréag (« apparition, fantôme »). Le mot gaélique dréag ou driug, dont le sens est « présage, météore », est emprunté à l'ancien anglais ou le mot vieux norrois.

Dans les récits les plus anciens, ceux qui voulaient se débarrasser des draugar les décapitaient, mais cette méthode était en général moins efficace que la plus courante, qui consistait à s'introduire dans les tertres où les revenants dormaient, à en sortir leur corps (qui n'était jamais décomposé, mais bien souvent noirâtre, plus grand et plus gros qu'au moment de la mort), à le brûler et à répandre les cendres dans un cours d'eau.

Culture populaire

Le nom ou un synonyme est utilisé avec une référence plus ou moins directe avec la culture nordique :

  • Dans le jeu vidéo God of War 4 dans lequel le personnage affronte des draugar dans un monde issu de la culture nordique.
  • Dans le jeu de société Champions of Midgard, les joueurs pourront combattre des draugar pour gagner des points.

Mais souvent, le nom est utilisé sans aucun rapport avec la culture nordique :

Bibliographie

  • Claude Lecouteux :
    • Fantômes et revenants au Moyen Âge, postface de Régis Boyer, Paris, Imago, 1986. 2e éd. Paris, 1996, 253 p.
    • Les esprits et les morts. Croyances médiévales, Paris, Honoré Champion, collection « Essais » 13, 1990, 225 p. En collaboration avec Philippe Marcq.
    • Histoire des Vampires, autopsie d’un mythe, Paris, Imago, 1999. 2e éd. augmentée 2002, 188 p.
  • Édouard Brasey, L’Encyclopédie du merveilleux : Des Peuples de l’ombre, 2006.