Commandeur des croyants

Le commandeur des croyants[1],[2],[3],[4] (en arabe : أمير المؤمنين / amīr al-mu‘minīn [5], mot pour mot prince des croyants, latinisé comme miramolinus, d'où en français aussi miramolin[6]) est un titre représentant un chef de musulmans.

Historique

Chez les sunnites

Chez les sunnites, le titre de commandeur des croyants (amīr al-mu‘minīn) est donné, a posteriori, aux « Rachidoune » (en arabe : خلفاء راشدون, al-Khulafā’u r-Rāshidūn) c'est-à-dire aux premiers califes qui succèdent au prophète de l'islam Mahomet à partir de 632. Ce titre semble apparaître au milieu du Ier siècle de l'Hégire. Un des premiers cas est l’inscription du barrage de Muʿâwiya (58/677)[7]. Si la tradition fait d'Omar ibn al-Khattâb le premier à porter ce titre, un graffito de 644-645 ne lui donne ni le titre de calife (khalîfa), ni celui de Commandeur des croyants[7]. Sur les monnaies, le titre semble avoir été introduit par le calife Muʿāwiya et on la trouve, par exemple, sur une monnaie de 674[8].

Chez les chiites

Chez les chiites, le titre de commandeur des croyants est donné au cousin et gendre du prophète, Ali, qui pour les chiites est le premier imam infaillible. Les autres imams n'ont pas le droit à ce titre. Les théologiens chiites rapportent un hadîth, où un homme est allé questionner le sixième imam Ja'far al-Sâdiq en lui donnant le titre de « Amir le Mouminin » ; la tradition chiite rapporte que l'imam le reprend pour lui indiquer que seul Ali est le prince des croyants.

Politique selon les pays

Selon la Constitution du Maroc, le roi Mohammed VI est aussi Commandeur des croyants[9]. Ce titre est aussi revendiqué à partir de juin 2014 par Abou Bakr al-Baghdadi (mort en 2019), chef de l'État islamique en Irak et en Syrie, ainsi que par le chef des talibans, le mollah Haibatullah Akhundzada, à la suite de ses prédécesseurs (ce titre étant reconnu par Al-Qaïda).

Notes et références

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « commandeur » (sens B, 3) dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 5 décembre 2015).
  2. « Commandeur », dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 5 décembre 2005)
  3. Entrée « commandeur » » dans la Base historique du vocabulaire français du laboratoire Analyse et traitement informatique de la langue française, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 5 décembre 2015).
  4. Entrée « commandeur », (sens 3) [html] dans Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, t. 1 : A – C, Paris, L. Hachette, , in-4o (BNF 30824717, lire en ligne), p. 679 [fac-similé (page consultée le 5 décembre 2015)].
  5. Georges Bohas, « Émir » [html], sur universalis.fr, Encyclopædia Universalis (consulté le ).
  6. Entrée « miramolin » [html] dans Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, t. 3 : I – P, Paris, L. Hachette, , in-4o (BNF 30824717, lire en ligne), p. 572 [fac-similé (page consultée le 5 décembre 2015)].
  7. a et b Frédéric Imbert, « L’Islam des pierres : l’expression de la foi dans les graffiti arabes des premiers siècles », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, no 129,‎ (ISSN 0997-1327, DOI 10.4000/remmm.7067, lire en ligne, consulté le )
  8. Jeremy Johns, « Archaeology and the History of Early Islam: The First Seventy Years », Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 46, no 4,‎ , p. 411–436 (ISSN 0022-4995, lire en ligne, consulté le )
  9. « Constitution », sur Maroc.ma, (consulté le ).

Voir aussi

Bibliographie

  • Mohammed El Ayadi, Les Deux Visages du roi : Le Monarque et le Commandeur des croyants, Casablanca, La Croisée des chemins, , 289 p. (présentation en ligne)
  • Mohammed Mouaqit, « Marginalité de la charia et centralité de la Commanderie des croyants : le cas paradoxal du Maroc », dans Baudouin Dupret (dir.), La Charia aujourd'hui : Usages de la référence au droit islamique, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », , 302 p. (ISBN 9782707169969 et 270716996X, OCLC 793480546, présentation en ligne), p. 141-151
  • Abdellah Tourabi, « Institution. Commandeur des croyants », Telquel, Casablanca,‎ (lire en ligne)
  • Charles Saint-Prot, « Le Commandeur des croyants », dans Mohammed V ou la Monarchie populaire, Monaco, Éditions du Rocher, (ISBN 9782268072692, OCLC 772498532), p. 93-107
  • Bernard Cubertafond, « Mohamed VI, Commandeur des croyants au secours de la laïcité ? », Confluences Méditerranée, Paris, L'Harmattan, vol. 4, no 51,‎ , p. 163-180 (lire en ligne)
  • Mohamed Tozy, « Le Roi Commandeur des croyants », dans Collectif sous la direction de Driss Basri, Ahmed Belhaj, Mohammed Jalal Essaïd, Abdallah Laroui, Ahmed Osman et Michel Rousset, Édification d'un État moderne : Le Maroc de Hassan II, Paris, Albin Michel, (ISBN 9782226027993, OCLC 319770605), p. 51-69
  • John Waterbury (trad. de l'anglais par Catherine Aubin), Le Commandeur des croyants : La Monarchie marocaine et son élite [« The Commander of the Faithful : The Moroccan Elite, a Study of Segmented Politics »], Paris, PUF, coll. « Pays d'outre-mer. 1re série. Études d'outre-mer » (no 11), (1re éd. 1967), 399 p. (OCLC 370754019, présentation en ligne)

Liens externes