Casse-croûte

Casse-croûte
Casse-croute sur un chantier à Paris dans les années 1930.

Le terme casse-croûte, aussi orthographié casse-croute, désigne différentes réalités apparentées au domaine de l'alimentation.

À l'origine, le terme casse-croûte est utilisé, en France, pour désigner un outil à l'usage des vieillards édentés, employé pour broyer les croûtes de pain[1]. Le Petit Robert indique qu'il s'agissait d'un instrument d'un le nom était composé de casser et croûte (terme utilisé en 1803).

Depuis la fin du XIXe siècle, ce terme désigne aussi, en français européen, le repas sommaire que prennent les ouvriers et ouvrières pendant une pause de leur travail, il est dérivé de l'expression populaire : casser la croûte, soit prendre un repas léger, sur le pouce (Petit Robert). Par extension, l'on nomme aussi casse-croûte un sandwich.

Il a pu désigner un type de gâteaux commercialisés par la Biscuiterie nantaise dès 1922 : les « Casse-Croûte BN », aujourd'hui nommés simplement « BN ».

En français québécois, le terme casse-croûte désigne un restaurant servant des repas légers. Il est donc utilisé comme synonyme de snack-bar, ce dernier terme relevant du registre familier au Québec, mais du registre standard en France. Le casse-croûte typique est un établissement de restauration rapide, sans prétention, situé en bordure de route.

Notes et références

  1. « Définition de casse-croûte », sur CNRTL (consulté le 16 juin 2017).

Voir aussi

Articles connexes