Aedemon

Aedemon
Aedemon
Biographie
Naissance
Décès
Époque
Activité

Aedemon (en grec ancien : Aìδηµων, signifiant « discret » ou « réservé », latin : Verecundus) est un berbère affranchi de la province romaine d'Afrique du ier siècle. Il était un esclave domestique très loyal envers Ptolémée, qui était le fils du roi Juba II, et de la princesse ptolémaïque Cléopâtre VIII[1].

Ptolémée a été assassiné dans des circonstances inconnues lors d'une visite à Rome sur ordre de son cousin instable, l'empereur romain Caligula à la fin de l'an 40. En loyauté et en mémoire de son ancien maître, Aedemon a voulu venger Ptolémée et a commencé la révolte dans le royaume de Maurétanie contre Rome. Cependant, peu de gens du royaume se sont joints à la révolte. Une inscription de Volubilis, une grande ville du royaume, montre qu'au moins une partie importante de la population de la ville s'est battue contre Aedemon. Le vide du pouvoir a créé une opportunité pour les tribus indigènes d'assumer leur indépendance. En conséquence, l'annexion romaine impliquait la réassurance de l'allégeance tribale en combattant les chefs tribaux comme Sabalus. D'ici là, Caligula avait été assassiné le 41 et son oncle paternel Claude était devenu le nouvel empereur[1].

On ne sait pas si Marcus Licinius Crassus Frugi avait déjà été envoyé en Maurétanie, mais Pline raconte que les généraux romains Caius Suetonius Paulinus et Cnaeus Hosidius Geta ont été nommés par l'empereur Claude en 42 pour combler le vide du pouvoir, rétablir le pouvoir central et subjuguer les tribus nomades rebelles. Paulinus est devenu le premier romain à traverser les montagnes de l'Atlas, pendant la campagne. Tingis, l'actuelle Tanger, fut partiellement détruite lors des batailles contre les Romains. La révolte a pris fin en 44, après une bataille décisive dans laquelle les Romains infligèrent de grandes pertes aux Berbères et ont offert des termes de paix aux survivants, Sabalus et ses troupes se rendant par la suite à Geta. Le sort d'Aedemon est inconnu. Claude a décidé de diviser le royaume en deux provinces romaines, la Maurétanie tingitane et la Maurétanie césarienne, tandis que Tingis a été reconstruite plus tard[1].

Références

  1. a b et c J. Gascou, « Aedemon », Encyclopédie berbère, vol. 2,‎ (lire en ligne)

Bibliographie

  • (en) Wouter Vanacker, « Ties of Resistance and Cooperation. Aedemon, Lusius Quietus and the Baquates », Mnemosyne, vol. 66, nos 4-5,‎ , p. 708-733 (ISSN 1568-525X, DOI 10.1163/156852512X617588, lire en ligne, consulté le 1er février 2018)
  • Burian J., Die einheimische Bevölkerung Nordafrikas von den punischen Kriegen bis zum Ausgang des Prinzipats, dans Altheim F. et Stiehl R., Die Araber in der alten Welt, t. 1, Berlin, 1964, p. 465-467.
  • Euzennat M., Le temple C de Volubilis et les origines de la cité, B.A.M., t. 2, 1957, p. 41-64.
  • Fishwick D., The Annexation of Mauretania, Historia, t. 20, 1971, p. 467-487 (en particulier p. 473-480: The Revolt of Aedemon).
  • Jacques Gascou, M. Licinius Crassus Frugi, légat de Claude en Maurétanie, Rome, PERSEE, coll. « Collection de l’Ecole Française de Rome », (OCLC 754886265, lire en ligne), p. 299-310
  • Jacques Gascou, « La succession des bona vacantia et les tribus romaines de Volubilis », Antiquités africaines, vol. 12, no 1,‎ , p. 109–124 (ISSN 0066-4871, DOI 10.3406/antaf.1978.1002, lire en ligne, consulté le 22 octobre 2019).
  • Tarradell M. Nuevos datos sobre la guerra de los Romanos contra Aedemon, 1. Congreso Arqueológico del Marruecos Español, Tetuan, 1954, p. 337-344.
  • Wouter Vanacker, « Ties of Resistance and Cooperation. Aedemon, Lusius Quietus and the Baquates », Mnemosyne, vol. 66, nos 4-5,‎ , p. 708–733 (ISSN 0026-7074 et 1568-525X, DOI 10.1163/156852512x617588, lire en ligne, consulté le 22 octobre 2019)

Voir aussi