Économie du Zimbabwe

Zimbabwe
Indicateurs économiques
Monnaie Dollar
Statistiques
Produit intérieur brut en PPA 5,01 milliards de $ (2006)
Rang pour le PIB en PPA total : 132e[1]
Croissance du PIB -4,4 % (2006)
PIB par habitant en PPA 2 100 $ (2006)
PIB par secteur agriculture : 17,7 %
industrie : 22,9 %
services : 59,4 % (2006)
Inflation (IPC) 231 millions de %[2] (2008)
Pop. sous le seuil de pauvreté 80 % (est. 2006)
Population active 3,958 millions (2006)
Population active par secteur agriculture : 66 %
industrie : 10 %
services : 24 % (1999)
Taux de chômage 94 % [3] (2008)
Commerce extérieur
Exportations 1,766 milliards de $ (2006)
Principaux clients Afrique du Sud 46,1 %, Chine 5,9 %, Botswana 4,8 %, Zambie 4,1 % (2006)
Importations 2,055 milliards de $ (2006)
Principaux fournisseurs Afrique du Sud 32,3 %, Chine 6,3 %, Zambie 6,2 %, Japon 5,9 %, États-Unis 4,9 %, Pays-Bas 4,6 %, Italie 4,4 %, Allemagne 4 % (2006)
Finances publiques
Dette publique 108,4 % du PIB (2006)
Sources :
[2], FMI
Dollar du Zimbabwe (année 1983)

L'Économie du Zimbabwe, bien que possédant d'énormes ressources naturelles et des terres fertiles, fait face à un désastre économique sans précédent depuis son indépendance, en raison de la mauvaise gestion du gouvernement actuellement en place de Robert Mugabe. Fin 2006, un emprunt de 2 milliards de dollars US a été obtenu auprès de la République populaire de Chine[4]. Le pays est depuis 2000 dans un état d'hyperinflation qui, début 2009, ne faiblit pas.

L'abandon du dollar zimbabwéen et l'arrivée d'un gouvernement d'union nationale en 2009 ont entraîné une période de croissance économique positive pour la première fois en une décennie.

Le pays dispose de réserves de chromite de qualité métallurgique. Les autres gisements de minéraux commerciaux comprennent le charbon, l'amiante, le cuivre, le nickel, l'or, le platine et le minerai de fer[5].

Situation actuelle

Depuis 2000, le Zimbabwe a saisi et redistribué de force la plupart des fermes commerciales appartenant à des Blancs. Les nouveaux occupants, qui comprenaient des citoyens exclusivement noirs et plusieurs membres éminents de l'administration dirigeante de la ZANU-PF, étaient généralement incompétents, inexpérimentés ou peu intéressés par l'agriculture, ce qui les empêchait de conserver la gestion à forte intensité de main-d'œuvre et très efficace des propriétaires terriens précédents[6]. Le manque actuel d'expertise agricole a entraîné de graves pertes à l'exportation et a nui à la confiance des marchés. Les terres non utilisées sont maintenant utilisées par les communautés rurales pratiquant l'agriculture de subsistance. La production de denrées alimentaires de base, comme le maïs, s'est redressée en conséquence - contrairement aux cultures d'exportation typiques comme le tabac et le café[7]. Le Zimbabwe a également connu la 30e occurrence d'hyperinflation enregistrée dans l'histoire mondiale[8].

Les dépenses publiques représentent 29,7 % du PIB. Les entreprises d'État sont fortement subventionnées. Les taxes et les tarifs sont élevés. La réglementation étatique coûte cher aux entreprises. Le démarrage ou la fermeture d'une entreprise est lent et coûteux[9]. Le marché du travail est très réglementé, l'embauche d'un travailleur est lourde et son licenciement est difficile. En 2008, le taux de chômage avait atteint 94 %[10].

Un rapport publié en 2014 par l'Africa Progress Panel[11] a constaté que, de tous les pays africains examinés pour déterminer combien d'années il faudrait pour doubler le PIB par habitant, c'est le Zimbabwe qui a connu le pire, et qu'à son rythme actuel de développement, il faudrait 190 ans pour que le pays double son PIB par habitant[12]. L'incertitude entourant le programme d'indigénisation, l'absence perçue d'une presse libre, la possibilité d'abandonner le dollar américain comme monnaie officielle et l'incertitude politique après la fin du gouvernement d'unité nationale avec le MDC ainsi que les luttes de pouvoir au sein de la ZANU-PF font craindre une aggravation de la situation économique du pays[13].

En septembre 2016, le ministre des Finances a identifié " les faibles niveaux de production et le déficit commercial qui en découle, les investissements directs étrangers insignifiants et le manque d'accès aux financements internationaux en raison d'énormes arriérés " comme des causes importantes de la mauvaise performance de l'économie[14].

Dégradation de l'économie

Article détaillé : Hyperinflation au Zimbabwe.

L'implication du Zimbabwe dans la guerre en République démocratique du Congo a pesé lourd sur l'économie du pays (des centaines de millions de dollar[15], mais en échange Laurent-Désiré Kabila avait donné une mine de cobalt au président Mugabe.[source détournée]

L'économie est en voie d'effondrement depuis la toute fin du XXe siècle.

L'inflation était de 32 % en 1998, 59 % en 1999, 208 % en février 2002, 1 281 % en 2006 et 76 348,8 % en juillet 2007 tandis que le taux de chômage dépasse les 70 % de la population active[16] et qu'il y des pénuries récurrentes de produits de base. L'inflation en janvier 2007 avait atteint 1 593 % en rythme annuel, quelques jours après l'annonce du limogeage du ministre des Finances, Herbert Murerwa, remplacé par Samuel Mumbengegwi[17],[18].

En janvier 2008, le taux de l'hyperinflation annuel atteint de 100 580,2 % alors que le taux de chômage approche les 80 %[19]. En juillet 2008, le taux d'inflation annuel record s'est élevé officiellement à 231 millions %[20]

Depuis 2001, plus de trois millions de personnes ont quitté le Zimbabwe à cause de la crise économique. Environ 1,2 million de Zimbabwéens travaillent en Afrique du Sud, notamment dans les mines et l'agriculture.

D'après le site internet www.xe.com, un euro vaut 29,7 milliards de dollars zimbabwéens au 11 juillet 2008. Finalement en le gouvernement décide d'abandonner pour au moins un an le dollar zimbabwéen au profit des monnaies étrangères[21]. Début de 2015, le dollar américain reste la monnaie utilisée.

Agriculture

Cultivateur de sorgho inspectant sa plantation, 2011.

Le secteur de l'agriculture a souffert d’une répartition des terres mal engagée en 1999 et 2000.

En 1996, 4 500 fermiers blancs possédaient encore à cette date environ 30 % des terres cultivables du pays (contre 70 % en 1980) cultivant blé, arachides et tabac et dont le chiffre d'affaires représentait plus de 50 % du PIB. Surnommé le grenier à blé de l'Afrique, le pays participait en tant que fournisseur de denrées au Programme alimentaire mondial (PAM). Depuis 2000, plus de 80 % de ces fermiers ont été expulsés et leurs terres ont été dépecées ou redistribuées à des hauts dignitaires ou à des populations autochtones. En 2006, seuls 500 habitaient encore le pays.[réf. nécessaire]

Aide alimentaire en provenance d'Australie, Province Mashonaland central, 2013.

Le Zimbabwe est devenu client du PAM et en 2006, 3 millions de Zimbabwéens soit le quart de la population dépendent de l'aide alimentaire internationale[22].

L’exportation de coton a rapporté, en 2006, plus de 102 millions de dollars au Zimbabwe, contre 60 millions en 2005. Un total de 80 000 tonnes de coton de qualité supérieure ont été exportées, notamment vers la Chine[23].

Mines

Mine Agincourt, 2013.

Le Zimbabwe dispose des deuxièmes plus grandes réserves de platine du monde, après l'Afrique du Sud et d'importantes mines de diamants.

Les recettes minières du Zimbabwe des dix premiers mois de l'année 2006 ont connu une augmentation de 470 % par rapport à l'année précédente, alors que les quantités exportées ont enregistré une baisse de 6 %.

Cette croissance est particulièrement due à la hausse des cours sur les marchés internationaux.

La Société zimbabwéenne de commercialisation des produits miniers (MMCZ) a indiqué que les recettes minières avaient été de 103 millions de dollars US l'année précédente à la même période.

La platine a énormément contribué à cette augmentation des recettes, avec 123,86 millions de recettes contre 71,96 millions pour la même période l'année d'avant.

La crise économique du Zimbabwe s'est fait sentir dans le secteur minier :

Production d'or à l'année [24] kg
1998 27,114
2007 7,017

On note énormément d'orpailleurs et de mineurs clandestins (y compris des enfants). Au moins 16 290 laveurs d’or ont été arrêtés au Zimbabwe, et quelque 3,2 kg d’or et 4 876 éclats de diamant ont été saisis sur eux entre novembre et décembre 2006. De nouvelles mines de diamants ont été découvertes à l'est du pays en 2006.

Énergie

Article détaillé : Énergie au Zimbabwe.

Le pays produit, en 2007, 65 % de son électricité et importe de l'énergie d'Afrique du Sud, du Mozambique et Zambie[25].

Tourisme

Touristes aux chutes Victoria, 2007.

L’activité touristique au Zimbabwe enregistre des résultats contrastés et les touristes occidentaux évitent le pays, inquiets à cause des sentiments anti-blancs.

Le gouvernement compte cependant attirer des touristes chinois.

En net recul ces cinq dernières années, la fréquentation, avec plus de 495 000 visiteurs, a légèrement augmenté durant le premier semestre 2006. Mais cette nouvelle clientèle, asiatique, dépense peu.

[réf. nécessaire]

Les revenus du tourisme sont ainsi tombés à 21,2 millions de dollars US contre 30,5 millions, un an plus tôt.

Santé

Le système de santé s'est littéralement effondré.

En 2007 les hôpitaux publics sont dans une situation telle qu'ils ne peuvent même pas acheter des médicaments aussi basiques que des anti-inflammatoires ce qui est dramatique pour cette nation ravagée par le sida.

D'après les estimations d'Onusida, le Zimbabwe affiche le quatrième taux de prévalence du VIH/SIDA le plus élevé au monde : le pays compte 11,5 millions d'habitants et 20,1 % de sa population sexuellement active est séropositive.

Chine

La Chine est le premier partenaire économique du Zimbabwe : elle achète 28 % de ses exportations et en est le premier investisseur. À partir de 2002, alors que les États-Unis et l'Union européenne frappent le pays de sanctions, la Chine y accroit son influence, avec des prêts et des dons. En 2015, le président Xi Jinping y fait une visite officielle, amorçant un plan de coopération de 5,6 milliards de dollars, notamment dans les mines, les travaux publics et les terres. Au niveau diplomatique, la Chine bloque toutes les sanctions visant le pays au conseil de sécurité de l'ONU. Historiquement, la Chine avait soutenu le ZANU contre le pouvoir blanc pro-occidental de Ian Smith et l'actuel président Emmerson Mnangagwa a été formé en Chine dans les années 1960, tissant des réseaux qui ont grandi au fil des années[26].

Références

  1. classement Banque mondiale
  2. http://www.zimbabwesituation.com/oct9b_2008.html#Z1 |title=La situation économique du Zimbabwe
  3. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5imTkGEP84_3QTVcSGu_8W3YrP8wA%7Ctitle=Le taux de chômage au Zimbabwe s'envole à 94 %
  4. Le Zimbabwe négocie un emprunt de 2 mds de dollars à la Chine, 22/12/2006
  5. « Southern African Development Community :: Zimbabwe », sur www.sadc.int (consulté le 5 juillet 2019)
  6. (en) Peter Stiff, Cry Zimbabwe: independence-twenty years on, Galago, (lire en ligne)
  7. Ian Scoones, Nelson Marongwe, Blasio Mavedzenge et Felix Murimbarimba, « Zimbabwe's land reform: challenging the myths », The Journal of Peasant Studies, vol. 38, no 5,‎ , p. 967–993 (ISSN 0306-6150, DOI 10.1080/03066150.2011.622042, lire en ligne, consulté le 5 juillet 2019)
  8. (en) « Hyperinflation in Zimbabwe », Federal reserve Bank of dallas,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « Zimbabwe Economy: Population, GDP, Inflation, Business, Trade, FDI, Corruption », sur www.heritage.org (consulté le 5 juillet 2019)
  10. Fainos Mangena, « Professor », The Journal of Pan African Studies, vol. 6, no 8,‎ , p. 78 (lire en ligne)
  11. « Fish, Grain and Money: Financing Africa’s Green and Blue Revolutions », Africa Progress Panel, (consulté le 12 novembre 2014)
  12. « Bad news: It could take Zimbabwe 190 years to double incomes and Kenya, Senegal 60 on present form | Mail & Guardian Africa », sur web.archive.org, (consulté le 5 juillet 2019)
  13. Gillian Jones, « SA at top of wealth list for Africa, Zimbabwe near bottom », Business Day, (consulté le 12 novembre 2014)
  14. « Mid-term report reveals deep crisis », The Financial Gazette, (consulté le 12 septembre 2016)
  15. https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/zi.html
  16. + 1 281 % en un an : nouveau record de l'inflation
  17. 1 593 % - Le nouveau record d'inflation annuelle battu par le Zimbabwe, 12 février 2007
  18. Zimbabwe : l'hyperinflation ralentit un peu mais le pain manque toujours, 26 août 2007
  19. Le taux officiel d'inflation au Zimbabwe dépasse 100 000 %
  20. (fr) Zimbabwe : l'inflation atteint 231 millions % sur fond de paralysie politique, 9 octobre, AFP
  21. (fr) « Le Zimbabwe suspend l'usage de sa monnaie pour un an », Reuters, (consulté le 12 avril 2009)
  22. Afrique : les nouvelles guerres pour la terre'cl', Le Monde, 11/01/2007
  23. Zimbabwe : filon chinois
  24. [1]
  25. Le Zimbabwe importe une grande partie de ses besoins en électricité, Elec Mag
  26. Tanguy Berthemet, « Au Zimbabwe, Mugabe se cramponne à la présidence », Le Figaro, samedi 18 / dimanche 19 novembre 2017, page 7.

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Mary Johnson Osirim, Enterprising women in urban Zimbabwe: gender, microbusiness, and globalization, Woodrow Wilson Center Press, Washington, D.C. ; Indiana University Press, Bloomington, 2009, 248 p. (ISBN 978-0-253-35347-4)
  • (en) Mandivamba Rukuni, Patrick Tawonezvi, Carl Eicher (et al.), Zimbabwe's agricultural revolution revisited, University of Zimbabwe Publications, Harare, 2006, 728 p. (ISBN 0-86924-141-9)

Lien externe