Zemmour et Naulleau

Restons Zen
Titre original Zemmour & Naulleau
Genre Débat télévisé
Réalisation Nicolas Ferraro
Serge Bonafous
Présentation Anaïs Bouton (depuis 2015)
Valérie Brochard (2011-15)
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Production
Durée 120 minutes
Société de production 3e œil productions
Diffusion
Diffusion Paris Première
Date de première diffusion
Public conseillé Tout public
Site web 6play.fr/zemmour-naulleau

Restons Zen est une émission de télévision française, diffusée sur Paris Première depuis 2011. Initialement intitulée Zemmour & Naulleau, elle change de nom en 2021 en raison du départ d’Éric Zemmour, chroniqueur de l’émission depuis ses débuts, au côté d’Éric Naulleau.

Format de l’émission

Logo de l'émission en 2011.

L'émission est initialement diffusée sur Paris Première le mercredi à 22 h 45 et a une durée d'environ h 30. À partir du , l'émission est désormais diffusée en prime time le mercredi soir à 20 h 45, elle a une durée d'environ h et est rediffusée le lundi sur M6 à h 25[1].

Le générique initial de l'émission rend hommage à celui de la série Amicalement vôtre composé par John Barry, avec les deux journalistes en héros de BD[2]. Depuis , le générique de l'émission reprend la version instrumentale de Suprême NTM That's My People.

À partir d', l'émission est animée et arbitrée par Valérie Brochard, journaliste de La Chaîne parlementaire, tandis que Zemmour et Naulleau redeviennent polémistes[3].

Après un court match qui voit s'affronter les deux journalistes sur des sujets d'actualité choisis, l'émission se décompose le plus souvent en trois parties avec un ou deux invités par partie.

Le , Tanguy Pastureau fait son entrée dans l'émission avec une chronique humoristique après l'invité du Grand Témoin.

Depuis le , l'émission est animée et arbitrée par Anaïs Bouton. Alba Ventura, éditorialiste sur RTL, fait son entrée dans l'émission avec sa chronique « Jusqu'ici c'était off ».

À partir du , Sandrine Sarroche succède à Tanguy Pastureau pour la chronique humour de l'émission[4].

Le , le journaliste de RTL Cyprien Cini rejoint l'émission comme chroniqueur.

À la suite de la décision du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) de comptabiliser le temps de parole d'Éric Zemmour, Paris Première suspend sa collaboration avec le polémiste[5]. L'émission devient Restons Zen le et le format de l'émission évolue, Éric Naulleau débattant au côté d’un polémiste différent chaque semaine.

Audience

Lors de sa première diffusion sur M6, le , l'émission a réuni environ 600 000 téléspectateurs doublant ainsi les scores de la case[réf. nécessaire].

Pour la première de la cinquième saison, le , l'émission a doublé l'audience de la case du mercredi en première partie de soirée[6].

En , le groupe Sleeping Giants, qui se présente comme « collectif de citoyen de lutte contre le financement du discours de haine », fait pression sur les annonceurs de l'émission pour qu'ils retirent leurs publicités de ce programme, les annonceurs/financeurs étant considérés par l’association comme cautionnant les programmes. Le groupe italien Ferrero retire l'émission de la liste de diffusion de ses publicités[7],[8].

Invités

Notes et références

  1. Enguérand Renault, Caroline Sallé, « Zemmour et Naulleau en prime time sur Paris Première », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  2. « Naulleau et Zemmour reforment leur duo », sur leparisien.fr, (consulté le )
  3. « Nouvelle recrue chez Zemmour et Naulleau (Paris Première) - News Télé 7 Jours », sur programme-television.org, (consulté le ).
  4. Joshua Daguenet, « Sandrine Sarroche (Zemmour & Naulleau) : « Le côté donneur de leçons m’agace chez les politiques » », sur toutelatele.com, (consulté le )
  5. Tom Kerkour, « Paris première suspend sa collaboration avec Eric Zemmour », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  6. « Zemmour et Naulleau double déjà l’audience de la case du mercredi soir de Paris Première », sur toutelatele.com, .
  7. « Eric Zemmour privé de Nutella : décryptage d’une improbable sanction publicitaire », sur valeursactuelles,
  8. « Nutella retire ses pubs de l’émission Zemmour et Naulleau sur Paris Première », sur europe1.fr,

Lien externe