Zelda Wynn Valdes

Zelda Wynn Valdes
Zelda Wynn Valdes
Biographie
Naissance
Décès
(à 96 ans)
Nationalité
Activités
Etikett Kleid Ella Fitzgerald.jpg
Marque ou logotype

Zelda Barbour Wynn Valdes, née le à Chambersburg et morte le , est une styliste et costumière afro-américaine.

Biographie

Joyce Bryant portant une création de Zelda Barbour Wynn Valdes. Image de Carl Van Vechten.

Zelda Wynn Valdes naît Zelda Christian Barbour le à Chambersburg (Pennsylvanie)[1], dans une famille de la classe ouvrière[2]. Elle grandit à Chambersburg[3] et apprend les rudiments de la couture auprès de sa grande-mère, elle-même couturière[1]. Elle prend également des cours de piano classique au Catholic Conservatory of Music et devient une musicienne douée[2].

En 1923, alors diplômée du lycée de Chambersburg, elle déménage avec ses parents à White Plains (New York)[1]. Elle y commence sa carrière professionnelle en travaillant dans la boutique de son oncle, tailleur[4]. Dans les années 1930, après avoir longtemps été reléguée à la gestion des stocks, elle devient la première vendeuse puis tailleuse noire de la boutique haut de gamme dans laquelle elle travaille[1]. Sa carrière commence au zénith de la ségrégation raciale liée aux lois Jim Crow, limitant en grande partie les couturières noires aux rangs des travailleurs à bas salaires[2]. Le titre de « créateur » ou « couturier » est alors généralement réservé aux hommes blancs de renom[2].

En 1948, Valdes ouvre une boutique à Manhattan, à Broadway, sur la West 158th Street, devenant la première personne noire à posséder un magasin à Broadway[1],[2]. Elle y vend ses créations, des robes, à des actrices et autres personnalités artistiques telles Marian Anderson, Edna Mae Robinson , Josephine Baker, Eartha Kitt, Marlene Dietrich, Mae West, Dorothy Dandridge, Ruby Dee, Ella Fitzgerald, Joyce Bryant, Diahann Carroll, Gladys Knight[1],[2]. En 1948, elle est mandatée pour créer la robe de mariée de Maria Hawkins, qui s'apprête à épouser Nat King Cole[1]. Elle se distingue par sa capacité à réaliser des vêtements ajustés sans avoir pris préalablement les mesures de la personne pour qui elle réalise le vêtement[2].

Elle participe en 1949 à la fondation du National Association of Fashion and Accessories Designers, un groupe de soutien à destination des femmes designers noirs en les aidant à construire leur réseau, faire face aux discriminations et promouvoir la diversité raciale dans l'industrie de la mode ; elle en prend également la direction[1],[2].

À la fin des années 1950, elle déplace sa boutique dans le quartier de Midtown, à côté du Carnegie Hall, qu'elle baptise « Chez Zelda », et embauche neuf couturières[1],[2]. Le prix de ses robes peut alors atteindre 1 000 dollars[2]. Ayant monté un partenariat avec Hugh Hefner au début des années 1960, elle est souvent créditée de la création du fameux costume de lapine de Playboy, le Playboy Bunny : son rôle a depuis été relativisé, bien qu'elle et son équipe aient sans doute participé à la création de costumes pour Playboy à ce moment-là[1],[2]. Dans la foulée, elle lance « Zelda at the Playboy », des défilés de mode organisés au sein des Playboy Club[1],[2]. Au milieu des années 1960, elle lance des cours de design de mode auprès de la jeunesse de Harlem et participe à la fondation du Harlem Youth Orchestra avec Lester Wilson[2].

En 1970, Arthur Mitchell, le premier danseur étoile noir du New York City Ballet et fondateur du Dance Theatre de Harlem, l’enrôle pour la réalisation des costumes de sa compagnie[1]. Dans le cadre de cette collaboration, elle conçoit et réalise les costumes de plus de 80 productions ; ses créations sont originales, elle innove notamment en teignant les collants des danseurs dans des couleurs qui s'harmonisent avec leur couleur de peau[1],[2].

Chez Zelda ferme ses portes en 1989[1].

Zelda Wynn Valdes meurt le [1].

Notes et références

  1. a b c d e f g h i j k l m n et o « Mode : L’incroyable vie de Zelda Wynn Valdes, la créatrice du célèbre costume Playboy », sur Vanity Fair, (consulté le ).
  2. a b c d e f g h i j k l m et n (en) Tanisha C. Ford , « Zelda Wynn Valdes », Overlooked, sur nytimes.com (consulté le ).
  3. (en) David Gonzalez, « ABOUT NEW YORK ; Matriarch of Dancers Sews Clothing of Delight », The New York Times, (consulté le ).
  4. (en) Nancy Deihl, « A profile of Zelda Wynn Valdes : costume and fashion designer », sur Oxford University Press Blog, Oxford University Press, (consulté le ).

Liens externes

  • Notice dans un dictionnaire ou une encyclopédie généraliste :