Yvette Varvoux

Yvette Varvoux
Biographie
Naissance
Décès
(à 91 ans)
Tours
Nom de naissance
Yvette Altenhoven
Nationalité
Activité
Résistante
Autres informations
Distinctions

Yvette Varvoux, née Altenhoven le à Naveil (Loir-et-Cher) et morte le à Tours[1], est une personnalité de la Résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a reçu plusieurs distinctions honorifiques pour son engagement. Elle est nommée au grade de chevalier (1983) puis d'officier (2001) dans l'Ordre national de la Légion d'honneur[2].

Biographie

Yvette Altenhoven habite à Naveil, où elle est née, lorsqu'elle rencontre son premier mari, André Auguste dit Lucien Varvoux. Il est de Villiers-sur-Loir et exerce le métier de jardinier-fleuriste. Elle-même exerce le métier de gantière[3]. Ils se marient le 22 septembre 1934 et résident à Vendôme entre 1934 et 1939[4]. Ils luttent ensemble pendant l'occupation. Son mari entre au Front national en 1943 et s'engage dans de nombreux actes de résistance. Yvette Varvoux devient son agent de liaison[1].

Rôle dans la Résistance

Ancien siège de la Gestapo de Tours pendant l'occupation allemande.

Yvette Varvoux parcourt le département de Loir-et-Cher à bicyclette en tant qu'agent de liaison alors que son mari est Lieutenant FTP chargé du recrutement. Début 1944, il peut compter sur une centaine de résistants. Elle fait partie des premières FTP de Vendôme[5]. À la suite de l'arrestation de nombreuses personnes sur Vendôme, le couple reçoit l'ordre de quitter la ville et se réfugie en Indre-et-Loire. Yvette et Lucien Varvoux y arrivent le 19 mai 1944[1].

Yvette Varvoux, surnommée « Andrée », a alors pour mission d'organiser un réseau de femmes agents de liaison et de mettre en place un service sanitaire. Quatre hôpitaux sont créés à Lussault, Cormery, Bléré et Château-Renault. Une trentaine de femmes médecins, pharmaciennes, infirmières, assistées de bénévoles formées par leurs soins, y travaillent[6]. Elle acquiert le grade d'adjudant-chef au sein des FTPF. À partir de juin 1944, elle assure le commandement de 75 à 80 personnes[1].

Jusqu'à leur dénonciation par l'un des membres du réseau, l'épicier Petit-Clair, et leur arrestation par la Gestapo au château de Vaux, le couple Varvoux s'occupe de la sécurité des parachutages sur les secteurs de Château-Renault, Lussault, Bléré et Loches. Le château de Vaux sert alors de lieu de rendez-vous pour des réunions clandestines de résistants de la région Esvres-Montbazon-Veigné[7]. Yvette est arrêtée en pleine nuit, le , à Coulomniers, alors qu'elle s'est réfugiée dans l'une de ses cachettes. Elle est emmenée à la Gestapo de Tours[1] où elle est torturée. Clara Knecht est l'une de ses tortionnaires. Son mari est, lui, fusillé au camp d'aviation de Parçay-Meslay dès le [8].

Avec plusieurs de ses compagnes, Yvette Varvoux est conduite à la gare de la Ville-aux-Dames. Elles sont entassées dans des wagons à bestiaux[1],. Elle fait partie du transport I.282 parti de Belfort le 1er septembre et porte le matricule 62905,[11]. Après son arrivée à Ravensbrück le 4 septembre[12], elle est dirigée vers l'usine de Ludwigsfeld, près de Berlin où elle travaille jusqu'au 17 avril[13]. Les employées de l'usine sont évacuées par les Allemands le face à l'avance des troupes alliées[8]. Yvette est finalement remise aux Américains le et regagne Vendôme le 16 mai[13].

Vie active et militante ; distinctions

Médaille de la Déportation et de l'Internement pour faits de Résistance.

Elle s'installe à Tours, milite au sein de l'Union des femmes françaises et se marie avec Henri Gobert, également résistant dans le maquis Conty-Freslon. Elle trouve un emploi dans une usine de Saint-Pierre-des-Corps mais, sa retraite venue, elle intervient dans de nombreux établissements scolaires pour témoigner[8]. Elle décède le 4 mars 2009, à Tours.

Elle obtient de nombreuses distinctions : la Médaille militaire, la croix de Guerre avec palme (1977), la croix du Combattant 1939-1945, la Croix du combattant volontaire de la Résistance, la médaille de la Déportation et de l'Internement pour faits de Résistance. Elle est nommée chevalier (1983) puis officier (2001) de l'Ordre national de la Légion d'honneur.

Bibliographie

  • Chantal Ciret, « Un couple en Résistance : André et Yvette Varvoux », Résistances en Touraine et en région Centre, no 7,‎
  • Sylvie Pouliquen, Femmes de l'ombre en Touraine, Chambourg-sur-Indre, PBCO Editions, , 176 p. (ISBN 978-2-35042-050-9)

Références

  1. a, b, c, d, e et f Sylvie Pouliquen, Femmes de l'ombre en Touraine, PBCO Editions, (ISBN 978-2-35042-050-9)
  2. Décret du 30 décembre 2000 portant promotion et nomination (lire en ligne)
  3. « LE TEMOIGNAGE D YVETTE GOBERT ET DE NOEL HAPPE », sur marayresistance.e-monsite.com (consulté le 10 octobre 2016)
  4. Ciret 2012, p. 7.
  5. Jean-Claude Galerne, La forêt de Fréteval, au cœur du réseau Comète, Elia éditions, (ISBN 9782368030431, lire en ligne)
  6. Ciret 2012, p. 9.
  7. Ciret 2012, p. 10.
  8. a, b et c Ciret 2012, p. 13.
  9. « Transport parti de Belfort le 1er septembre 1944 (I.282.) », sur www.bddm.org (consulté le 9 octobre 2016)
  10. Ciret 2012, p. 11.
  11. a et b Ciret 2012, p. 12.