Yves Triantafilos

Yves Triantafilos
Image illustrative de l’article Yves Triantafilos
Yves Triantafilos en 1974.
Biographie
Nationalité Français
Naissance (73 ans)
Montbrison (France)
Taille 1,78 m (5 10)
Poste Attaquant
Parcours junior
Années Club
1964-1966 AS Saint-Étienne
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1966-1967 AS Saint-Étienne 002 00(0)
1967-1969 Bataillon de Joinville 028 0(16)
1969-1971 US Boulogne 056 0(33)
1971-1974 Olympiakos Le Pirée090 0(58)
1974-1975 AS Saint-Étienne 045 0(19)
1975-1977 FC Nantes 033 0(10)
1977-1978 FC Rouen 010 00(1)
1978-1980 GS Kallithéa 055 0(30)
1980-1982 AS Roanne 047 0(16)
1966-1982Total365 (183)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1975 France 001 00(0)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1978-1980 GS Kallithéa
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).
Dernière mise à jour : 28 septembre 2021

Yves Triantafilos est un ancien footballeur international français né le à Montbrison. Il se fait connaître en France comme avant-centre de l'AS Saint-Étienne dans le milieu des années 1970, où il brille par sa qualité de frappe et son bon jeu de tête.

Biographie

Premiers pas de footballeur (1964-1971)

Formé à l'AS Saint-Étienne, Yves Triantafilos fait ses débuts professionnels dans ce club lors de la saison 1966-67, puis part faire son service militaire au Bataillon de Joinville entre 1967 et 1969, une période pendant laquelle l'unité aligne une équipe en deuxième division du championnat de France.

La concurrence est rude lorsqu'il revient à l'AS Saint-Étienne en 1969. Il part donc pour le club de l'US Boulogne avec lequel il s’aguerrit et dispose d'une place de titulaire. Il termine meilleur buteur de Division 2 en 1971 avec 19 buts.

Premiers titres en Grèce (1971-1974)

Auréolé de ce statut, Yves Triantafilos devient alors l'un des premiers footballeurs français expatriés, à une époque où la pratique n'est pas si courante, en rejoignant le club grec de l'Olympiakos Le Pirée au cours de l'été 1971.

Il y reste trois saisons et remporte deux titres de champion de Grèce, réalisant même le doublé coupe-championnat en 1973.

Chez les « Verts » (1974-1975)

Lors de l'intersaison 1974, Yves Triantafilos revient dans son club formateur, l'AS Saint-Étienne, où il est affublé du surnom « le Grec » en raison de son patronyme et de son passage récent à Athènes. Le club domine alors le championnat de France et s’apprête à vivre sa première épopée européenne lors de la Coupe des clubs champions européens.

En huitièmes de finale de la compétition, les Stéphanois affronte le club yougoslave du Hajduk Split. Alors qu'ils ont été battus 4-1 au match aller, les « Verts » mènent 3-1 au match retour avant l'entrée en jeu de Triantafilos dans le dernier quart d'heure qui, sur un coup franc, porte le score à 4-1 et permet à l'AS Saint-Étienne d'obtenir la prolongation[1]. Durant celle-ci, l'équipe stéphanoise se procure un coup franc, une nouvelle fois tiré par Yves Triantafilos qui envoie le ballon au fond des filets yougoslaves et devient le héros du match. Son doublé porte le score à 5-1 et offre une qualification miraculeuse à Saint-Étienne[2]. C'est d'ailleurs depuis ce match mythique du que le stade Geoffroy-Guichard sera surnommé par la presse « le Chaudron »[3],[4]. L'AS Saint-Étienne élimine ensuite le Ruch Chorzów en quarts de finale (3-2 ; 0-2) avant de s'incliner en demi-finales face au Bayern Munich (0-0 ; 0-2).

En dehors de cette rencontre marquante face au Hajduk Split, Yves Triantafilos réalise une bonne saison qui lui vaut d'être appelé pour la première fois en équipe de France le , à l'occasion d'un match amical contre la Hongrie remporté 2-0 par la France[5]. Ce match restera son unique sélection en bleu.

Départ pour Nantes et passage à Rouen (1975-1978)

À la recherche d'une place de titulaire, qu'il estime ne pas avoir obtenue avec l'AS Saint-Étienne[6], il quitte les Verts en , pour rejoindre le club rival du FC Nantes. Il y passe deux saisons et remporte un dernier titre de champion de France en 1977. Il avouera plus tard regretter d'être parti si tôt à Nantes et donc de ne pas avoir disputé la fameuse finale de 1976 entre Saint-Étienne et le Bayern Munich[7].

En octobre 1977, Yves Triantafilos rejoint le FC Rouen alors promu en Division 1. Malheureusement, il ne parvient pas à aider le club à se maintenir et les Rouennais finissent bon dernier au classement de la saison 1977-1978.

Aventure grecque puis retour dans la Loire (1978-1982)

Il quitte le club à l'issue de cette saison et retourne en Grèce finir sa carrière professionnelle en deuxième division dans le club de GS Kallithéa. Pendant deux saisons il occupe les fonctions d'entraîneur-joueur.

Il quitte le monde professionnel en 1980 et s'engage avec l'AS Roanne, alors en troisième division nationale[8].

Retraite

Après sa carrière il élit domicile au Chambon-sur-Lignon, village de Haute-Loire dont sa compagne tient une des pharmacies[9]. L'ASSE réalise d'ailleurs régulièrement des stages de préparations sur la commune et ses environs[10].

Palmarès

En club

Drapeau de la Grèce Olympiakos Le Pirée :

Drapeau de la France AS Saint-Étienne :

Drapeau de la France FC Nantes :

En sélection

Drapeau de la France Équipe de France :

Distinction individuelle

Drapeau de la France US Boulogne :

Notes et références

  1. « Hajduk Split, 1974 : la plus belle remontée de l'histoire des Verts », sur France Bleu, (consulté le )
  2. « 6 novembre 1974 : ASSE 5-1 Hajduk Split (ap) - 8e de finale retour de C1 », sur www.poteaux-carres.com (consulté le )
  3. « 💚 Les Verts de 76, l'épopée européenne de Saint Etienne » [vidéo], sur YouTube (consulté le )
  4. « Le jour où le chaudron est né », sur Le Quotidien du Foot, (consulté le )
  5. « Fiche de Yves Triantafilos », sur FFF.fr
  6. « Sur la route des Verts », sur surlaroutedesverts.blogs.lequipe.fr
  7. « Yves Triantafilos : le dénominateur commun entre la ville et l’ASSE », sur www.leprogres.fr (consulté le )
  8. Centre France, « Rétro - L’AS Roanne a connu le troisième niveau national quatre saisons », sur www.le-pays.fr, (consulté le )
  9. « yves triantafilos - La Commère 43 », sur www.lacommere43.fr (consulté le )
  10. @ASSEofficiel, « Les Verts au Chambon-sur-Lignon », sur ASSE.fr (consulté le )

Liens externes