Yves Gingras

Yves Gingras
Image dans Infobox.
Yves Gingras au forum international des sciences sociales de Montréal (octobre 2013).
Biographie
Naissance

Lieu inconnu
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Yves Gingras, né en 1954, est un historien et sociologue des sciences québécois.

Biographie

Yves Gingras a étudié la physique à l'Université Laval à Québec, puis passe donc un doctorat en histoire et sociopolitique des sciences à l'Université de Montréal. Après un post-doc à l'université Harvard, il est recruté comme professeur de sociologie à l'Université du Québec à Montréal en 1986, puis au département d'histoire en 1989[1].

Depuis, il est professeur d'histoire et de sociologie à l'Université du Québec à Montréal (UQAM)[2], où il a contribué à la fondation de l'Observatoire des sciences et des technologies (OST). Chercheur au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST) dont il a aussi été le directeur, Yves Gingras est maintenant titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences (CHSS).

Depuis 1997, il tient une chronique scientifique à l'émission radiophonique Les Années lumière sur la Première Chaîne de Radio-Canada. En 2000, le CNRS et l'Université de Toronto le reçoivent comme professeur invité. La même année, il effectue un séjour de recherche au Dibner Institute  du MIT.

Yves Gingras contribue de manière importante à l'histoire des sciences au Québec et de manière plus large au Canada et en Amérique du Nord.[réf. nécessaire] Dans ses nombreuses publications, il met en avant une approche empirique et critique de l'histoire des sciences.

Il est membre de la Commission scientifique et technique indépendante sur la reconnaissance de la liberté académique dans le milieu universitaire, mise sur pieds en 2021[3]

Publications (liste non exhaustive)

  • avec Luc Chartrand et Raymond Duchesne, Histoire des sciences au Québec (1987)
  • Les origines de la recherche scientifique au Canada : le cas des physiciens (1991)
  • avec Peter Keating et Camille Limoges, Du scribe au savant. Les porteurs du savoir de l'Antiquité à la Révolution industrielle (1998)
  • The Social and Epistemological Consequences of the Mathematization of Physics (2005)
  • Éloge de l'homo techno-logicus (2005)
  • Parlons Sciences (2008)
  • Propos sur les sciences : entretiens avec Yannick Villedieu (2010)
  • Yves Gingras, Sociologie des sciences, Paris, Que-sais-je ?, coll. « Que sais-je ? », , 127 p. (ISBN 978-2-13-078943-7 et 2-13-078943-9, OCLC 972526766, lire en ligne)
  • Les dérives de l’évaluation de la recherche : du bon usage de la bibliométrie (2014)[4]
  • L’Impossible Dialogue. Sciences et religions (2016)[5]
  • Yves Gingras, Histoire des sciences, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », , 127 p. (ISBN 978-2-13-054387-9 et 2-13-054387-1, OCLC 1021879894, lire en ligne)

Prix et distinctions

  • 1988 - Prix Michel-Brunet de l'Institut d'histoire de l'Amérique française
  • 2001 - Prix Ivan-Slade de la British Society for the History of Science  pour son essai « The Social and Epistemological Consequences of the Mathematization of Physics »[2]
  • 2005 - Prix Gérard-Parizeau « en reconnaissance de son œuvre exceptionnelle et de son engagement social dans l’ouverture du vaste et difficile champ de l’histoire des sciences »[2]
  • 2007 - Prix Jacques-Rousseau, multidisciplinarité, remis par l'Acfas, pour sa contribution au développement du champ STS (science, technologie et société) au Québec et ailleurs[2]
  • 2018 - Prix Léon-Gérin, pour sa carrière scientifique remarquable, sa contribution à l’essor de la sociologie des sciences et à la scientométrie, ainsi que le rayonnement de ses travaux à l’échelle internationale.[2]
  • 2019 - Chevalier de l'Ordre national du Québec pour souligner l’importance de sa production savante et son talent exceptionnel de vulgarisateur des connaissances scientifiques (notamment par sa participation à la célèbre collection Que sais-je? et sa grande présence médiatique)[6],[7]

Notes et références

  1. « Entretien avec Yves Gingras : « Aujurd'hui l'heure est aux controverses technoscientifiques » », sur La Recherche, (consulté le 25 juin 2020)
  2. a b c d et e « Yves Gingras », sur CIRST (consulté le 25 juin 2020)
  3. « Commission scientifique et technique indépendante sur la reconnaissance de la liberté académique dans le milieu universitaire », sur Québec.ca - Site officiel du gouvernement du Québec, (consulté le 24 août 2021)
  4. Didier Torny, « Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Y. Gingras. Raisons d’agir, Paris (2014). 122 p. », Sociologie du travail, vol. 56, no Vol. 56 - n° 3,‎ , p. 404–406 (ISSN 0038-0296, lire en ligne, consulté le 25 juin 2020)
  5. Jean-Paul Truc, « Yves Gingras, L’Impossible dialogue. Sciences et religions. Paris, Presses universitaires de France, 2016, 422 pages », Questions de communication, no 33,‎ , p. 429–431 (ISSN 1633-5961, lire en ligne, consulté le 25 juin 2020)
  6. « Yves Gingras – Ordre national du Québec », sur www.ordre-national.gouv.qc.ca (consulté le 20 janvier 2020)
  7. « Yves Gingras, chevalier de l’Ordre national du Québec », sur Observatoire des sciences et des technologies (consulté le 25 juin 2020)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes