William Thomas Beckford

William Beckford
Image dans Infobox.
Fonctions
Membre du 4e Parlement du Royaume-Uni ()
Membre du 6e Parlement du Royaume-Uni ()
Membre du 16e Parlement de Grande-Bretagne ()
Membre du 5e Parlement du Royaume-Uni ()
Membre du 3e Parlement du Royaume-Uni ()
Membre du 17e Parlement de Grande-Bretagne ()
Biographie
Naissance
Décès
(à 83 ans)
Bath
Sépulture
Nom de naissance
William Thomas Beckford
Nationalité
Activités
Écrivain, homme politique, architecte, romancier, propriétaire d'esclaves, propriétaire de plantation
Père
Mère
Maria Hamilton ()
Fratrie
Elizabeth Hervey ()
Conjoint
Margaret Gordon () (depuis )
Enfants
Susan Euphemia Beckford (en)
Margaret Beckford ()
Autres informations
Propriétaire de
The Father of Psyche sacrificing at the Temple of Apollo (), Fonthill Abbey
Œuvres principales

William Thomas Beckford, né le au 22 Soho Square à Londres et mort le à Bath, est un critique d'art, homme politique et écrivain anglais.

Naissance et jeunes années

Né dans le manoir possédé par son père, maire de Londres, William Thomas Beckford hérita de lui à l'âge de dix ans une fortune colossale, estimée à 1 million de livres, des terres et des plantations de sucre en Jamaïque. Il épousa en 1783 Lady Margaret Gordon dont il eut deux filles. Elle mourut en couches trois ans plus tard. Beckford était bisexuel, et eut plusieurs aventures avec des hommes et des garçons.

Vue en perspective de Fonthill Abbey
William Turner, 1799
Musée de Bolton (Grand Manchester)[1]

Il fit construire entre 1796 et 1813 dans le Wiltshire, avec l'architecte James Wyatt, une grande maison de campagne néo-gothique, Fonthill Abbey, aussi connue sous le nom de Beckford Folly. Il commanda au peintre William Turner une série de cinq aquarelles en 1799-1800, représentant cette maison, qui furent exposées à la Royal Academy en 1800[2]. Ruiné par la chute des cours du sucre, Beckford vendit Fonthill Abbey en 1823 à John Farquhar , homme d'affaires écossais.

Œuvres

Il voyagea souvent sur le Continent et notamment en Italie en 1782. Il publia rapidement, l'année suivante, un livre intitulé Dreams, Waking Thoughts and Incidents. 1786 fut l'année de son œuvre la plus célèbre, le roman gothique Vathek, écrit en français et publié à Lausanne, car il séjourna à plusieurs reprises dans la région du Lac Léman[3] ; il rédigea ensuite les trois Épisodes de Vathek, qui ne furent découverts qu'en 1909.

Ses autres œuvres incluent un ouvrage satirique, Memoirs of Extraordinary Painters (1780) et un livre de voyages Letters from Italy with Sketches of Spain and Portugal (1835), sans doute inspiré d'un séjour au Portugal en 1793.

Il eut également un siège au Parlement de 1784 à 1793, puis de 1806 à 1820.

Il mourut à son domicile de Lansdown Crescent à Bath, laissant à ses deux filles un capital amoindri, s'élevant tout de même à 80 000 livres.

Bibliographie

  • Claude Arthaud, Les Palais du rêve, Arthaud, 1970
  • (en) Vladimir Bychenkov et Didier Girard (éds.) Inscribing Dreams : William Beckford as a writer, Moscou, Kaluga : Polygraph-Inform, 2009
  • Claude Filteau, Le Statut narratif de la transgression : essais sur Hamilton et Beckford, Sherbrooke, Naaman, 1981 (ISBN 978-2-89040-172-3)
  • Didier Girard, William Beckford : Terroriste au Palais de la Raison, Paris, José Corti, 1993
  • (en) Kenneth W. Graham (éd.), Beckford and the New Millenium, New York, AMS Press, 2004
  • (en) Kenneth W. Graham, Vathek and the Escape from Time: Bicentenary Revaluations, New York, AMS, 1990
  • (it) Giovanna Franci, La Messa in scena del terrore: Il romanzo gotico inglese (Walpole, Beckford, Lewis), Ravenna, Longo, 1982
  • Marcel May, La Jeunesse de William et la genèse de son “Vathek”, Paris, Presses universitaires de France, 1928
  • André Parreaux, William Beckford, auteur de Vathek (1760-1844) : étude de la création littéraire, Paris, A. G. Nizet, 1960
  • (en) Elinor Shaffer & John Wilton-Ely (éds.), William Beckford and the Arts, Londres, The Athlone Press - Continuum, 2005
  • Dictionnaire historique de la Suisse http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F41444.php

Notes et références

  1. Turner, Bolton
  2. Notice Turner, Tate Britain
  3. G. R. de Beer, « Anglais au Pays de Vaud », Revue historique vaudoise,‎ , p. 165-180

Liens externes