William Nicholson (1er baron Nicholson)

William Nicholson
William Nicholson (1er baron Nicholson)

Naissance
Leeds
Décès (à 73 ans)
Origine Britannique
Grade Field Marshal
Années de service 18651918
Commandement 1865-1878 Lieutenant
1878-1880 Capitaine
1881-1886 Major
1886-1891 Lieutenant Colonel
1891-1898 Colonel
1898-1901 Général de Brigade
1901-1907 Général de Division
1907- 1911 Général d'Armée
1911 Field Marshal
Conflits 1878-1879 Conflit Anglo-Afghan,
1880 Campagne d'Egypte,
1885-1886 Troisième guerre birmane
1899-1901 Guerre des Boers
1914-1918Première Guerre Mondiale
Hommages Compagnon de l'Ordre du Bain
Commandeur de l'Ordre du Bain
Grand Croix de l'Ordre du Bain
Pair du Royaume

William Gustavus Nicholson (), 1er baron Nicholson, est un officier de l'armée britannique qui, en un demi-siècle de service, s'élève par le rang en Inde et durant la guerre des Boers jusqu'au grade de Field Marshal. Après être parti à la retraite, il est rappelé pour un dernier service actif pendant la 1re Guerre Mondiale.

Enfance

William Nicholson naît dans la propriété familiale de Roundhay Park, à Leeds, le cadet des fils de William Nicholson Phillips de Leeds, qui a en 1827 pris le nom de famille et les armes de Nicholson. En 1863 il sort diplômé du collège de Leeds[1] et entre à l'académie militaire royale de Woolwich, où il reçoit la Pollock Medal l'année suivante.

Carrière militaire

Le il obtient sa commission de lieutenant dans les Royal Engineers[2], après formation à Chatham, Kent. De 1868 à 1871 il se consacre aux travaux de fortifications côtières à La Barbade, aux Indes occidentales[3]. Ensuite il est nommé en Inde, au ministère des travaux publics de Hayderabad, puis le Service d'Irrigation du Penjab, et ensuite à Rawalpindi et Peshawar à la construction de casernes et des ouvrages hydrauliques pour l'Armée. En 1871 il épouse Victoria Dillon.

Le , Nicholson est promu au rang de capitaine, et affecté en Afghanistan, participant à la deuxième guerre anglo-afghane. Durant la première campagne, il sert comme Field Engineer[4] de la Kandahar Field Force du au , et comme Commandant des Royal Engineers de la Thal-Chotiali Force du au . Pendant la seconde campagne de la guerre, il sert comme Field Engineer, 1re Division, de la Kabul Field Force du au , étant présent au combat près de Surkai Kotal le , à la défense de Shurtargardan en , et la défense de Lataband en . Il sert ensuite comme Field Engineer de la Kabul-Kandahar Field Force, prenant part à l'expédition pour libérer Kandahar, et étant présent à la bataille de Kandahar. Pendant les campagnes d'Afghanistan, il est mentionné quatre fois dans les communiqués, se voit décerner une médaille de campagne avec trois citations, et est promu au rang de major[5].

En 1880 il est nommé Secrétaire du Comité de Défense de Simla[6] et promu au grade de major l'année suivante. Son activité comme secrétaire est interrompue par un service en Égypte en 1882 où il est affecté avec le contingent indien dans la campagne d'Égypte. Son unité fait avec succès une manœuvre de contournement par le flanc à la bataille de Tel el-Kebir et ouvre la voie vers Le Caire en coupant la ligne de chemin de fer ennemie près de Zagazig, où Nicholson, alors avec la cavalerie, capture quatre trains avec locomotives sous pression, qui sont ensuite utilisées pour transporter l'infanterie britannique. Ses efforts lui valent une nouvelle médaille de campagne avec citation, l'ordre d'Osmanieh et l'Étoile du Khédive.

En 1885-1886 il sert comme adjoint au général de brigade des Royal Engineers du Bengale. Il sert dans la troisième guerre birmane, qui écrase les activités de guérilla qui ont suivi le renversement du roi Thibaw Min, ce qui fait gagner à Nicholson de plus amples honneurs et le grade de lieutenant colonel.

Le , Nicholson est nommé Military Secretary de Lord Robert, commandant en chef en Inde. L'année suivante il est anobli, admis comme Compagnon de l'Ordre du Bain et promu colonel.

Nicholson sert sur la frontière nord-ouest des Indes, à Tirah  de 1897 à 1898. Il est cité dans les dépêches, se voit accorder une médaille de campagne avec deux citations, et est élevé au rang de Chevalier Commandeur de l'Ordre du Bain. Il est général de brigade en Inde de 1898 à 1899.

Il est à nouveau choisi comme Military Secretary de Lord Roberts, alors Commandant en chef en Afrique du Sud pendant la guerre des Boers. Alors qu'il servt en qualité de major général local[7], Nicholson est mentionné dans le communiqué de Lord Roberts du . Dans cette dépêche Lord Robert écrit : « Le Colonel Sir William Nicholson (local Major-General), R.E.[8] entreprit à ma demande l'organisation du service des transports dans le temps limité disponible, il s'acquitta de sa tâche avec une remarquable compétence. »

Il est présent à Paardeberg et pendant les combats de Poplar Grove, Driefontein, Vet et Zand Rivers, et les opérations près de Johannesbourg, Pretoria et Diamond Hill, et dans les opérations dans le Transvaal, à l'est de Pretoria, pendant la deuxième moitié de 1900. Pendant une partie de ce temps il s'occupe de renseignement, outre ses obligations habituelles. Le il est promu Général de corps d'armée et Directeur Général de la Mobilisation et du Renseignement Militaire.

De 1904 à 1905 Nicholson est Attaché Militaire en Chef auprès de l'armée japonaise en Mandchourie, plus tard il est nommé Intendant Général de l'Armée et membre du Conseil de l'Armée. Il est promu Général d'Armée le . En 1908 il est nommé Chief of General Staff[9] et premier Chief of the Imperial General Staff, et se voit décerner la Grande Croix de l'Ordre du Bain.

En 1911 il est promu Field Marshal, avant de prendre sa retraite en 1912. Il est élevé à la dignité de Pair avec le titre de baron Nicholson de Roundhay, Yorkshire.

Quand la première guerre mondiale éclate, il reprend du service à l'âge de 69 ans. À partir de l'automne 1914 il sert au Comité Impérial de Défense, enquêtant sur la conduite des opérations à Gallipoli et en Mésopotamie. Ses autres fonctions comprennent la présidence du Territorial Forces Association pour Londres. En 1916 il est nommé Colonel commandant[10] des Royal Engineers.

Fin de vie

Moins de trois mois avant le jour de l'Armistice, William Nicholson meurt à son domicile du 15 Pont Street, à Londres. Il avait 73 ans et ne laissait pas d'héritier. Il est enterré au cimetière de Brompton à Londres.

Monument funéraire au cimetière de Brompton, Londres

Sources

Voir aussi

Références

  • Connolly, T.W.J., Roll of Officers of the Corps of Royal Engineers from 1660 to 1898, The Institution of Royal Engineers, Chatham, 1898.
  • Hart, H.G., The New Annual Army List, 1885, John Murray, London, 1885
  • Hart, H.G., The New Annual Army List, 1893, John Murray, London, 1893.
  • Hart, H.G., The New Annual Army List, 1909, John Murray, London, 1909.
  • Shadbolt, S.H., The Afghan Campaigns of 1878-1880, J.B. Hayward & Son, London.
  • Army and Navy Gazette, South African War Honours & Awards, 1899-1902, Arms and Armour Press, London, 1979.
  • Maurice, J.F., Military History of the Campaign of 1882 in Egypt, J.B. Hayward & Son, London, 1973.
  • Creswicke, L., South Africa and the Transvaal War, Volume VI, T.C. & E.C. Jack, Edinburgh, 1901.
  • Vibart, H.M., Addiscombe: Its Heroes and Men of Note, Archibald Constable and Co., Westminster, 1894.
  • The Sapper (Regimental Journal of the Corps of Royal Engineers) Vol. II, No. 6, November 1964.
  • Who Was Who, 1916-1928 A. & C. Black, London, 1947.

Liens externes

Notes
  1. Grammar school of Leeds
  2. Génie militaire britannique
  3. Caraïbes
  4. La dénomination moderne est Combat Engineers :Officier du génie servant au feu, équivalent de pionnier
  5. équivalent de commandant dans l'armée française
  6. Simla ou Shimla est la capitale d'été de l'Empire des Indes pendant la domination britannique, quand la chaleur faisait fuir les fonctionnaires de New Dehli
  7. Général d'Armée par interim
  8. Royal Engineers
  9. Chef d'État Major Général
  10. Général de brigade