Wenge Musica

Wenge Musica
Description de cette image, également commentée ci-après
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Werrason et JB Mpiana à Bandal en 1985.
Informations générales
Pays d'origine République démocratique du Congo
Genre musical Soukouss, Ndombolo, rumba
Années actives 1981-1997, 2010, 2022-
Labels Bisel, Mabisa, WIBE, Sonodisc, SIPE Simon Music

Wenge Musica est un groupe musical congolais originaire de Kinshasa.

Wenge Musica, orchestre amateur à ses débuts, va devenir en dix ans, après la sortie de son premier album en , une référence du mouvement Ndombolo en République démocratique du Congo.

Historique

En 1988 paraît sous le label Next Music Bouger-Bouger, album enregistré à Brazzaville. L'album comprend Nicky D de Werrason, La Fille de Roi et Bakolo Budget de JB Mpiana, Dodo la Rose de Didier Massela, et pour finir, Fisol d’Alain Makaba. À sa sortie, les observateurs de la presse kinoise apprécie le cachet musical de Wenge Musica, qui s'inspire du rythme du King Kester Emeneya. Werrason est notamment comparé au leader de Victoria Eleison de par sa voix basse. De plus, l'album Bouger-Bouger est réalisé et arrangé avec des sonorités électroniques, à l'instar de l'album Nzinzi[1]. Le groupe devient dès lors le modèle d’une nouvelle génération cultivant le BCBG et la SAPE. Les titres Djino et Dady Bitodi animent les salles de spectacles et les boîtes de nuit de Kinshasa.

Le guitariste Blaise Kombo décède en juillet 1990 dans un accident de la circulation, à la suite d'un concert à Nsele. Le jeune Patient Kusangila, arrivant de l'orchestre Attraction Babylon, ancien rival de Wenge Musica, prend place à la guitare rythmique. Quelque temps après cet évènement, Maradona et Djolina quittent le groupe. C'est Titina Mbwinga, dit « Al Capone », qui, désormais, joue des baguettes en remplacement de Maradona.

Wenge Musica fait paraître son nouvel opus, Kin é Bougé, enregistré à Bruxelles. Au retour de la tournée Européenne, les kinois découvrent deux nouveaux musiciens : Ficarre Mwamba[2], guitariste soliste, transfuge de l'orchestre Litonge Bouge, et Désiré Kalala, claviériste arrivant du Centre culturel français de Kinshasa où il joue avec un orchestre dénommé Exodus. Ces deux nouvelles arrivées seront un apport important pour le cachet sonore de Wenge Musica spécifiquement lors des deux nouveaux albums que Wenge enregistre en 1992 et 1993.

Le premier, Les Pleins Feux, est enregistré en 1992, lors d'un nouveau voyage à Bruxelles. Lors de ce voyage belge, Wenge Musica livre un concert dans la salle bruxelloise de la Madeleine. Toutefois, l'album ne verra le jour qu'en 1996. Désormais habitué des prestations en Europe, le groupe se frotte, lors d'un concert à Paris en 1993, au Zaïko Langa Langa. Au cours de cette production, Wenge Musica collabore pour la première fois avec des artistes non-congolais : les musiciens de Kassav, qui sont eux, déjà habitués des expériences interculturelles Afro-Caribéennes. L’album Kala Yi Boeing, est enregistré, toujours à Bruxelles, la même année.

Manda Chante quitte à son tour le groupe pour rejoindre Wenge Aile Paris. Pour remplacer sa voix aiguë Aimélia Lias est retenu et s'impose notamment lors du premier concert de Wenge Musica au Bataclan de Paris, dans l'année suivante. Dans le même temps, Burkina Faso Mboka Liya, l'ancien guitariste de Choc Stars et Big Stars, est incorporé à l’équipe par Werrason.

En 1994, paraît le cinquième et premier double album, Anges adorables, ponctué par des chansons comme Hi Ho Ha New Image, Tuna Tina Jack Kitshindja, Sourires des vendeurs, La Tempête du désert, La Vie ou Surprise Kapangala dans la lignée de Kala-Yi-Boeing.

En 1995 sort Pile ou Face, l'album solo d'Alain Makaba. Ce dernier va faire naître des volontés nouvelles d’émancipation des têtes d'affiches JB Mpiana et Werrason, souhaitant également réaliser des opus solo.

Wenge Musica est désormais un orchestre phare du panorama musical zaïrois, s'offrant, en 1995, une première production aux États-Unis grâce à Papy Kimbi, expatrié depuis le début des années 1990.

EN 1996 sortent l'album Pentagone![3] et son single éponyme, œuvre de Roberto Wunda Ekokota. Lors de sa tournée européenne, Wenge Musica joue les chansons qui composent l'album.

Si Wenge Musica n'est pas l'instigateur de cette pratique, c'est lui qui la popularise grâce, entre autres, à des tenues militaires que les musiciens revêtiront durant la promotion de ce nouveau support.

Cet album est le dernier de Wenge Musica, car le suivant, Feux de l'amour, est crédité au nom de JB Mpiana. Ce nouvel album[4] est enregistré au cours de la tournée européenne de 1996-1997.

Avec Papa Wemba en guest-star, JB Mpiana obtient un disque d’or. La danse Ndombolo se popularise en Afrique et en Europe, et donne son nom à la musique Zaïroise devenue congolaise avec la chute de Mobutu en .

À l'instar du Zaïre, Wenge Musica se disloque en  : les quatre « administrateurs », Makaba, Mpiana, Werrason et Masela se sont entendus pour que chacun puisse réaliser un album solo. Le groupe se sépare en deux entités distinctes : Wenge BCBG Les Anges Adorables et Wenge Musica Maison Mère.

Discographie

Albums Studio

  • 1988 : Bouger Bouger
  • 1989 : Live (remix des chansons de l'album Bouger Bouger)
  • 1991 : Kin é Bougé
  • 1992 : Pleins Feux
  • 1993 : Kala-Yi-Boeing
  • 1994 : Les Anges adorables (volumes I et II)
  • 1996 : Pentagone

Singles

Notes et références

  1. Bertrand Lavaine, « King Kester Emeneya, l’homme du changement », sur rfimusique.com, (consulté le ).
  2. [1]
  3. « Wenge Musica BCBG* - Pentagone », sur Discogs (consulté le ).
  4. « J.B. Mpiana & Wenge Musica BCBG* - Feux De L'amour », sur Discogs (consulté le ).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes