Vladimir Ghika

Vladimir Ghika
Image illustrative de l’article Vladimir Ghika
Bienheureux
Naissance 25 décembre 1873, Constantinople, Empire ottoman
Décès 16 mai 1954, Jilava, Roumanie 
Nationalité Drapeau : Roumanie Roumain
Vénéré à Bucarest
Béatification 31 août 2013, à Bucarest, par le cardinal Angelo Amato
Vénéré par l'Église catholique
Fête 16 mai

Vladimir Ghika, né à Constantinople le et mort à la prison de Jilava (près de Bucarest) le , est un prélat roumain issu d'une famille princière. Orthodoxe d'origine, il se convertit au catholicisme et est ordonné prêtre. Diplomate du Saint-Siège, fondateur d'hospices, adversaire du nazisme comme du communisme, il est arrêté à près de 80 ans et meurt en prison.

Il est déclaré bienheureux et martyr le 31 août 2013. Il est fêté le 16 mai.

Biographie

Vladimir Ghika était le cinquième enfant du prince Jean Ghika, général et ambassadeur auprès de l'Empire ottoman, et de son épouse, née Alexandrine Moret de Blaremberg. Il appartenait à la dynastie des princes Ghica, qui régnèrent sur la Moldavie et la Valachie du XVIIe au XIXe siècle. Son grand-père était Grigore V Ghica.

Élevé dans la religion orthodoxe comme le reste de sa famille, il suivit ses études à Toulouse et à Paris, puis chez les Dominicains à l'Angelicum de Rome. Tourmenté par la recherche de l'unité des chrétiens et convaincu que seule la primauté du pape pouvait la réaliser, il fit profession de la foi catholique en 1902[1]. Il obtint un doctorat en théologie[2].

De retour en Roumanie, il fonda un dispensaire des Filles de la Charité et organisa en 1913 un lazaret pour les victimes du choléra. Il regagna Paris quelques années plus tard et, à l'âge de 50 ans, fut ordonné prêtre le par l'archevêque de Paris, le cardinal Louis-Ernest Dubois. Le pape lui accorda l'autorisation de célébrer la messe selon les deux rites, romain et byzantin. En ce sens, l'abbé Ghika se situait « à la croisée des mondes oriental et latin », comme un « précurseur en œcuménisme moderne[3] ».

À Paris, il s'installa d'abord à l'église des étrangers du 33, rue de Sèvres (actuelle église Saint-Ignace). Il était un ami proche de Jacques Maritain, d'Emmanuel Mounier, de Paul Claudel, de Charles Du Bos, et, d'une manière plus générale, des intellectuels catholiques qui se retrouvaient autour des Maritain et des Bénédictines de la rue Monsieur. Il choisit alors de vivre parmi les déshérités et partit exercer son apostolat dans un bidonville de Villejuif, où il fut notamment à l'origine de l'église Sainte-Thérèse.

Timbre Roumain à l'effigie de Vladimir Ghika, à l'occasion des 5 ans de sa béatification.

En 1931, Pie XI le nomma protonotaire apostolique et l'envoya en mission au Japon et aux Congrès eucharistiques internationaux de Sydney, Carthage, Dublin, Buenos Aires, Manille et Budapest. Quand éclata la Seconde Guerre mondiale, Vladimir Ghika sollicita l'autorisation, qui lui fut accordée, de rentrer à Bucarest. En liaison avec la nonciature, il s'occupa principalement des réfugiés polonais qui avaient fui l'invasion nazie[4], et pendant plusieurs années il se consacra aux plus démunis.

Arrêté le 18 novembre 1952 par la police communiste, accusé de haute trahison, il subit un simulacre de procès en même temps que cinq autres prêtres[5]. Menacé, battu au sang, torturé, il fut condamné à trois ans d'incarcération. Il mourut le 16 mai 1954 à l'infirmerie de la prison de Jilava, des suites des mauvais traitements. Sa tombe est visible au cimetière orthodoxe Bellu (zone 19). Les inscriptions en grec sur sa tombe rappellent qu'il fut orthodoxe jusqu'à l'âge de 29 ans.

Son buste a été exécuté par le statuaire Philippe Besnard[6].

Béatification

Reliques de Vladmimir Ghika exposées à la vénération des fidèles dans la cathédrale catholique de Bucarest.

Son procès en béatification a été ouvert en 1991 à la phase diocésaine dans le diocèse de Bucarest. Il a été clôturé en 2003 puis étudié par la Congrégation pour la Cause des Saints.

Le décret sur son martyre, ouvrant la voie à sa béatification, a été signé le 27 mars 2013 par le pape François. La messe de béatification a eu lieu à Bucarest, le 31 août 2013, sous la présidence du cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints.

Le bienheureux Vladimir Ghika est fêté chaque année le 16 mai, anniversaire de sa mort[8].

Publications

  • Méditation de l'Heure sainte, 1912
  • Pensées pour la suite des jours, Beauchesne, 1923
  • Les Intermèdes de Talloires, 1924
  • La Messe byzantine dite de saint Jean Chrysostome, 1924
  • La Visite des pauvres, 1923
  • La Sainte Vierge et le Saint-Sacrement, 1929
  • La Femme adultère, mystère évangélique, pièce de théâtre 1931
  • La Souffrance, 1932
  • La Liturgie du prochain, 1932
  • La Présence de Dieu, 1932
  • Entretiens spirituels, Beauchesne
  • Derniers Témoignages (présentés par Yvonne Estienne), Beauchesne, 1970

Notes et références

  1. Convertis du XXe siècle, Éditions Casterman, 1955, Paris-Tournai
  2. Biographie de Vladimir Ghika sur le site du diocèse de Paris.
  3. Philippe Brizard, « Mgr Vladimir Ghika déclaré martyr », L'Œuvre d'Orient no 771, avril-juin 2013.
  4. Élisabeth de Miribel, La Mémoire des silences, Fayard, 1987, p. 139.
  5. Élisabeth de Miribel, op. cit., p. 157 sqq.
  6. L'Atelier, Bulletin no 4, 2008, de l'Association Le Temps d'Albert Besnard, consacré à l'œuvre de Philippe Besnard, (ISSN 1956-2462)
  7. (ro) Monseniorul Vladimir Ghika va fi beatificat la 31 august 2013, la București.

Voir aussi

Bibliographie

Biographie

  • Jean Daujat, L'Apôtre du XXe siècle, Mgr Ghika, Nouvelles Éditions latines, 1962
  • Suzanne-Marie Durand, Vladimir Ghika, prince et berger, Casterman, 1962
  • Yvonne Estienne, Une flamme dans le vitrail, Souvenirs sur Mgr Ghika, éd. du Chalet, 1963
  • Michel de Galzain, Une âme de feu, Mgr Vladimir Ghika, Beauchesne, 1961
  • Élisabeth de Miribel, La Mémoire des silences : Vladimir Ghika, préface de Maurice Schumann, Fayard, 1987
  • Hélène Danubia, Prince et martyr, l'apôtre du Danube, Mgr Ghika, Téqui, 1993
  • Horia Cosmovici, Monseniorul: amintiri din viața de apostolat, Editura MC, Bucarest, 1996.
  • Antonio Maria Sicari o.c.d., Vladimir Ghika. L'Angelo della Romania, in Il nono libro dei Ritratti di santi', Jaka Book, 2006.
  • Charles Molette, Mgr Vladimir Ghika. Prince, prêtre et martyr, AED, 2007.
  • Horia Cosmovici, Monseniorul: amintiri și documente din viața Monseniorului Ghika în România, Editura Galaxia Gutenberg, Târgu Lăpuș, 2011.
  • Anca Mărtinaș, Vladimir Ghika. Prințul cerșetor de iubire pentru Cristos, Editrice Velar, Editura ARCB, Bucarest 2013.
  • Anca Mărtinaș, Vladimir Ghika. Il principe mendicante di amore per Cristo, Editrice Velar, Editrice ELLEDICI, Gorle, 2013.
  • Francesca Baltaceanu et Monica Brosteanu, Vladimir Ghika, professeur d'espérance, préface de Mgr Philippe Brizard, Cerf, 2013
  • Francisca Băltăceanu, Andrei Brezianu, Monica Broșteanu, Emanuel Cosmovici, Luc Verly, Vladimir Ghika. Profesor de speranță, préface de Mgr Ioan Robu, Editura ARCB, Bucarest 2013.

Études

  • (ro) Florina-Aida Bătrînu, „Rugați-vă toți pentru mine...” Monseniorul Vladimir Ghika și martiriul său, Bucarest, ARCB.
  • Mihaela Vasiliu (trad. du roumain), Une lumière dans les ténèbres. Mgr Vladimir Ghika [« O lumină în întuneric: Monseniorul Vladimir Ghika »], Paris, Cerf, .
  • Mgr Vladimir Ghika apôtre et martyr. Actes du colloque à la mémoire de Mgr Vladimir Ghika. Octobre 2010, Paris, Paris, ABMVG, .
  • (ro) Ioan Ciobanu, A trăit și a murit ca un sfânt! Mons. Vladimir Ghika 1873-1954, Bucarest, ARCB, .
  • Père Pierre Brun, Donne-nous la lumière. Neuvaine de discernement spirituel à l'école du bienheureux Vladimir Ghika, Salvator, .

Liens externes