Vincent Rottiers

Vincent Rottiers
Description de cette image, également commentée ci-après
Vincent Rottiers au festival de Cannes 2015.
Naissance (35 ans)
Évry, Essonne
Nationalité Française
Profession Acteur
Films notables Les Diables
Le Passager
Dheepan
La Marche
À l'origine
Je suis heureux que ma mère soit vivante
Sauver ou périr

Vincent Rottiers est un acteur français né le à Évry (Essonne). Il est le demi-frère de l'acteur Kévin Azaïs.

Biographie

Au collège, Vincent Rottiers pratique le théâtre. Il décide de prendre un agent, sans aucune proposition. Il est finalement repéré dans la rue, et décroche, à 15 ans, le rôle principal du film Les Diables de Christophe Ruggia (2002). Il y incarne un adolescent abandonné, qui multiplie les fugues, avec sa sœur. Son demi-frère, Kevin Azaïs, est d'abord pressenti pour le rôle, avant d'être jugé trop jeune [1].

Après des participations à Narco et La Maison de Nina, Vincent Rottiers trouve deux autres rôles d'adolescent en manque de repères : celui que Vanessa Paradis prend sous son aile dans Mon Ange (2005) et celui qui est recueilli par Julie Depardieu dans Le Passager d'Éric Caravaca, un personnage qui lui vaudra une nomination au César du meilleur espoir en 2007.

Vincent Rottiers tente ensuite une incursion dans la comédie grand public (L'Île aux trésors) et apparaît dans deux grosses productions historiques (L'Ennemi intime, Les Femmes de l'ombre). En 2009, c'est un cinéma intimiste qui offre des personnages marquants à l'acteur, dont l'intensité laisse entrevoir une sensibilité d'écorché vif : dans Je suis heureux que ma mère soit vivante de Claude Miller et Nathan Miller, il est un ado écartelé entre sa famille d'adoption et sa mère biologique tandis qu'il joue les petits voyous dans À l'origine et Qu'un seul tienne et les autres suivront. Une année bien remplie qui le révèle au grand public et au cinéaste Raphaël Jacoulot, qui le choisit pour donner la réplique à Jean-Pierre Bacri dans son deuxième long métrage, Avant l'aube.

Filmographie

Distinctions

Notes et références

  1. Thierry Chèze, « Une famille en or », Studio Ciné Live n°82,‎ , p. 76 à 79

Liens externes