Vincent Colonna

Vincent Colonna
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Directeur de thèse

Vincent Colonna est un écrivain, un qualitativiste et un script-doctor à Alger, de nationalité algérienne et française.

Biographie

Enfance et éducation

Vincent Colonna est l'enfant d'un couple de sympathisants du FLN, la sociologue Fanny Colonna, née Fanny Reynaud, et le médecin Pierre Colonna, naturalisés Algériens après l'indépendance, et ayant choisi de vivre dans l'Algérie socialiste[1]. Il est le frère de Marie Colonna, réalisatrice, de François Colonna, graphiste, et de Ugo Colonna, formateur en insertion professionnelle. Après un baccalauréat passé à Alger, il mène des études supérieures en lettres et philosophie à Paris. Il travaille comme enseignant à Nairobi et à Saint-Pierre et Miquelon[2].

Après un échec à l'agrégation de philosophie, il soutient une maîtrise de philosophie présentée en 1981, sur John Langshaw Austin et Bertrand Russell. La thèse est dirigée par Jean-Toussaint Desanti. Il soutient une nouvelle thèse en sciences du langage sur l'autofiction, dirigée par Gérard Genette, et soutenue en 1989[3]. Il s'agit de la première monographie consacrée à ce genre[4]. Vincent Colonna tente de démontrer l'universalité de cette pratique littéraire et artistique[5]. Son approche est critiquée entre autres par Serge Doubrovsky[6].

Carrière

Marketing

Après cette formation, Vincent Colonna entre dans le secteur des études de marché[7].

Embauché par la société Sorgem comme sémioticien et narratologue, il élabore une nouvelle théorie du sponsoring télé avec Daniel Bô[8],[9].

Écriture

En 1992, avec le cinéaste Merzak Allouache, il publie un volume collectif d'essais et de nouvelles consacrés aux trente ans de l'Algérie libre, Les Enfants de l'indépendance[10].

Colonna commence sa carrière d'écrivain en 1999[11]. Il publie soit sous son nom réel, soit sous le pseudonyme de Barouk Salamé[12].

En 1999, vers la fin de la guerre civile algérienne, il publie aux éditions Tristram le roman Yamaha d'Alger. Il y invente la vie d'un supporter du club de foot C.R.B. (Chabab Riyadi Belcourt), assassiné à Alger le par des islamistes armés. Le roman est suivi d'un monologue incendiaire sur la politique dans l'Algérie indépendante, La Diatribe du coiffeur[13]. En 2001, Colonna publie Ma vie transformiste, un roman chez la même maison d'édition qui traite de l'Afrique subsaharienne[14].

À la suite de ce livre, le magazine Géo lui commande un reportage sur la descente en pinasse du fleuve Nigerdans sa partie malienne, de Bamako à Gao[15].

En 2003, il publie un recueil collectif de nouvelles, aux éditions Autrement, avec entre autres, Mohamed Kacimi, Virginie Brac, Chawki Amari, Rima Ghazil : Alger, ville blanche sur fond noir[16].

Dans la nouvelle L’Ataya courage, Vincent Colonna décrit la spécificité agonistique de l'homosexualité algérienne, du point de vue d'un jeune journaliste français[17].

Recherche sur l'autofiction

En 2004, Vincent Colonna propose une nouvelle approche de l'autofiction, dans un essai publié chez Tristram : Autofictions & autres mythomanies littéraires. Par rapport à sa recherche doctorale, exposée quinze ans plus tôt, cet essai offre une « théorie 2 de l'autofiction » ; une typologie qui permet de quadriller approximativement le territoire de la fictionalisation de soi, en distinguant quatre directions créatives : spéculaire, fantastique, biographique, intrusive[18].

Ce modèle concordiste permet d'intégrer la conception intimiste de l'autofiction élaborée par Serge Doubrovsky, en qui Vincent Colonna perçoit une réactualisation du roman autobiographique[19]. Quoique ce décryptage fut bien accueilli par la presse littéraire[20], certains critiques ou théoriciens universitaires lui ont reproché de transformer l'autofiction en une catégorie transhistorique, au détriment d'un genre intime, l'autobiographie postmoderne, bien délimité historiquement et formellement[21],[22],[23].

Ce versant poétique de l'œuvre de Vincent Colonna, (la poétique est la théorie des techniques d'écriture mimétique), comprend également une édition universitaire des Fleurs du mal de Baudelaire en collaboration avec Jean Delabroy et Laure Allard[24]; et différents articles théorique comme Fausses notes[25] en 1983, sur la note en bas de page dans les romans, ou La Querelle de la narration en 2008, qui critique la vision des séries télé américaines développée dans Storytelling de Christian Salmon[26]. En 2015, la revue d'esthétique italienne Agalma, lui a demandé de raconter comment il percevait son rôle dans l'émergence de la problématique de l'autofiction, article publié sous le titre Autofinzioni, affabulazioni e istinti[19].

Romans policiers

Pour des articles ou des textes destinés au théâtre, Vincent Colonna avait déjà usé de différents pseudonymes : Lucienne Reynaud, Djallal Al-Rouh[27], sa préférence allant aux pseudonymes exprimant son « altérité incluse » d'enfant chrétien éduqué dans un pays musulman. En 2009, sous le pseudonyme de Barouk Salamé, un nom choisi pour raison de sécurité, mais aussi pour graver cette altérité intrinsèque, il publie son premier roman policier chez Rivages, dans la collection noire de François Guérif et Benjamin Guérif[28].

Deux autres thrillers sous le nom de Barouk Salamé, ont étoffé, chez Rivages, le cycle de l'enquêteur Sarfaty : Arabian Thriller (2011) qui relate une tentative d'attentat à la Mecque, en réponse au 11 septembre 2001; et qui situe en Arabie saoudite, après l'apôtre Paul et l'orientaliste Alois Musil, la montagne où Yahvé est apparu à Moïse. Ce roman a connu moins de succès que le premier[29]. Une guerre de génies, de héros et de lâches est le troisième roman de la série, paru en 2012[30].

Étude des séries télévisées

Vincent Colonna commence une carrière de script doctor avec La Famille Ramdam en 1990. Il travaille ensuite sur Seconde B et au lancement de Plus belle la vie en 2004[31].

Après 2004, il se lance dans des nouvelles méthodes pour créer et évaluer des séries télé, en partant de la spécificité du médium télévisuel par rapport au cinéma[32],[33]. Le premier tome traite de la série traditionnelle et de l'art de raconter des histoires en général[34]; le second tome, de la série d'auteur, de sa spécificité esthétique et de sa fascination pour le Mal[35].

Œuvres

Essai
  • L'Art des séries télé 2 : L'Adieu à la morale, éditions Payot, 2015.
  • L'Art des séries télé 1 : L'Appel du happy end, éditions Payot, 2010.
  • Autofictions & autres mythomanies littéraires, éditions Tristram, 2004
Romans
  • Ma vie transformiste, éditions Tristram, 2001.
  • Yamaha d'Alger, éditions Tristram, 1999
Romans policiers sous le pseudonyme de Barouk Salamé
  • Une guerre de génies, de héros et de lâches, éditions Rivages, 2012
  • Arabian thriller, éditions Rivages, 2011
  • Le Testament syriaque, éditions Rivages, 2009
Direction de volumes collectifs
  • Algérie 30 ans, les enfants de l'indépendance, éditions Autrement, 1992
  • Alger, ville blanche sur fond noir, éditions Autrement, 2003

Notes et références

  1. Rachid Khettab, « Frères et compagnons Dictionnaire biographique d’Algériens d’origine européenne et juive et la guerre de libération (1954-1962) », sur Le carnet des Glycines, (consulté le 8 décembre 2019)
  2. « Vincent Collona - Ecrivain » (consulté le 8 décembre 2019)
  3. Vincent Colonna, L'Autofiction. Essai sur la fictionnalisation de soi en littérature, EHESS,
  4. Philippe Lejeune, Autofictions & Cie. Pièce en cinq actes in Autofictions & Cie ( Colloque de Nanterre, 1992,dir. Serge Doubrovsky, Jacques Lecarme et Philippe Lejeune ), RITM, n°6.
  5. Laurent Jenny, « L'autofiction », sur Unige, (consulté le 8 décembre 2019)
  6. Équipe de recherche Fabula, « L'autofiction : une réception problématique (Mounir Laouyen) », sur https://www.fabula.org (consulté le 8 décembre 2019)
  7. Yves Citton, « Le marketing entre économie de l’attention et exploitation culturelle », in Patrick Bourgne (dir.), Commerce de regards sur le marketing : poison ou remède ?, Éditions EMS, Paris, 2013. [consulté le 13.9.2016].
  8. « Sponsoring TV : Cuisine Plus devra suivre l'exemple de Carte Noire », CB News,‎
  9. Daniel Bô et Vincent Colonna, « Comment enrichir sa Marque avec le sponsoring TV ? », Test Conso,‎ (lire en ligne [PDF])
  10. Allouache, Merzak, et Colonna, Vincent,, Algérie, 30 ans : les enfants de l'indépendance, Ed. Autrement, (ISBN 2-86260-359-7 et 978-2-86260-359-9, OCLC 25437628, lire en ligne)
  11. Entretien avec Frédéric Ciriez, Attention talent, Fnac.net, 18 juillet 2001.
  12. « Algérie 1962 : indépendance thriller », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2019)
  13. Nulle Part Ailleurs, Canal +, 12 mars 1999
  14. Colonna, Vincent., Ma vie transformiste : roman, Auch, Tristram, , 310 p. (ISBN 2-907681-34-6 et 978-2-907681-34-6, OCLC 47692823, lire en ligne)
  15. Vincent Colonna, « Drôle de croisière sur le Niger », Géo,‎
  16. Fabienne Jacob, « Nouvelles d'Alger », Zurban,‎
  17. Khaoula Taleb Ibrahimi, « Alger racontée, Alger mise en scène (dans la fiction et les essais) », Insaniyat / إنسانيات, nos 44-45,‎ , p. 115–121 (ISSN 1111-2050 et 2253-0738, DOI 10.4000/insaniyat.508, lire en ligne, consulté le 8 décembre 2019)
  18. Alain Rathé, « Vincent Colonna », Québec français, 138e série,‎ , p. 43-45 (lire en ligne [PDF])
  19. a et b (en) Vincent Colonna, Autofiction, Affabulation et instincts, (lire en ligne)
  20. Cf. Claire Devarieux, Le salon de l'auto, Libération, 16 septembre 2004 ; Claude Habib, L'autofiction, un genre neuf ?, L'express, 11 octobre 2004 ; Fabrice Gabriel, Auto, critique in Les Inrockuptibles, 20-26 octobre 2004, ; Michel Contat, La nébuleuse de l'autofiction, Le Monde, 27 octobre 2004 ; Anne Grignon, Dis, c'est quoi l'autofiction, Le Nouvel Observateur, 4-10 novembre 2004 ; Michel Abescat et Michèle Gazier, la promo du Moi, entretien avec Vincent Colonna, dans Télérama, 27 novembre 2004 ; Michel Crépu, la fable de soi-même, La Croix, 3 février 2005.
  21. Cf. Joël Zufferey , Qu'est-ce que l'autofiction ?. Avant-propos de : L'Autofiction: variations génériques et discursives, éditions Academia, coll. Au cœur des textes, 2012 (p. 5-14). Texte disponible sur le site Fabula, http://www.fabula.org/atelier.php?L%27autofiction ; [consulté le 13.9.2016].
  22. Jacques Lecarme, L'Autofiction : un mauvais genre ?, in Autofictions & Cie ( Colloque de Nanterre, 1992, dir. Serge Doubrovsky, Jacques Lecarme et Philippe Lejeune), RITM, no 6.
  23. Thomas Clerc, "Retour sur l'autofiction, Artpress, décembre 2004
  24. Françoise Rullier-Theuret, « Baudelaire, Les Fleurs du Mal », L'information grammaticale, vol. 95, no 1,‎ , p. 10–12 (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2019)
  25. « Actes du colloque Georges Perec de 1984 », sur www.ccic-cerisy.asso.fr (consulté le 8 décembre 2019)
  26. « La querelle de la narration », sur Revue Des Deux Mondes (consulté le 8 décembre 2019)
  27. Cf. Djallal Al-Rouh, La diatribe du coiffeur" in Aurès/Algérie 1954, les fruits verts d'une révolution, éditions Autrement, 1994, volume dirigé par Fanny Colonna.
  28. « Le Testament syriaque, de Barouk Salamé : et Barouk Salamé rédigea le testament de Mahomet... », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2019)
  29. Rabelais, « Arabian thriller - Un Petit NoirUn Petit Noir » (consulté le 8 décembre 2019)
  30. Franck Bonnéric, « Barouk Salamé, une guerre », sur Club de Mediapart (consulté le 8 décembre 2019)
  31. Cf. Télé Obs, 29 janv-4 février, 2005. Dans les coulisses du feuilleton de France 3, p. 4.
  32. « L’art des séries télé, de Vincent Colonna – Sérialogies » (consulté le 8 décembre 2019)
  33. Cf. Les vidéos enregistrées en 2010 pour le site Télérama, disponible depuis 2013 sur le site Babelio, Vincent Colonna, Séries américaines : secrets de fabrication [1], consulté le 13 septembre 2016.
  34. « En France, on apprend le style, pas à raconter des histoires », sur Télérama.fr (consulté le 8 décembre 2019)
  35. « Des séries sans foi ni loi », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2019)

Liens externes