Vinaigre balsamique

Vinaigre balsamique
Image illustrative de l’article Vinaigre balsamique
Crédit image :
L’auteur n’a pas pu être identifié automatiquement. Il est supposé qu'il s'agit de : Rainer Zenz (étant donné la revendication de droit d’auteur).
licence CC-BY-SA-3.0 🛈

Vinaigre balsamique de Modène, de 8 ans d'age

Autre(s) nom(s) Balsamique
Lieu d’origine Duché de Modène (province de Modène et province de Reggio d'Émilie)
Date Moyen Âge
Place dans le service Condiment
Température de service Froide
Ingrédients Moût de raisin
Mets similaires Vinaigre
Accompagnement Cuisine italienne, gastronomie
Classification Cuisine italienne

Le vinaigre balsamique ou balsamique (aceto balsamico, en italien, bálsamon, en grec ancien, balsameus, en latin, baume odorant, parfumé[1]) désigne une variété de vinaigre traditionnel de la cuisine italienne, à base de moût de raisin cuit (vincotto) traditionnellement élevé et maturé en batterie de fût pendant 3 à 5 ans, ou 12, 18, 25, ou plus de 150 ans pour les crus les plus rares[2]. Baptisé « l'or noir de Modène[3] » il bénéficie d'appellations contrôlées italiennes « IGP » et « traditionnelle DOP » dans les provinces de Modène ou de Reggio d'Émilie d'où il est originaire (le terme « balsamique » n'est pas protégé)[4].

Étymologie

Le terme « balsamique » vient du grec ancien bálsamon ou du latin balsameus, balsamum : baume odorant, parfum, parfumé, pour qualifier les arômes subtils et puissants de ce produit.

Cuisine

Le vinaigre balsamique sirupeux à la saveur raffinée aigre-douce légèrement sucrée (et autres richesses de saveurs subtiles selon les produits) est traditionnellement utilisé avec parcimonie, non cuit, en sauce et vinaigrette avec de l'huile d'olive, ou pour décorer et aromatiser des entrées (antipasti, salade composée, melon, charcuterie, foie gras...), plats (viandes, poisson, crustacés, pâtes, riz, légumes, confit ...), fromages, ou desserts (pâtisserie, fraises, framboises, poire, figues, glace à l'italienne...), ou bien encore des plats d'art culinaire et de cuisine gastronomique...

Les meilleurs crus peuvent être également dégustés et appréciés nature, non dilué, à la cuillère, par des amateurs œnophiles comme apéritif ou digestif[5]....

Historique

L'histoire du vinaigre balsamique est liée au duché de Modène du Moyen Âge, où sa plus ancienne identification connue comme telle remonte à 1508 au palais ducal de Modène du duc Alphonse Ier d'Este. En outre, des archives du XVIe siècle mentionnent « des moûts bien mûrs pour la production du vinaigre à la façon de Modène ». Cependant, le terme balsamico n'est associé pour la première fois au terme aceto (vinaigre, en italien) que vers 1700 dans un cadre thérapeutique (registres des Cantine Segrete Duccali de 1747)... En 1839, une publication de Giorgio Gallesio décrit son élaboration dans les vinaigreries du comte de Salimbeni[6]. Les Romains de l'Antiquité cuisinaient le moût de raisin, la base du vinaigre balsamique, comme tactique de conservation des aliments. Jules César fut le premier à l'étiqueter médicinal, estimant qu'il désinfectait le tractus gastro-intestinal de ses troupes.[7]

La première mention du vinaigre balsamique traditionnel de Modène (aceto balsamico tradizionale del Modenese) est attribuée à l'agronome-œnologue Francesco Aggazzotti  dans une correspondance de 1860 avec un certain Pio Fabriani. Le premier agrément officiel quant à sa production remonte à 1933.

Appellations et types de produits

Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Les deux vinaigres balsamiques traditionnels protégés par une AOP : à gauche celui de Reggio d'Émilie ; à droite celui de Modène.
Crédit image :
Festival della Scienza
licence CC BY-SA 2.0 🛈

Appellations contrôlées IGP et DOP

Il existe deux types de vinaigres balsamiques d’appellation contrôlée en Italie :

Les vinaigres balsamique traditionnels DOP, produits du terroir de haute qualité de Modène et de Reggio Emilia, doivent être obligatoirement produits à partir des cépages lambrusco, ancellotta, trebbiano, sauvignon, sgavetta, spergola, marzemino, et coltivati, et obligatoirement élaborés selon la méthode traditionnelle de moût de raisins cuit (vincotto) ayant subi une fermentation alcoolo-acétique et une concentration par élevage en fûts de bois de 12 à 50 ans. Sa complexité aromatique est extrême et son acidité décroit avec son évolution dans l'âge. Il est en outre soumis à une évaluation qualitative d'un consortium (Consorzio Produttori) de l’Aceto balsamico tradizionale pour valider son appellation[8]. Baptisé « l'or noir de Modène » son prix peut atteindre 300  les 10 cl.

Vinaigre balsamique « basique »

Le « vinaigre balsamique » couramment commercialisé est en général âgé de 3 à 5 ans. Il diffuse un arôme puissant et sa saveur est aigre-douce. Il comprend au moins 20 % de moût de raisin cuit et/ou concentré additionné de vinaigre de vin et éventuellement coloré au caramel. N'étant soumis à aucune législation un produit qui n'a rien à voir avec un vinaigre balsamique peut s'appeler vinaigre balsamique[9]...

Dérivés

Des vinaigres de moût de raisins cuit, concentrés par élevage en fûts de bois, sont produits dans plusieurs vignobles du monde. Dans le Cognaçais de Charente notamment, la Vinaigrerie du Château produit le « Baume de Bouteville » élevé de 3 à 10 ans en fûts de chêne dans lesquels a été élevé du Cognac[10].

La « crème de vinaigre balsamique » est un vinaigre balsamique confit et éventuellement aromatisé (au basilic, à la fraise...).

Élaboration

Vinaigre balsamique traditionnel de Modène

Le vinaigre balsamique traditionnel résulte d'une cuisson de moût de raisin vendangé tardivement, qui est porté à ébullition en chaudron ouvert jusqu'à réduction et épaississement d'environ 60 %. Le moût ainsi traité est longuement décanté puis est élevé en fût de chêne rouvre dans une acetaie jusqu'à sa piqûre acétique. Il est ensuite maturé dans un chai aéré où il continue de se concentrer par l'évaporation naturelle de la part des anges, puis la moitié du fût est reversée dans un autre plus petit (en principe du merisier), le fût originel étant complété d'un nouveau moût cuit avec les mères de vinaigre précédents (madre dell'aceto), et ainsi de suite durant une très longue période, à l'instar de la solera. Ce mode d'élevage se poursuit dans des fûts de plus en plus petits et dont l'essence de bois diffère : mûrier, châtaignier, genévrier, frêne...

Autres types, dont l'IGP vinaigre balsamique de Modène

Contamination fréquente par le plomb

Plusieurs études scientifiques ont constaté que les vinaigres balsamiques mis sur le marché dans divers pays contiennent souvent des taux excessifs de plomb, et ce d'autant plus qu'ils sont "vieillis". Au début des années 2010, malgré les efforts faits pour faire reculer ou disparaitre le saturnisme, ces taux dépassaient encore très souvent les seuils légaux.

Par exemple une étude suédo-franco-américaine (publication 2011) a trouvé que 70 % de 58 marques de 'vinaigres balsamiques' testées dépassaient 34 μg/L, qui est le niveau maximal autorisé en Californie pour le plomb (sur la base de taux de consommation ≥ 0,5 μg Pb par jour)[11].

En moyenne les vinaigres balsamiques les plus vieillis contenaient 112 ± 112 μg/L de plomb, contre 41,6 ± 28,9 μg/L pour les vinaigres non vieillis[11], à comparer aux 10 µg/L qui sont en France le seuil à ne pas dépasser dans l'eau potable « depuis le 25 décembre 2013, conformément à la valeur guide recommandée par l'Organisation mondiale de la santé »[12].

Depuis le début des années 2000 au moins, on sait analyser l'empreinte isotopique du plomb trouvé dans les vins et les vinaigres, ce qui permet de tracer l'origine de ce plomb, ou au moins de montrer (quand c'est le cas) qu'il ne provient pas du sol ou du sous-sol où la vigne a été cultivée[13]. Les plus contaminés trouvent une origine principalement anthropiques et post-vendanges[11]. Ce plomb est donc attribuable aux matériaux utilisés pour le ramassage, le stockage, la vinification, le transport, la transformation ou le stockage intermédiaire ou final de ces vinaigres. Les auteurs de l'étude jugent donc cette contamination évitable[11].

Notes et références

  1. « baume », sur fr.wiktionary.org (consulté en ).
  2. « Ce que doit savoir un vrai amateur de vinaigre balsamique », sur www.edelices.com (consulté en ).
  3. « Le vinaigre balsamique », sur www.lebalsamique.com (consulté en ).
  4. [vidéo] Vinaigre Balsamique Traditionnel de Modène AOP - France2 sur YouTube
  5. « Leonardi, l’alchimiste du vinaigre balsamique », sur www.voyages.michelin.fr (consulté en )
  6. (it) Ferraro C., L'aceto balsamico nell'archivio Gallesio-Piuma di Genova - L'aceto balsamico a Nonantola, in Atti del Convegno di Studi, éd. Comune di Nonantola, 1998.
  7. (en-US) « If You’re Buying Balsamic Vinegar, Here’s How To Tell If It’s Really From Modena », sur The New York City Daily Post, (consulté le )
  8. « Vinaigre balsamique : le vrai et les faux », sur www.consoglobe.com (consulté en ).
  9. « La vérité sur le vinaigre balsamique », sur www.cuisineactuelle.fr (consulté en ).
  10. Baume de Bouteville
  11. a b c et d (en) Kuria Ndung'u, Sharon Hibdon, Alain Véron et A. Russell Flegal, « Lead isotopes reveal different sources of lead in balsamic and other vinegars », Science of The Total Environment, vol. 409, no 14,‎ , p. 2754–2760 (DOI 10.1016/j.scitotenv.2011.04.001, lire en ligne, consulté le ).
  12. DGS et Anne.M, « Eau et plomb », sur Ministère de la Santé et de la Prévention, (consulté le ).
  13. Kuria Ndung’u, Sharon Hibdon et A.Russell Flegal, « Determination of lead in vinegar by ICP-MS and GFAAS: evaluation of different sample preparation procedures », Talanta, vol. 64, no 1,‎ , p. 258–263 (ISSN 0039-9140, DOI 10.1016/j.talanta.2004.02.017, lire en ligne, consulté le ).

Annexes

Articles connexes

Liens externes