Vicq-sur-Breuilh

Vicq-sur-Breuilh
Vicq-sur-Breuilh
Le puits à balancier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Arrondissement de Limoges
Canton Eymoutiers
Intercommunalité Communauté de communes Briance Sud Haute-Vienne
Maire
Mandat
Christine de Neuville
2014-2020
Code postal 87260
Code commune 87203
Démographie
Population
municipale
1 324 hab. (2017 en diminution de 1,93 % par rapport à 2012)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 46″ nord, 1° 22′ 53″ est
Altitude Min. 272 m
Max. 437 m
Superficie 50,89 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne
Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Vicq-sur-Breuilh
Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Vicq-sur-Breuilh
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vicq-sur-Breuilh
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vicq-sur-Breuilh

Vicq-sur-Breuilh (Vic en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie

Localisation

Situation de la commune de Vicq-sur-Breuilh en Haute-Vienne.

Hydrographie

Vicq est traversée par le Blanzou et la Breuilh, tous deux affluents de la Briance.

Toponymie

Histoire

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Christine Gérardin-Neuville[2] UDI  

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2017, la commune comptait 1 324 habitants[Note 1], en diminution de 1,93 % par rapport à 2012 (Haute-Vienne : -0,38 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 5481 8721 7632 1762 2242 1382 0892 2432 275
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2102 0912 0891 9461 9792 0232 1382 3472 289
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2592 1532 1341 7991 7631 7141 7031 6331 516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 3841 2751 0821 0191 0331 0871 2371 3321 320
2017 - - - - - - - -
1 324--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

L'entrée du musée Cécile-Sabourdy.
Les ruines du vieux château de Vicq.

Lieux et monuments

Musée d'Art Naïf, d'Art Brut et de pratiques singulières Cécile Sabourdy

Château de Traslage

Le château de Traslage est un château situé à Vicq-sur-Breuilh en Haute-Vienne, près de Pierre-Buffière, inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques (ISMH).

Autres lieux et monuments

  • Le Vieux Château qui domine le bourg, château féodal tardif remanié à la Renaissance (ISMH)
  • Le logis de Fargeas, maison forte (ISMH)
  • Le logis de Nouailhas (ISMH)
  • Le château d'Etivaud
  • L'église romano-gothique qui abrite une crèche en bois du XVIIe siècle (ISMH). Cette crèche est constituée de 17 personnages de 30 et 110 cm de haut sculptés par le sabotier du village, probablement aux alentours de 1750 et représentant différents métiers de l'époque. Il est probable que le chabretaire, le plus grand des personnages, représente le seigneur de Vicq, Just de Calignon. L’église de Vicq possède également un magnifique et imposant retable, anciennement polychrome (ISMH) et un très beau bénitier en pierre de serpentine.
  • Le Puits à balancier
  • La gare de Magnac - Vicq.
  • La lanterne des morts.
  • Le site inscrit de Puy Mori (1943), d'une superficie de 110 hectares, avec son allée d'arbres emblématiques a disparu. Le château a été démantelé par ses propriétaires dans les années 1950 et l'allée, devenue dangereuse à la suite des tempêtes successives, a été supprimée dans sa totalité en 2016)[7]
  • Lieu-dit Le Temple[Note 2], autrefois Le Temple de Magnac. Une ancienne maison de l'ordre du Temple[8] devenue un membre de la commanderie de Sainte-Anne au sein du grand prieuré d'Auvergne après sa dévolution aux Hospitaliers[9].

Personnalités liées la commune

Héraldique

Blason ville fr Vicq-sur-Breuilh 87.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De gueules au monogramme VICQ en lettres capitales d'argent posé entre deux chênes d'or sur une terrasse du même sur laquelle coule une rivière d'azur, au franc-canton bandé d'or et de sable de six pièces.

Pour approfondir

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  2. 45° 37′ 49″ N, 1° 25′ 36″ E.

Références

  1. Carte IGN sur Géoportail
  2. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. [PDF]http://www.limousin.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/vicq_chateau_puymori_cle762558.pdf
  8. Jean-Marie Allard, « Templiers et Hospitaliers en Limousin au Moyen Âge. État de la recherche et nouvelles considérations. », Revue Mabillon, no 14,‎ , p. 51-81 (lire en ligne)
  9. Louis-Augustin Vayssière, « L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem ou de Malte en Limousin et dans l’ancien diocèse de Limoges », Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze,‎ , p. 55-56, disponible sur Gallica
  10. Présentation sur le site du musée