Veyrier

Veyrier
Veyrier
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈

Village de Veyrier.
Blason de Veyrier
Crédit image :
licence CC BY 2.5 🛈

Héraldique
Drapeau de Veyrier
Crédit image :
L’auteur n’a pas pu être identifié automatiquement. Il est supposé qu'il s'agit de : Jagrob (étant donné la revendication de droit d’auteur).
licence CC-BY-SA-3.0 🛈

Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Genève
Maire
Mandat
Christian Robert (PLR)
2022-2023
NPA 1234 Vessy
1255 Veyrier
No OFS 6645
Démographie
Gentilé Veyrite
Population
permanente
11 861 hab. (31 décembre 2020)
Densité 1 825 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 00″ nord, 6° 11′ 00″ est
Altitude 419 m
Min. 386 m
Max. 433 m
Superficie 6,5 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
Crédit image :
Eric Gaba (Sting - fr:Sting) and NordNordWest
licence CC BY-SA 3.0 🛈
City locator 14.svg
Veyrier
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
City locator 14.svg
Veyrier
Géolocalisation sur la carte : canton de Genève
Voir sur la carte administrative du canton de Genève
Crédit image :
licence CC-BY-SA-3.0 🛈
City locator 14.svg
Veyrier
Liens
Site web www.veyrier.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Veyrier est une commune suisse du canton de Genève. Elle a été entre le et le , la 10e ville de ce canton, avec près de 11 000 habitants, mais elle a perdu son statut à la suite de la nouvelle définition légale d'une ville suisse[3].

Étymologie

Les racines du mot Veyrier sont multiples, mais le suffixe -ier nous indique l'origine latine du mot. On trouve également des villages aux noms dérivant de Veyri ou encore Viry.

Il est cependant important de souligner que les origines de ce nom ne sont pas certaines et peuvent s'appuyer sur la seule phonétique pour la plupart.

En latin, Viriacum. Provient sans doute du mot Variacum, qui désignait un domaine dont le propriétaire se nommait Varius. Les régions environnantes tirent des noms de même origine, tant le village de Troinex (Tracinacum) ou le hameau de Vessy (Vetius ou Vescius)

Au Moyen Âge, Vayrie, Veyrie, Veyrier et même Veiri.

Géographie

Selon l'Office fédéral de la statistique (OFS), Veyrier mesure 6,5 km2[2]. 50,4 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 33,2 % à des surfaces agricoles, 13,8 % à des surfaces boisées et 2,6 % à des surfaces improductives.

La commune comprend les localités du Petit-Veyrier, de Pinchat, de Vessy et de Sierne. Elle est limitrophe de Chêne-Bougeries, Thônex, Troinex, Plan-les-Ouates, Lancy, Carouge et Genève, ainsi que des communes françaises d'Étrembières, de Collonges-sous-Salève et de Bossey en Haute-Savoie (74).

Cours d'eau

La commune est bordée au nord par l'Arve, et au sud-ouest par le Ruisseau des Marais. Selon son site officiel elle contient également le Nant de Pinchat et le Nant de Vessy.

Histoire

La région a servi de lieu de refuge, tant par la présence de forêts que les grottes nombreuses du Salève.

D'importantes fouilles archéologiques se sont succédé dans les carrières du Salève. Elles ont permis de développer notre connaissance des peuples magdaléniens.

C'est près de Veyrier, ou plus précisément dans une des carrières du Salève voisin (côté français), qu'est découvert en 1833 le premier objet magdalénien dans un niveau archéologique non mélangé. Cet objet est « une tige de quatre pouces de longueur, bordée d'épines travaillées par la main de l'homme »[réf. nécessaire].

Au Moyen Âge, sur le territoire de la commune on relève la seigneurie de Symond, possession au XVIe siècle d'une famille noble établie à Cluses[4].

Sous domination savoyarde depuis le XVIe siècle, savoyarde à part entière depuis le premier traité de Turin en 1754, Veyrier devient française en 1792, intégrée au département du Léman à la suite de la campagne d'Italie du général Bonaparte[5]. Elle le reste jusqu'à la signature du second traité de Turin de , par lequel le roi de Sardaigne Victor-Emmanuel de Savoie cède alors à Genève cette partie de l'ancienne commune d'Étrembières-Veyrier qui devait lui revenir. Les autorités genevoises prennent possession de Veyrier le .

Démographie

L'Office fédéral de la statistique décompte 11 925 habitants à Veyrier fin 2019[1]. La densité de population y atteint 1825 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Veyrier entre 1850 et 2018[6] :

Politique et administration

Administration

Le Conseil administratif est composé de trois conseillers administratifs, dont l'un est nommé[Par qui ?] maire pour une année. Les trois conseillers se répartissent les dicastères pour la législature de cinq ans.[réf. nécessaire] L'exécutif de la commune, entré en fonction le , se compose de la façon suivante :

Membres du Conseil administratif actuel[7]
Identité Étiquette Fonction

(Période 2022-2023)

Dicastères
Jean-Marie Martin Le Centre Conseiller administratif Finances
Police municipale
Sécurité-Pompiers
Administration communale
Promotion économique
Parkings
Grands Esserts
Christian Robert PLR Maire Aménagement du territoire
Constructions, autorisations de construire et Gestion des bâtiments
Plan directeur communal
Routes et espaces verts
Gestion des déchets
Aline Tagliabue Veyrier-Ensemble Conseillère administrative Petite enfance
Écoles
Social et sports
Culture et manifestations
Promotion environnementale
Transports publics
Information

Le Conseil municipal est composé de 25 membres. Il est dirigé par un bureau composé d'un président, d'un vice-président et d'un secrétaire. Des commissions, dans lesquelles les partis élus au conseil municipal sont représentés par un ou deux commissaires, proportionnellement à leur nombre de sièges en plénière, traitent des sujets particuliers : finances, bâtiments, affaires sociales, etc.[réf. nécessaire] Lors des élections municipales du , le Conseil municipal, composé de 25 membres, est renouvelé et représenté de la façon suivante [8] :

Veyrier Parliament.svg
Parti Voix Suffrages en % +/- Sièges +/-
Parti libéral-radical (PLR) 899 30,18 % en diminution 5,96
8  /  25
en diminution 2
Veyrier-Ensemble 891 29,38 % en augmentation 2,91
7  /  25
en diminution 1
Les Verts (PES) -

Parti socialiste (PS)

581 19,06 % en augmentation 19,06
5  /  25
en augmentation 5
Le Centre (LC) 357 12,41 % en diminution 3,84
3  /  25
en diminution 1
Vert'libéraux (PVL) 259 8,97 % en augmentation 3,86
2  /  25
en augmentation 2

Liste des maires puis des conseillers administratifs

Entre 1816 et 1967, la commune de Veyrier n'avait pas de Conseil administratif mais seulement des maires et des adjoints élus par la population.

Liste des maires successifs de 1816 à 1967[9]
Période Identité Étiquette Qualité
1816 1826 François Portier
1826 1832 Jean-Louis Schmidtmeyer
1832 1837 Jean-François Macaire-Princep
1837 1854 Jean Portier Député au Grand Conseil du canton de Genève de 1848 à 1850
1854 1855 Jacques Longchamp
1855 1867 Jean Novel Député au Grand Conseil du canton de Genève de 1850 à 1870
1867 1892 Marin Martin Député au Grand Conseil du canton de Genève de 1884 à 1892
1892 1917 Jules-Edouard Gottret ICS -Conseiller national de 1922 à 1947
-Député au Grand Conseil du canton de Genève de 1910 à 1936
1917 Joseph Fontanel PLS Député au Grand Conseil du canton de Genève de 1916 à 1919 puis de 1923 à 1930
William Martin ND Député au Grand Conseil du canton de Genève de 1913 à 1919 puis de 1923 à 1948
Antonin Chavaz
Gaston Genet ICS Député au Grand Conseil du canton de Genève de 1936 à 1973

Dès 1967, la commune se dote d'un Conseil administratif constitué de trois membres.

Liste des conseillers administratifs successifs depuis 1967
Période Identité Étiquette Qualité
Jacques Bordier Maire en 1968-1969 et 1972-1973
Fernand Pougnier PRD -Maire en 1969-1970, 1971-1972 et 1973-1974
-Député au Grand Conseil du canton de Genève de 1965 à 1973
Gaston Genet PDC Maire de 1963 à 1967 puis en 1970-1971, 1974-1975 et 1976-1977
Henri Berner Maire en 1978-1979, 1979-1980 et 1981-1982
René Barro Maire en 1975-1976, 1977-1978, 1980-1981 et 1986-1987
Yves Martin PDC Maire en 1982-1983, 1983-1984, 1985-1986 et 1988-1989
Jean-Pierre Besson Maire en 1984-1985, 1990-1991, 1991-1992 et 1993-1994
Andréanne Ronga Maire en 1987-1988, 1989-1990 et 1994-1995
Pierre-Louis Portier PDC -Maire en 1992-1993, 1995-1996, 1997-1998 et 2000-2001
-Député au Grand Conseil du canton de Genève de 1999 à 2006
Jean-Paul Bart PRD Maire en 1998-1999 et 2000-2001
Philibert Perrin PLS -Maire en 1996-1997, 1999-2000, 2002-2003 et 2005-2006
-Conseillère nationale de 1999 à 2003
Jean-Nöel Genet PDC Maire en 2004-2005
Daniel Mermod PLR[N 1] Maire en 2003-2004, 2006-2007 et 2008-2009
Luc Malnati PDC Maire en 2009-2010
Thomas Barth PLR[N 2] Maire en 2007-2008, 2010-2011, 2011-2012 et 2014-2015
Marlyse Rostan PLR[N 3] Maire en 2013-2014, 2017-2018 et 2019-2020
[10] Sophie Lüthi Veyrier-Ensemble -Démissionne pour des raisons de santé en
-Maire en 2016-2017
Raymond Gavillet PDC Maire en 2015-2016 et 2018-2019
[11] en cours Aline Tagliabue Veyrier-Ensemble -Remplace Sophie Lüthi
-Maire en 2020-2021
en cours Christian Robert PLR Maire depuis le
en cours Jean-Marie Martin PDC puis Le Centre Maire en 2021-2022

Sécurité

La commune de Veyrier dispose d'une Police municipale et d'une compagnie de Sapeurs-Pompiers.

Éducation

La commune de Veyrier possède trois établissements scolaires pour le primaire : L'école du Grand Salève, anciennement école de Veyrier (située au centre du village de Veyrier, sur l'avenue du Grand-Salève), L'école du Bois-Gourmand (route de Veyrier) et l'école de Pinchat (chemin de la Tour-de-Pinchat).

Pour les études du Secondaire I (obligatoire), les élèves de la commune sont répartis dans le cycle d'orientation de Pinchat dans la commune de Carouge, et dans celui de la Florence dans la commune de Genève.

À partir du post-obligatoire, les élèves de la commune de Veyrier ont à disposition toutes les formations offertes dans le canton de Genève : le Collège Calvin, le Collège Claparède, le Collège de Stael,le collège de Candolle, l'ECG, l'École de commerce, et les apprentissages en entreprise.

Activités culturelles

La commune de Veyrier a également sa propre fanfare. Fondée en 1881 et connue sous le nom de l'Écho du Salève, elle est placée sous la direction de Monsieur Ferran Gilli-Milera et est présidée par Madame Patricia Glaus[12].

La commune de Veyrier dispose d'un espace culturel nommé la Mansarde de Veyrier, née en 1985, proposant expositions et concerts à l'avenue du Grand-Salève 4[13]. Le Chevalet Grand-Donzel, situé au chemin du Bois-Gourmand, offre aux artistes-peintres un espace important d'une grande visibilité[14].

Personnalités liées

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Références

  1. a et b « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  2. a et b « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. « Veyrier n'est pas une ville. », sur Tribune de Genève,
  4. Michel Germain - Jean-Louis Hebrard - Gilbert Jond, Dictionnaire des communes de Haute-Savoie, Horvath, , 450 p. (ISBN 978-2-7171-0933-7), p. 114.
  5. Veyrier, dans le Dictionnaire historique de la Suisse
  6. [zip] « Évolution de la population des communes 1850-2000 »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  7. https://www.veyrier.ch/politique/conseil-administratif-executif-0
  8. « Veyrier - Résultats détaillés - Élection des conseils municipaux du 15 mars 2020 - République et canton de Genève - GE.CH », sur www.ge.ch (consulté le )
  9. https://www.veyrier.ch/node/782[source insuffisante]
  10. Caroline Zumbach et Sophie Simon, « Sophie Luthi quitte l'Exécutif de Veyrier avec effet immédiat », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. https://www.ge.ch/elections/20190915/Veyrier/
  12. Fanfare de Veyrier - L'Écho du Salève. Récupéré le 17.05.2019 sur https://fdv.ch/historique/
  13. Mémoire de Veyrier, « La Mémoire de Veyrier », sur http://www.la-memoire-de-veyrier.ch/ (consulté le )
  14. Rolf Staub, « Chevalt Grand-Donzel », sur https://notrehistoire.ch, (consulté le )
  1. Membre du parti radical jusqu'au .
  2. Membre du parti libéral jusqu'au .
  3. Membre du parti libéral jusqu'au .