Vaginoplastie

Vaginoplastie
Synonymes Vaginal reconstruction with graft or prosthesis
CIM-9-CM Volume 3 « 70.64 »
Vaginoplastie
Synonymes Vaginal reconstruction
CIM-9-CM Volume 3 « 70.62 »
Vaginoplastie
Synonymes Vaginal reconstruction with graft or prosthesis
CIM-9-CM Volume 3 « 70.64 »
Vaginoplastie
Synonymes Insertion of biological graft
CIM-9-CM Volume 3 « 70.94 »
Vaginoplastie
Synonymes Vaginal construction and reconstruction
CIM-9-CM Volume 3 « 70.6 »
Vaginoplastie
Synonymes Insertion of synthetic graft or prosthesis
CIM-9-CM Volume 3 « 70.95 »

La vaginoplastie est une opération de chirurgie plastique reconstructive pour corriger les défauts et les malformations du canal vaginal et ses muqueuses, des structures vulvo-vaginales qui peuvent être absentes ou endommagées à cause d'une maladie congénitale (par exemple dans le cas de l'atrésie vaginale) ou dans d'autres cas plus spécifiques (traumatisme physique, dysphorie de genre, canceretc.).

Description

La vaginoplastie est une intervention chirurgicale qui entraîne la construction ou la reconstruction du vagin. C'est un type de génitoplastie.

Parfois, une vaginoplastie est nécessaire après le traitement ou l'ablation de tumeurs malignes ou des abcès ou d'abcès afin de rétablir une structure et une fonction vaginale normales.

La vaginoplastie est également utilisée pour corriger les malformations congénitales du vagin, de l'urètre et du rectum. La vaginoplastie peut corriger le prolapsus utérin et vaginal. Il va corriger la protrusion de la vessie dans le vagin et la protrusion du rectum dans le vagin.

Souvent, une vaginoplastie est effectuée pour réparer le vagin et ses structures attachées en raison d'un traumatisme.

Des troubles congénitaux comme l'hyperplasie surrénale peuvent affecter la structure et la fonction du vagin et parfois le vagin est absent; il peut être reconstruit ou formé, à l'aide d'une vaginoplastie[1]. Les autres cas donnant lieu à cette intervention sont les bébés nés avec un microphallus, les personnes atteintes d'agénésie Müllérienne conduisant à une hypoplasie vaginale, les femmes trans, et les femmes qui ont eu un vaginectomie suite à une tumeur maligne ou un traumatisme[2],[3]. La vaginoplastie peut réduire la taille de l'entrée du vagin ou altérer l'apparence de la vulve.

Utilisations médicales

Vaginoplastie est l'intervention chirurgicales indiquée dans les cas suivants :

  • séparation de l'urètre congénitalement fusionné et du vagin[4]
  • réparation de l'urètre courte[4]
  • construction vaginale[2],[5]
  • reconstruction vaginale[2],[5]
  • prolapse de la voûte vaginale[6]
  • suspension vaginale et fixation[2],[5]
  • opérations sur le cul-de-sac de Douglas[2],[5]
  • réparation de la Cystocèle[2],[5]et de la rectocele[2]
  • réparation paravaginale rétropubienne[7]
  • réparation d'une cystocèle à l'aide d'une greffe ou d'une prothèse[2],[5]
  • réparation d'une cystocèle et d'une rectocèle dans la même procédure à l'aide d'un dispositif de greffe ou de prothèse[2][5]
  • réparation d'une rectocèle à l'aide d'une greffe ou d'un matériau prothétique[2]
  • construction vaginale utilisant une greffe ou un matériau prothétique material[2]
  • reconstruction vaginale à l'aide d'une greffe ou d'un matériau prothétique[2]
  • suspension vaginale et la stabilisation à l'aide d'une greffe ou d'un matériau prothétiqu
  • Hyménoplastie

Dans certains cas, un tissu supplémentaire est nécessaire pour reconstruire ou construire le vagin. Les greffons utilisés dans la vaginoplastie peuvent être allogénique, hétérographe, autogreffe, xénogreffe, ou autologue[8].

Vaginoplasties chez les enfants

Les vaginoplasties peuvent être réalisées chez des enfants ou des adolescents intersexes ou présentant des troubles du développement sexuel[9]. Des conditions telles que l'hyperplasie congénitale des surrénales virilisent les personnes génétiquement femelles en raison d'un déficit en 21-hydroxylase. Les procédures spécifiques comprennent : la réduction du clitoris, la labiaplastie, la normalisation de l'apparence, la création du vagin, l'initiation de la dilatation vaginale[10].

Il existe d'importantes préoccupations en matière de droits humains concernant les vaginoplasties et les autres chirurgies génitales chez les enfants qui ne sont pas assez âgés pour y consentir[11], notamment une inquiétude concernant la fonction sexuelle post-chirurgicale[12] et les hypothèses de l'hétéronormativité[13]. Il n'y a pas de consensus parmi les cliniciens quant à leur nécessité, l'âge d'opérer, leur méthode ou leur évaluation[10].

La vaginoplastie fait partie de la série de chirurgies nécessaires pour traiter les filles et les femmes nées avec la vessie située à l'extérieur de leur abdomen. Après les réparations, les femmes peuvent accoucher mais risquent de souffrir de prolapsus.

Risques et complications

La vaginoplastie reconstructive chez les enfants et les adolescents comporte un risque de "surinfection".

Chez les adultes, les taux et les types de complications varient avec la vaginoplastie de changement de sexe, on retrouve[3] :

  • La nécrose de la région clitoridienne était 1-3 %.
  • La nécrose du vagin créé chirurgicalement était de 3,7 à 4,2 %.
  • Le rétrécissement vaginal s'est produit chez 2 à 10 % des personnes traitées.
  • Une sténose ou un rétrécissement de l'orifice vaginal a été signalé dans 12 % à 15 % des cas. 41 % d'entre eux ont subi une deuxième opération pour corriger la situation.
  • La nécrose des deux volets scrotaux a été décrit.
  • La paroi vaginale postérieure est une complication rare.
  • La douleur génitale a été rapportée dans 4 à 9 % des cas.
  • La fistule recto-vaginale est également rare avec seulement 1 % de la documentation.
  • Un prolapsus vaginal a été observé chez 1-2 % des personnes affectées de sexe masculin à la naissance ayant subi cette procédure.

La capacité de vider la vessie est aussi affectée après cette procédure avec une amélioration de 13 %, 68 % ont dit qu'il n'y avait aucun changement et 19 % ont indiqué que la miction était pire. Ceux qui ont rapporté un résultat négatif qui ont fait état de perte de contrôle de la vessie et d'incontinence urinaire ont été de 19 %. Les infections des voies urinaires s'est produite chez 32 % des personnes traitées[3].

Techniques

La création de vagin non chirurgical a été utilisée dans le passé pour traiter l'absence congénitale d'un vagin. La procédure impliquait le port d'un dispositif ressemblant à une selle de cheval et l'utilisation de dilatateurs de diamètre croissant[1]. La procédure a pris plusieurs mois et était parfois douloureuse. Ce n'était pas efficace dans tous les cas.

Tumeurs rares, kystes, septums dans le vagin peuvent également nécessiter une vaginoplastie.

Chirurgie reconstructrice après le traitement du cancer

Le traitement radiologique du cancer peut entraîner la destruction ou l'altération des tissus vaginaux. La vaginoplastie est souvent pratiquée pour reconstruire le vagin et d'autres structures génitales. Dans certains cas, la fonction sexuelle normale peut être restaurée[2].

Technique chirurgicale de McIndoe

Un canal est construit chirurgicalement entre la vessie et l'urètre dans la partie antérieure de la région pelvienne et le rectum. Une greffe de peau provenant d'une autre zone du corps de la personne est utilisée. La greffe est retiré de la cuisse, des fesses, ou de la région inguinale. D'autres matériaux sont utilisés pour créer la doublure du nouveau vagin. Ceux-ci ont été des lambeaux cutanés de la peau, des membranes amniotiques, et de la muqueuse buccale[2].

Vaginoplastie intestinale

La vaginoplastie intestinale est une méthode couramment utilisée pour créer un vagin artificiel dans la chirurgie transgenre homme-femme chirurgie transgenre MtF[3].

Chirurgie de réassignation sexuelle

La Chirurgie de réassignation sexuelle pour créer un vagin consiste à inverser la peau du pénis ou à augmenter la profondeur, en utilisant des segments du gros intestin ou de l'intestin grêle. De plus, des lambeaux cutanés du pénis-scrotale sont également utilisés. Un greffon de pleine épaisseur de pleine épaisseur non génitale (FTG) ou d'épaisseur différente provenant d'autres parties du corps peut être utilisées.

L'Inversion de la peau du pénis est la méthode la plus souvent choisie par les chirurgiens qui pratiquent la chirurgie de réattribution sexuelle. L'inversion de la peau du pénis utilise la peau pédiculaire inférieure ou la peau abdominale pour créer la doublure du vagin. La peau est coupée pour former un rabat de taille appropriée. Le lambeau cutané est parfois associé à un lambeau scrotal ou urétral[3]. La thérapie de réassignation sexuelle fait souvent partie du traitement.

Vaginoplastie élective

Les critiques ont étiqueté cette chirurgie comme "conceptrice de vagin". L'American College of Obstetrics and Gynecologists a lancé une mise en garde contre cette procédure en 2007[14], tout comme le Royal Australian College of Gynecologists, et un commentaire du British Medical Journal, ont vivement critiqué la "conceptrice de vagin" en 2009[15],[16]. La Society of Obstetricians and Gynaecologists of Canada a publié un énoncé de politique contre la vaginoplastie élective en raison des risques associés à la chirurgie esthétique inutile en 2013[17].

L'Organisation Mondiale de la Santé décrit toute intervention chirurgicale médicalement inutile au tissu et aux organes vaginaux en tant que mutilation génitale féminine[18].

Le rajeunissement vaginal est une forme de chirurgie plastique élective. Son but est de restaurer ou d'améliorer l'apparence cosmétique du vagin[16].

Labiaplastie

Deux photos avant et après une opération de vaginoplastie
Avant-après dans le cas d'une labiaplastie.

La labiaplastie peut être réalisée comme une chirurgie distincte, ou comme une procédure secondaire dans une vaginoplastie[19].

Certaines chirurgies peuvent être nécessaires pour soulager le malaise résultant d'une irritation labiale chronique qui se développe à partir de vêtements serrés, le sexe, le sport ou d'autres activités physiques.

Procédures chirurgicales del'hymen

Un hymen imperforé est la présence de tissu qui couvre complètement l'ouverture vaginale. Il est coupé pour permettre à l'écoulement menstruel de sortir pendant une procédure chirurgicale courte.

[20] Une hyménoplastie est la procédure chirurgicale qui reconstruit l'hymen.

Vaginoplastie par ballonnets

Dans cette procédure, une sonde de foley est insérée par laparoscopie dans la poche recto-utérine, après quoi une traction et une distension progressives sont appliquées pour créer un néo-vagin.[réf. nécessaire]

Procédure de Vecchietti

Dans le traitement de l'agénésie müllérienne, a procédure de Vecchietti est une technique chirurgicale laparoscopique qui produit un vagin de dimensions (profondeur et largeur) comparables à celles d'un vagin normal (environ 8,0 cm de profondeur)[21],[22].

Une petite sphère en plastique ("olive") est enfilée (suturée) contre la zone vaginale; les fils sont tirés à travers la peau vaginale, jusqu'à l'abdomen et à travers le nombril. Là, les fils sont attachés à un dispositif de traction, puis sont étirés tous les jours de telle sorte que l'olive est tirée vers l'intérieur et étire le vagin d'environ 1,0 cm par jour, créant ainsi un vagin d'environ 7,0 cm de profond de 7,0 cm de large en une semaine.

Le temps moyen de la salle d'opération (OR) pour la vaginoplastie Vecchietti est d'environ 45 minutes; cependant, en fonction du patient et de ses indications, la procédure peut nécessiter plus de temps[23].

Les résultats de la technique de Vecchietti par l'approche laparoscopique sont comparables à ceux de la laparotomie[24]. Dans l'hypoplasie vaginale, la vaginoplastie par traction telle que la technique de Vecchietti semble avoir les taux de succès les plus élevés à la fois anatomiquement (99 %) et fonctionnellement (96 %) parmi les traitements disponibles[25].

Méthode de Wilson

La technique d'inversion du pénis de la méthode Wilson est différente de la technique traditionnelle d'inversion du pénis, en ce sens qu'il s'agit d'une chirurgie en trois étapes comprenant une vaginoplastie initiale en deux temps.

La chirurgie de la méthode Wilson est initialement réalisée comme une inversion pénienne traditionnelle, jusqu'à l'étape de création de la voûte vaginale, dans laquelle la voûte du vagin est laissée inachevée, comme une surface brute, et est emballée avec une endoprothèse stérile qui est bordée d'une greffe de peau récoltée sur les fesses après 7 jours.

La peau du pénis est utilisée pour créer les petites lèvres, le capuchon clitoridien, et la fourchette antérieure (frenulum); le gland du pénis est utilisé pour créer le clitoris, et le scrotum est utilisé pour créer les grandes lèvres.[réf. nécessaire]

Voir aussi

Références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Vaginoplasty » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b Mohan Gundeti, Pediatric Robotic and Reconstructive Urology a Comprehensive Guide, City, Wiley-Blackwell, (ISBN 9781444335538)
    Access provided by the University of Pittsburgh
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Barbara Hoffman, Williams gynecology, New York, McGraw-Hill Medical, (ISBN 9780071716727)
  3. a, b, c, d et e Sophie E.R. Horbach, Mark-Bram Bouman, Jan Maerten Smit et Müjde Özer, « Outcome of Vaginoplasty in Male-to-Female Transgenders: A Systematic Review of Surgical Techniques », The Journal of Sexual Medicine, vol. 12, no 6,‎ , p. 1499–1512 (ISSN 1743-6095, DOI 10.1111/jsm.12868)
  4. a et b O Hiort, Understanding differences and disorders of sex development (DSD, Basel, Karger, (ISBN 9783318025590)
    Access provided by the University of Pittsburgh
  5. a, b, c, d, e, f et g « 2016 ICD-10-PCS Procedure Code 0UQG0ZZ : Repair Vagina, Open Approach », ICD10Data.com (consulté le 3 mars 2016)
  6. Baggish, p. 467-474.
  7. Baggish, p. 409-412.
  8. « Online ICD9/ICD9CM codes », World Health Organization (consulté le 1er mars 2016)
  9. Lee P. A., Houk C. P., Ahmed S. F., Hughes I. A., Houk, Ahmed et Hughes, « Consensus statement on management of intersex disorders », Pediatrics, vol. 118, no 2,‎ , e488–500 (PMID 16882788, DOI 10.1542/peds.2006-0738, lire en ligne)
  10. a et b Peter A. Lee, Anna Nordenström, Christopher P. Houk, S. Faisal Ahmed, Richard Auchus, Arlene Baratz, Katharine Baratz Dalke, Lih-Mei Liao, Karen Lin-Su, Leendert H.J. Looijenga, Tom Mazur, Heino F.L. Meyer-Bahlburg, Pierre Mouriquand, Charmian A. Quigley, David E. Sandberg, Eric Vilain, Selma Witchel et and the Global DSD Update Consortium, « Global Disorders of Sex Development Update since 2006: Perceptions, Approach and Care », Hormone Research in Paediatrics, vol. 85, no 3,‎ , p. 158–180 (ISSN 1663-2818, DOI 10.1159/000442975, lire en ligne)
  11. Office of the High Commissioner for Human Rights, End violence and harmful medical practices on intersex children and adults, UN and regional experts urge, (lire en ligne)
  12. Lih-Mei Liao, Dan Wood et Sarah M Creighton, « Parental choice on normalising cosmetic genital surgery », The BMJ,‎ , –5124 (ISSN 1756-1833, DOI 10.1136/bmj.h5124, lire en ligne)
  13. Report of the UN Special Rapporteur on Torture, Office of the UN High Commissioner for Human Rights, February 2013.
  14. Rachel Zimmerman, « Genital Procedure Draws Warning », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  15. Emily Bourke, « Designer vagina craze worries doctors », Australian Broadcasting Corporation,‎ (lire en ligne)
  16. a et b Lih Mei Liao et Sarah M Creighton, « Requests for cosmetic genitoplasty: how should healthcare providers respond? », BMJ, British Medical Journal, vol. 334, no 7603,‎ , p. 1090–1092 (PMID 17525451, PMCID 1877941, DOI 10.1136/bmj.39206.422269.BE, lire en ligne)
  17. Dorothy Shaw MBChB et Guylaine Lefebvre MD, « Female Genital Cosmetic Surgery », Society of Obstetricians and Gynaecologists of Canada, (consulté le 7 mars 2016)
  18. « Female genital mutilation », World Health Organization, (consulté le 7 mars 2016)
  19. « Current trends in vaginal labioplasty: a survey of plastic surgeons », Ann Plast Surg, vol. 68, no 2,‎ , p. 125–34 (PMID 21346521, DOI 10.1097/SAP.0b013e31820d6867)
  20. Baggish.
  21. Vecchietti G, « Creation of an Artificial Vagina in Rokitansky–Kster–Hauser Syndrome », Attual Ostet Ginecol, vol. 11,‎
  22. « A New Laparoscopic Procedure for Creation of a Neovagina in Rokitansky–Küster–Hauser Syndrome », Fertility and Sterility, vol. 66,‎
  23. University College University Hospitals > Vecchietti Procedure Retrieved 3 April 2010,
  24. F Borruto, Chasen, ST, Chervenak, FA, Fedele, L, Chasen, ST, Chasen, ST, Chasen, ST, Chasen, ST, Chasen, ST et Chasen, ST, « The Vecchietti procedure for surgical treatment of vaginal agenesis: comparison of laparoscopy and laparotomy. », International journal of gynaecology and obstetrics: the official organ of the International Federation of Gynaecology and Obstetrics, vol. 64, no 2,‎ , p. 153–8 (PMID 10189024, DOI 10.1016/s0020-7292(98)00244-6)
  25. N. Callens, G. De Cuypere, P. De Sutter et S. Monstrey, « An update on surgical and non-surgical treatments for vaginal hypoplasia », Human Reproduction Update, vol. 20, no 5,‎ , p. 775–801 (ISSN 1355-4786, PMID 24899229, DOI 10.1093/humupd/dmu024, lire en ligne)

Bibliographie

  • Michael Baggish, Atlas of pelvic anatomy and gynecologic surgery, Philadelphia, PA, Elsevier, (ISBN 9780323225526)
  • Herriot Emans, Emans, Laufer, Goldstein's pediatric & adolescent gynecology, Philadelphia, Wolters Kluwer Health/Lippincott Williams & Wilkins Health, (ISBN 9781608316489)livre électronique, pas de numéros de page.

Articles connexes