Vadenay

Vadenay
Vadenay
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Canton Mourmelon-Vesle et Monts de Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne
Maire
Mandat
Bertrand Dubois
2014-2020
Code postal 51400
Code commune 51587
Démographie
Gentilé Vadenot
Population
municipale
246 hab. (2016 en diminution de 10,22 % par rapport à 2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 21″ nord, 4° 24′ 02″ est
Altitude Min. 109 m
Max. 157 m
Superficie 19,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Vadenay

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Vadenay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vadenay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vadenay

Vadenay est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Géographie

Avec ses sept kilomètres de rivière : la Vesle et la Noblette, ses 60 hectares de bois, Vadenay est privilégiée au milieu de la Champagne crayeuse.

Histoire

Vers 1066 un Germain Franc, nommé Valdin, s'établit au bord du cours d'eau : Vadenay (Vaudensis villa : la villa de Valdin) était né.

Avant la Révolution, Ange Joseph Rémy, baron des Lions, vicomte de Vadenay, baron de Neuflize, était seigneur de Vadenay. Il avait acquis cette terre en 1773 par son mariage avec Marie Françoise Eléonore Godet de Neuflize, fille du dernier seigneur de Vadenay. L'abbaye d'Avenay était aussi seigneur de Vadenay. L'abbaye jouissait dès la fin du XIIIe siècle, de certaines redevances et de droits divers au village de Vadenay, dont la seigneurie. La collégiale de Reims y possédait également des terres.

Pendant la Révolution, deux personnages se distinguèrent tout particulièrement :

  • l'abbé Claude Ignace Paradis, curé de Vadenay et de Cuperly, rédigea le cahier des doléances présentées par les habitants lors de la réunion qui eut lieu sous la présidence de Louis Tronsson ;
  • Louis Benjamin Bablot, né à Vadenay le 9 septembre 1754, en 1790 a lancé Le Caducée, journal de l'Assemblée des électeurs du département de la Marne. Il a créé ensuite L'Observatoire puis s'affirmera comme un homme de gauche à travers le Directoire[1].

Le 23 septembre 1792, jour choisi pour planter un arbre de la Liberté, une horde de bandits, accompagnée de plusieurs scélérats, tous déguisés sous l'habit de uhlan, vint spolier, le couteau sous la gorge, les malheureux habitants de la commune. Ce n'est que le 28 octobre 1792 que la cérémonie put enfin avoir lieu.

Vers 1886, Vadenay sera amputé de 1 300 ha de terres pour la création du camp de Châlons. C'est à cette époque que fut construite l'église. Le village subira trois guerres et invasions : 1870, 1914, 1940.

Monument au combat du haricot de Vadenay des 41e et 49e} B.C.C.

Le 12 juin 1940 le nord de Vadenay est le théâtre d'une terrible bataille. La veille, à la ferme de Moscou sur la route de Reims à Suippes, le 41e bataillon de chars de combat, les redoutables Renault B1 bis, se scinde en deux groupes : le groupe du capitaine Gasc qui se dirige sur la Marne au sud de Châlons et le groupe du capitaine Cornet, aidé du capitaine Pierre Billotte, entre Suippes et Saint-Étienne-au-Temple.

Le capitaine Billotte dispose de quinze chars en état de fonctionnement. Il se poste à la ferme du Piémont et couvre la route entre Châlons et Suippes. À la suite de violents combats contre des blindés allemands sortant des bois longs dans le camp de Mourmelon, le groupe se porte au petit Haricot, puis aux Ouvrages blancs afin de couvrir la retraite d'autres unités. Après sept heures d'isolement, la section tente de dégager sur Vadenay, mais se retrouve prise au piège face à de nombreuses pièces antichars allemandes (50 au kilomètre). Onze chars sont détruits, beaucoup d'hommes succombent dont le capitaine Cornet, commandant du 41e bataillon. D’autres sont faits prisonniers. Parmi eux, le capitaine Billotte grièvement blessé. Le groupe est totalement anéanti, mais sa résistance a permis l’évacuation de plusieurs unités de combattants.

Aujourd’hui, une stèle commémore le sacrifice du 41e BCC devant l’église.

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1876 Loche[2]    
  après 1877 Molé[3]    
1995 2008 Gérard Varlot   Retraité
2008[4] En cours
(au 4 juillet 2014)
Bertrand Dubois   Cultivateur
Réélu pour le mandat 2014-2020[5]

Démographie

Les habitants de Vadenay sont les Vadenots et les Vadenottes. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2016, la commune comptait 246 habitants[Note 1], en diminution de 10,22 % par rapport à 2011 (Marne : +0,76 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
296295277264317359350356360
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
357329319273276285304284277
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
271268250225252223239207176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
437164159203226202226268253
2016 - - - - - - - -
246--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

L'église Saint-Étienne de Vadenay.
  • Nécropole hallstattienne de l'Etau.
  • Sépulture de la Tène du Haricot.
  • Habitat gallo-romain de Vaulamberg.
  • Fait partie du camp militaire de Mourmelon (qui occupe 1 300 ha du territoire de la commune).
  • Emplacement de l'ancien château disparu (fossés apparents).
  • Église Saint-Étienne du XIXe.
  • Un monument en l'hommage des 41e et 49e B.C.C qui ont combattu au haricot de Vadenay.

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Vadenay sur le site de l'Institut géographique national
  • Vadenay sur le site de l'Insee

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Jean-Paul Barbier, Des Châlonnais célèbres, illustres et mémorables, .
  2. Almanach économique, historique & administratif de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine de 1876, Reims, p132.
  3. Almanach économique, historique & administratif de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine de 1877, Reims, p164.
  4. [xls]« Liste des maires au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 22 décembre 2008).
  5. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 2 septembre 2015).
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.