Unité urbaine de Saint-Hilaire-de-Riez

Unité urbaine de Saint-Hilaire-de-Riez
La gare de Saint-Hilaire-de-Riez en juillet 2013.
La gare de Saint-Hilaire-de-Riez en .
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région(s) Pays-de-la-Loire
Département(s) Vendée
Arrondissement(s) Les Sables-d’Olonne
Zone d'emploi Challans
Aire urbaine Saint-Hilaire-de-Riez (pôle urbain)
Nombre de communes 4
Code Insee 85401
Démographie
Population 25 453 hab. (2014)
Coordonnées 46° 43′ nord, 1° 57′ ouest

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
Unité urbaine de Saint-Hilaire-de-Riez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
Unité urbaine de Saint-Hilaire-de-Riez

L’unité urbaine de Saint-Hilaire-de-Riez, connue sous le nom d’« unité urbaine de Saint-Gilles-sur-Vie » puis d’« unité urbaine de Saint-Gilles-Croix-de-Vie », est une entité statistique française située dans le département de la Vendée et la région des Pays-de-la-Loire.

Unité urbaine multicommunale, regroupant les communes du Fenouiller, de Notre-Dame-de-Riez, de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et de Saint-Hilaire-de-Riez, elle constitue la quatrième agglomération urbaine du département.

Histoire

En 1982, l’unité urbaine de Saint-Gilles-Croix-de-Vie regroupe trois communes : Le Fenouiller, Saint-Gilles-Croix-de-Vie et Saint-Hilaire-de-Riez[1]. À partir du zonage en unités urbaines de 1990, l’unité s’étend à la commune de Notre-Dame-de-Riez[2].

En 2010, elle prend le nom d’unité urbaine de Saint-Hilaire-de-Riez[a].

Données statistiques

En 2014, avec 25 453 habitants[3], elle représente la quatrième unité urbaine de la Vendée, devançant celle de Fontenay-le-Comte, et précédant celle de Challans. Au sein du département, le poids démographique de l’unité s’élève à 3,84 %.

Du point de vue régional, au sein des Pays-de-la-Loire, elle occupe le 11e rang après l’unité urbaine de Challans (10e rang) et avant celle de Saint-Brevins-les-Pins (12e rang).

Découpages administratifs territoriaux

Zone d’emploi

Depuis le zonage de 1983, l’unité urbaine de Saint-Gilles-Croix-de-Vie puis de Saint-Hilaire-de-Riez appartient à la zone d’emploi de Challans, qui rassemble 36 communes au [b].

Aire urbaine

Depuis 1997, l’unité urbaine de Saint-Hilaire-de-Riez est le pôle urbain de l’aire urbaine éponyme. Selon la terminologie du zonage en aires urbaines de 2010, elle constitue un « grand pôle » dans le sens où elle offre plus de 10 000 emplois.

Au , l’aire urbaine de Saint-Hilaire-de-Riez réunit les 4 communes de son unité urbaine et 2 autres de la périphérie[c].

Bassin de vie

À la tête du bassin de vie de Saint-Hilaire-de-Riez depuis 2004 (Saint-Gilles-Croix-de-Vie de 2004 à 2012), l’unité urbaine est également le centre d’un périmètre de 8 communes[d].

Géographie

Carte interactive de l’agglomération de Saint-Hilaire-de-Riez.

Situation

L’unité urbaine de Saint-Hilaire-de-Riez se situe au sud-ouest de la région des Pays-de-la-Loire et au nord-ouest du département de la Vendée, dans un territoire marqué du point de vue paysager par le Bas-Bocage et le Marais breton.

Organisation

La superficie de l’unité correspond à celles des territoires municipaux des communes associées. Ces derniers s’établissent à 15 661 hectares selon les services de l’Institut national de l’information géographique et forestière[4]. Elle représente ainsi 1,36 % du département de la Vendée.

Instances administratives

L’idée d’une unité administrative de l’unité urbaine au sein d’une même commune est réactivée au milieu des années 2010. Considérée comme « inéluctable », cette fusion est généralement élargie à d’autres communes proches comme Saint-Révérend ou encore Givrand[5].

Dépendant administrativement de l’arrondissement des Sables-d’Olonne, l’unité fait partie du canton de Saint-Hilaire-de-Riez. Avant le , elle était comprise dans le canton de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, appelé entre 1954 et 1967 « canton de Saint-Gilles-sur-Vie ».

Depuis le , l’unité urbaine de Saint-Hilaire-de-Riez appartient à la communauté de communes du Pays-de-Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Entre le et cette date, Le Fenouiller, Saint-Gilles-Croix-de-Vie et Saint-Hilaire-de-Riez faisaient partie de la communauté de communes Côte-de-Lumière. Notre-Dame-de-Riez était quant à elle une des communes fondatrices de la communauté de communes Atlancia-des-Vals-de-la-Vie-et-du-Jaunay, créée le .

Composition

Au dernier zonage de l’Institut national de la statistique et des études économiques, celui de 2010, l’unité urbaine se compose de quatre communes[a].

Liste des communes de l’unité urbaine
Nom Code
Insee
Statut Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Le Fenouiller Commune du pôle urbain (2014) 251
Notre-Dame-de-Riez Commune du pôle urbain (2014) 136
Saint-Gilles-Croix-de-Vie Commune du pôle urbain (2014) 720
Saint-Hilaire-de-Riez Commune du pôle urbain (2014) 234

Démographie

Évolution de la population de l’unité urbaine de Saint-Gilles-sur-Vie, de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et de Saint-Hilaire-de-Riez
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007
- - - - 14 479[1] 17 571[2] 19 982 23 420
Recensements de population du Fenouiller, de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et de Saint-Hilaire-de-Riez (depuis 1982), et de Notre-Dame-de-Riez (depuis 1990)
(Sources : base Cassini et Insee)
Histogramme de l’évolution démographique

Notes et références

  1. a et b « Unité urbaine de Saint-Hilaire-de-Riez (85401) », [lire en ligne].
  2. « Zone d’emploi de Challans (5215) », [lire en ligne].
  3. « Aire urbaine de Saint-Hilaire-de-Riez (209) », [lire en ligne].
  4. « Bassin de vie de Saint-Hilaire-de-Riez (85226) », [lire en ligne].
  • Autres références
  1. a et b Composition communale de 1982, 1983, p. 97.
  2. a et b Composition communale de 1990, 1991, p. 119.
  3. Institut national de la statistique et des études économiques, « Populations légales en vigueur à compter du  : Vendée », Recensement de la population,‎ , p. 5, 7 et 8 (résumé).
  4. « Commune 15517 », « Commune 5173 », « Commune 35570 » et « Commune 23499 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  5. Maryse Kerjouan, « 14 communes aujourd’hui mais combien demain ? », Ouest-France,‎ .

Bibliographie

  • Institut national de la statistique et des études économiques, Villes et agglomérations urbaines : Répartition de la population par catégories de communes ou d’agglomérations, Paris, Imprimerie nationale, , 115 p. (notice BnF no FRBNF33909045).
  • Institut national de la statistique et des études économiques, Recensement de 1962 : Villes et agglomérations urbaines, Paris, Journaux officiels, , 216 p. (notice BnF no FRBNF33013656).
  • Institut national de la statistique et des études économiques, Recensement général de la population de 1968 : Villes et agglomérations urbaines, délimitation 1968, Paris, Imprimerie nationale, , 751 p. (notice BnF no FRBNF35451405).
  • Institut national de la statistique et des études économiques, Recensement général de la population de 1975 : Villes et agglomérations urbaines, délimitation 1975, Paris, Imprimerie nationale, , 780 p. (notice BnF no FRBNF35254087).
  • Institut national de la statistique et des études économiques, Recensement général de la population de 1982 : Composition communale des unités urbaines, population et délimitation 1982, Paris, Insee, 1983, 107 p. (notice BnF no FRBNF34794980).
  • Institut national de la statistique et des études économiques, Recensement général de la population de 1990 : Composition communale des unités urbaines, population et délimitation 1990, Paris, Insee, 1991, 133 p. (notice BnF no FRBNF35460730).
  • Institut national de la statistique et des études économiques, Recensement général de la population de 1999 : Composition communale des unités urbaines, population et délimitation 1999, Paris, Insee, , 157 p. (notice BnF no FRBNF37568556).

Annexes

Articles connexes

Lien externe