Floorball

(Redirigé depuis Unihockey)

Floorball
Autres appellations Unihockey (Suisse), Unihoc (Belgique), Innebandy (Suède), Salibandy (Finlande)
Fédération internationale Fédération internationale de floorball (IFF)
Champion(ne)(s) du monde en titre masculin Drapeau de la Suède Suède
féminin Drapeau de la Suède Suède
Image illustrative de l’article Floorball
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈

Une partie de floorball entre Panam United (noir) et Lady Storm (bleu).

Le floorball, aussi appelé unihockey en Suisse, est un sport collectif où deux équipes de cinq joueurs et un gardien s'affrontent en trois tiers-temps de vingt minutes. L'objectif est de mettre la balle dans le but adverse à l'aide d'une crosse, également appelée canne en Suisse.

Ce sport peut également se jouer en trois contre trois (en plus d'un gardien) sur un petit terrain équivalent à la moitié du grand terrain. Ce mode de jeu est notamment utilisé chez les plus jeunes.

Généralités

Le floorball (en suédois innebandy, en finnois salibandy) est un sport d'équipe. C'est un sport voisin du hockey sur glace qui appartient à la famille des sports de crosses comme le hockey sur gazon, roller in line hockey, rink hockey ou la crosse.

Origines

Les origines exactes du floorball sont mal connues. Il est généralement considéré comme une évolution du hockey sur glace, permettant notamment de continuer à jouer durant la période estivale dans les pays où les patinoires étaient en plein air. Il se pratiquait alors en été, en gymnase ou à l'extérieur[1].

À ce titre, il est largement pratiqué dans la plupart des pays où la tradition du hockey sur glace est très présente (Suède, Finlande, République tchèque, Slovaquie, etc.)[1]. Il a été créé en Amérique du Nord mais n'y est pratiqué que de façon marginale[réf. nécessaire] et c'est en Europe du Nord, en Suède notamment, qu'il a été popularisé[1].

Développement et internationalisation

L’intérêt pour le floorball de nombreux pays d'Europe et du monde a crû durant les années 1980 : le nombre de pratiquants ne cessant d'augmenter, le floorball s'est structuré et imposé comme une discipline sportive à part entière. La Fédération Internationale de Floorball (IFF) est créée en 1986[2] et compte en 2019 45 fédérations membres officiels ainsi que 27 fédérations membres associés[3]. Ce sont plus de 360 000 joueurs et joueuses qui sont officiellement licenciés au niveau mondial en 2018[4].

Le floorball a été reconnu par le Comité international olympique comme membre à part entière en [5]. Il est également présent aux Jeux mondiaux, souvent considéré comme l'anti-chambre des Jeux olympiques. Il est aujourd'hui considéré comme le sport national en Suède mais est également un sport majeur en Suisse, en Finlande et en République tchèque.

Principes et philosophie

Le floorball se caractérise par l'importance donnée au fair-play et à l'état d'esprit. En effet, les règles, décrites ci-dessous, font la part belle à la maîtrise de soi et à un engagement "physique mais correct". Les contacts entre joueurs sont limités au strict minimum, à la seule lutte "épaule contre épaule". Le contact volontaire entre les crosses ainsi que le fait de mettre sa crosse entre les jambes de l'adversaire sont interdits. À la fin du match, le règlement prévoit que les 2 équipes se fassent face, se saluent, puis le capitaine de chaque équipe fait un petit discours remerciant ses coéquipiers, ses adversaires, les arbitres, la table de marque et le public.

Enfin, en France, le floorball se caractérise par la mixité. Il n'est pas rare de voir des femmes jouer dans des équipes d'hommes, des plus jeunes catégories d'âges aux adultes. Si le poste de gardien est le plus représenté parmi les femmes jouant au plus haut niveau avec des hommes, il arrive d'en voir comme joueuses de champ.

Règles

Temps de jeu

Pour les adultes, en situation de match standard, un match dure 3 tiers-temps de 20 minutes chacun. Le temps de jeu est le plus souvent "effectif", c'est-à-dire que le chronomètre est mis en pause à chaque arrêt de jeu, quand la balle sort du terrain ou qu'un coup de sifflet retentit. En ce début d'année 2022, une expérimentation est en cours au niveau international pour passer à un format de 3x15 minutes. Le temps de pause entre 2 tiers-temps est quant à lui de 10 minutes.

Chez les plus jeunes, la durée des tiers-temps est plus souple (3x12 en France pour les U14, 3x10 pour les plus jeunes, ...) avec temps de jeu continu le plus souvent (pas d'arrêt du chronomètre en cours de match) et un temps de pause plus réduit (5 minutes généralement).

Terrain

Crédit image :
licence CC-BY-SA-3.0 🛈
Schéma d'un terrain de floorball (grand terrain)

Le terrain fait 40 m de long pour 20 m de large et est entouré d'une bande en polymère (appelée rink) de 50 cm de haut, qui lui donne sa forme. On y évolue à 6 joueurs, dont un gardien. Les buts sont distants de 37 mètres.

Il existe une variante petit terrain permettant de jouer dans une salle moins grande. Le petit terrain fait 24 m de long sur 14 m de large et est entouré d'une bande de 30 à 50 cm de haut. On y évolue à 4 joueurs, dont un gardien. Les buts sont distants de 18 m (la moitié d'un grand terrain ou la taille d'un terrain de volley) mais conservent la même taille que sur le grand terrain. Ce mode de jeu est utilisé régulièrement dans les catégories d'âge les plus jeunes (U10, U7) et également chez les adultes en Suisse (plusieurs milliers de licenciés).

Sur le plan international, le floorball se joue uniquement sur grand terrain. Les championnats nationaux/régionaux grand terrain et petit terrain sont indépendants.

Le gardien, protégé par un casque et une tunique rembourrée, n'a pas de crosse et défend sa cage à genoux. Les joueurs ont une crosse en matériaux composites avec laquelle ils guident une balle en plastique creuse de 25 grammes et d'un diamètre de 70 mm.

  • Si la balle passe par-dessus la bande (le rink), on joue une balle sortie à 1,5 m au maximum de la bande (1 m pour le petit terrain) ;
  • En cas de faute, l'arbitre siffle et on joue un coup franc. Tous les coups francs sont directs. Le joueur doit jouer la balle rapidement après l'avoir immobilisée au sol, en la frappant (il n'est pas permis de la soulever ni de l'accompagner) ;
  • Toutes les sorties ou fautes derrière le prolongement de la ligne de but se font au point de bully le plus proche (équivalent du corner en football) ;
  • Lors d'une remise en jeu, les joueurs adverses doivent se trouver, crosses comprises, à 3 m (2 m sur petit terrain) de la balle au moment où le joueur touche la balle (pénalité de banc mineure en cas de non-respect) ;
  • Le jeu débute ou repart après un but par un bully au point central. Deux joueurs (un de chaque équipe) se trouvent face à face, pieds parallèles, crosses parallèles au sol, et attendent le coup de sifflet avant de jouer. Les autres joueurs se trouvent à 3 m (2 m sur petit terrain).

Zones de but et de protection

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Schéma de la zone de but et de la zone de protection (mesures sur grand terrain)

Comme on peut le voir sur le schéma ci-contre, deux surfaces sont délimitées à proximité des buts : la grande est la zone de but, la petite est la zone de protection[6] (cette dernière est exclusivement réservée au gardien).

  • En cas de faute commise dans la zone de but (s'il n'y a pas penalty), le coup franc sera reculé à une distance de 3,5 m (2,5 m sur petit terrain) de la zone de protection du gardien ;
  • Toute faute qui annihile une situation évidente de but (peu importe qu'elle ait été commise dans la zone de but ou en dehors) est sanctionnée par un penalty ;
  • Ni les défenseurs ni les attaquants n'ont le droit de mettre le pied dans la zone de protection du gardien. Lors de la formation d'un mur, si un défenseur a un pied dans cette zone et que le coup franc est tiré en direction du but, un penalty est sifflé (situation évidente de but) ;
  • Lorsque le gardien se saisit de la balle, les joueurs adverses doivent se tenir à une distance minimale de 3 m (2 m sur petit terrain) de l'endroit où il a pris la balle. S'ils se tiennent plus près sans s'éloigner, ils peuvent être sanctionnés par un coup franc et si, en plus, ils essaient de gêner le gardien ou d'intercepter la balle, ils doivent être sanctionnés par une pénalité de banc mineure.

Situations standard

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Bully lors de Panam United - Lady Storm, saison 2014-2015.

On appelle situations standard les différentes formes de reprise du jeu[6]. Ce sont les suivantes :

  • Bully : au point central au début de chaque période et après chaque but marqué ; sur l'un des 6 points de bully dans tous les autres cas (après une interruption du match en raison d'un joueur blessé, d'une balle cassée, d'un but déplacé, etc.). Exécution : pieds parallèles, crosses parallèles et ne touchant pas la balle, les 2 mains sur la crosse.
  • Balle sortie : lorsque la balle sort du terrain ou touche des objets (ou le plafond) au-dessus de celui-ci. Exécution : similaire à un coup franc, mais toujours à 1,5 m (1 m sur petit terrain) de la bande.
  • Coup franc : accordé à une équipe après une faute de l'équipe adverse. Exécution : balle frappée (et non accompagnée ni conduite) ; se joue à l'endroit de l'infraction, sur le point de bully le plus proche en cas d'infraction derrière le prolongement de la ligne de but (ou lorsque l'équipe fautive entre en possession de la balle lors d'une pénalité différée) ou à 3,5 m (2,5 m sur petit terrain) de la zone de protection si l'infraction a été commise à proximité de (ou dans) celle-ci (cf. rubrique précédente). Les adversaires doivent se tenir à 3 m minimum (2 m sur petit terrain), canne comprise, de la balle, sinon une pénalité de 2 minutes sera prononcée.
  • Penalty : en cas de faute annihilant une situation claire de but. Exécution : le joueur s'engage depuis le milieu du terrain pour un face à face avec le gardien ; le joueur et la balle ne peuvent pas s'arrêter ni reculer les deux en même temps ; seuls le gardien, le tireur et les arbitres sont sur le terrain durant l'exécution du penalty.

Une situation standard ne doit pas être retardée sans motif valable. Si l'équipe exécutante perd du temps inutilement, un coup franc sera accordé à l'autre équipe (y compris pour l'exécution incorrecte d'un bully). Si l'équipe fautive perd du temps volontairement ou gêne intentionnellement l'exécution d'un coup franc en faveur de l'équipe adverse, elle se verra infliger une pénalité de banc mineure.

Pénalités

Voici les différentes sortes de pénalités existant au floorball[6] :

  • Pénalité de banc mineure : le joueur pénalisé doit s'asseoir sur le banc de pénalité pour 2 minutes. Pendant ce temps, son équipe joue avec un joueur en moins. Une pénalité de banc mineure est annulée en cas de but marqué par l'équipe adverse, mais uniquement si celle-ci est en supériorité numérique (si les deux équipes jouent avec un joueur en moins, aucune pénalité n'est annulée). Si le gardien ou un entraîneur se voit infliger une pénalité de banc mineure, c'est un autre joueur de l'équipe qui doit la purger.
  • Pénalité de banc majeure : le joueur pénalisé doit s'asseoir sur le banc des pénalités pour 2 + 2 minutes. Pendant ce temps, son équipe joue avec un joueur en moins. Si l'équipe adverse marque un but en supériorité numérique, les 2 minutes en cours sont annulées et les suivantes commencent à être chronométrées. Si le gardien se voit infliger une pénalité de banc majeure, il doit la purger lui-même et être remplacé ; un joueur supplémentaire l'accompagnera sur le banc des pénalités.
  • Pénalité de 10 minutes : c'est une pénalité personnelle prononcée pour comportement antisportif. Elle est toujours accompagnée d'une pénalité de banc mineure. Le joueur pénalisé doit s'asseoir sur le banc des pénalités, accompagné d'un joueur supplémentaire qui purgera la pénalité de banc mineure. La pénalité de 10 minutes ne commence à être décomptée qu'une fois la pénalité de banc mineure accompagnante terminée ; dès ce moment, l'équipe est de nouveau au complet. Si le gardien se voit infliger une pénalité de 10 minutes, il doit la purger lui-même et être remplacé ; un joueur supplémentaire l'accompagnera sur le banc des pénalités. Si un entraîneur se voit infliger une pénalité de 10 minutes, il devra prendre place dans les tribunes et y rester jusqu'à la fin du match.
  • Pénalité de match (carton rouge) : c'est une expulsion prononcée pour de graves antisportivités ou manquements. Elle est toujours accompagnée d'une pénalité de banc majeure. Le joueur ou l'entraîneur expulsé doit quitter le terrain de jeu et se tenir à un endroit où il ne peut exercer aucune influence sur le jeu (en général, au vestiaire ; en tout cas, pas sur les gradins). Un joueur de l'équipe purgera la pénalité de banc majeure, durant laquelle l'équipe jouera avec un joueur en moins. Il existe deux types de pénalités de match :
    • pénalité de match technique (prononcée pour des infractions d'ordre technique ou administratif) : le joueur est exclu du match, sans sanction supplémentaire ;
    • pénalité de match : le joueur est exclu du match, est suspendu pour le prochain match et peut se voir en outre infliger une sanction supplémentaire décidée par la commission disciplinaire.

Toutes les pénalités peuvent être différées. Les arbitres diffèrent une pénalité (en levant le bras à la verticale) si l'équipe non fautive peut profiter de l'avantage malgré la faute commise. Dès que l'équipe fautive entre en possession de la balle ou que le jeu doit être interrompu pour une autre raison, les arbitres siffleront et prononceront la pénalité. Le jeu reprendra par un coup franc au point de bully le plus proche dans le premier cas mentionné ou par la situation découlant de l'interruption dans le deuxième cas.

Après une pénalité non différée (prononcée immédiatement), le jeu reprendra toujours par un coup franc (sauf si la pénalité a été prononcée lors d'une interruption de jeu).

Fautes de joueur

  • Le joueur ne peut jouer la balle[6] que jusqu'à la hauteur des genoux et lever la crosse jusqu'à la hauteur des hanches (mouvement de tir plus haut permis si personne ne se trouve à proximité).
  • Le joueur ne peut pas frapper avec sa crosse le corps de l'adversaire ou sa crosse (pénalité de banc mineure au minimum si c'est répété / dangereux / par-derrière...).
  • Les contacts durs (body checks) sont interdits (pénalité de banc mineure au minimum), seul le contact épaule-épaule est autorisé. L'utilisation d'une autre partie du corps pour un contact est interdite (infraction pousser).
  • Le joueur ne peut pas sauter et arrêter la balle alors qu'il a les deux pieds décollés du sol.
  • Le joueur doit jouer la balle avec la crosse, les pieds, les jambes ou le torse.
  • Le joueur ne peut pas toucher la balle volontairement avec les bras ou les mains (pénalité de banc mineure).
  • Le joueur ne peut pas toucher la balle volontairement avec la tête.
  • Le joueur ne peut pas jouer au sol, ni sans crosse (pénalité de banc mineure).
  • Le joueur ne peut pas marquer un but volontairement avec une partie du corps (but annulé et bully).
  • Le joueur ne peut pas reculer contre un joueur (faute d'attaquant).
  • Le joueur ne peut pas mettre sa crosse ou son pied entre les jambes de l'adversaire.
  • Le joueur doit avoir une crosse certifiée par l'IFF.

Gardien

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Gardienne
  • Le gardien joue[6] sans crosse et doit toujours attraper la balle en ayant une partie du corps dans la zone de but.
  • Il peut néanmoins sortir de la zone de but, mais il est alors considéré comme un joueur sans crosse (il ne peut pas toucher la balle des mains, ni au sol, etc.)
  • Lorsqu'il bloque la balle, il doit la relancer rapidement (dans les 3 secondes).
  • Il ne peut pas dégager ou faire une passe au-delà de la ligne médiane, sauf si la balle a touché le sol, la bande ou un joueur avant de la franchir.
  • Il ne peut pas recevoir une passe adressée volontairement par un coéquipier ni saisir la balle sous contrôle de ce dernier (règle de la passe en retrait, analogue au football).
  • Il ne peut pas marquer un but lui-même (même si la balle a touché le sol, les bandes ou un joueur avant de franchir la ligne médiane).

Différences avec le hockey sur glace

Crédit image :
original by Kokiri
licence CC-BY-SA-3.0 🛈
Une balle de floorball
  • Le terrain de jeu est situé dans une salle de sport (exceptionnellement en extérieur) et est plus petit.
  • Les joueurs n'ont pas de patins, ni de protections (sauf le gardien).
  • Le gardien n'a pas de crosse (ni de mitaine, ni de biscuit).
  • La balle est de forme sphérique, creuse et très légère.
  • Le rink ne mesure que 50 cm de haut (contre ~ 1,2 m au hockey sur glace). Il n'est pas fixé au sol.
  • Les règles sont beaucoup plus restrictives et plus sévères concernant le jeu dur, afin de protéger les joueurs.
  • Après une faute (avec ou sans pénalité), un coup franc est accordé à l'équipe adverse (sauf cas spéciaux).
  • Les matchs sont dirigés par deux arbitres égaux en droits (grand terrain) ou un arbitre (petit terrain).
  • Un joueur peut recevoir un carton rouge après avoir commis une faute grave, synonyme de pénalité de match, et être donc exclu du match.

Joueurs

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Joueurs de floorball

Équipements

L'équipement du joueur de champ de floorball est léger, à la différence de celui de son cousin du hockey sur glace. Règlementairement, il doit porter un maillot aux couleurs de son club, un short et des chaussettes montantes[2]. Le port de protège-tibias n'est pas obligatoire, au contraire des lunettes de protection, obligatoires pour les joueurs de moins de 16 ans depuis 2017. Certains joueurs portent une paire de gants fins (type mitaines) pour faciliter le grip sur la crosse.

Les chaussures de floorball sont des chaussures classiques de sports de salle, ne laissant pas de traces au sol et évitant les glissades.

L'élément principal de l'équipement est la crosse, composée d'un manche en matériaux composites et d'une palette en plastique. La palette, légèrement incurvée, sera différente selon que l'on joue à gauche (main droite en haut du manche, palette du côté gauche du corps - 70 % des joueurs) ou à droite (main gauche en haut du manche, palette à droite du corps - 30 % des joueurs)[7],[1].

Positions

Sur grand terrain, les joueurs de champ (hors gardien) sont au nombre de 5 et se répartissent en 3 positions :

  • les défenseurs : au nombre de 2, ils assurent les principales tâches défensives, au plus près du but. En attaque, ils se placent juste au-delà de la ligne médiane et sont régulièrement sollicités pour les tirs de loin ;
  • les ailiers : ils occupent les 2 côtés du terrain, droit et gauche, en attaque. En défense, ils sont chargés de couvrir les 2 défenseurs adverses, et notamment de couper les lignes de passe en leur direction ;
  • le centre : il occupe la position centrale en attaque comme en défense. Souvent considéré comme l'architecte du jeu en attaque, il a également un rôle capital en défense pour couper les différentes lignes de passes entre les joueurs en position haute (ailiers) et ceux en position basse (défenseurs). Il est régulièrement considéré comme un mélange entre le no 8 et le no 10 de football.

Catégories d'âge (France)

Pour la saison 2022-2023, saison de reprise après la crise sanitaire qui avait entraîné la suspension des différents championnats, les catégories d'âge seront les suivantes[8] :

Catégorie Naissance
Seniors En 2005 et avant
U17 Entre 2006 et 2007
U15 Entre 2008 et 2009
U13 Entre 2010 et 2011
U11 Entre 2012 et 2013
U9 2014 et avant

Compétitions et équipes

Compétitions nationales et internationales

Tournois internationaux

Championnats nationaux francophones

France
Suisse
  • Championnat de Suisse d'unihockey de ligue nationale A
  • Championnat de Suisse d'unihockey de ligue nationale B
  • Championnat de Suisse d'unihockey actifs/actives grand terrain (1re à 4e ligue)
  • Championnat de Suisse d'unihockey juniors grand terrain (M21 à M14)
  • Championnat de Suisse d'unihockey actifs/actives petit terrain (1re à 5e ligue)
  • Championnat de Suisse d'unihockey juniors petit terrain (juniors A à juniors E)

Belgique

- Championnat de Belgique de Floorball, national 1

- Championnat de Belgique de Floorball, Division 2

- Championnat de Belgique de Floorball, Division 3

Équipes

Nations majeures du floorball

Les 10 premières nations mondiales sont[9] :

Clubs

France
  • ASPTT Nancy-Laxou Floorball
  • Les Grizzlis du Hainaut
  • Les Salamandres De Montbazon
Suisse
  • SV Wiler-Ersigen
  • Floorball Köniz
  • Tigers Langnau
  • Grasshopper Club Zürich
  • UHC Aligator Malans
  • HC Rychenberg Winterthur
  • Zug United
  • UHC Uster
  • Waldkirch-St. Gallen
  • Chur Unihockey
  • UHC Thun
  • Kloten-Bülach Jets
  • UHC Bevaix
  • UHC Begnins
  • UHT Semsales
  • UHC Avry

Joueurs majeurs

Aspects socio-économiques

Couverture médiatique

La couverture médiatique du floorball reste limitée en Europe de l'Ouest. En Suède et dans les pays du nord, elle est beaucoup plus importante du fait du poids de ce sport dans la vie sportive locale. Au niveau international, la communication de la fédération passe beaucoup par internet. L'IFF possède sa propre chaîne sur le net[10], qui diffuse les principales compétitions (championnats du monde féminin et masculin, phases de qualification, etc.).

Aspects économiques

L'impact économique du floorball reste limité, à l'exception de la Suède et, dans une moindre mesure, de la République Tchèque. Quelques marques de sport se sont cependant spécialisées dans la fabrication et la commercialisation d'équipements spécifiques au floorball comme les crosses, les balles et les rinks. On peut citer entre autres les marques Unihoc, Oxdog ou encore Salming.

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes