Un p'tit truc en plus

Un p’tit truc en plus
Logo du film.
Réalisation Artus
Scénario Artus
Clément Marchand
Milan Mauger
Acteurs principaux
Sociétés de production Cine Nomine
Pays de production Drapeau de la France France
Genre comédie
Durée 99 minutes
Sortie 2024

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Un p'tit truc en plus est un film français réalisé par Artus et sorti en 2024.

Il s'agit du premier long métrage réalisé et écrit par Artus.

Synopsis

Paulo vit de petits larcins avec son père, surnommé « La Fraise ». Après avoir braqué une petite bijouterie dans le centre de Valence (Drôme), ils se rendent compte que leur voiture a été embarquée par la fourrière, l'ayant garée illégalement sur une place pour personnes handicapées, à côté du palais de justice et d'un établissement s'occupant de personnes ayant un handicap mental qui se prépare justement à emmener ses pensionnaires en vacances dans un gîte dans le Vercors.

Alice, éducatrice et responsable du centre, attend un retardataire nommé Sylvain. Voyant arriver par hasard Paulo et La Fraise, elle pense que Paulo est Sylvain et prend La Fraise pour son éducateur. La Fraise y voit l’opportunité de se cacher de la police. Il parvient également à l'accompagner dans le bus, et persuade Alice que sa présence est indispensable à « Sylvain ». La Fraise se fera surnommer fortuitement « Orpi » durant le trajet.

Arrivés au gîte, Alice apprend que ce sera probablement la dernière année que l'association pourra y séjourner, du fait de l'augmentation du loyer, sans oublier qu'elle prépare un départ aux États-Unis pour y rejoindre son copain, ce qu'elle a du mal à annoncer au groupe. Dans le même temps, Paulo, désormais Sylvain, essaie tant bien que mal de se faire passer pour un handicapé. Il fait illusion auprès des éducateurs, mais est très vite démasqué par Arnaud et Ludo, qui ont vite compris que « Sylvain » n'était pas déficient mental et faisait juste semblant. Arnaud et Ludo vont alors demander à Paulo de les aider à faire certaines choses dont ils ne se sentent pas capables, comme demander de sortir avec une des pensionnaires nommée Marie, sous peine de dévoiler son secret.

Au fil des jours, Paulo apprend à vivre avec ces gens qui ont un « p'tit truc en plus », tout en éprouvant une attirance pour Alice, tandis que La Fraise, forcé de faire l'éducateur, essaie de trouver une solution pour se tirer d'affaire malgré le manque de réseau et le bris de son téléphone. Malgré lui, il se retrouve à s'occuper de Baptiste, un fan de football et plus précisément de la légende portugaise Cristiano Ronaldo. Petit à petit, une sympathie finit par s'établir entre eux, qui n'avait jamais pu naître avec aucun des autres aidants. Cependant, ses méthodes brutes de décoffrage et ses sautes d'humeur sont assez mal perçues par le reste de l'équipe.

Dans le même temps, Alice finit par rompre avec son petit ami, se rendant compte qu'il voulait absolument qu'elle lâche l'association sans états d'âme pour le rejoindre. Un peu lassés de réaliser des activités ennuyeuses comme du yoga, les pensionnaires de la colonie, portés par Sylvain, proposent de réaliser des activités plus productives, comme se mettre à faire la cuisine. La Fraise, étant souvent dehors avec Baptiste, propose aussi de faire plus d'activités en dehors du gîte. L'idée semble faire l'unanimité et, pour le dernier jour des vacances, Alice emmène la colonie faire de l’aviron.

Face au refus du gérant de la location d’embarcations, arguant un manque de sécurité, La Fraise le prend discrètement à partie et le menace de représailles pour le forcer à accepter. Mais en revenant de l'excursion, le gérant ayant appelé la police, Paulo et La Fraise sont contraints de fuir. Marqué par son expérience, Paulo décide de ne pas suivre son père et se rend. Quelques jours plus tard Paulo passe en jugement, quand Alice et la colonie arrivent en pleine audience pour le défendre. Car malgré son mensonge sur son identité et sa situation, il leur a permis de passer un séjour mémorable.

Quatre mois plus tard, Paulo en liberté conditionnelle, travaille désormais comme aidant auprès d'Alice. Il voit arriver son père, arrêté par la police et qui n'a que quelques minutes pour lui parler avant de partir pour 3 ans de prison. La Fraise offre un nouveau maillot de Cristiano Ronaldo à Baptiste puis repart, non sans avoir laissé un dernier cadeau de façon anonyme : avec l'argent des bijoux volés, il a racheté le gîte pour en faire don à l'association, leur permettant d'y revenir chaque été. On découvre alors que Paulo et Alice se sont rapprochés.

Fiche technique

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données d'Unifrance. Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Distribution

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

  • Artus : Paulo / Sylvain
  • Clovis Cornillac : la Fraise / Orpi / Lucien
  • Alice Belaïdi : Alice
  • Marc Riso : Marc
  • Céline Groussard : Céline
  • Gad Abecassis : Gad
  • Ludovic Boul : Ludovic
  • Stanislas Carmont : Alexandre
  • Marie Colin : Marie
  • Thibaut Conan : Thibaut
  • Mayane-Sarah El Baze : Mayanne
  • Théophile Leroy : Baptiste
  • Arnaud Toupense : Arnaud
  • Sofian Ribes : Soso
  • Boris Pitoeff : Boris
  • Benjamin Vandewalle : le vrai Sylvain

Production

Développement et attribution des rôles

Un p'tit truc en plus est le premier long métrage réalisé par Artus[1],[2]. Le , Le Film français dévoile les premières informations sur ce film alors présenté sous le titre Un petit truc en plus : les acteurs engagés dans les rôles principaux sont Artus, Clovis Cornillac, Alice Belaïdi, Marc Riso et Céline Groussard ; Artus en est le réalisateur ainsi que le coscénariste en compagnie de Clément Marchand et Milan Mauger, et Cine Nomine est la société de production du film[1]. En août, le titre est légèrement modifié : le « e » de « petit » est remplacé par une apostrophe, ce qui donne Un p'tit truc en plus[3].

Pour les droits visuels et les droits musicaux concernant Dalida (dont un des vacanciers est fan) Orlando le frère de Dalida qui aurait adoré le film, aurait offert les droits. [réf. nécessaire]

Tournage

Le tournage débute le [1] dans une ferme qui constitue le décor du centre de la colonie de vacances, sur la route de Gontier à Malleval-en-Vercors, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes[4]. Il se déroule également dans les villes de Chatte et de La Sône, en Isère[1]. Le , l'équipe s'installe à Valence, dans la Drôme, plus précisément pour filmer la place du Palais et la cour de l'école Louis-Pergaud[3], puis se déplace dans le Vercors, dans la commune d'Izeron[5]. Les prises de vues s'achèvent le suivant à Saint-Nazaire-en-Royans[6],[7],[8].

Accueil

Sortie

Début , la société Pan Distribution annonce une date de sortie du film Un p'tit truc en plus, prévue alors le [9].

Le film fait son avant-première, le , aux Rencontres du cinéma de Gérardmer, avec la présence du réalisateur[10]. Le film sort finalement en salles plus tôt qu'annoncé : le .

Accueil critique

En France, le site Allociné propose une moyenne de 3,15, d'après l'interprétation de 16 critiques de presse.

Box-office

Avec 279 635 entrées le premier jour de sa sortie, le 1er mai, et 500 000 entrées en trois jours, le film réalise le deuxième meilleur démarrage de l'histoire du cinéma français, derrière Bienvenue chez les Ch'tis[12],[13]. Le 10 mai, le film dépasse 1 600 000 entrées[14].

Le 13 mai, BFM TV annonce que le film a dépassé le cap des deux millions d'entrées en deux semaines d’exploitation[15], confirmé par la suite par Allociné le 16 mai .

Le 20 mai, BFM TV annonce que le cap des trois millions d'entrées est à son tour franchi[17]. Celui des quatre millions est atteint le 24 mai[18].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 3 433 739 entrées en cours 3

Monde Total mondial 15 041 964  $ en cours 3
Box-office détaillé du film, semaine par semaine, en France
Semaine France
Rang Entrées Cumul
1 1 au 7 mai 2024 1 1 131 341 1 131 341
2 8 au 14 mai2024 1 992 121 2 123 462
3 15 au 21 mai 2024 1 1 310 277 3 433 739
4 22 au 28 mai 2024 1 4 000 000
5 29 au 4 juin 2024
6 5 au 11 juin 2024

Festival de Cannes

Le , lors d'une interview de France Inter, Artus annonce qu'aucune marque de luxe n'a souhaité habiller les acteurs du film pour la montée des marches du Festival de Cannes. Selon le réalisateur, les marques ont déjà prêté tous leurs costumes, et ajoute « que c’est toujours plus élégant pour une marque d’habiller Brad Pitt que d’habiller […] Artus et encore plus des acteurs en situation de handicap »[19]. Le 13 mai, le groupe LVMH annonce vouloir faire des essais d'habillages avec les acteurs. Le lendemain, Kering déclare également habiller le casting[20]. Artus a aussi accepté la proposition de l'entreprise « Ouais et alors », portée sur l'inclusivité. Celle-ci leur a fourni des tee-shirts qui seront portés sur la Croisette et lors d'interview[21].

Notes et références

  1. a b c et d « [Exclusif] Clovis Cornillac à l’affiche du premier long métrage d’Artus » Accès payant, sur lefilmfrancais.com, Le Film français, (consulté le ).
  2. Nicolas Colle, « Artus réalise son 1ᵉʳ long métrage », sur Ecran Total, (consulté le ).
  3. a et b Amandine Brioude, « L'humoriste Artus en tournage à Valence pour son tout premier long-métrage » Inscription nécessaire, sur ledauphine.fr, Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  4. Maryse Dolin, « Une équipe de tournage s’est installée route de Gontier pour une comédie réalisée par Artus » Inscription nécessaire, sur ledauphine.com, Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  5. Damien Triomphe, « Un film avec Artus et Clovis Cornillac tourné à Valence et dans le Vercors », sur France Bleu, (consulté le ).
  6. Damien Triomphe, « De Valence au Royans, le tournage du film avec Artus et Clovis Cornillac s'achève après sept semaines », sur France Bleu, (consulté le ).
  7. « Un p'tit truc en plus », sur Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma (consulté le ).
  8. Juliette Gentil, « UN P'TIT TRUC EN PLUS - Artus et Clovis Cornillac en tournée dans la région », sur auvergnerhonealpes-cinema.fr, (consulté le ).
  9. « Pan Distribution réaménage son printemps-été 2024 », sur boxofficepro.fr, (consulté le ).
  10. Philippe Cuny, « Rencontres du cinéma de Gérardmer : face à nos lecteurs, Artus présente son film pour les gens qui ont un “P’tit truc en plus” » Inscription nécessaire, sur Vosges Matin, (consulté le ).
  11. Chloé Delos-Eray, « Un p’tit truc en plus signe un des meilleurs démarrages français depuis Bienvenue chez les Ch’tis », sur Première, (consulté le )
  12. Frédéric Denis, « Cinéma : le film "Un p’tit truc en plus" de l’humoriste Artus signe le meilleur démarrage de l’année - France Bleu », sur France Bleu, (consulté le ).
  13. J. L., « Cannes 2024 : l'équipe d' « Un p'tit truc en plus » sur les marches sans costumes de marque », sur https://www.bfmtv.com/, BFM TV,
  14. « "Un p'tit truc en plus": le film d'Artus passe le cap des 2 millions d'entrées, moins de 2 semaines après sa sortie » (consulté le )
  15. Magali Rangin, « « Un p'tit truc en plus » : le film d'Artus atteint les 3 millions de spectateurs », sur https://www.bfmtv.com/, BFM TV,
  16. Magali Rangin, « « C'est de plus en plus fou » : « Un p'tit truc en plus » : le film d'Artus, passe le cap des 4 millions de spectateurs », sur https://www.bfmtv.com/, BFM TV,
  17. « «Un p’tit truc en plus» au Festival de Cannes : Artus affirme qu’aucune marque de luxe n’a accepté d’habiller l’équipe du film », sur Libération, (consulté le ).
  18. Martial You, « Festival de Cannes : la bataille pour habiller l'équipe d'"Un petit truc en plus" », sur RTL, (consulté le ).
  19. Charlotte Coutard, « La fondatrice de la marque "Ouais et alors" va bien habiller l'équipe du film "Un p'tit truc en plus" pour Cannes », sur France Bleu, (consulté le ).

Liens externes