Tshala Muana

Tshala Muana
Biographie
Naissance

Élisabethville (aujourd'hui Lubumbashi), Congo belge
Décès
(à 64 ans)
Kinshasa
Nom de naissance
Élisabeth Tshala Muana Muidikayi
Surnom
Mamu nationale, La Reine du Mutuashi
Nationalité
Activité
Période d'activité

Élisabeth Tshala Muana Muidikayi, née le [1] à Élisabethville (aujourd'hui Lubumbashi) au Congo belge et morte le à Kinshasa (RDC)[2], est une chanteuse, danseuse, productrice, actrice et femme politique congolaise, originaire de Bakwa-Kasanzu, au Kasaï Occidental.

Elle est célèbre pour avoir modernisé et donné ses lettres de noblesse au folklore du peuple Luba, le Mutuashi, dont l'origine remonte probablement au Moyen Âge. Surnommée « Reine du Mutuashi », Tshala Muana est aussi appelée par les congolais « Mamu nationale » (mère de la Nation)[3].

Biographie

Famille

Tshala Muana, deuxième d’une fratrie de dix enfants, est la fille d’Amadeus Muidikayi, militaire, et d’Alphonsine Bambiwa Tumba, mère au foyer.

En 1964, à peine âgée de 6 ans, elle perd son père, assassiné à Watsha par les maquisards ulelistes pendant la guerre du Katanga. Elle est élevée par sa mère, qui décède en 2005.

S’étant toujours montrée discrète sur sa vie privée, la rumeur lui a prêté plusieurs relations, notamment avec l’ancien président Laurent-Désiré Kabila[réf. nécessaire]. Elle n'a jamais été mariée, le fait qu'elle soit l'épouse de Claude Mashala n'est pas exact car il est légitimement marié à une autre femme depuis 1989 avec qui ils partagent 5 enfants[réf. nécessaire].

Carrière politique

En 1997, de retour au pays après une vingtaine d'années passées à Paris, Tshala Muana s'engage en politique, épaulée par le président Laurent-Désiré Kabila. Elle fonde l'association REFECO (Regroupement des femmes congolaises).

De 2000 à 2002, elle siège comme députée au sein de l’ACLPT (Assemblée constituante et législative du Parlement de transition).

Elle devient ensuite présidente de la Ligue des femmes du PPRD[4] (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie), parti politique créé en 2002 par le président Joseph Kabila, fonction qu'elle occupe toujours[réf. nécessaire].

En 2011, elle est battue aux législatives dans la circonscription de Kananga, la ville de son enfance ; l'élection fut, selon elle, truquée[réf. nécessaire].

Depuis son engagement politique, Tshala Muana est une chanteuse à succès de chants politiques et patriotiques.

Son soutien au président Joseph Kabila lui vaut l'inimitié des opposants à ce dernier. En raison du boycott politique de ses concerts[réf. nécessaire], sa dernière production scénique à Paris date de 2010.

Carrière musicale

À partir des années 2000, Tshala Muana assure elle-même la production de sa musique et, à partir de 2008, celle de jeunes talents, notamment MJ30, Jos Diena, Lula Tshanda et Boss Bossombo. Sa dernière collaboration musicale était avec Peter Komondua dans la chanson afrotopia.

Mort

Tshala Muana meurt à Kinshasa le . Durant toute sa carrière musicale, elle a valablement défendu le rythme mutuashi de la langue tshiluba, au point qu'elle sera surnommée La Reine du Mutuashi[5].

Discographie

Filmographie

Références

  1. « Tshala Muana : les bons et les mauvais souvenirs d’une carrière glorieuse », sur mediacongo.net (consulté le ).
  2. Christian Mampuya, « Décès de la chanteuse Tshala Muana », sur Mbote, (consulté le ).
  3. K. Richard Kouassi, « Tshala Muana, la reine du Mutuashi, est décédée ! », sur afrique-sur7.ci,
  4. « 5 points dont peut-être vous ignorez sur Tshala Muana », sur kribiosuniversal.com (consulté le )
  5. « RDC : décès de la musicienne Tshala Muana ce samedi à Kinshasa », sur Radio Okapi, .

Liens externes