Traductions de Harry Potter

La série de romans fantastiques Harry Potter, écrite par J. K. Rowling est devenue l'œuvre de fiction la plus lue de l'histoire littéraire, avec des lecteurs de tous âges et provenant de multiples pays. En , les ventes mondiales des 7 tomes composant la série ont dépassé la barre des 450 000 000 exemplaires et les livres ont été traduits de l'anglais original vers 79 langues différentes, la 80e traduction[1] en scots étant prévue pour [2].

Processus de traduction

Pour obtenir l'autorisation de traduire l'œuvre, l'éditeur doit tout d'abord négocier et signer un contrat avec les agents de l'auteur : Christopher Little Literary Agency. Une liste complète des éditeurs autorisés peut être lue sur le site officiel de J. K. Rowling[3]. Les éditeurs choisissent eux-mêmes leur traducteur.

Pour des raisons de confidentialité, les traductions ne pouvaient commencer qu'une fois les livres sortis en anglais, il y avait donc un décalage de plusieurs mois avant que les traductions ne soient disponibles. Cela a conduit à la vente d'un nombre plus importants des romans dans leurs versions originales aux fans impatients originaires de pays non-anglophones. Le succès fut tel que le cinquième tome fut le premier livre écrit en anglais à atteindre le sommet des meilleures ventes en France[4].

En Italie, les fans impatients de Harry Potter ont organisé l'opération plume, submergeant l'éditeur Salani de plumes afin de demander une publication rapide de la traduction italienne du septième et dernier tome de la série[5]. Cela a conduit également à la publication de traductions non autorisées et de fausses versions des livres dans de nombreux pays.

La demande de traduction de grande qualité de la part de l'auteur et des fans a obligé les éditeurs à prendre grand soin de la tâche de traduction après le succès des premiers tomes. Dans certains pays, tels que l'Italie, la traduction du premier livre a été corrigée par l'éditeur à la suite de nombreuses plaintes de lecteurs à propos de la qualité de l'adaptation initiale. Dans des pays comme la Chine ou le Portugal, la traduction a été réalisée par un groupe de traducteurs travaillant conjointement afin de gagner du temps. Certains des traducteurs embauchés pour travailler sur les livres étaient déjà bien connus avant leur travail sur Harry Potter, tel que Viktor Golychev , qui traduit en russe le cinquième tome. Golychev était connu pour ses traductions de William Faulkner et George Orwell[6]. Il a également été remarqué après avoir snobé la série Harry Potter dans ses interviews, parlant de celle-ci comme une littérature inférieure. La traduction en turc des tomes 2 à 5 a été confiée à Sevin Okyay, un célèbre critique littéraire et journaliste culturel[7].

Liste des traductions autorisées

La version britannique originale des livres a été publiée au Royaume-Uni par Bloomsbury. Des traductions autorisées existent dans les langues suivantes (version originale incluse) :

N'est pas indiquée dans ce tableau la traduction prévue de longue date en gaélique écossais, initialement prévue pour une sortie en décembre 2006 mais qui a été retardée[79],[80] pour être finalement annulée[81]. Vingt ans après la sortie du premier tome en anglais, une publication en scots, une autre langue de l’Écosse mais d'origine germanique, est prévue pour [82].

Certaines traductions, principalement celles en latin et grec ancien, ont été réalisées comme exercices scolaires afin de stimuler l'intérêt pour ces langues et fournir aux étudiants des lectures de textes plus modernes. La version en grec ancien, d'après le traducteur, est le plus long texte écrit dans cette langue depuis Héliodore d'Émèse au IIIe siècle av. J.-C. et mit environ un an à être terminée.

Dans certains pays, comme l'Espagne ou l'Inde, le livre a été traduit dans plusieurs langues régionales, parfois le livre a été traduit dans deux dialectes différents de la même langue dans un même pays (par exemple en portugais du Brésil et du Portugal).

Traductions non autorisées

L'impatience de la communauté mondiale des fans de Harry Potter pour les traductions des livres a entraîné la prolifération de traductions non autorisées. Celles-ci étaient souvent réalisées à la hâte et envoyée chapitre-par-chapitre sur internet ou imprimées et vendues illégalement. Le travail est parfois réalisé par plusieurs traducteurs pour accélérer le processus. Ces traductions sont souvent de piètre qualité et pleines d'erreurs. De tels cas de traductions illégales ont été relevés partout dans le monde, mais la Chine est l'un des pays les plus touchés[83].

Un cas notable a impliqué un Français de 16 ans, qui a publié en ligne la traduction de Harry Potter et les Reliques de la Mort. Il a été arrêté et son site a ensuite été mis hors ligne. Cependant, la femme du traducteur officiel a déclaré que ce genre de traduction ne portait pas forcément préjudice à la traduction officielle[84]. Le jeune homme, qui a déclaré avoir fait cela par défi personnel, n'a pas été poursuivi en justice par Gallimard.

Un autre exemple s'est déroulé au Venezuela en 2003, quand une traduction illégale du cinquième tome, Harry Potter et l'Ordre du Phénix, est sortie peu après la sortie officielle de la version anglaise et cinq mois avant la sortie prévue de la traduction officielle en espagnol. La traduction pirate était apparemment de si mauvaise qualité que le traducteur ajoutait des messages tels que "Désolé, je n'ai pas compris ce que cela voulait dire" ou "Je n'arrive pas à traduire ce passage, désolé". Deux personnes liées à cette version pirate ont été arrêtées[85].

Un autre cas a impliqué la communauté de fans Harry auf Deutsch, créée pour traduire les livres Harry Potter en allemand plus rapidement[86]. L'éditeur allemand, Carlsen Verlag, leur a demandé d'arrêter immédiatement leur activité et les a menacé de les poursuivre en justice. Ils ont dès lors stoppé leurs traductions[87].

Dans certains pays où il n'y a pas de traduction autorisée dans la langue locale on trouve également des traductions pirates, par exemple au Sri Lanka[88].

En Iran, plusieurs traductions illégales existent. D'après une source, il y aurait 16 traductions en persan[89]. L'Iran n'étant pas membre de la convention universelle du copyright, les éditeurs ne sont pas poursuivis pour violation de droit d'auteur[90].

Les agents représentant J. K. Rowling ont statué qu'ils ne pouvaient pas poursuivre les gens pour avoir traduit les livres dans un cadre privé pour leur propre plaisir, tant que la traduction n'est pas diffusée au grand public[91].

Fausses traductions

Alors que les « traductions pirates » sont des traductions non autorisées des vrais livres Harry Potter, de « fausses traductions » ont également vu le jour. Ce sont généralement des pastiches ou des fanfictions que l'éditeur tente de faire passer pour les traductions des vrais livres de la saga Harry Potter. On trouve plusieurs cas de cette pratique, la plus célèbre étant probablement Harry Potter et Bao Zoulong qui a été écrite et publiée en Chine en 2002, avant la sortie du cinquième tome.

D'autres fausses versions écrites en chinois sont sorties, parmi lesquelles on trouve Harry Potter et la poupée de porcelaine, Harry Potter et la tortue d'or et Harry Potter et le vase de cristal[92]. En , The New York Times a constaté que le dernier livre a entraîné « une montée subite des imitations chinoises », comprenant intrigues, résumés et extraits[93] d'un certain nombre de travaux dérivés, parmi lesquelles on trouve Harry Potter and the Chinese Overseas Students at the Hogwarts School of Witchcraft and Wizardry et Harry Potter and the Big Funnel[94]. Dans une période précédant 2003, une contrainte légale des concesseurs de Harry Potter a amené un éditeur Indien à arrêter la publication de Harry Potter à Calcutta, un livre dans lequel Harry rencontre des personnages de la littérature bengali[95].

Américanisation comme traduction

Les différences entre les éditions britannique et américaine des livres ont parfois été qualifiés de « traduction » en anglais américain. L'exemple le plus remarquable de cela est la différence dans les titres du premier livre de la série : Harry Potter and the Philosopher's Stone au Royaume-Uni, contre Harry Potter and the Sorcerer's Stone aux États-Unis. Une liste complète des différences entre les éditions américaine et britannique de ces livres existe sur le site web de Harry Potter Lexicon[96].

Problèmes dans la traduction

La série Harry Potter présente de nombreux défis pour les traducteurs, comme les rimes, les acronymes, les dialectes, la culture, des devinettes, des blagues, des mots inventés, et les points de l'intrigue qui tournent autour de l'orthographe ou des initiales. Celles-ci ont été traitées par divers traducteurs avec différents degrés de modification du sens du texte original.

Un exemple typique de ce genre de difficulté est le nom « Tom Marvolo Riddle », qui est l'anagramme de « I am Lord Voldemort ». Les traducteurs ont dû trouver dans chaque langue un nom permettant cette anagramme, comme en français où le nom est devenu « Tom Elvis Jedusor », anagramme de « Je suis Voldemort ».

Mots inventés, noms propres, et noms

Rowling a inventé un grand nombre de mots et de phrases pour les livres comme pour les sorts, incantations, mots magiques, objets et noms de lieux. Beaucoup de ces mots impliquent des jeux de mots, de rimes, et des références historiques qui sont difficiles à traduire. Un grand nombre de sorts sont tirés ou inspirés par le latin, et ont un certain écho auprès des anglophones.

Pour les noms propres, J. K. Rowling a donné à la grande majorité de ses personnages secondaires, notamment les membres du personnel de Poudlard, un nom humoristique souvent en rapport avec leur spécialité et/ou leur caractère. Pour la version française, Jean-François Ménard a traduit ces noms d'une manière similaire à celle de Goscinny, avec un nom souvent en rapport avec la profession exercée par le personnage ou ses particularités (le professeur Chourave enseigne la botanique, Septima Vector enseigne l'Arithmancie, etc.). Les fondateurs de l'école et la plupart des professeurs ont également des noms allitératifs[97] tels que Filius Flitwick, Minerva McGonagall, Quirinus Quirrell ou Salazar Serpentard. La traduction a cependant altéré l'emploi de cette figure de style. Par exemple, Rowena Serdaigle, Helga Poufsouffle et Severus Rogue ont été traduits sans tenir compte de l'allitération présente dans leur nom original.

Notes et références

  1. (en-CA) « Liste des traductions officielles et non officielles de Harry Potter », sur www.potterglot.net (consulté le )
  2. « Harry Potter traduit en gaélique écossais », sur https://www.jkrowling.com, (consulté le )
  3. a b c d e f g h i j k l et m « J. K. Rowling Official Site - List of Publishers », Jkrowling.com (consulté le )
  4. (en) « OOTP is best seller in France - in English! », sur BBC.co.uk, (consulté le )
  5. (en) « Who won the race to translate 'Harry Potter'? review | Children's Books - Times Online », sur Times Newspapers Ltd. (consulté le )
  6. (en) Steven Goldstein, « Translating Harry — Part I: The Language of Magic »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur GlobalByDesign (consulté le )
  7. (en) « Not lost in translation: Harry Potter in Turkish »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur Turkish Daily News (consulté le )
  8. (en) « Harry Potter Around the World - Africa »
  9. (en) « Janie Oosthuysen-Taylor », Stellenboschwriters.com (consulté le )
  10. (en) « Script-writing, Translation and Dubbing by Kobus Geldenhuys », sur Jnweb.com (consulté le )
  11. (en) « Harry Potter at Bloomsbury Publishing », sur Bloomsbury.com (consulté le )
  12. « Harry Potter - Home », sur Allen and Unwin (consulté le )
  13. « Harry Potter Books: Canada, Raincoast », sur Raincoast.com (consulté le )
  14. « Jonathan Ball Publishers : South African Book Publishers », sur Jonathanball.co.za (consulté le )
  15. « Harry Potter books, games, and activities for Muggles | Scholastic », sur Scholastic.com (consulté le )
  16. « :: Nahdet Misr Group :: », sur Nahdetmisr.com (consulté le )
  17. « HARRY POTTER ETA HERIOAREN ERLIKIAK » (consulté le )
  18. « Хари Потър », sur Egmontbulgaria.com (consulté le )
  19. « Potter-mania reaches Bulgaria - Features news », sur Sofiaecho.com (consulté le )
  20. (tw) « 哈利波特:::九又四分之三月台::: »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur Crown.com.tw (consulté le )
  21. « Harry Potter mania hits Asia », MediaCorp Pte (consulté le )
  22. (hr) « Algoritam Multimedia Bookshop », sur Algoritam.hr (consulté le )
  23. « Ediciones Salamandra - Harry Potter », Salamandra.info (consulté le )
  24. (ee) « Varrak », sur Varrak.ee (consulté le )
  25. a et b (en) « Who won the race to translate ‘Harry Potter'? review | Children's Books - Times Online », Times Online (consulté le )
  26. a et b Les Animaux fantastiques et Le Quidditch à travers les âges
  27. (nl) « Nijntje, Kikkert, Kameleon yn it Frysk, Lida Dykstra », Bornmeer.nl (consulté le )
  28. « BBC NEWS | Wales | Welsh Harri Potter makes debut », BBC News (consulté le )
  29. « ბაკურ სულაკაურის გამომცემლობა (Bakur Sulakauri publishing) », Sulakauri.ge (consulté le )
  30. (el) « Ο Χαρι Ποτερ », Harrypotter.psichogios.gr (consulté le )
  31. Scott Simon, « NPR interview », Npr.org, (consulté le )
  32. Andrew Wilson, « The Classics Pages - Greek Harry Potter », Users.globalnet.co.uk (consulté le )
  33. « Akikillisat - Atuakkat kiilumut - Atuakkiorfik - www.atuakkiorfik.gl »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Atuakkiorfik.gl (consulté le )
  34. « Books In The Attic - ספרי עליית הגג - פרטי הספר », Booksintheattic.co.il (consulté le )
  35. « When 'Harry' met Hebrew », Cleveland Jewish News, (consulté le )
  36. « The New Indian Express - No. 1 site for South India News, Breaking News, Cinema, Business »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Newindpress.com
  37. « Harry Potter and the Wizard of Bhopal », Times of India (consulté le )
  38. « Animus Kiadó », Animus.hu (consulté le )
  39. « Bjartur », Bjartur.is (consulté le )
  40. « Gramedia Pustaka Utama », Gramedia.com (consulté le )
  41. « The Jakarta Post - The Journal of Indonesia Today », Thejakartapost.com (consulté le )
  42. « Adriano Salani Editore » [archive du ], Salani.it (consulté le )
  43. « Say-zan-sha Publications Ltd »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Sayzansha.com
  44. « From mourning to 'magic' »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), The Japan Times Online
  45. « Azbuka -Attikus »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), atticus-group.ru
  46. « Harry Potter to speak Kazakhsha in 2014 »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Azbuka-Attikus
  47. a et b « Amazon.com: Harrius Potter et Philosophi Lapis (Harry Potter and the Philosopher's Stone, Latin Edition): J. K. Rowling, Peter Needham: Books », Amazon.com (consulté le )
  48. « Jumava », Jumava.lv (consulté le )
  49. (ISBN 9782919771011)
  50. (ISBN 9782919771196)
  51. http://www.mkskopje.com/emag.aspx?docid=190061&nodeid=2439
  52. « http://www.pelangibooks.com/module/series/series.aspx?seriesid=SBSHPM53 »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?) (consulté le )
  53. « The Hindu : Potter speaks Malayalam », Hindu.com (consulté le )
  54. (nl) « Harry Potter - De Harmonie », sur Harrypotter.nl (consulté le )
  55. « Harry Potter casts his spell – now in Nepali »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Sindh Today Online News (consulté le )
  56. « Serie - Harry Potter - Cappelen Damm », Cappelendamm.no (consulté le )
  57. « Per Noste Edicions », Per Noste Edicions (consulté le )
  58. a et b « MISCELLANEA: Harry Potter in Urdu-DAWN - Young World; April 6, 2002 », Dawn.com (consulté le )
  59. « Tandis Books »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Tandisbooks.com (consulté le )
  60. « Wydawnictwo "Media Rodzina" »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Mediarodzina.com.pl (consulté le )
  61. « Editora Rocco - Harry Potter e as Relíquias da Morte »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Harrypotter.rocco.com.br (consulté le )
  62. « Language student finds magic in translating » [archive du ]
  63. http://www.highbeam.com/doc/1G1-84731270.html
  64. « Гарри Поттер официальный сайт. Новая книга "Гарри Поттер и Дары Смерти" »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Potter.rosman.ru
  65. [1], Une nouvelle traduction en russe est annoncée en février 2014 à la suite des plaintes de nombreux fans critiquant les traductions existantes publiées par la maison d’édition Rosman et notamment celle d'Igor Oransky qui s’est révélée de piètre qualité, allant jusqu’à ajouter des passages inexistants dans la version originale.
  66. « http://henryjenkins.org/2007/07/oh_those_russians_the_not_so_m.html » Hlavná Stránka », www.atticus-group.ru (consulté le )
  67. « Hari Poter »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), Evro.co.yu
  68. « Priori-Incantatem.sk » Hlavná Stránka », Harrypotter.sk (consulté le )
  69. « Tiden - Harry Potter », Norstedtsforlagsgrupp.se (consulté le )
  70. a et b « Translation - Swedish Book Review 2002 Supplement », Swedishbookreview.com (consulté le )
  71. (cs) « Harry Potter »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur Albatros.cz (consulté le )
  72. (cs) « Pavel Medek - translating the adventures of Harry Potter into Czech », sur Radio Prague, (consulté le )
  73. « Microsite », Nanmeebooks.com (consulté le )
  74. « J.K. Rowling - YKY », Ykykultur.com.tr (consulté le )
  75. a et b « Hürriyet », Arama.hurriyet.com.tr (consulté le )
  76. (en) Bootie Cosgrove-Mather, « Translating Harry's Magic, Vietnam Issues First Authorized Translation Of New Harry Potter Book », Cbsnews.com, (consulté le )
  77. (en) « 'Harry Potter' series receives official Yiddish translation »,
  78. « News: Potter translated to Scots Gaelic »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur Hpana.com
  79. « Gaelic Harry Potter wait », sur Scotsman.com News (consulté le )
  80. (en-CA) « Liste des traductions officielles et non officielles de Harry Potter », sur www.potterglot.net (consulté le )
  81. « harry-potter-compte-desormais-une-nouvelle-traduction-a-son-actif-lecossais », sur http://universharrypotter.com/, (consulté le )
  82. « Online translations of "Harry Potter" draw fire », sur News.xinhuanet.com (consulté le )
  83. « Harry Potter and the boy wizard translator | World news | guardian.co.uk », sur guardian.co.uk, Wednesday 8 August 2007 17.51 BST (consulté le )
  84. « Potter Pirate Sorry for Mistakes », sur BBC News, (consulté le )
  85. « Harry auf Deutsch :: Projekt-Übersicht der Harry Potter Übersetzung(en) », sur Harry-auf-deutsch.de (consulté le )
  86. « BBC News | SCI/TECH | Harry Potter and the German pirates », sur BBC News (consulté le )
  87. Dilshani Samaraweera, « Harry Potter to fly into Sri Lanka under tight security »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur Lanka Business Online,
  88. « Iranian translators should observe guild's rights: Vida Eslamieh », Payvand.com (consulté le )
  89. « Iran's Potter fans join frenzy over wizard's fate »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur Middle East Times, (consulté le )
  90. http://msl1.mit.edu/furdlog/docs/nytimes/2003-07-14_nytimes_h_potter.pdf
  91. Leifer, Andrew. "Harry Potter and the Battle of the International Copyright Law", Stanford University Boothe Prize, 2004. Retrieved on 2007-10-30.
  92. Memo to the Dept. of Magical Copyright Enforcement
  93. Op-Ed Contributors. "Memo to the Dept. of Magical Copyright Enforcement", The New York Times, 2007-08-10. Retrieved on 2007-10-30.
  94. Wu, Tim. "Harry Potter and the International Order of Copyright." Slate. Friday 27 June 2003. Retrieved on 11 May 2009.
  95. Edward Olson, « HPL: Differences: CS », Hp-lexicon.org (consulté le )
  96. Vander Ark, 2009, p. 314.

Annexes

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Steve Vander Ark (trad. de l'anglais), L'Encyclopédie, Le guide complet non officiel de l'univers magique de Harry Potter, Outremont (Québec)/Escalquens, AlTerre inc., , 371 p. (ISBN 978-2-923640-06-8). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Article connexe

Liens externes