Tournoi pré-olympique de la CONMEBOL

Tournoi pré-olympique
de la CONMEBOL
Description de l'image Football pictogram.svg. Description de l'image Olympic rings.svg.
Généralités
Sport Football
Création masculin 1959
Organisateur(s) CIO, CONMEBOL
Catégorie Continental
Périodicité tous les 4 ans
Lieu(x) Amérique du Sud
Statut des participants Amateurs, Professionnels

Le tournoi pré-olympique de la CONMEBOL a pour but de désigner les nations qualifiées au sein de la zone Amérique du Sud pour participer au tournoi final de football des Jeux olympiques.

Il fut organisé tous les quatre ans de 1960 à 2004, conjointement à d'autres tournois continentaux et une fois que le nombre d'inscrits fut devenu trop important pour permettre à toutes les équipes de participer au tournoi olympique, au besoin en disputant un tour préliminaire dans le pays hôte (depuis l'édition 1924). À l'exception des éditions 1964, 1976 et 1980 où un seul tour fut organisé, la compétition est généralement disputée en deux rondes : un premier tour où les participants sont répartis en deux groupes, suivi d'un tour final à l'issue duquel deux nations du continent sont qualifiées pour le tournoi olympique. Lors de la première édition en 1960, trois équipes se sont qualifiées car les pays d'Amérique du Nord et centrale ont également pris part au tournoi.

Le tout premier tournoi pré-olympique, disputé en matches aller et retour, prit toutefois place auparavant, en 1955-1956, en prélude aux Jeux de Melbourne mais l'organisation de celui-ci n'en était pas encore confiée aux fédérations continentales respectives et il n'impliquait que 26 pays issus de quatre continents, aucune d'Amérique du Sud.

Entre 2007 et 2015, c'est le Championnat des moins de 20 ans qui fait office de qualifications aux Jeux olympiques d'été, entraînant momentanément la disparition de cette compétition avant que celle-ci ne soit réintroduite en 2020.

Chez les femmes, les éliminatoires pour les Jeux olympiques se font par le biais de la Copa América féminine.

Éligibilité des joueurs

Pendant le XXe siècle, le CIO adapte les Jeux à sa perception des changements économiques, politiques et techniques du monde. Ainsi, les Jeux olympiques sont, comme le voulait Pierre de Coubertin, d'abord réservés aux purs amateurs, le règlement du CIO interdisant la participation de sportifs professionnels[1]. Bien que malmenée par les supercheries (notamment l'amateurisme marron) autour du statut faussement « amateur » de nombreux sportifs, l'exclusion du professionnalisme reste en vigueur jusqu'en 1981. Si le passage de l’amateurisme pur au professionnalisme est dans les faits progressif, le XIe Congrès olympique en 1981 marque une révolution pour l'olympisme, avec l'admission des sportifs officiellement professionnels[2],[3].

L'évolution de l'éligibilité[4] des athlètes se traduit en particulier pour l'épreuve du football comme suit :

  • 1908 à 1956 : Seuls les footballeurs amateurs sont admis, les joueurs professionnels sont exclus.
  • 1960 : Seuls les footballeurs amateurs n'ayant pas été sélectionnés pour l'une des 16 équipes qualifiées pour la Coupe du monde 1958 sont admis, les joueurs professionnels sont exclus.
  • 1964 : Seuls les footballeurs amateurs n'ayant pas participé, excepté pour l'Afrique et l'Asie, aux tours préliminaires ou à la phase finale de la Coupe du monde 1962 sont admis, les joueurs professionnels sont exclus.
  • 1968 à 1976 : Seuls les footballeurs amateurs sont admis, les joueurs professionnels sont exclus.
  • 1980 : Seuls les footballeurs amateurs sont admis, excepté ceux, pour l'Europe et l'Amérique du Sud, ayant participé aux qualifications ou à la phase finale de la Coupe du monde 1978, les joueurs professionnels sont exclus.
  • 1984 : Pour la première fois, les joueurs professionnels sont admis, à l'exception de ceux, pour l'Europe et l'Amérique du Sud, ayant participé aux éliminatoires ou à la phase finale d'une Coupe du monde de football ; les règles étaient encore soumises à débat lors des premières rencontres qualificatives ce qui provoqua quelques malentendus quant à l'alignement de joueurs amateurs ou professionnels.
  • 1988 : Les règles de 1984 furent maintenues mais les joueurs, pour l'Europe et l'Amérique du Sud, ayant disputé moins de 90 minutes dans une seule rencontre de Coupe du monde étaient cette fois admis.
  • 1992 : La compétition est réservée aux joueurs nés le ou plus tard.
  • depuis 1996 : La compétition est ouverte à tous les joueurs de moins de 23 ans, avec l'addition pour le tournoi final de maximum trois joueurs plus âgés.

Résultats

Historique

Édition Pays hôte Classement final
Vainqueur Médaille d'or, Amérique du Sud Deuxième Médaille d'argent, Amérique du Sud Troisième Médaille de bronze, Amérique du Sud Quatrième
1960
Logo JO d'été - Rome 1960.png
Rome 1960
Drapeau du Pérou Pérou Argentine (Q) Pérou (Q) Brésil (Q) Mexique
1964
Logo JO d'été - Tokyo 1964.png
Tokyo 1964
Drapeau du Pérou Pérou Argentine (Q) Brésil (Q) Pérou Colombie
1968
Logo JO d'été - Mexico 1968.png
Mexico 1968
Drapeau de la Colombie Colombie Brésil (Q) Colombie (Q) Uruguay Paraguay
1971
Logo JO d'été - Munich 1972.svg
Munich 1972
Drapeau de la Colombie Colombie Brésil (Q) Colombie (Q) Argentine Pérou
1976
Logo JO d'été - Montréal 1976.svg
Montréal 1976
Drapeau du Brésil Brésil Brésil (Q) Uruguay [a] (Q) Argentine Colombie
1980
Logo JO d'été - Moscou 1980.svg
Moscou 1980
Drapeau de la Colombie Colombie Argentine [b] Colombie (Q) Pérou [b] Venezuela (Q)
1984
Logo JO d'été - Los Angeles 1984.svg
Los Angeles 1984
Drapeau de l'Équateur Équateur Brésil (Q) Chili (Q) Paraguay Équateur
1987
Logo JO d'été - Séoul 1988.svg
Séoul 1988
Drapeau de la Bolivie Bolivie Brésil (Q) Argentine (Q) Bolivie Colombie
1992
Logo JO d'été - Barcelone 1992.svg
Barcelone 1992
Drapeau du Paraguay Paraguay Paraguay (Q) Colombie (Q) Uruguay Équateur 
1996
Logo JO d'été - Atlanta 1996.svg
Atlanta 1996
Drapeau de l'Argentine Argentine Brésil (Q) Argentine (Q) Uruguay Venezuela 
2000
Logo JO 2000.svg
Sydney 2000
Drapeau du Brésil Brésil Brésil (Q) Chili  (Q) Argentine Uruguay
2004
Athens 2004 logo.svg
Athènes 2004
Drapeau du Chili Chili Argentine (Q) Paraguay (Q) Brésil Chili 
2020
Logo JO d'été - Tokyo 2020.svg
Tokyo 2020
Drapeau de la Colombie Colombie Argentine (Q) Brésil (Q) Uruguay Colombie
2024
Logo JO d'été - Paris 2024.svg
Paris 2024
à déterminer à déterminer (Q) à déterminer (Q) à déterminer à déterminer

Performances par nation

Pays Participations Titres Qualifications Phases finales Pays hôte
Drapeau du Brésil Brésil 13 (1960, 1964, 1968, 1971, 1976, 1980, 1984, 1987,
1992, 1996, 2000, 2004, 2020)
7 (1968, 1971, 1976, 1984, 1987,
1996, 2000)
10 (1960, 1964, 1968, 1971, 1976,
1984, 1987, 1996, 2000, 2020)
10 (1960, 1964, 1968, 1972, 1976,
1984, 1988, 1996, 2000, 2020)
2 (1976, 2000)
Drapeau de la Colombie Colombie 13 (1960, 1964, 1968, 1971, 1976, 1980, 1984, 1987,
1992, 1996, 2000, 2004, 2020)
4 (1968, 1971, 1980, 1992) 4 (1968, 1972, 1980, 1992) 4 (1968, 1971, 1980, 2020)
Drapeau du Chili Chili 13 (1960, 1964, 1968, 1971, 1976, 1980, 1984, 1987,
1992, 1996, 2000, 2004, 2020)
2 (1984, 2000) 2 (1984, 2000) 1 (2004)
Drapeau du Pérou Pérou 12 (1960, 1964, 1968, 1971, 1976, 1980, 1987, 1992,
1996, 2000, 2004, 2020)
1 (1960) 1 (1960) 2 (1960, 1964)
Drapeau de l'Argentine Argentine 11 (1960, 1964, 1971, 1976, 1980, 1987, 1992, 1996,
2000, 2004, 2020)
5 (1960, 1964, 1980, 2004, 2020) 7 (1960, 1964, 1980, 1987, 1996,
2004, 2020)
6 (1960, 1964, 19801, 1988, 1996,
2004, 2020)
Drapeau de l'Uruguay Uruguay 11 (1960, 1964, 1968, 1971, 1976, 1987, 1992, 1996,
2000, 2004, 2020)
1 (1976) 0 (19762)
Drapeau du Venezuela Venezuela 10 (1968, 1971, 1980, 1984, 1987, 1992, 1996, 2000,
2004, 2020)
1 (19801)
Drapeau de l'Équateur Équateur 10 (1964, 1968, 1971, 1984, 1987, 1992, 1996, 2000,
2004, 2020)
1 (1984)
Drapeau du Paraguay Paraguay 9 (1968, 1971, 1984, 1987, 1992, 1996, 2000, 2004,
2020)
1 (1992) 2 (1992, 2004) 2 (1992, 2004) 1 (1992)
Drapeau de la Bolivie Bolivie 8 (1971, 1980, 1987, 1992, 1996, 2000, 2004, 2020) 1 (1987)
Antilles néerlandaises 1 (1960)
Drapeau des États-Unis États-Unis 1 (1960)
Drapeau du Mexique Mexique 1 (1960)
Drapeau du Suriname Suriname 1 (1960)

1 L'Argentine participe au boycott des JO 1980 ainsi que le Pérou troisième, c'est le Venezuela qui hérite ainsi de la place qualificative
2 Les JO 1976 marquent le début d'une série de trois boycotts consécutifs ; cette année-là, les trois nations africaines qualifiées, le Ghana, le Nigeria et la Zambie, se désistent pour raison politique, tout comme l'Uruguay (pour d'autres motifs).

Notes et références

Notes

  1. a et b Pour protester contre la tournée de l'équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV en Afrique du Sud, la Tanzanie mène un boycott de 22 nations africaines après le refus du Comité international olympique d'empêcher la Nouvelle-Zélande de participer ; cette année-là, les trois nations africaines qualifiées pour le tournoi de football, le Ghana, le Nigeria et la Zambie, se désistent pour raison politique, tout comme l'Uruguay (pour d'autres motifs).
  2. a b et c En raison de l'intervention soviétique en Afghanistan, de nombreux pays occidentaux et leurs alliés ont boycotté les Jeux olympiques.

Références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « CONMEBOL Pre-Olympic Tournament » (voir la liste des auteurs).
  1. « La rigidité originelle du CIO », sur www.universalis.fr
  2. « Le tournant de 1981 », sur www.universalis.fr
  3. « Le passage au professionnalisme », sur www.universalis.fr
  4. (en) « Football Tournament of the Olympic Games - Player eligibility », RSSSF, (consulté le )

Annexes

Articles connexes