Thomas Chippendale

Thomas Chippendale
Image dans Infobox.
Bureau chinois fait par Chippendale, exposé au musée de Carmen de Maipú, de Santiago du Chili.
Naissance
Décès
(à 61 ans)
Londres
Activités
Architecte, concepteur de meubles, homme d'affaires, designer
Lieu de travail
Enfant
Thomas Chippendale (en)
chaise provinciale de style Chippendale avec un élaboré dossier à tracé "Gothique".

Thomas Chippendale (né probablement à Otley dans le Yorkshire en 1718 et mort à Hoxton en Londres en 1779) est un ébéniste et un créateur de meubles anglais dans des styles georgien, rococo anglais et néoclassique.

Biographie

Carrière professionnelle

Il s'installe à Londres en 1749 où, en 1754, il devient le premier ébéniste à publier un livre de ses réalisations : The Gentleman and Cabinet Maker's Director. Trois éditions en sont publiées, la première en 1754, suivie par une réédition en 1755 et une dernière édition, revue et augmentée en 1762, à un moment où les dessins illustrés de Chippendale commencent à montrer des signes de néoclassicisme.

Chippendale est plus qu'un simple créateur de meubles. Véritable décorateur d'intérieur qui conseille sur les bibelots ou la couleur de la pièce, il travaille initialement en partenariat avec le tapissier James Rannie, puis plus tard, avec l'assistant de celui-ci, Thomas Haig. Le contrôle artistique des luxueux meubles venant des ateliers de St. Martin's Lane est également dans ses mains.

Chippendale est enterré à l'église de St Martin-in-the-Fields à Londres.

Relations

Le travail de Thomas Elfe (1719–1775) influence Thomas Chippendale[1]. Leurs vies ont de nombreux points communs[2]. Les deux naissent en Angleterre à la même époque et ont passé tous les deux leur enfance à Londres[3]. Les deux sont en apprentissage à la capitale dans les années 1730[4] ; Thomas Elfe est l'apprenti de son oncle, tandis que Thomas Chippendale est l'apprenti de son père[5]. Thomas Elfe se marie en 1748, comme l'a fait Thomas Chippendale, mais finissent veufs[5]. Les deux se sont finalement remariés avec une seconde épouse[4]. Ils ont respectivement un fils du nom de Thomas qui reprend plus tard leur entreprise de meubles[5]. Les deux vivent pendant les périodes sombres de la Révolution américaine sans être blessé personnellement[4]. Les deux ont de grands magasins de meubles avec de nombreux employés, et meurent à quatre ans d'intervalle[4].

Thomas Chippendale fréquentait en voisin la St Martin's Lane Academy dirigée par William Hogarth, où il rencontra le français Hubert-François Gravelot dont les ornementations exercèrent sur lui une influence certaine.

Postérité

Tic et Tac sont nommés en anglais Chip and Dale en référence à Thomas Chippendale. C'est Bill Henson  qui aurait suggéré l'idée.

Les Chippendales auraient choisi leur nom de scène en référence au mobilier du club où ils se produisaient, lui-même inspiré du style de Thomas Chippendale.

Références

  1. Humphrey 1995, p. 3.
  2. Taunton Press 1995, p. 112.
  3. Burton 1997, p. 84.
  4. a b c et d Humphrey 1995, p. 2.
  5. a b et c Humphrey 1995, p. 1.

Annexes

Bibliographie

  • (en) E. Milby Burton, Charleston Furniture, 1700-1825, University of South Carolina Press, , 150 p. (ISBN 978-1-57003-147-2, lire en ligne)
  • (en) Samuel A. Humphrey, Thomas Elfe, Cabinetmaker, Wyrick, , 116 p. (ISBN 978-0-941711-15-9, lire en ligne)
  • (en) Taunton Press, Fine Woodworking, numéros 113 à 116, Taunton Press, (lire en ligne)

Liens externes