Thierry Mariani

Thierry Mariani
Illustration.
Thierry Mariani en 2014.
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
(2 ans, 4 mois et 10 jours)
Élection 26 mai 2019
Circonscription France
Législature 9e
Groupe politique ID
Conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur
En fonction depuis le
(4 mois et 10 jours)
Élection 27 juin 2021
Président Renaud Muselier

(11 ans, 8 mois et 12 jours)
Élection 28 mars 2004
Réélection 21 mars 2010
Président Michel Vauzelle

(1 an et 25 jours)
Élection 23 mars 1992
Président Jean-Claude Gaudin
Député français

(5 ans et 3 jours)
Réélection 17 juin 2012
Circonscription 4e de Vaucluse (2012)
11e des Français établis hors de France (2012-2017)
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique UMP puis LR
Prédécesseur Paul Durieu (Vaucluse)
Circonscription créée (hors de France)
Successeur Jacques Bompard (Vaucluse)
Anne Genetet (hors de France)

(17 ans, 8 mois et 12 jours)
Élection 28 mars 1993
Réélection 1er juin 1997
16 juin 2002
17 juin 2007
Circonscription 4e de Vaucluse
Législature Xe, XIe, XIIe et XIIIe (Cinquième République)
Groupe politique RPR puis UMP
Prédécesseur Jean Gatel
Successeur Paul Durieu
Ministre chargé des Transports[a]

(1 an, 5 mois et 26 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Premier ministre François Fillon
Gouvernement Fillon III
Prédécesseur Dominique Bussereau
Successeur Frédéric Cuvillier
Maire de Valréas

(16 ans)
Prédécesseur Jean Duffard
Successeur Nadège Savajols
Conseiller général de Vaucluse

(12 ans, 5 mois et 13 jours)
Circonscription Canton de Valréas
Président Jean Duffard
Successeur Colette Jacquier
Biographie
Nom de naissance Thierry Constant Mariani
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Orange (France)
Nationalité Française
Parti politique UDR (1976)
RPR (1976-2002)
UMP (2002-2015)
LR (2015-2019)
Diplômé de Institut libre d'étude des relations internationales

Thierry Mariani
Maires de Valréas

Thierry Mariani, né le à Orange (Vaucluse), est un homme politique français.

Membre à partir de 1976 des principaux partis politiques de droite (RPR, UMP, LR), il exerce plusieurs mandats en Provence-Alpes-Côte d'Azur : conseiller général de Vaucluse de 1988 à 2001, maire de Valréas de 1989 à 2005, conseiller régional entre 1992 et 2015 (tête de liste UMP en 2010).

Au niveau national, il est député de Vaucluse puis des Français de l’étranger entre 1993 et 2017, ainsi que secrétaire d'État puis ministre des Transports de 2010 à 2012, dans le troisième gouvernement conduit par François Fillon.

Figure du mouvement La Droite populaire au sein de l’UMP, il se rapproche ensuite du Rassemblement national (RN), sans toutefois y adhérer. Il est élu député européen sur la liste du RN aux élections de 2019, puis est tête de liste de ce parti aux élections régionales de 2021 en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Il est régulièrement accusé de faire de la propagande pour des régimes autoritaires ou nationalistes, notamment la Russie, la Syrie, l'Azerbaïdjan et l'Inde.

Situation personnelle

Origines

Thierry Mariani naît le à Orange (Vaucluse)[1]. Il est le fils unique d’un maçon et d'une ouvrière de cartonnage ; sa famille, originaire des Abruzzes, s'est installée en France pour fuir l’Italie de Mussolini[2],[3]. Il grandit à Valréas, dans le Vaucluse[2].

Études

En 1969, Thierry Mariani entre au petit séminaire d'Avignon. En 1973, il rejoint le lycée militaire d'Aix-en-Provence, où il apprend le russe dans un contexte de guerre froide[2],[4]. Il achève son parcours universitaire à l'Institut libre d'étude des relations internationales (ILERI) de Paris, d'où il sort diplômé de droit international[5].

À 19 ans, il est vice-champion de France de lutte gréco-romaine[2].

Vie privée

Thierry Mariani est marié depuis 2005 avec Irina Chaikhoullina, de nationalité russe et naturalisée française en 2011[6],[7],[8]. Celle-ci est présentatrice de la chaîne Internet Nicolas Sarkozy TV en 2007[6]. Le couple a un fils, né en 2009. Thierry Mariani est également le père d’une fille, née d'une précédente union, en 1995[9].

Parcours politique

Au sein de la droite traditionnelle

Débuts au RPR

Thierry Mariani s'engage en politique au sein du Rassemblement pour la République (RPR) dès sa fondation par Jacques Chirac, en 1976, à l’âge de 18 ans[10].

Il exerce ensuite plusieurs mandats électifs locaux à Valréas. Maire de la commune de à , il aide à la construction d'une mosquée de style provençal, ne possédant pas de minaret et dont le nom vient d'une sourate consacrée à la Vierge Marie dans le Coran[11],[12]. Il démissionne en 2005 en laissant un bilan jugé plutôt négatif en raison de la fermeture de toutes les entreprises de cartonnage (principale industrie locale) durant ses trois mandats, d’un taux de chômage élevé (20 % des actifs)[4] et d'une lourde dette municipale[3].

Il préside pendant vingt ans les Chorégies d'Orange et fonde l’un des premiers festivals de rue à Valréas[13].

De 1992 à 2015, il est conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Entre 2004 et 2015, il est présent à sept séances plénières sur trente-deux, une commission permanente sur quarante et trois commissions thématiques sur quatre-vingt-trois[4].

Au premier tour de l’élection présidentielle de 1995, il préfère soutenir la candidature d’Édouard Balladur plutôt que celle de Jacques Chirac[14].

Député de Vaucluse

Thierry Mariani est pour la première fois élu député lors des élections législatives de 1993 dans la 4e circonscription de Vaucluse, qui englobe notamment la commune d'Orange et où le Front national est bien implanté[15]. Il est réélu en 1997 dans le cadre d'une triangulaire l’opposant à l’ancien député socialiste Jean-Pierre Lambertin et au maire FN d’Orange, Jacques Bompard[16]. Lors des élections de 2002, un « front républicain » (retrait du candidat socialiste en sa faveur) lui permet de l’emporter sur Jacques Bompard[17],[18]. Il est également réélu en 2007, face au candidat du Parti socialiste[19].

À l’Assemblée nationale, il fait partie du groupe RPR puis du groupe UMP.

En , il fait adopter un amendement dans le projet de loi sur la sécurité quotidienne (LSQ), autorisant la police à saisir le matériel dans les free partys. En , il propose aux côtés de Michel Voisin, Lionnel Luca, Claude Goasguen et Élie Aboud[20], le vote d'une loi visant à établir la reconnaissance par la France des souffrances subies par les citoyens français d’Algérie, victimes de crimes contre l’humanité du fait de leur appartenance ethnique, religieuse ou politique. Comme la majorité des élus de droite, il milite contre le Pacs[4].

Plusieurs de ses voyages embarrassent les gouvernements de droite. En , par l’intermédiaire d'un ancien collaborateur de Charles Pasqua aux activités troubles, il se rend ainsi à Bagdad, avec les députés UMP Éric Diard et Didier Julia, ce qui irrite notamment le secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Renaud Muselier, avec qui il est alors encore ami[4]. En juillet 2005, il se rend en Russie, à Iekaterinbourg, pour inaugurer un projet de complexe de luxe de la chaîne Hyatt assorti d'un projet de quartier d’affaires, dont la construction est confiée par les oligarques locaux à des prestataires français, notamment Bouygues, et avec le concours de l'homme d'affaires sulfureux Jean-Louis Haguenauer (qui sera son témoin de mariage, avec la femme d'affaires Pascale Jeannin Perez)[4].

En 2006, Thierry Mariani défend devant l'Assemblée nationale le projet d'un nouveau consulat français à Iekaterinbourg, sans succès[4]. La même année, il prend part au « groupe d’amitié parlementaire France-Kazakhstan », et se rapproche de son dirigeant autoritaire, Noursoultan Nazarbaïev, ce qui lui aurait permis par la suite d'être un intermédiaire sur les marchés spatiaux et militaires conclus en 2009 par EADS[4]. Il aide aussi le constructeur français Poma à vendre des télécabines en Géorgie, puis est envoyé comme représentant spécial de Nicolas Sarkozy au Pakistan et en Afghanistan, et devient un membre assidu des délégations françaises se rendant en Russie[4].

En , il présente aussi plusieurs amendements au projet de loi sur l'immigration, qui connaissent des fortunes diverses :

  • autorisation de recours aux tests ADN lors de la délivrance des visas de plus de trois mois au titre du regroupement familial[b], en cas de doute sérieux sur l'authenticité de l'acte d'état civil (amendement supprimé en commission au Sénat) ;
  • autorisation de statistiques raciales et ethniques (rejeté car jugé inconstitutionnel) ;
  • division par deux du délai de recours pour les demandes d'asile (amendement no 69, article 9, du ) ; amendement adopté ;
  • interdiction d'hébergement d'urgence aux « personnes en situation irrégulière » (amendement no 209, article 18, du  ; amendement adopté dans un premier temps par l'Assemblée nationale, puis supprimé par le Sénat).

En 2008, il vote en faveur de la ratification du traité de Lisbonne : dix ans plus tard, il indiquera l'avoir « fait sans enthousiasme, [car] ça faisait partie de l'engagement présidentiel »[22].

Lors des élections régionales de 2010 en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Thierry Mariani est tête de liste de la majorité présidentielle. Au second tour, sa liste récolte 33 % des voix, contre 44 % à la liste socialiste du président sortant, Michel Vauzelle, et 23 % à la liste du Front national conduite par Jean-Marie Le Pen[23].

À partir de , il mène le collectif parlementaire de La Droite populaire, qui réunit alors une quarantaine de députés UMP et qui prône une plus grande fermeté sur les questions de sécurité et d'immigration[24]. Le mois suivant, en tant que rapporteur du projet de loi sur l'immigration, il défend des amendements visant à déchoir de la nationalité française les auteurs de certains crimes ; il précise que cette mesure permettrait de revenir à une disposition qui existait jusqu'en 1998, et qui prévoyait la déchéance de la nationalité française pour les auteurs de crimes, Français depuis moins de dix ans, et dont la condamnation est égale ou supérieure à cinq ans de prison ferme[25].

Ministre des Transports

Thierry Mariani en 2012.

Le , dans le gouvernement Fillon III, Thierry Mariani est nommé secrétaire d'État chargé des Transports auprès de la ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement[26]. Il devient ministre, avec les mêmes attributions, lors du remaniement du .

Retour à l’Assemblée nationale

Secrétaire national chargé des Français de l'étranger à partir de 2000 au RPR puis à l'UMP, Thierry Mariani se présente aux élections législatives de 2012 dans la onzième circonscription des Français établis hors de France, qui regroupe quarante-neuf pays de la zone Asie, Russie et Océanie. Certains de ses adversaires dans la campagne pour cette élection lui reprochent d’avoir exploité des déplacements faits dans le cadre de sa fonction de ministre à des fins électorales[c]. Le 17 juin 2012, au second tour de scrutin, il est élu avec 52,2 % des suffrages exprimés face au socialiste Marc Villard[29].

Il est l'un des députés UMP à s'abstenir sur le Pacte budgétaire européen en , la plupart des membres de son parti ayant voté pour[30].

Au congrès de l'UMP de 2012, il défend la motion La Droite populaire, qui arrive cinquième du vote des adhérents avec 10,9 % des suffrages exprimés, ce qui lui permet d’être considérée comme un mouvement représentatif du parti[31]. En , dans le cadre de la direction « partagée » entre Jean-François Copé et François Fillon, Thierry Mariani devient vice-président de l'UMP avec plusieurs autres personnalités[32].

En , Nicolas Sarkozy, élu président de l'UMP, le nomme secrétaire national du parti chargé des Français de l'étranger[33]. Alors que Sarkozy lui proposait de le reconduire à ce même poste (en tant que délégué national) au sein des Républicains (ex-UMP), en 2015, il décline l’offre[34].

Thierry Mariani soutient François Fillon pour la primaire française de la droite et du centre de 2016[35].

Au sein de LR après la députation

En , Thierry Mariani est battu au second tour par la candidate de La République en marche, Anne Genetet[36]. Il tient l’affaire Fillon pour responsable de ce résultat[37].

Avant son élection à la présidence des Républicains, Laurent Wauquiez lui propose un poste de délégué aux affaires internationales, qui ne lui est finalement pas attribué[38].

Il est membre du comité d'éthique de la chaîne russe RT France de son lancement[39] en 2017 à fin 2018, quittant ce poste lorsqu'il décide de renouer avec la politique[40], pour pouvoir passer davantage à l'antenne[41].

En lien avec le Rassemblement national

Ralliement au RN en 2019

À plusieurs reprises, Mariani appelle à engager des discussions avec le Front national en vue d'une entente de la droite[42]. Déjà en 2002, Marine Le Pen l'invite à rejoindre son parti[43]. En 2015, il déclare à ce sujet : « Ça fait trente ans que je m'entends dire que je me rapproche du FN. C'est ridicule, je ne suis absolument pas en accord avec ce parti qui se veut à droite sur les sujets régaliens mais a des positions de gauche archaïques sur le social »[44]. En , Le Lab indique qu'il envisage publiquement ce rapprochement « en période de crise pour son camp »[44].

Thierry Mariani avec Gilbert Collard lors de la campagne du RN pour les élections européennes de 2019.

Allant à l'encontre de la position officielle de Laurent Wauquiez, il plaide en pour discuter d'accords avec le FN, estimant que le parti frontiste a changé, que LR s'est coupé des centristes et qu'il faut trouver de nouveaux alliés[45]. Il déclare par ailleurs : « Quand Jean-Marie Le Pen dirigeait le FN, j’étais plutôt d’accord sur les questions économiques, mais pas sur le reste. Avec Marine Le Pen, c’est un peu le contraire »[46]. Il affirme également : « Le programme du FN est quasiment celui du RPR en 1992. Je ne vois pas en quoi il est fasciste ou raciste »[46].

Thierry Mariani exprime par ailleurs son soutien à d'autres mouvements ou figures de l'extrême droite. Il a été proche de Pierre-Marie Guastavino, l'un des dirigeants du Club de l'horloge[47]. À l'occasion du suicide en 2013 de Dominique Venner, figure de l'extrême droite, il salue « des convictions et une vraie conception de la France »[48]. En , il signe une pétition en soutien à des militants de Génération identitaire poursuivis en justice, appelant à l'abandon des charges à leur encontre[49],[50].

Député au Parlement européen

Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan lui proposent de rejoindre les listes de leurs partis respectifs pour les élections européennes de 2019[51],[52]. L'annonce de son départ des Républicains pour rejoindre aux européennes la liste du Rassemblement national (RN), nouvelle dénomination du FN, a lieu début [53] : il figure en troisième position sur la liste[54]. Il déclare n'avoir pas adhéré au RN[55].

En , le Parlement européen place six députés européens français, dont Thierry Mariani, sur une « liste noire » les empêchant pour six mois d’effectuer des missions d’observation d'élections à l'étranger. L’assemblée reproche à cinq élus RN d'avoir bénéficié de voyages luxueux les ayant conduit à produire des rapports positifs sur la tenue d’élections en Crimée et au Kazakhstan. Thierry Mariani dénonce une « sanction politique »[56],[57],[58].

Élections régionales de 2021 en PACA

Tête de liste RN aux élections régionales de 2021 en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Thierry Mariani est donné par les sondages au coude-à-coude avec le président sortant du conseil régional, Renaud Muselier (LR)[59]. Durant la campagne, Thierry Mariani indique qu’en cas de victoire il ne sera pas ministre dans l’hypothèse où Marine Le Pen serait élue présidente de la République[60] et qu'il resterait à la tête de la région durant tout le mandat[61]. Début juin, Le Canard enchaîné, suivi de ses adversaires LR l’accusent de ne pas être domicilié à Avignon comme il le prétend et d’utiliser une fausse adresse pour avoir droit de se présenter[d],[64],[65].

Le 20 juin 2021, les listes conduites par Thierry Mariani arrivent en tête du premier tour avec 36,4 % des suffrages, devant celles de Renaud Muselier (31,9 %) et celles de gauche menées par l’écologiste Jean-Laurent Félizia (16,9 %), dans un contexte d’abstention record (66,3 %)[66]. Après avoir dans un premier temps annoncé son maintien, ce dernier se désiste afin de faire barrage au RN[67]. Thierry Mariani conspue sur Twitter ce « réflexe républicain » qui selon lui a pour but d'« empêcher la volonté populaire de s'exprimer » ; toutefois, il avait lui-même bénéficié d'un tel front républicain en 2002 et tenté d'en mettre un autre en place en 1997, qualifiant le Front national d’alors de « danger »[17].

Avant le second tour, après avoir été qualifié d’« ami de droite » ayant des « convictions pour la France » par le sénateur LR Henri Leroy, il reçoit l’appui public de Marion Maréchal, qui conduisait la liste Front national dans la région en 2015[68],[69]. Nicolas Sarkozy apporte en revanche son soutien à son adversaire[70].

Le 27 juin, les listes de Thierry Mariani obtiennent 42,7 % des voix, étant défaites par celles de Renaud Muselier, toujours avec une abstention massive (63,2 %)[66].

Tentatives d’alliances entre la droite et le RN

En vue des élections municipales de 2020, il travaille à la mise en place d'alliances entre le RN et des élus locaux de droite, notamment en relançant le mouvement La Droite populaire[71]. En vue de l'élection présidentielle de 2022, il travaille sur le volet international du programme de Marine Le Pen[72].

À l’issue du XVIIe congrès du RN, qui se tient en , il obtient, comme Hervé Juvin (président du Parti localiste), d’être « invité permanent » au bureau national, la plus haute instance du parti[73].

Soutien à des régimes autoritaires ou nationalistes

Thierry Mariani avec les Turkmènes Akja Nurberdiýewa et Roza Aknazarova au cours d’un séminaire de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à Achgabat, en 2015.

Pendant ses mandats de député, Thierry Mariani appartient à de nombreux groupes d’amitié de l’Assemblée nationale : il en préside trois (Russie, Ukraine et Kazakhstan) et est vice-président de deux autres (Turkménistan et Azerbaïdjan) ainsi que du « Dialogue franco-russe ». Selon Le Monde, ces groupes d’amitié sont de « hauts lieux de lobbying », lui ayant permis de nouer des relations privilégiées avec des gouvernements étrangers, principalement avec la Russie de Vladimir Poutine ainsi qu’avec des régimes autoritaires de l'ancien bloc soviétique ou du Moyen-Orient. Thierry Mariani crée également des structures privées domiciliées chez lui, comme l’« observatoire Eurasie nouveaux horizons »[4].

Proximité avec Vladimir Poutine

Thierry Mariani a la réputation d'être « pro-russe », étant parfois perçu comme « l'un des défenseurs les plus acharnés de Poutine en France »[4] qu'il considère comme le seul chef d'État respectable en Europe[74],[75],[76]. Lui-même ne se considère pas comme un « pro-russe », mais estime que « la France a besoin des Russes »[75].

À partir de 2012, il est coprésident de l'association « Dialogue franco-russe »[4], la « vitrine française des Poutinolâtres » selon Le Parisien[77],[78]. Thierry Mariani est membre de la commission des Affaires étrangères et vice-président du groupe d’amitié France-Russie entre 2012 et 2017[78]. Il est également membre de 2015 à 2018 du « comité d'éthique » de l'antenne française de la chaîne d'État russe de RT France[74].

Thierry Mariani est favorable à l'annexion de la Crimée par la Russie[79]. En , il est à l'initiative du déplacement en Crimée d'une délégation de dix parlementaires dont l'objectif, selon ses participants, « est de maintenir le dialogue avec nos amis russes »[80],[8],[81], mais qui aurait des motivations personnelles ayant trait à son épouse[8]. En réaction, les autorités ukrainiennes interdisent les dix élus d'entrée en Ukraine pour une période de trois ans[81]. Le ministre français des Affaires étrangères dénonce ce voyage comme étant en « violation du droit international »[79].

Thierry Mariani retourne en Crimée pour protester contre les sanctions européennes en 2019[76].

En 2020, sa nomination au sein d'une commission de l’Union européenne en charge de lutter contre « l’ingérence étrangère » ne passe pas inaperçue chez les spécialistes, et le journal Libération le qualifie à cette occasion de « notoirement proche du régime russe »[74]. Selon le journal russe Vedomosti, Thierry Mariani a été nommé au comité consultatif d'un fonds d'investissements en Russie créé en 2014, doté de plusieurs milliarde d'euros et dont l'un des cofondateurs est Konstantin Malofeev, un oligarque proche de Poutine. Thierry Mariani dément faire partie de cette société (sa nomination semblant avoir été finalement annulée) mais reconnaît connaître personnellement Konstantin Malofeev (qui est notamment l'un des mécènes de son « Dialogue franco-russe »)[82].

Soutien au régime syrien de Bachar el-Assad

Pour le HuffPost, les invitations régulières de Thierry Mariani par Bachar el-Assad ainsi que ses prises de position sur le régime font de lui le « premier VRP français du dictateur syrien » dans le cadre de la guerre civile syrienne[83].

Entre et , il se rend en Syrie à cinq reprises pour des rencontres avec Bachar el-Assad[84]. Il s'entretient également avec le grand mufti de Syrie[85]. En , il effectue une visite en Syrie avec ses collègues Nicolas Dhuicq et Jean Lassalle, des journalistes de Valeurs actuelles et des membres de SOS Chrétiens d'Orient, organisation elle aussi proche de l'extrême droite[86]. Le parti des Républicains se désolidarise de ce voyage[86]. Ses visites successives se font avec l'aide de l'association Al-Karma, dirigée par Hala Chaoui, proche d'Assad[87]. Il soutient le régime d’Assad lors de la guerre civile syrienne et salue la victoire de ses troupes lors de la bataille d'Alep en  : « Ceux qui combattent le terrorisme devraient se féliciter de la reprise d'Alep »[88]. Il met également en doute la responsabilité du régime syrien dans les attaques chimiques de Khan Cheikhoun[84] et de Douma[89].

Marie Peltier, chercheuse spécialiste de la Syrie, le présente comme un « agent de Damas » pour son rôle dans la propagation de la désinformation, notamment après les attaques chimiques, et dans la diffusion de la propagande du régime[90]. Plusieurs journalistes s'offusquent du fait que Thierry Mariani, en voyage en Syrie, fasse part de son émerveillement sur la propreté dans les rues de Damas, « occultant tout à fait les massacres perpétrés par Bachar al-Assad »[91],[92]. Pour justifier de sa visite à Damas en novembre 2017 alors qu'il est sans mandat électif, Thierry Mariani présente Bachar el-Assad comme son « ami »[93].

Lors d'un sixième voyage en , aux côtés d'élus du RN[94], Thierry Mariani poste une photo sur Twitter le , attablé dans un restaurant de Saidnaya, une ville située à proximité de la prison de Saidnaya, où selon Amnesty International des milliers d'opposants sont torturés et exécutés par pendaison par le régime syrien[95],[96].

En 2020, il appelle, en séance plénière au Parlement européen, à soutenir Bachar el-Assad pour ramener la paix dans le pays, et à « extermin[er] les rebelles syriens », mots qui lui valent un rappel au règlement[4].

Le 21 août 2021, il rencontre une nouvelle fois Bachar el-Assad, aux côtés d'Andréa Kotarac et Hervé Juvin, avec lequel il discute des sanctions contre le régime, qu'il fustige à nouveau à son retour. Le président syrien est alors visé par une information judiciaire en France concernant des attaques chimiques, dont celle de 2013 sur la Ghouta[97],[98].

Liens avec l'Azerbaïdjan

Thierry Mariani est membre du conseil d'administration de l’Association des amis de l’Azerbaïdjan (AAA), soutenue financièrement par les autorités et « principal instrument », selon Le Monde, de la diplomatie du caviar que mène notamment en France l'État autoritaire de l'Azerbaïdjan, et qui, selon Élise Lucet, assure en France la promotion du pays[e],[100],[101],[99]. En 2015, Thierry Mariani soutient l’Azerbaïdjan dans le conflit l'opposant à l’Arménie[102] et demande à la suite du conflit de 2020, le rattachement du Haut-Karabagh à l'Azerbaïdjan[103].

Soutien aux nationalistes indiens

Avec d’autres parlementaires français d’extrême droite, il effectue un voyage au Cachemire en , deux mois après la suppression par le gouvernement indien du statut spécial d'autonomie dont la région, à forte majorité musulmane, bénéficiait. Cette visite intervient alors que les journalistes de la presse étrangère et les responsables politiques n'ont pas accès à la région et que le gouvernement indien y a bloqué internet et déployé un important dispositif militaire[104]. Ce voyage est notamment sponsorisé par le groupe Srivastava, spécialisé dans la désinformation[105],[106],[107],[108].

À l’issue de sa visite, Thierry Mariani diffuse sur les réseaux sociaux un message de soutien à la politique du Premier ministre nationaliste et ultraconservateur, Narendra Modi. Il déclare également à la presse : « Nous sommes aux côtés de l'Inde dans sa lutte contre les terroristes ». D'après la chercheuse Eviane Leidig, « cette visite est la dernière preuve en date des liens toujours plus forts entre les extrêmes droites indienne et européenne, avec des points communs tournant principalement autour d'une aversion pour les populations musulmane et immigrée et s'incarnant dans d'ambitieux projets nationalistes »[104].

Aux côtés d'autres élus du RN, Thierry Mariani participe à une campagne de désinformation et de propagande. Il publie ainsi sur EU Chronicle, un site de désinformation faisant partie d'un large réseau de faux médias créés pour servir les intérêts de l’Inde et de Narendra Modi[109],[110],[105].

Détail des mandats et fonctions

  •  : vice-président du conseil général de Vaucluse
  • 1989-2005 : maire de Valréas (Vaucluse)
  •  : conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur
  •  : député de la 4e circonscription de Vaucluse
  •  : conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur
  •  : vice-président du conseil général de Vaucluse
  •  : conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur
  •  : secrétaire d'État chargé des Transports auprès de la ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement
  •  : ministre chargé des Transports auprès de la ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement
  •  : député de la 4e circonscription de Vaucluse
  •  : député de la 11e circonscription des Français établis hors de France
  •  : vice-président de l'UMP
  • Depuis le  : député européen
  • Depuis le  : conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur

Synthèse des résultats électoraux

Élections législatives

Année Parti Circonscription 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Issue
1993[15] RPR 4e de Vaucluse 19 415 39,08 1er 25 423 48,90 Élu
1997[16] 14 909 29,42 21 546 38,87
2002[18] UMP 18 471 35,23 26 434 57,62
2007[19] 21 125 41,36 28 462 60,18
2012[29] 11e des Français
établis hors de France
7 114 32,59 10 390 52,15
2017[36] LR 4 766 18,78 2e 5 676 28,28 Battu

Élections régionales

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où il est tête de liste.

Année Parti Région 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Rang
2010[23] UMP Provence-Alpes-Côte d'Azur 388 365 26,60 1er 559 412 33,02 2e
2021[66] RN 420 633 36,38 524 881 42,70

Élections cantonales

Année Parti Canton 1er tour 2d tour Issue
Voix % Rang Voix % Rang
1988 RPR Valréas Élu
1994[15] 3 176 56,00 1er

Élections municipales

Année Parti Commune 1er tour
Voix % Rang
1989 RPR Valréas 1er
1995
2001[111] 2 525 63,27

Dans la fiction

Dans la bande-dessinée d'anticipation de François Durpaire et Farid Boudjellal, La Présidente, où Marine Le Pen gagne l’élection présidentielle de 2017, Thierry Mariani devient ministre de la Politique étrangère[112].

Dans le roman de politique-fiction de Michel Wieviorka, Le Séisme : Marine Le Pen présidente (2016), avec un scénario similaire, il devient ministre de la Ville, du Logement et des Territoires[113].

Dans le roman de politique-fiction, Une élection ordinaire (2015) du journaliste de Valeurs actuelles Geoffroy Lejeune, où Éric Zemmour devient président de la République en 2017, Thierry Mariani devient ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale.

Notes et références

Notes

  1. Secrétaire d'État jusqu'au 29 juin 2011.
  2. Le Monde écrit en 2010 : « Proche de Nicolas Sarkozy, (Thierry Mariani) est surtout connu pour ses prises de position radicales sur l'immigration. Il a été rapporteur à l'Assemblée nationale de toutes les lois sur le sujet depuis 2002. En septembre 2007, il avait fait adopter un amendement au projet de loi sur l'immigration de novembre 2007, imposant un test ADN aux étrangers candidats au regroupement familial. Sous les précédentes mandatures, Thierry Mariani s'était illustré par ses combats contre les 35 heures, le Pacs, les rave-parties et la Gay Pride. »[21].
  3. L'intéressé rétorque : « […] certains de ces déplacements à l’étranger étaient des voyages officiels du président de la République (Arménie, Géorgie, Azerbaïdjan…) ou du Premier ministre (Russie, Corée, Japon, Indonésie, Cambodge…) et à l’occasion desquels j’ai signé des accords et des contrats au bénéfice des entreprises françaises »[27],[28].
  4. À la suite de ces révélations, un collectif d’habitant mené par un élu LR font un recours pour le radier des listes électorales[62]. Le , tribunal d’Avignon rejette la requête la jugeant « hors délai »[63].
  5. L'Express qualifie d'ailleurs l'AAA de « vecteur français de la propagande de Bakou »[99].

Références

  1. « Biographie Thierry Mariani », sur Le Parisien (consulté le ).
  2. a b c et d Pascale Nivelle, « Le voyeur de Bagdad », sur liberation.fr, (consulté le ).
  3. a et b Maxime Vaudano, Jérémie Baruch, Anne Michel, François Krug et Gilles Rof, « Thierry Mariani : de la région PACA à la Russie, portrait d’un homme d’influences », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  4. a b c d e f g h i j k l et m Anne-Sophie Mercier, « L'entremetteur franco-russe », Le Canard enchaîné, no 5246,‎ .
  5. Tous les articles sur Thierry Mariani., sur lepoint.fr
  6. a et b Delphine Legouté, « Où l'on apprend que l'épouse de Thierry Mariani a présenté la "Sarkozy TV" en russe en 2007 », lelab.europe1.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. Benjamin Sportouch, « Vos papiers, Madame Mariani... », sur lexpress.fr, .
  8. a b et c Jean-Baptiste Naudet, « Thierry Mariani en Crimée : cherchez la femme ? », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  9. « Thierry Mariani: "Mon père est un exemple d'immigration réussie" », sur lexpress.fr, (consulté le )
  10. « Régionales 2021 en Provence Alpes-Côte d'Azur : Qui est Thierry Mariani (RN) que le dernier sondage donne vainqueur ? », sur france3-regions.francetvinfo.fr, 12 mai 2021, mis à jour le 25 mai 2021 (consulté le ).
  11. « Minarets en Provence : priorité à l'intégration », sur laprovence.com, (consulté le ).
  12. « Thierry Mariani: "Mon père est un exemple d'immigration réussie" », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  13. « VIDEO. L'ancien ministre Thierry Mariani annonce sa candidature comme tête de liste RN aux élections régionales en Paca », sur varmatin.com, (consulté le ).
  14. « La victoire du FN au bout de la division », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. a b et c « Les données des élections », sur data.gouv.fr (consulté le ).
  16. a et b « Résultats des élections législatives de 1997 : Orange (4e circonscription de Vaucluse) », sur assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  17. a et b « Quand Mariani adorait le front républicain », Le Canard enchaîné, no 5250,‎ , p. 2.
  18. a et b « Élections législatives de 2002 : quatrième circonscription de Vaucluse », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  19. a et b « Élections législatives de 2007 : quatrième circonscription de Vaucluse », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  20. Proposition de loi no 2447., sur assemblee-nationale.fr
  21. Le Monde, le 23 février 2010.
  22. Alexandre Sulzer, « Thierry Mariani, le migrant de la droite », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  23. a et b « Résultats des élections régionales 2010 : Provence-Alpes-Côte d'Azur », sur interieur.gouv.fr (consulté le )
  24. « Cette droite qui pousse Sarkozy à droite », sur lci.tf1.fr, 29 juillet 2010.
  25. « Déchéance de nationalité : l'UMP Mariani déposera des amendements au projet de loi », sur google.com (dépêche AFP), 3 août 2010.
  26. « Thierry Mariani arrive aux Transports », sur europe1.fr, (consulté le ).
  27. « Législatives : Thierry Mariani réagit aux attaques sur sa campagne en Asie-Océanie », entretien avec Thierry Mariani sur le site lepetitjournal.com, le 20 décembre 2011.
  28. compte-rendu d’un article du 9 novembre 2011 du Canard enchaîné.
  29. a et b « Résultats des élections législatives 2012 : Français de l’étranger (onzième circonscription) », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Traité européen : ceux qui ont voté contre », sur lejdd.fr, (consulté le ).
  31. « La Droite forte grande gagnante des motions de l'UMP », sur lemonde.fr, 20 novembre 2012.
  32. « UMP : les pro-Copé et pro-Fillon se partagent le parti », sur sudouest.fr (consulté le )
  33. « Nominations », sur u-m-p.org, 9 décembre 2014.
  34. Alexandre Lemarié, « Thierry Mariani quitte la direction des Républicains », sur lemonde.fr, 17 juin 2015.
  35. Alexandre Lemarié, « Primaire à droite : Thierry Mariani rejoint François Fillon », sur lemonde.fr, 5 février 2016.
  36. a et b « Résultats des élections législatives 2017 : Français de l’étranger (onzième circonscription) », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  37. Quasiment battu aux législatives, Thierry Mariani s’est retenu de tweeter : "Penelope m’a tuer"., sur lelab.europe1.fr, 13 juin 2017.
  38. Alexandre Sulzer, « Ce que mijote la droite de la droite », sur lexpress.fr, (consulté le )
  39. AFP, « RT France : Jean-Luc Hees et Thierry Mariani au comité d'éthique », Le Point,‎ (lire en ligne)
  40. « Européennes : Thierry Mariani quitte Les Républicains et rejoint Marine Le Pen », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. « Thierry Mariani démissionne du comité d'éthique de RT France pour... passer à l'antenne », sur La Lettre A.fr, (consulté le ).
  42. Valérie Igounet, « En 1983, Jean-Marie Le Pen espérait une « entente » avec Thierry Mariani », sur blog.francetvinfo.fr/derriere-le-front, (consulté le )
  43. « VIDÉO - Marine Le Pen essayait déjà en 2002 de recruter Thierry Mariani à la télévision », sur RTL.fr (consulté le )
  44. a et b Loïc Le Clerc, « Avant, Thierry Mariani trouvait "ridicule" qu'on pense qu'il se rapproche du FN, maintenant, c'est juste "trop tôt" », sur Le Lab (consulté le ).
  45. Thierry Mariani, interviewé par Christine Ollivier, « Thierry Mariani, ex-député LR : "Il faut un accord avec le FN" », lejdd.fr, 10 mars 2018.
  46. a et b Nathalie Schucket, « Européennes : Mariani et Le Pen, les coulisses d’un rapprochement », sur Le Parisien, (consulté le )
  47. Philippe Lamy (sous la dir. de Claude Dargent), Le Club de l'horloge (1974-2002) : évolution et mutation d'un laboratoire idéologique (thèse de doctorat en sociologie), Paris, université Paris-VIII, , 701 p. (SUDOC 197696295, lire en ligne), p. 641.
  48. « Suicide de Dominique Venner  : hommage de la droite à l’extrême droite », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  49. « Envahissement des locaux de SOS Méditerranée : 56 personnalités soutiennent Génération identitaire », sur Franceinfo, (consulté le )
  50. « SOS Méditerranée : 56 personnalités de droite et d’extrême droite demandent l’abandon des poursuites contre Génération identitaire », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. « L'appel du pied de Marine Le Pen à un ancien ministre Les Républicains », libre.be,‎ (lire en ligne)
  52. Paul Laubacher, « "Allez, vous le savez déjà !" : Dupont-Aignan se lance dans le cirque des européennes », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  53. Emmanuel Galiero, « Thierry Mariani et Jean-Paul Garraud vont quitter LR et rallier le RN », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  54. Ivanne Trippenbach, « Le casting de la liste RN aux européennes », sur L'Opinion.fr, (consulté le ).
  55. BFMTV, « Thierry Mariani: Marine Le Pen « a l'envergure » pour 2022 », sur BFMTV (consulté le )
  56. (en) « MEPs blacklisted for fake election-monitoring trips », sur euobserver.com (consulté le ).
  57. Emmanuel Berretta, « Pourquoi Thierry Mariani écope d’une sanction du Parlement européen », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  58. « Cinq eurodéputés français, dont Thierry Mariani, soupçonnés d’avoir émis des rapports complaisants », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  59. Paul Molga, « Régionales : Paca sous la menace de l'extrême droite », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  60. « 2022 : s'il est élu en PACA, Mariani refusera de participer au gouvernement de Le Pen », sur marianne.net, (consulté le ).
  61. « "Je resterai président de la région pendant les 6 ans et 9 mois, je le promets" : Thierry Mariani, du RN », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  62. « Un huissier sur la piste du SDF Thierry Mariani », Le Canard enchaîné,‎ , p. 3
  63. « Thierry Mariani reste candidat aux régionales », sur francebleu.fr, (consulté le )
  64. « La tête de liste RN Thierry Mariani manque d’adresse dans sa région », Le Canard enchaîné,‎ , p. 3.
  65. Barthélémy Philippe, « Affaire du domicile de Thierry Mariani : que prévoit le code électoral ? », sur capital.fr, (consulté le ).
  66. a b et c « Résultats des élections régionales 2021 : Provence-Alpes-Côte d'Azur », sur interieur.gouv.fr (consulté le )
  67. Gilles Rof, « Régionales 2021 : l’écologiste Jean-Laurent Félizia finit par se retirer en Provence-Alpes-Côte d’Azur », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  68. Dinah Cohen, « Régionales en Paca : le sénateur LR Henri Leroy salue les «convictions» du candidat RN Thierry Mariani », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  69. Charles Sapin, « Régionales 2021 en Paca : Marion Maréchal apporte son soutien à Thierry Mariani (RN) avant le second tour », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  70. Robin Verner, « Régionales en PACA : Sarkozy sort du silence pour soutenir Muselier », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  71. Maxence Lambrecq et Olivier Bénis, « Municipales 2020 : les 100 communes dans le viseur de Marine Le Pen », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  72. Tristan Berteloot, « 2022 : les proches de Le Pen planchent déjà sur son programme présidentiel », sur oeilsurlefront.liberation.fr, (consulté le ).
  73. Franck Johannès, « A la direction du parti, prime aux nouveaux arrivants », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  74. a b et c Pierre Plottu et Maxime Macé, « Au Parlement européen, l'étrange nomination du pro-russe Thierry Mariani », sur Libération.fr, (consulté le )
  75. a et b Benoît Vitkine et Pierre Jaxel-Truer, « Thierry Mariani, la voix de la Russie », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  76. a et b Ivanne Trippenbach, « Thierry Mariani ou les difficultés d’intégration... au Rassemblement national », sur lopinion.fr (L'Opinion), (consulté le )
  77. Nathalie Schuck, « Elections en Russie : Poutine a son fan-club chez les politiques français », sur leparisien.fr, (consulté le )
  78. a et b « Courte biographie de Thierry Mariani, coprésident de l'association du Dialogue franco-russe », sur DialogueFrancoRusse.com (consulté le )
  79. a et b « Thierry Mariani défend l'annexion de la Crimée par la Russie », sur LePoint.fr, (consulté le )
  80. « Parlementaires en Crimée: quand députés et sénateurs font de la diplomatie parallèle », sur huffingtonpost.fr (Le HuffPost), (consulté le )
  81. a et b « Parlementaires en Crimée: 10 députés français interdits d'entrée en Ukraine », sur huffingtonpost.fr (Le HuffPost), (consulté le )
  82. Jean-Baptiste Naudet, « Thierry Mariani en Crimée : les liens troubles du député avec la Russie », sur nouvelobs.com (L'Obs), (consulté le )
  83. Romain Herreros, « De retour de Syrie, cette élue RN estime que Paris est plus dangereuse que Damas », sur huffingtonpost.fr, (consulté le )
  84. a et b Charlotte Belaich, « A Damas, Thierry Mariani vante la propreté des rues », Libération,‎ (lire en ligne).
  85. « Syrie: quand des proches de Fillon posaient avec le grand mufti menaçant l'Europe d'attentats », BuzzFeed,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  86. a et b « L'entourage de Fillon se désolidarise du voyage de Mariani en Syrie », sur rtl.fr, .
  87. Dominique Perrin, « Querelles de chapelle autour des chrétiens d’Orient », sur lemonde.fr, .
  88. Caroline Hayek, « Comment Assad est devenu « le blanc » de l’extrême-droite occidentale », sur lorientlejour.com, .
  89. Christophe Forcari, Rachid Laïreche et Tristan Berteloot, « En France, des marchands de doute aussi à l’Assemblée », Libération,‎ (lire en ligne).
  90. « Marie Peltier : "Le complotisme est une arme politique" », L'Echo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  91. « A Damas, Thierry Mariani vante la propreté des rues », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  92. « En Syrie, Thierry Mariani s'émerveille de la propreté des rues de Damas », RTL.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  93. Pierre Chevillard, « Visitant son "ami" Bachar al-Assad, Thierry Mariani juge les rues de Damas "bien plus propres qu'à Paris" », sur www.marianne.net, (consulté le )
  94. « Thierry Mariani emmène une délégation du RN en Syrie », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  95. Un Côtes du Rhône en Syrie : l’indécent tweet de Thierry Mariani, L'Obs, 1er septembre 2019.
  96. Syrie : Thierry Mariani a trinqué tout près de la prison de l'horreur, L'Express, 2 septembre 2019.
  97. « Auvergne Rhône-Alpes. Andréa Kotarac a une nouvelle fois rencontré Bachar al-Assad en Syrie », sur leprogres.fr (consulté le )
  98. « Pays de la Loire. Les élus écologistes condamnent la visite d’Hervé Juvin en Syrie », sur ouest-france.fr, .
  99. a et b Charles Haquet et Vincent Hugeux, « Des élus français très zélés avec les pays autoritaires », L'Express,‎ (lire en ligne)
  100. « Cash investigation: les effarantes coulisses des voyages politiques », sur Les Inrockuptibles, (consulté le )
  101. Laura Motet, « « Diplomatie du caviar » : les échanges de bons procédés entre l’Azerbaïdjan et les élus français », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  102. « Thierry Mariani: "Je soutiens l’Azerbaïdjan dans le règlement du conflit de Haut Karabakh" », Azvision,‎ (lire en ligne)
  103. « Thierry Mariani: Le Karabakh est un territoire azéri », sur Caucase de France, (consulté le )
  104. a et b Eviane Leidig, « De l'Europe à l'Inde, l'extrême droite s'internationalise », sur Slate.fr,
  105. a et b « Thierry Mariani, Narendra Modi et les bons baisers de Delhi », sur Les Jours, (consulté le )
  106. « Delhi, nid d’espions », sur Les Jours, (consulté le )
  107. « Mariani épinglé pour sa participation à des opérations de propagande en Inde », sur Le HuffPost, (consulté le )
  108. Xavier Demagny, « Une enquête révèle un étonnant réseau de désinformation orchestré depuis l'Inde », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  109. « Une vaste campagne de désinformation et d’influence indienne en Europe dévoilée », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  110. « Indian Chronicles », sur Les Jours (consulté le )
  111. « Élections municipales des 11 et 18 mars 2001 – premier tour : résultats à Valréas » [PDF], sur vaucluse.gouv.fr (consulté le ).
  112. François Durpaire et Farid Boudjellal, La Présidente, Les Arènes, , p. 55
  113. Michel Wieviorka, Le séisme. Marine Le Pen présidente, Robert Laffont, , p. 66-70

Liens externes