The Banjo Consorsium

The Banjo Consorsium est un groupe musical, né à Sherbrooke en 2005, composé du multi-instrumentiste Jacques‑Philippe Lemieux-Leblanc, du percussionniste Gabriel Lemieux-Maillé, du chanteur, guitariste et banjoïste Charles-Antoine Gosselin et du guitariste et bassiste Marco Gosselin[1],[2].

Biographie

Né dans une famille de musiciens, Jacques-Philippe, le fondateur du groupe, fait de la musique depuis l’âge de 5 ans. Il a démarré en apprenant le violoncelle et le piano à l’école dès le primaire. Adolescent, il découvre le punk (Bérurier Noir, Ludwig von 88, Crass, Exploited...) il touche de plus près à la basse et entame une période plutôt riche d’expérimentations et de recherche. À 19 ans, il commence à s’intéresser au loop, s’achète un 4 pistes à cassette, et se lance dans des mixes, il mélange de l'Electro, de l'Ambient - expérimentale travaillant sur les textures et le grain.

Sa première grande influence est Beck. Toujours à la recherche de nouveaux sons, il s’achète ensuite une platine, un ordinateur, et un peu plus tard des logiciels audio. À partir de ses influences techno en passant par la house et la minimal techno (Perlon, Monolake), il continue à approfondir cette aventure, influencé par des groupes comme The Books, Tunng ainsi que Mice Parade qui furent une révélation pour lui. C’est à partir de ce moment-là qu'il intègre de plus en plus d’instruments acoustiques à ses compositions électroniques. Petit à petit, le Banjo Consorsium est né.

La musique du Banjo Consorsium est un mélange d’éléments organiques, d'électronique et de musique folk. Ils créent des pièces électroniques autour de guitares acoustiques, de mandolines, de flûtes et de banjos. La voix se fait entendre sur quelques morceaux (" Unknown ", " The letter M ").

Ils ont fait plus de cinquante spectacles à Sherbrooke, Montréal, Québec, Trois-Rivières et Toronto. À la sortie de « A Remixed One », le groupe sherbrookois The Banjo Consorsium, a offert des performances live retransmises via l'Internet. Avec l'album "A Turning One", ils ont obtenu une reconnaissance internationale avec Internet.

Discographie

  • 2005 : album Le Début
  • Participation à 2 compilations canadiennes : If you believe et We believe vol.2
  • Participation à une compilation japonaise : Schole vol.1
  • Participation à une compilation anglaise : Catch The Falling Leaves
  • Participation à deux compilations allemandes : Electronica Unplugged d’Aerotone et Entactogen – Voices de Mixotic
  • 2007 : 2e album « A Turning One »
  • 2009 : version remixée du 1er album A Remixed One en collaboration avec 10 artistes comme Akido, Millimetrik, Pheek, Apjiw, Vitaminsforyou

Prix

  • 2007 : Album A Turning One nominé pour l’album expérimental de l’année au Gala GAMIQ 2007 (Canada)

Critique

« Le principal mérite du Banjo Consorsium est de défricher un genre musical qui en est à ses premiers balbutiements. Ce groupe est l’une des valeurs montantes du folk-electronica (ou du néo-folk) non seulement au Québec, mais aussi dans le monde ; la formation se retrouve sur des compilations canadiennes, allemandes, anglaises et japonaises. » — Mathieu Petit (journaliste du Voir)

Références

Liens externes

Site officiel