Théo Pourchaire

Théo Pourchaire
Théo Pourchaire
Photographie en couleur d'un adolescent blanc, de face, avec une casquette noire, en combinaison blanche en haut, et bleu foncé en bas, dans son ensemble, devant une Formule 4 blanche.
Théo Pourchaire à la Motorsport Arena Oschersleben en Formule 4 allemande, en avril 2019.
Biographie
Date de naissance (18 ans)
Lieu de naissance Grasse (France)
Nationalité Drapeau de la France Français
Site web theopourchaire.com
Carrière
Années d'activité Depuis 2018
Qualité Pilote automobile
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
2021- ART Grand Prix 41 (4)

Théo Pourchaire, né le à Grasse, est un pilote automobile français, membre de l'équipe de France Circuit FFSA et de la Sauber Academy.

Vainqueur du championnat d'Allemagne de Formule 4 en 2019, il est sacré vice-champion de Formule 3 l'année suivante, au sein de l'écurie ART Grand Prix. Depuis la saison 2021, il poursuit en Formule 2, avec l'équipe française et devient le plus jeune vainqueur de l'Histoire.

Biographie

2003-2017 : jeunesse et karting

Théo Pourchaire naît en 2003 à Grasse[1]. Il roule pour la première fois dans un karting, sur le circuit situé à proximité de sa ville natale, à l'âge de deux ans[2],[3] et assiste à son premier Grand Prix de Formule 1 à Monaco en 2006[4].

« J'adore la F1 depuis que je suis tout petit et que mon père m'a fait découvrir le Grand Prix de Monaco, en 2006. J'avais vu Michael Schumacher. Cela m'avait énormément marqué, c'était magnifique. Et c'est depuis ce jour que je me suis dit que je voulais atteindre la Formule 1. »

— Théo Pourchaire, en 2020, décrivant son émotion en voyant son premier Grand Prix en 2006[4].

Il fait ses débuts en compétition à l'âge de sept ans[2],[3]. Lors de sa première saison complète, en 2010, il termine quatrième du championnat régional PACA-Corse en catégorie mini-kart, dans ce que son père, ancien pilote régional, qualifie de « saison d'essai » et où le jeune Théo n'avait même pas de mécanicien sur certaines épreuves[2]. Sacré champion régional en 2011[1], il est de nouveau sacré l'année suivante en catégorie Minimes, dans une catégorie, où, à seulement huit ans, il roule contre des pilotes de douze ans[2]. En 2013, au niveau national, toujours en catégorie Minimes, il parvient à être sacré champion de France de sa catégorie, dans un championnat qu'il domine largement[5], et à remporter la Coupe de France[6],[7]. En parallèle, Pourchaire intègre l'école de la FFSA et suit des cours pour ses études au CNED, où sa matière préférée est l'anglais, une langue qu'il considère comme « indispensable à maîtriser pour devenir pilote de Formule 1 »[2],[8]. La saison suivante, il passe à la catégorie Cadets, et est de nouveau sacré champion de France, un an après son titre en Minimes : ce doublé a notamment été réussi par des pilotes tels que Yvan Muller ou Esteban Ocon[9]. En 2015, il remporte les WSK National Series devant Victor Martins en catégorie Cadets[10]. Cette année est toutefois peu riche en courses pour le Français, n'ayant pas encore l'âge requis pour passer en catégorie supérieure[11].

En 2016, à douze ans, Théo Pourchaire peut finalement évoluer en catégorie OK-Junior[11] ; il est directement sacré champion de France dès sa première année[12]. Il fait également ses débuts internationaux et se montre dans les premières places des différentes courses au niveau européen[13]. Il participe même au championnat du monde OK-Junior, avec son compatriote Victor Martins, deux ans plus âgé que lui[14]. Si ce dernier est sacré champion du monde, Pourchaire termine troisième du championnat du monde, à seulement treize ans[15],[3] et intègre l'équipe de France FFSA en 2017[16]. Il remporte notamment une manche du championnat d'Europe OK, en catégorie senior[17]. À la fin de l'année, il décide d'arrêter sa carrière en karting, pour passer à la monoplace[18].

2018-2019 : débuts et confirmation en monoplace en Formule 4

Photographie d'une monoplace de F4 blanche et jaune fluo, vue de profil gauche, devant une autre voiture, à l'arrêt, sur une piste humide.
Théo Pourchaire remporte sa première victoire en monoplace en championnat de France de Formule 4 à Spa-Francorchamps, à l'âge de quatorze ans.

En , Théo Pourchaire annonce participer au championnat de France de Formule 4[17]. En février, il remporte le Trophée Winfield réservé aux plus jeunes pilotes du Volant Winfield[19]. Son très jeune âge (14 ans), lui permet uniquement d'être classé dans le championnat Junior réservé aux moins de quinze ans[note 1], tandis que ses résultats pour le championnat principal ne sont pas comptabilisés. Directement aux avants-postes[20], il remporte sa première victoire tous pilotes confondus, lors de la deuxième course sur le circuit de Spa-Francorchamps[21]. Il est sacré champion de France de Formule 4 Junior, à une manche de la fin de saison[22],[23]. Avec 16 victoires sur 21 courses en Junior, le Français parvient également à décrocher la troisième place du classement général[note 1] durant la dernière épreuve[24].

Pour la saison 2019, Pourchaire rejoint US Racing, l'équipe créée par Ralf Schumacher, dans le championnat d'Allemagne de Formule 4 ADAC[25]. Ayant moins de seize ans, il n'a donc pas l'âge requis pour monter en Formule 3[26]. Théo Pourchaire préfère rejoindre le championnat allemand de F4, plutôt que de rester dans le championnat français : « On a jugé que, vu mes bons résultats cette saison, ça ne servait pas à grand chose de faire une nouvelle saison en F4 France. Sachant que la voiture en Allemagne va à peu près une dizaine de secondes plus vite que celle en France. C'est un championnat un peu plus professionnel, c'est une catégorie au-dessus, avec des équipes, une monoplace plus rapide. C'est un nouveau challenge. »[25]. En , l'écurie suisse de Formule 1, Sauber, lance son programme de jeunes pilotes, le Sauber Junior Team, et y recrute le pilote français[27],[28].

Photographie d'une Formule 4 blanche et jaune, vue de face, à l'arrêt sur une grille de départ. Le pilote est dans la voiture, entouré de deux mécaniciens.
Pourchaire fait ses débuts en championnat d'Allemagne de Formule 4 en à Oschersleben, y inscrivant son premier podium.

Pour la première manche de la saison à la Motorsport Arena Oschersleben, Théo Pourchaire se montre directement aux avants-postes, avec un premier podium et une quatrième place provisoire au championnat[29]. Au Red Bull Ring, il remporte sa première course de la saison, profitant d'une pénalité de Dennis Hauger, prenant même la tête du championnat ex aequo avec Niklas Krütten[30],[31]. Sur le Hockenheimring, en marge du Grand Prix d'Allemagne de Formule 1, il monte sur les deux podiums avec son coéquipier Arthur Leclerc et Dennis Hauger, en profitant pour prendre seul la tête du championnat[32]. Sur l'ensemble de la saison, le Français se montre très régulier, comme sur le circuit de Zandvoort où il monte à nouveau sur deux podiums, alors que ses adversaires se montrent trop irréguliers pour revenir sur lui au classement général[33]. À la cinquième manche de la saison, sur le Nürburgring, Pourchaire remporte sa deuxième course de l'année, profitant notamment d'un problème mécanique de Dennis Hauger[34]. Le lendemain, le pilote français s'impose largement lors de la course suivante, sous la pluie[35].

À tout juste seize ans, Pourchaire se montre en possibilité de décrocher le titre lors de l'avant-dernière manche de la saison sur le Hockenheimring, avec plus de cinquante points d'avance sur Arthur Leclerc[36]. Cependant, le Français vit un weekend noir : il subit un contact avec son coéquipier Leclerc et est forcé à l'abandon en course 1, cale au départ en course 2, puis se fait sortir au premier virage en course 3, remontant tout de même jusqu'à la sixième place lors de cette épreuve[37]. Pendant ce temps, le Norvégien Dennis Hauger remporte les trois courses et revient à un point de Théo Pourchaire[37]. Pour l'ultime manche de la saison au Sachsenring, il termine deuxième de la première course devant Hauger, puis remporte sa quatrième victoire de la saison, à l'occasion de la course 2, prenant quatorze points d'avance avant la dernière course[38]. En début d'épreuve, Hauger évolue à la troisième position, tandis que Pourchaire pointe à la onzième place, perdant virtuellement la tête du championnat pour un point[39]. Il remonte progressivement pour terminer quatrième, quand Hauger gagne l'épreuve : Théo Pourchaire est alors officiellement sacré champion d'Allemagne de Formule 4, pour un point[39],[40]. Quelques heures après, le Français gagne six points supplémentaires après les pénalités de deux pilotes devant lui, s'imposant avec sept points face à Hauger[41].

2020 : vice-champion de Formule 3

Présaison perturbée par la pandémie

En fin d'année 2019, Théo Pourchaire participe aux essais de post-saison du championnat de Formule 3 FIA sur le circuit de Valence Ricardo Tormo pour Carlin Motorsport le premier jour, puis avec ART Grand Prix les deux autres jours[42],[43]. Le , il rejoint officiellement ART Grand Prix pour la saison 2020 du championnat de Formule 3 FIA, se déroulant en marge des Grands Prix de Formule 1[44], déclarant notamment : « C'est un nouveau défi pour moi et je suis ravi qu'ART GP m'ait offert cette chance d’évoluer en F3. Ce sera une grosse marche à gravir depuis la F4 allemande, mais je me sens prêt. [...] ART m'a donné des pistes à travailler et je sais comment m’améliorer. Je sais que j'ai une bonne marge de progression et ce sera mon objectif de m'améliorer semaine après semaine afin d'être prêt à affronter les meilleurs en fin de saison. Je dois encore apprendre beaucoup, mais je sais que je pourrai y parvenir au sein d'une écurie comme ART Grand Prix. »[45].

À la suite de la pandémie de Covid-19, toutes les compétitions sportives sont suspendues : la Formule 2 organise alors, en préambule des Grands Prix Virtuels de Formule 1, deux courses sur le jeu vidéo F1 2019, diffusées sur YouTube et Twitch, entre pilotes anciens et actuels de Formule 2 et Formule 3, dont Théo Pourchaire qui participe à toutes ces courses avec ART Grand Prix[46]. Son meilleur résultat est une troisième place à Monaco[47]. Il participe également aux 24 Heures du Mans Virtuelles, sur rFactor 2, avec une Chevrolet Corvette C7.R engagée par l'équipe FEED Racing, créée par Jacques Villeneuve et Patrick Lemarié[48]. En parallèle, Pourchaire continue d'affiner sa préparation physique, tout en continuant ses études en ligne, préparant le baccalauréat avec la FFSA Academy[49]. Quelques jours avant le début de saison en juillet, il est annoncé dans la Sauber Academy, qui prend la suite de l'ancien Sauber Junior Team[50]. Concrètement, le fonctionnement de la Sauber Academy est totalement modifié comme l'explique le pilote français : « Là, Sauber et Alfa Romeo Racing ont tout repris en main. Ils s'en occupent de A à Z. Seuls quatre pilotes font partie de l'Academy. Nous étions plus nombreux au sein du Junior Team. Et je suis le seul à enchaîner une deuxième saison dans leur giron. Pour moi, le plus jeune pilote de la grille en FIA F3 (16 ans), c'est vraiment une belle opportunité d'apprendre de l'une des structures historiques des Grands Prix. Sûr que ce soutien va m'aider à aller plus haut. »[47].

Premières courses et plus jeune vainqueur de Formule 3

Théo Pourchaire commence la saison de Formule 3 FIA pour une première manche sur le Red Bull Ring : seulement vingtième en qualifications, il parvient à remonter jusqu'à la treizième place grâce à plusieurs dépassements, signant plusieurs fois le meilleur tour en course[51]. Le lendemain, il évolue en dixième position, en lutte pour ses premiers points, quand Alex Peroni subit un problème moteur alors qu'il est juste devant lui : le Français ne peut l'éviter et casse son aileron avant, le forçant à finir à une lointaine vingt-sixième place[52]. Le weekend suivant, toujours sur le même circuit, il s'améliore en qualifications avec le cinquième meilleur temps[53]. En course principale, dans des conditions climatiques dantesques, le Français se classe neuvième au terme d'une épreuve arrêtée par drapeau rouge à mi-course à cause du nombre d'accidents, lui permettant de marquer son premier point en Formule 3[53]. Le lendemain, Théo Pourchaire est en lutte pour le podium et la victoire, quand les deux pilotes devant lui, Liam Lawson et Jake Hughes s'accrochent, laissant le Français remporter la première course de sa carrière dans la discipline[54],[55]. À 16 ans, 10 mois et 27 jours, il devient le plus jeune vainqueur de l'Histoire de la Formule 3 (championnat GP3 inclus), battant le record de Mitch Evans pour quatre jours : « C'est incroyable d'être le plus jeune vainqueur de Formule 3 : mon objectif est toujours de gagner mais je ne m'attendais pas à gagner dès la deuxième manche ! »[56].

Lors du weekend suivant, sur le Hungaroring, un circuit qu'il découvre, Théo Pourchaire, parti troisième, s'impose largement avec plus de douze secondes d'avance, au terme d'une course menée de bout en bout[57]. Ces deux victoires d'affilée lui permettent de se placer au championnat, après un premier weekend sans aucun point[58]. Après avoir reçu les félicitations, entre autres, de Lewis Hamilton à la suite de ces victoires, il est propulsé par de nombreux médias nationaux et internationaux, comme l'« étoile montante du sport automobile français »[59].

« C'était incroyable de me retrouver sur la plus haute marche et d'entendre la Marseillaise. Et le plus fou dans tout cela, c'est qu'en descendant du podium, Lewis Hamilton est venu me féliciter en me glissant un mot gentil à l'oreille. Hamilton, c’est mon idole, je suis fan depuis que je suis tout petit. »

— Théo Pourchaire après sa première victoire en Formule 3[59].

Vice-champion et record de podiums

À Silverstone, Théo Pourchaire connaît un weekend un peu plus compliqué dans le milieu de peloton en qualifications, parvenant à remonter en course, pour accrocher trois points lors de la dernière course, au terme de plusieurs dépassements[60]. De nouveau sur le circuit britannique la manche suivante, il se montre dans le coup en qualifications avec un sixième temps[61]. En course 1, Pourchaire est offensif mais perd aussi des places dans ses attaques : le jeune Français doit finalement se contenter de la sixième position, surpris que les défenses rugueuses de ses adversaires soient autorisées[61]. Le lendemain, il monte sur son troisième podium de la saison après notamment un dépassement à Stowe sur David Beckmann, et des manœuvres de défense dans le dernier tour pour conserver sa position[62]. Sur le circuit de Barcelone, Théo Pourchaire regrette le trafic rencontré en qualifications et en course : il termine septième et sixième des deux courses, lui permettant de monter à la cinquième place du championnat[63]. À trois manches de la fin de saison, au classement général, le jeune Français de tout juste 17 ans, figure alors dans un groupe en lutte pour la troisième place, avec Liam Lawson, David Beckmann et Frederik Vesti, à mesure respectable du duo de tête composé d'Oscar Piastri et Logan Sargeant, tous deux pilotes Prema[64].

Sur le circuit de Spa-Francorchamps, lieu de sa première victoire en monoplace il y a deux ans, il obtient son quatrième podium, lors de la course principale derrière Lirim Zendeli, lui permettant de se rapprocher de la troisième place du classement général[65]. À Monza, Théo Pourchaire signe sa première pole de la saison, avec plus de quatre dixièmes d'avance sur son plus proche concurrent[66]. Cependant, il est pénalisé de cinq places sur la grille, tout comme huit autres pilotes, pour avoir gêné des adversaires durant son tour de préparation, à l'amorce de la Parabolica[67]. Le lendemain, en course principale, depuis la sixième place sur la grille, il prend la tête de l'épreuve en l'espace de quelques tours, avant de devoir s'incliner face à la Prema plus rapide de Frederik Vesti[68]. Le lendemain, le pilote de la Sauber Academy manque une attaque sur Oscar Piastri et dégringole au dix-septième rang[69]. Au fil de la course, il remonte tout le peloton pour à nouveau monter sur le podium, en troisième place[69]. À la suite de la pénalité de Liam Lawson après la course, il prend même la deuxième place de la course, et la troisième place du championnat[70]. Lors de la finale au Mugello, le pilote ART GP monte une nouvelle fois sur la troisième marche du podium, quand les deux favoris pour le titre Oscar Piastri et Logan Sargeant, finissent tous deux derrière lui[71]. À l'issue de cette course, Théo Pourchaire revient à neuf points du duo de Prema, alors qu'il ne reste qu'une course, et dix-sept points à attribuer, mais il ne se montre pour autant « pas stressé » par l'enjeu[72]. Lors de cette ultime épreuve, Sargeant abandonne dès le premier tour sur accident, laissant Piastri, septième, et Pourchaire, huitième, comme seuls candidats pour le titre[73]. Le Français prend rapidement l'avantage sur l'Australien, et finit par inscrire son huitième podium (plus que tous les autres pilotes cette saison), quand Piastri sécurise une sixième place[73]. Théo Pourchaire doit donc se contenter du titre de vice-champion de Formule 3 FIA, pour trois petits points, avec deux victoires et huit podiums[73],[74].

Arrivée en Formule 2 en cours de saison chez HWA Racelab

Photographie d'une monoplace de F2 rose et blanche, vue de trois-quarts droit, à l'arrêt, dans la voie des stands.
Pourchaire fait ses débuts en Formule 2 avec la modeste équipe HWA Racelab.

Dès la saison de Formule 3 finie, Théo Pourchaire annonce son envie de monter en Formule 2 dès l'année prochaine, de préférence de nouveau avec ART Grand Prix : « J'estime ne plus avoir grand-chose à apprendre en F3, et j'aurais plus à perdre qu'à gagner en y retournant. Je me sens prêt pour la F2. Sur le papier, j'aimerais beaucoup rester chez ART. C'est un team extrêmement solide et surtout, les gens m'y ont fait confiance à un moment où ce n’était pas le cas des autres écuries. Donc rien que pour cela, j'estime qu'ils méritent d'avoir l'avantage sur les autres équipes. »[75].

Il reçoit de nombreuses félicitations, dont celle de Sauber et de Frédéric Vasseur, qui ne « s'attendaient pas à voir Théo gagner aussi rapidement en Formule 3 »[76].

En octobre, sur le plateau de Canal+, Pourchaire annonce sa participation aux deux dernières manches de la saison 2020 de Formule 2 avec l'équipe BWT HWA Racelab, pour mieux préparer la saison suivante, étant en « discussions très avancées » avec ART GP[77]. Son objectif est de « prendre de l'expérience, apprendre, s'habituer à la catégorie et à la voiture. »[77]. S'il se fait remarquer par sa pointe de vitesse et ses départs impressionnants, il ne marque aucun point, la voiture étant la moins bonne du plateau. Il surclasse cependant son coéquipier Artem Markelov[78], qui a plus de 100 départs dans la catégorie et qui a terminé vice-champion en 2017.

Il participe aux essais de fin de saison de Formule 2 avec son ancienne équipe de F3, ART Grand Prix. Il déclare à l'issue de ces tests, « sentir la différence entre ART GP et HWA Racelab », notamment sur la gestion des pneumatiques Pirelli et le rythme de course[79]. En fin d'année, le Français reçoit plusieurs récompenses, dont notamment le titre de « Sportif azuréen de l'année 2020 », décerné par les lecteurs de Nice-Matin, succédant à Charles Leclerc[80].

2021-2022 : en Formule 2 et essais en Formule 1 avec Alfa Romeo

Photographie d'une monoplace de F2 noire et blanche, de trois-quarts gauche, dans la voie des stands.
Après avoir participé aux essais d'après-saison avec ART Grand Prix, Théo Pourchaire rejoint l'équipe française pour la saison 2021 de Formule 2.

Le 25 janvier 2021, Théo Pourchaire est officialisé chez ART Grand Prix pour la saison 2021 du championnat de Formule 2 FIA.

Pour son premier meeting à Bahreïn, il se qualifie onzième et tire parti de la disqualification de Jüri Vips pour gagner une place et profiter de la grille inversé pour la course 1. Il part donc en pole le lendemain et se maintient longtemps en deuxième place avant d'abandonner à cause d'un problème mécanique. Il part donc dernier l'après-midi pour la course 2, et il réussit à remonter jusqu'à la sixième place. Pour la course principale, il effectue de beaux dépassements et accroche les points de la hutième place[81]. Pour la deuxième manche, Pourchaire fait ses débuts dans les rues de Monaco où il décroche la pole position en signant un excellent tour en collant 5/10e au deuxième temps. Pour les courses du samedi, il réalise des courses intelligentes et ramène une septième et une cinquième place. Le dimanche, il s'élance en pole et signe une grande performance en prenant la victoire, sa première en Formule 2. Au terme de ce week-end, il est devenu le plus jeune poleman et vainqueur de l'histoire de l'antichambre de la Formule 1 (F2, GP2 et F3000)[82].

Pourchaire remporte deux victoires en Formule 2 en 2021, faisant de lui le plus jeune vainqueur de la discipline.

En Azerbaïdjan, pour le troisième meeting, il se qualifie quatrième et ramène de bons points lors de la course sprint 1. Lors de la course sprint 2, il est arponé au premier virage par Ralph Boschung et doit rentrer aux stands pour réparer son aileron avant. Relancé en course loin de la meute, il profite d'une voiture de sécurité et effectue une dizaine de dépassements pour terminer à la porte des points en neuvième place. Le lendemain, il ne dépasse pas le premier tour après avoir été accroché à nouveau, cette fois-ci par Dan Ticktum[83]. Il est obligé d'abandonner et se plaint d'avoir mal au poignet auprès du docteur. Après la course, il se rend à l'hopital pour passer des examens qui révèleront une fracture au radius gauche[84]. Pourchaire réussit quand même à faire son retour pour le meeting suivant à Silverstone et inscrit 10 points même diminué[85]. Il prend sa deuxième victoire de la saison à Monza lors de la première course sprint et termine deuxième à Sotchi lors de la course principale[86],[87]. Au terme du championnat, il se classe cinquième, avec trois podiums dont deux victoires. Le Français fait ses débuts au volant d'une Formule 1, en marge du Grand Prix de Hongrie, lors d'une séance d'essais où il conduit l'Alfa Romeo C38 de la saison 2019[88].

L'année suivante, Pourchaire et ART Grand Prix s'annoncent comme de crédibles candidats pour le titre. À l'issue du premier meeting, le Français décroche la victoire et mène déjà au championnat pilote, avant de s'imposer une nouvelle fois à Imola. Vers la mi-saison, après avoir subit quelques abandons, il voit le Brésilien Felipe Drugovich lui passer devant au classement général.

Vie privée

Théo Pourchaire a une sœur, Pauline, qui est candidate de la 23e saison de la téléréalité Koh-Lanta. Elle sera éliminée durant une épreuve.

Style de pilotage

L'entraîneur de Théo Pourchaire, Nicolas Moni, décrit les qualités de son pilote lors d'une interview en 2020 : « Il écoute, analyse, applique et il va vite. Il ne laisse rien au hasard. Il cherche constamment des solutions. C'est ce qui fait la différence avec beaucoup de pilotes. C'est un excellent finisseur, qui sait gérer ses courses, le trafic, ses pneumatiques et le matériel. Il ne prend pas des risques inutilement. Quand il n'est pas en mesure de gagner, il sait jouer placé. »[4].

Résultats en compétition automobile

Palmarès en karting

  • Champion régional PACA-Corse Mini-kart en 2011
  • Champion régional PACA-Corse Mini-kart en 2012
  • Champion de France Minimes en 2013
  • Champion de France Cadets en 2014
  • Vainqueur des National Series Karting Cadets en 2015
  • Champion de France OK-Junior 2016
  • 3e des Championnats du monde CIK-FIA OK-Junior en 2016
  • 3e des Championnats d'Allemagne Junior en 2016

Résultats en formules de promotion

Tableau synthétique des résultats de Théo Pourchaire dans les formules de promotion
Saison Championnat Écurie Courses Victoires Pole positions Meilleurs tours Podiums Points inscrits Classement
2018 Championnat de France F4 FFSA Academy 21 1 0 1 7 0 N/C
(pilote junior)
Championnat de France F4
catégorie Junior
21 16 0 1 20 408,5 Champion
2019 Championnat d'Allemagne de Formule 4 US Racing-CHRS 20 4 6 2 12 258 Champion
2020 Formule 3 FIA ART Grand Prix 18 2 0 2 8 161 2e
Formule 2 BWT HWA Racelab 4 0 0 0 0 0 26e
2021 Formule 2 ART Grand Prix 23 2 1 4 3 140 5e
2022 Formule 2 18 2 0 0 6 134 2e
Formule 1 Alfa Romeo F1 Team Orlen Pilote de réserve

Notes et références

Notes

  1. a et b En comptabilisant tous ses résultats, Théo Pourchaire se classe troisième du championnat, toutes catégories confondues. Cependant, ayant moins de quinze ans au début de l'année, ses résultats ne sont pas pris en compte dans le classement officiel final.

Références

  1. a et b « Espoir Echappement 2018 », sur echappement.com, (consulté le )
  2. a b c d et e « La folle accélération de Théo Pourchaire », sur magsport06.fr, (consulté le )
  3. a b et c Mathilde Frénois, « Nice: Théo Pourchaire, deuxième meilleur kartman de France à seulement... 13 ans », sur 20minutes.fr, (consulté le )
  4. a b et c Romain Boisaubert, « Portrait. Théo Pourchaire, et si c’était lui, la future étoile de la Formule 1 ? », sur monaco-tribune.com, (consulté le )
  5. « Cht de France Minime : Théo Pourchaire double la mise », sur karting-rosny93.com, (consulté le )
  6. « Soucy: Théo Pourchaire roi des Minimes 2013 », sur kartmag.fr, (consulté le )
  7. « La Coupe de France Minime pour Théo Pourchaire », kartcom.com (consulté le )
  8. « Grand Format : Auto Sport Academy, un réservoir à champions » [vidéo], sur tf1.fr, (consulté le )
  9. « Cadet: Victoire pour Eteki et titre pour Pourchaire », sur kartmag.fr, (consulté le )
  10. « National Series Karting Cadet 2015 », sur kartcom.com (consulté le )
  11. a et b Gil Léon, « Les promesses de Pourchaire », Nice-Matin,‎ (lire en ligne)
  12. « OK-Junior: Théo Pourchaire fait la différence », sur kartmag.fr, (consulté le )
  13. Gil Léon, « Karting: A 13 ans, Théo Pourchaire décroche la 3e place des championnats d'Europe OK », Nice-Matin,‎ (lire en ligne)
  14. « LES FRANÇAIS POURCHAIRE ET MARTINS EN JUNIOR EN POINTE AUX QUALIFICATIONS DU MONDIAL KARTING À BAHREÏN », sur autonewsinfo.com, (consulté le )
  15. « Enorme ! Victor Martins Champion du Monde OK Junior », sur kartmag.fr, (consulté le )
  16. « Théo Pourchaire en équipe de France FFSA », sur kartmag.fr, (consulté le )
  17. a et b « De la monoplace en F4 pour Théo Pourchaire en 2018 », sur kartmag.fr, (consulté le )
  18. « Pourchaire à l'épreuve de l'auto-école des champions », sur varmatin.com, (consulté le )
  19. Benjamin Vinel, « Le Volant Winfield revient à Caio Collet », sur motorsport.com, (consulté le )
  20. Gil Léon, « Théo Pourchaire démarre fort », sur nicematin.com, (consulté le )
  21. Mickaël Guilmeau, « Trois vainqueurs différents à Spa-Francorchamps pour la F4 France », sur franceracing.fr, (consulté le )
  22. « Théo Pourchaire sacré Champion de France F4 Junior 2018 », sur kartcom.com, (consulté le )
  23. Mickaël Guilmeau, « Théo Pourchaire, champion junior de la F4 France », sur franceracing.fr, (consulté le )
  24. « Une première saison en monoplace réussie pour Théo Pourchaire », sur kartcom.com, (consulté le )
  25. a et b Mickaël Guilmeau, « Théo Pourchaire, en route pour la F4 allemande », sur franceracing.fr, (consulté le )
  26. (en) Peter Allen, « Theo Pourchaire makes ADAC F4 move with US Racing », sur formulascout.com, (consulté le )
  27. Benjamin Vinel, « Le Sauber Junior Team révèle ses pilotes », sur motorsport.com, (consulté le )
  28. Medhi Casaurang-Vergez, « Bas les casques : Théo Pourchaire », Auto Hebdo,‎
  29. Joest Jonathan Ouaknine, « F4 : ROMAN STANEK TRIOMPHE À OSCHERSLEBEN, LES FRANÇAIS POURCHAIRE ET GHIRETTI SUR LES PODIUMS », sur autonewsinfo.com, (consulté le )
  30. (en) Jean-Baptiste Lassaux, « Aron and Pourchaire in maiden ADAC Formula 4 wins », sur sport-auto.ch, (consulté le )
  31. Joest Jonathan Ouaknine, « ADAC F4 : LE FRANCAIS THÉO POURCHAIRE AU POUVOIR, APRÈS LE RED BULL RING ! », sur autonewsinfo.com, (consulté le )
  32. Pierre Van Vliet, « Leclerc Jr victorieux à Hockenheim », sur f1i.com, (consulté le )
  33. Joest Jonathan Ouaknine, « F4 ADAC : A ZANDVOORT, ARON GAGNE ENCORE, MAIS LE FRANÇAIS THÉO POURCHAIRE CREUSE L’ÉCART. ET GHIRETTI REMONTE TOP 5! », sur autonewsinfo.com, (consulté le )
  34. (en) Peter Allen, « Pourchaire wins ADAC F4 Nurburgring race one after Hauger stops », sur formulascout.com, (consulté le )
  35. (en) Peter Allen, « Theo Pourchaire takes second Nurburgring ADAC F4 win on wet track », sur formulascout.com, (consulté le )
  36. (en) Andreas Asen, « Match point for Théo Pourchaire at Hockenheim », sur automobilsport.com, (consulté le )
  37. a et b Joest Jonathan Ouaknine, « F4 ADAC : TRIPLÉ DU NORVÉGIEN DENNIS HAUGER, QUI REVIENT A UN POINT DU FRANÇAIS POURCHAIRE ! », sur autonewsinfo.com, (consulté le )
  38. (en) Tim Lumb, « Theo Pourchaire edges closer to ADAC F4 title with race two win », sur formulascout.com, (consulté le )
  39. a et b (en) Elliot Wood, « Theo Pourchaire crowned ADAC F4 champion as rival Dennis Hauger gifted race win », sur formulascout.com, (consulté le )
  40. Medhi Casaurang-Vergez, « Théo Pourchaire champion in extremis de Formule 4 allemande », sur autohebdo.fr, (consulté le )
  41. (en) Elliot Wood, « Alessandro Ghiretti disqualified from ADAC F4 title decider », sur formulascout.com, (consulté le )
  42. « Pourchaire en essais avec Carlin et ART Grand Prix », sur autohebdo.fr, (consulté le )
  43. (en) Elliot Wood, « Clement Novalak and Theo Pourchaire join Carlin for FIA F3 test », sur formulascout.com, (consulté le )
  44. (en) Valentin Khorounzhiy, « Sauber-backed F4 champion gets ART F3 seat », sur motorsport.com, (consulté le )
  45. Jacques-Armand Dupuis, « Théo Pourchaire rejoint ART Grand Prix », sur autohebdo.fr, (consulté le )
  46. Dorothée Julien, « La FIA F2 et la FIA F3 entrent dans le jeu », sur franceracing.fr, (consulté le )
  47. a et b Gil Léon, « Le jeune pilote grassois Théo Pourchaire fonce vers son baptême du feu en Formule 3 », sur nicematin.com, (consulté le )
  48. « Feed Racing dévoile son équipage pour les 24H du Mans virtuelles », sur autohebdo.fr, (consulté le )
  49. Mickaël Guilmeau, « En attendant la saison 2020, avec Théo Pourchaire », sur franceracing.fr, (consulté le )
  50. Pierre Tassel, « Sauber lance sa nouvelle Academy », sur autohebdo.fr, (consulté le )
  51. « Débuts encourageants pour Giuliano Alesi et Théo Pourchaire », sur ffsa.org, (consulté le )
  52. Romain Henry, « Formule 3 – GP d’Autriche : Liam Lawson vainqueur à Spielberg », sur wesportfr.com, (consulté le )
  53. a et b Jérémy Satis, « FIA F3 – Course 1 interrompue par la pluie, Vesti vainqueur », sur autohebdo.fr, (consulté le )
  54. Benjamin Vinel, « Pourchaire signe un premier succès opportuniste en FIA F3 », sur motorsport.com, (consulté le )
  55. « Le jeune Français Théo Pourchaire remporte la course de F3 en Autriche », sur lequipe.fr, (consulté le )
  56. (en) Elliot Wood, « Theo Pourchaire: Amazing to be youngest winner in FIA F3 », sur formulascout.com, (consulté le )
  57. Fabien Gaillard, « Théo Pourchaire éparpille la concurrence après un drapeau rouge », sur motorsport.com, (consulté le )
  58. (en) Craig Woollard, « Pourchaire unsure on FIA F3 title push despite ‘important’ win », sur formulascout.com, (consulté le )
  59. a et b Frédéric Veille, « Sports mécaniques : qui est Théo Pourchaire, 16 ans, félicité par Lewis Hamilton ? », sur rtl.fr, (consulté le )
  60. Dorothée Julien, « Liam Lawson et Alex Smolyar victorieux en FIA F3 à Silverstone », sur franceracing.fr, (consulté le )
  61. a et b Jérémy Satis, « Première victoire de la saison pour Sargeant, Pourchaire 6e », sur autohebdo.fr, (consulté le )
  62. Jérémy Satis, « Course 2 : Viscaal souffle la victoire à Zendeli dans un final haletant », sur autohebdo.fr, (consulté le )
  63. « Théo Pourchaire signe deux Top 7 à Barcelone », sur ffsa.org, (consulté le )
  64. (en) Craig Woollard, « Analysing the first six rounds of the FIA Formula 3 season », sur formulascout.com, (consulté le )
  65. Tom Viala, « F3 – GP de Belgique : Théo Pourchaire, solide comme un roc », sur auto-live.fr, (consulté le )
  66. « LE FRANÇAIS THÉO POURCHAIRE EN POLE A MONZA EN F3 FIA », sur autonewsinfo.com, (consulté le )
  67. (en) Craig Woollard, « Lawson promoted to FIA F3 pole after Monza qualifying penalties », sur formulascout.com, (consulté le )
  68. Romain Henry, « Formule 3 – Vesti triomphe à Monza, Pourchaire sur le podium », sur wesportfr.com, (consulté le )
  69. a et b « Formule 3 : La folle remontée de Théo Pourchaire, troisième à Monza », sur lequipe.fr, (consulté le )
  70. Pierre Tassel, « Théo Pourchaire récupère la seconde place en C2 à Monza », sur autohebdo.fr, (consulté le )
  71. Pierre Van Vliet, « Pourchaire toujours en lice pour le titre en F3 », sur f1i.com, (consulté le )
  72. (en) Craig Woollard, « Pourchaire ‘not stressed’ about championship ahead of FIA F3 decider », sur formulascout.com, (consulté le )
  73. a b et c Benjamin Vinel, « Piastri remporte le titre de justesse face à Pourchaire », sur motorsport.com, (consulté le )
  74. Frédéric Veille, « Formule 3 : le Français Théo Pourchaire sacré vice-champion du monde », sur rtl.fr, (consulté le )
  75. Jérémy Satis, « Une journée avec Théo Pourchaire », Auto Hebdo, no 2280,‎
  76. (en) Benjamin Vinel et Luke Smith, « Pourchaire: Sauber didn't expect my instant success in F3 », sur autosport.com, (consulté le )
  77. a et b Medhi Casaurang-Vergez et Jérémy Satis, « Pourchaire débutera avec HWA Racelab à Bahreïn », sur autohebdo.fr, (consulté le )
  78. Elliot Wood, « I’m the most prepared of F3 drivers going into F2 in 2021 – Pourchaire », sur formulascout.com, (consulté le )
  79. Jérémy Satis, « Théo Pourchaire : « Prêt pour l'année prochaine » », sur autohebdo.fr, (consulté le )
  80. Gil Léon, « Election du sportif azuréen Nice-Matin 2020: après Leclerc, Pourchaire ! », sur nicematin.com, (consulté le )
  81. « Pourchaire a 'commis des erreurs' mais n'est pas déçu », sur fr.motorsport.com (consulté le )
  82. « Victoire et record pour Théo Pourchaire lors de la course principale de F2 à Monaco », sur L'Équipe (consulté le )
  83. « Formule 2 : Juri Vips s'impose à Bakou, Théo Pourchaire contraint d'abandonner », sur L'Équipe (consulté le )
  84. « F2 - Théo Pourchaire : fracture au radius, un mois sur le carreau », sur Autonews racing, (consulté le )
  85. « Le week-end de F2 à Silverstone en un coup d'oeil », sur AutoHebdo, (consulté le )
  86. La rédaction, « Le jeune pilote grassois Théo Pourchaire décroche sa deuxième victoire en Formule 2 à Monza », sur Nice-Matin, (consulté le )
  87. « Oscar Piastri remporte la course principale à Sotchi, devant Théo Pourchaire », sur L'Équipe (consulté le )
  88. Cesare Ingrassia, « Théo Pourchaire a roulé avec une F1 à Budapest | F1only.fr - l'actu de la F1 en 2021 », sur f1only.fr (consulté le )

Articles connexes

Liens externes