Théâtre gallo-romain de Brion

Théâtre gallo-romain de Brion
Image illustrative de l’article Théâtre gallo-romain de Brion
Le théâtre vu depuis la rampe d'accès.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Lieu Gaule Aquitaine
Département Gironde
Région Nouvelle-Aquitaine
Commune Saint-Germain-d'Esteuil
Type Théâtre romain
3 000 spectateurs
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1984)
Coordonnées 45° 16′ 45″ nord, 0° 50′ 29″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Gironde
(Voir situation sur carte : Gironde)
Théâtre gallo-romain de Brion
Théâtre gallo-romain de Brion
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Théâtre gallo-romain de Brion
Théâtre gallo-romain de Brion
Histoire
Antiquité Ier siècle

Le théâtre gallo-romain de Brion est un théâtre antique du Ier siècle situé sur la commune de Saint-Germain-d'Esteuil au cœur du Médoc, dans le département de la Gironde en région Nouvelle-Aquitaine. C'est actuellement le seul théâtre gallo-romain connu dans le bassin aquitain au sud de la Garonne[1]. Le théâtre est inscrit aux monuments historiques depuis 1984[2]. Il date du Haut Empire romain.

Accès

Le théâtre est implanté au fond du marais de Reysson, sur une légère surélévation de terrain en partie boisée, à l'ouest du hameau de Brion. L'accès y est libre et gratuit.

Description de l'édifice

Implanté sur un terrain plat, le théâtre a été entièrement construit en maçonnerie régulière (petit appareil calcaire, jointoyé au fer avec alternance d'assises de briques).

Le théâtre comprend trois parties :

  • La cavea (hémicycle) est formé de quatre anneaux concentriques sur lesquels étaient posés les gradins.
  • L'orchestra, au centre de la cavea, est une aire semi-circulaire dont le sol est formé par l'affleurement calcaire.
  • La scène et le mur de scène dont la longueur est égale au diamètre de la cavea (57 mètres).

D'une capacité de 2 500 à 3 000 places, l'accès aux gradins se faisait par neuf vomitoires (entrées) marquées par deux pilastres latéraux.

A l'intérieur, les restes d'une maison forte correspondent à une réoccupation médiévale sur les vestiges du théâtre antique[3]. L'ensemble comprend une tour, un corps de logis, une basse-cour et une enceinte. Placée au centre, la tour est un bâtiment carré de 10 mètres de côté. Elle est aujourd'hui conservée sur une hauteur de 2 à 3 mètres. De forme rectangulaire, le corps de logis se compose de quatre pièces. L'extrémité nord du promontoire semble avoir constitué la basse-cour. Une enceinte est formée de la combinaison des structures antiques et d'un système de talus et fossés créé au Moyen Âge.

Redécouverte à l'époque contemporaine

En 1784, l'abbé Baurein fait mention du site archéologique de Brion dans ses « Variétés bordelaises ». En 1853, Léo Drouyn est le premier à décrire le site de façon détaillée et en déduit qu'il s'agit de la cité de Noviomagus, rapportée par Ptolémée dans sa « Géographie » (130). Un peu plus tard en 1890, Camille Jullian va confirmer cette hypothèse ajoutant qu'il s'agissait des « ruines les plus importantes du Médoc ». Le site tombe ensuite dans l'oubli avant d'être « redécouvert » en 1966 par Charles Galy-Aché et Jean Chevrier. Les vestiges d'un théatre gallo-romain du Haut-empire sont alors identifiés[4].

Notes et références

Articles connexes