Tempête Daniel

Tempête Daniel
Localisation
Pays
Régions affectées
Caractéristiques
Type
Cumul des précipitations
entre 400 et 900 mm
Date de formation
Date de dissipation
Conséquences
Nombre de morts

plus de 11 490 :
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie : 4 morts
Drapeau de la Grèce Grèce : 15 morts

Drapeau de la Libye Libye : 11 470 morts au moins, et plus de 10 000 disparus
Drapeau de la Turquie Turquie : 7 morts
Nombre de blessés
7 000
Nombre de portés disparus
10 000
Destructions notables
Barrages de Derna et de Mansour en Libye sur l'oued Derna

La tempête Daniel est un cyclone subtropical méditerranéen qui a touché l'Europe du Sud-Est et le nord de l'Afrique en . Elle a provoqué des milliers de morts, pour la plupart en Libye.

Entre le 4 et le , à la suite de ses pluies torrentielles , elle a causé d'importantes inondations notamment en Turquie, Grèce et Bulgarie, faisant au moins 26 morts et deux disparus.

Le , le nord-est de la Libye est atteint par la tempête. Le gouvernement libyen annonce que les inondations et les coulées de boue provoqués par l'effondrement des barrages de Derna ont fait plus de 11 470 morts et au moins 10 000 disparus[1],[2],[3].

Ces événements sont dus à un blocage Oméga, formé par une zone de haute pression prise en sandwich entre deux dépressions, suivant la forme de la lettre grecque Ω[4],[5].

Évolution météorologique

La tempête Daniel s'est formée sur la mer Ionienne, dont la chaleur a contribué à produire l'humidité nécessaire. En effet, l'eau de surface de la mer Méditerranée était depuis plusieurs semaines de deux à trois degrés plus chaudes que d'habitude, atteignant le record de 28,71 °C en juillet[6].

Le , la tempête s'est déplacée vers l'intérieur des terres, dans les Balkans, entraînant des pluies torrentielles sur la région[7], et a été nommée par le Service météorologique national hellénique[8] selon la classification des services météorologiques européens (elle fait cependant encore partie de la saison des tempêtes hivernales en Europe de 2022-2023).

Au cours des jours suivants, le système s'est déplacé vers le sud-est, culminant sous la forme d'une tempête subtropicale avec des vents enregistrés par les instruments de MetOp à 83 km/h[9]. La tempête a ensuite touché terre près de la ville de Benghazi en Libye. Le , Daniel s'est dirigé vers l'est et a continué à l'intérieur des terres avant de dégénérer plus tard en une dépression résiduelle en raison de l'interaction de l'air sec et de la friction, se dissipant complètement le .

Affaiblie, elle a atteint le Nord de l'Égypte le , y causant des pluies modérées[10].

Des chercheurs estiment que le changement climatique augmente la probabilité, jusqu'à 50 fois, que surviennent en Libye des pluies d'une intensité similaire à celles qui ont entraîné ce sinistre[11]. Pour la Grèce, la Bulgarie et la Turquie, l'intensité des pluies est rendue jusqu'à 10 fois plus probable, selon cette étude du World Weather Attribution.

Conséquences

Grèce

Le , le village de Zagorá a reçu 889 mm de pluie, 55 fois plus que la pluviométrie moyenne pour ce mois dans le pays[12]. À Portariá, de nouvelles quantités record de pluie ont été mesurées à 884 mm ; cependant, d'autres précipitations n'ont pas pu être mesurées car la station météorologique est tombée en panne par la suite[13]. Le , la rivière Krafsidonas , qui prend sa source au mont Pélion, a débordé de ses rives à Vólos et détruit un pont[14].

Le , la principale autoroute grecque entre Athènes et Thessalonique a été fermée et la liaison ferroviaire entre les deux villes a été suspendue[15]. En Thessalie, des bâtiments et des ponts ont été démolis et des villes entières ont été submergées. Plus de 800 personnes ont dû être secourues[16]. À Larissa, après la fin des pluies le , l'eau a continué à monter tandis que la rivière Pénée débordait de ses rives pour atteindre un niveau de 9,5 m, par rapport à la normale à environ 4 m[17].

Depuis le début des pluies, le service de cartographie rapide du programme Copernicus a été activé pour la zone inondable en Grèce, dans laquelle l'analyse des données du satellite Sentinel-1 du a estimé à environ 73 000 ha la zone inondée[18]. Les météorologues ont classé la tempête comme la pire qu'ait connue la Grèce depuis le début des relevés en 1930[19]. En outre, les inondations en Thessalie, région qui fournit environ 15 % de la production agricole grecque, ont détruit les récoltes pour le reste de l'année et causé de graves dégâts à long terme, car l'épaisse couche de boue rendrait le sol globalement infertile[19]. Le gouverneur de Thessalie, Kostas Agorastos, a déclaré à l'ERT que les dégâts causés par la tempête dans la région étaient évalués à plus de deux milliards d'euros[20].

Le , au moins une personne est morte dans des inondations en Thessalie[21]. Le , au moins dix personnes ont été tuées dans des inondations provoquées par des pluies torrentielles en Bulgarie, en Turquie et en Grèce. Le , le bilan des inondations en Turquie, en Bulgarie et en Grèce s'est alourdi à quinze personnes après que cinq autres personnes ont été retrouvées mortes et d'autres portées disparues[22],[23]. Au total, vingt-deux personnes ont été tuées et quatre autres ont disparu dans les trois pays depuis le début des inondations[24],[25]. Le , quatre corps ont été retrouvés en Grèce, portant à quinze le nombre de morts dans le pays, deux personnes étant toujours portées disparues[26].

Bulgarie

Des villages bulgares ont été submergés, notamment Kosti et Arapya, et des personnes évacuées[27]. Deux personnes sont mortes, emportées après l'effondrement d'un pont dans la région de Tsarévo, et deux autres sont portées disparues[27].

Turquie

En Turquie, cinq personnes ont perdu la vie lors des inondations à Kırklareli, deux autres sont mortes à Istanbul dans les districts de Başakşehir et Küçükçekmece[8].

Libye

La tempête, après avoir traversé la Méditerranée orientale, touche le nord de la Cyrénaïque en Libye. Les 414 mm de pluie déversés en une journée provoquent de violentes inondations et coulées de boue dans les villes de Derna, Al Marj et la région de Djebel Akhdar. La rupture des barrages de Derna et de Mansour situés sur l'oued Derna entraîne une inondation catastrophique à Derna. Plusieurs quartiers sont inondés, des édifices et des ponts détruits[1],[6],[28].

Le , le premier ministre libyen Oussama Hamada annonce qu'au moins deux mille personnes seraient mortes, et Issam Abu Zriba, ministre de l’Intérieur, annonce que cinq à six mille autres sont portées disparues[29]. Le , le bilan humain monte à 2 300 morts, et le nombre de disparus pourrait dépasser les 10 000 personnes, selon la Croix-Rouge[2].

Le , un autre bilan indique que le nombre des victimes dépasse les 5 000 morts et celui des disparus dépasse les 10 000 personnes[30].

Un conseil des ministres extraordinaire décrète trois jours de deuil national[1].

Le , le Croissant-Rouge libyen appelle à la « prudence » au sujet des bilans chiffrés. Le , un nouveau bilan communiqué par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'Organisation des Nations unies citant le Croissant-Rouge libyen, indique qu'au moins 11 300 personnes sont mortes dans la ville de Derna et 170 autres ailleurs dans l'est du pays, et qu'environ 10 100 habitants sont toujours portés disparus. Le même jour, le ministre de la Santé de l'administration de l'est de la Libye évoque 3 252 morts et l'Organisation mondiale de la santé fait état de 3 958 corps retrouvés et plus de 9 000 disparus[31]. Parmi les victimes, au 19 septembre, 145 sont égyptiennes[32].

Gestion de la crise en Libye

Gestion intérieure

Le gouvernement internationalement reconnu du pays, à Tripoli, ne contrôle pas les zones orientales, mais envoie de l'aide[33].

Les premiers secours sont apportés par l'Armée nationale libyenne ; les équipes de la Croissant-Rouge, appuyés ensuite par d'autres organisations, telles le Comité international de la Croix-Rouge qui fourni 6 000 sacs mortuaires ou Médecins sans frontières (MSF)[34].

Dans les trois centres médicaux de Derna visités par MSF, un centre est fermé parce que tout le personnel de l'équipe médicale est décédé et les deux autres fonctionnent avec du personnel médical venu en renfort de Tripoli. L'émergence de maladies liées à l'eau est un risque existant[35].

Aide internationale

ONU

Une équipe d'United Nations Disaster Assessment and Coordination (UNDAC) est déployée pour assister les autorités locales tandis que 10 millions de dollars US sont affectés par le Fonds central d'intervention d'urgence pour aider la population[36]. Le , le premier lot alimentaire du Programme alimentaire mondial arrive en Libye[37]. Le , le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU lance un appel aux dons pour un montant de 71,4 millions de dollars pour assister 250 000 personnes, quoique les besoins pourraient concerner 880 000 personnes dans les prochains mois, dont 39 000 déplacés[34].

Le , le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a distribué des kits de secours comprenant couvertures, bâches, matériel de cuisine à 6 200 familles tandis que le programme alimentaire mondial a distribué des rations à plus de 5 000 foyers et que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a expédié 28 tonnes de fournitures médicales[38].

États du Proche et Moyen-Orient

La Turquie envoie dès le deux avions avec un détachement de 168 secouristes, avec dix ambulances, et de l'aide humanitaire[39],[40]. Deux hôpitaux de campagne turcs doivent être envoyés[41].

Tandis que l'Algérie envoie une importante aide humanitaire à bord de huit avions militaires ainsi que des secouristes, 80 étant à Derna dès le [40], l'Égypte envoie trois avions d'aide et des équipes de recherche et de sauvetage et prépare des camps dans l'ouest du pays pour accueillir des déplacés[41]. Elle déploie également un porte-hélicoptères Mistral avec soixante-dix lits d'hôpitaux et deux blocs opératoires[40]. La Jordanie et le Qatar ont quant à eux affrété un avion rempli d’aide humanitaire chacun, le second y ajoutant également un hôpital de campagne[41].

Union européenne

Dans les jours qui suivent, l'Union européenne alloue un fonds d’urgence de 5,7 millions d'euros[42], tandis que plusieurs de ses États membres (Allemagne, Autriche,Belgique, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, Roumanie, Suède) offrent, via le mécanisme européen de protection civile, l’assistance suivante[43],[42],[44] :

Assistance européenne
Élément États d'origine
Équipe EUCP Drapeau de l’Union européenne Union européenne
Hôpital de campagne Drapeau de la France France
Hélicoptères (2) Drapeau de l'Italie Italie
Équipe de plongeurs Drapeau de l'Italie Italie
Générateurs électriques (80)
Équipements lourds, dont camions (4) Drapeau de l'Italie Italie
Pompes hydrauliques (10)
Kits d'hygiène (> 6 000)
Ravitaillement en eau et nourriture (> 4 500)
Abris (> 27 000) Drapeau de la Belgique Belgique,Drapeau de l'Allemagne Allemagne,Drapeau de la Roumanie Roumanie, Finlande,Drapeau de l'Italie Italie
Éléments de recherche et sauvetage (1 500)

Le , un premier détachement français composé d’une soixantaine de sapeurs-sauveteurs et de sapeurs-pompiers du Gard part en Libye pour déployer le détachement d'intervention catastrophes aéromobile[45]. Le 15 septembre, le détachement prépare l’hôpital sur la base d'Al Abraq tandis que les hélicoptères et plongeurs italiens opèrent à Darna[42], mais un troisième appareil français, pour des raisons administratives, ne peut atterrir avec les éléments complémentaires[46]. L’ESCRIM est opérationnel à Derna le 17 septembre[47],[48].

Le , la Belgique déclenche sa structure B-FAST pour déployer 19 tonnes d’aide matérielle (240 tentes, 700 sacs de couchage, 4 400 kits de première nécessité)[49].

Le , une équipe grecque en transit entre Benghazi et Derna est victime d'un accident de la route impliquant un autre véhicule ; outre cinq Libyens tués ou gravement blessés dans l'autre véhicule, cinq Grecs sont tués (trois militaires et deux interprètes du ministère des affaires étrangères) et quatorze autres blessés, dont six grièvement[50].

Risque sanitaire

Une semaine après la tempête, l’ONU indique s’inquiéter des risques sanitaires, les maladies pouvant se propager auprès des populations déplacées ou sans abris du fait du manque d’hygiène ou de l’exposition à des eaux contaminées. L’UNICEF a distribué des trousses médicales d’urgence aux établissements de santé afin de soutenir 15 000 personnes pendant trois mois. Bien qu’un millier de corps aient été enterrés dans des fosses communes, les organisations internationales déconseillent cette pratique qui impacte négativement le moral des familles en empêchant le bon accomplissement du deuil, tout en ayant un bénéfice limité en matière de santé publique dès lors que les corps ne sont pas en contact avec des sources d’eau potable[38],[51].

Références

  1. a b et c « Des pluies torrentielles en Libye font plus de 2 000 morts, selon les autorités locales », sur Libération,
  2. a et b « Libye : la Croix-Rouge craint un nombre « énorme » de morts et plus de 10 000 disparus à la suite des inondations », Le Monde, (consulté le )
  3. « La Libye compte plus de 5.000 morts à Derna après la tempête et craint le double », sur Boursorama, (consulté le )
  4. « UK heat and floods in south-east Europe blamed on ‘omega’ weather system », The Guardian,
  5. « UK heatwave: What is an omega block - and how is it causing our extreme weather? », Sky News, .
  6. a et b Anne-Laure Frémont, « Inondations meurtrières en Libye: la tempête a puisé sa puissance dans les eaux chaudes de Méditerranée », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. « Weather tracker: Omega block brings torrential rain to Greece and Spain », The Guardian,
  8. a et b « At least 14 killed as fierce storms and severe flooding lash southern Europe », CNN,
  9. (en) « Weather report. Daniel makes landfall in Libya with torrential rain. Floods in Tripoli « 3B Meteo », Italy 24 Press News,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  10. (en) « No need to panic! Storm Daniel brings no catastrophes to Egypt: EMA »
  11. « Inondations en Libye: Le changement climatique a probablement aggravé l’intensité des pluies », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. (en) « "Historic flooding event" in Greece dumps more than 2 feet of rain in just a few hours », sur cbsnews.com,
  13. (de) « Zahl der Opfer in Mittelgriechenland steigt auf zehn – Fluss Pineios läuft über », Kölner Stadt-Anzeiger,
  14. « A Deluge in Greece », NASA Earth Observatory,
  15. (nl) « Dodental door overstromingen in Griekenland, Turkije en Bulgarije loopt op », nos.nl, (consulté le )
  16. « More than 800 rescued after extreme flooding in Greece turns villages into lakes », CNN,
  17. (de) « Starkregen von Griechenland bis Hongkong », ORF,
  18. « Flood in Greece: EMSR692 - Situational reporting », Copernicus Emergency Management Service,
  19. a et b « Boats, helicopters rescue hundreds after storm in Greece », Reuters,
  20. « Extreme flooding caused by Storm Daniel devastates Greece », Financial Times,
  21. (nl) « Na bosbranden kampt deel van Griekenland nu met overstromingen », nos.nl, (consulté le )
  22. (en) « Death toll rises to four in Greece after floods, more than 800 rescued », www.aljazeera.com (consulté le )
  23. « Greek floods: Austrian honeymooners missing after holiday home swept away », BBC News,
  24. « Flooding death toll rises in Greece as rescue crews ferry residents to safety », France 24,
  25. « Rescue efforts stepped up after deadly floods in central Greece », The Guardian,
  26. « Four more bodies found after Greece storm, raising toll to 15 », Reuters,
  27. a et b « Bulgaria: Two People Died in the floods in Tsarevo, Two more are Missing », novinite.com,
  28. (en) Dave Petley, « The failed dams in Wadi Derna in Libya », Eos,‎ (lire en ligne)
  29. « Flooding in eastern Libya after weekend storm leaves 2,000 people feared dead, prime minister says », sur Associated Press ,
  30. « La Libye compte plus de 5.000 morts à Derna après la tempête et craint le double », sur Boursorama, (consulté le )
  31. franceinfo avec AFP / France Télévisions, « Inondations en Libye : au moins 11 470 morts et plus de 10 000 disparus, selon un nouveau bilan, six jours après le drame », France Info,‎ (lire en ligne).
  32. « Inondations en Libye: un village égyptien endeuillé », sur Radio France International,
  33. « Inondations en Libye: la Croix-Rouge redoute des milliers de morts », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  34. a et b « Inondations en Libye: l'ONU lance un appel de fonds pour aider 250 000 personnes », sur rfi.fr, (consulté le )
  35. Valentin Dunate, « Inondations en Libye : les besoins d'aide sont "d'une ampleur assez incroyable", témoigne la coordinatrice de MSF sur place », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  36. (en) UNOCHA, « Today's top news: Libya, Morocco, Sudan, Ukraine », (consulté le )
  37. ONU, « Libye : « toutes les personnes touchées doivent recevoir une aide, sans distinction », déclare l'ONU », sur ONU Info, (consulté le )
  38. a et b « Inondations en Libye: l'ONU et l'OMS préoccupées par les risques de maladies », sur rfi.fr, (consulté le ).
  39. Houda Ibrahim, « Est de la Libye: des victimes des inondations par milliers et des régions dévastées », sur rfi.fr, (consulté le ).
  40. a b et c RFI, « Inondations en Libye: la communauté internationale au chevet de Derna, qui enterre ses morts », (consulté le )
  41. a b et c France 24 avec AFP, « En images : la ville de Derna compte ses morts, au moins 30 000 déplacés selon l'OIM », sur france24.com, (consulté le ).
  42. a b et c ERCC, « Libya – Floods situation update », (consulté le )
  43. ERCC, « Libya – Recent floods », (consulté le )
  44. (en) Direction générale pour la protection civile et les opérations d'aide humanitaire européennes de la Commission européenne, « Libya: EU strengthens assistance for flood emergency », (consulté le )
  45. DGSCGC, « [#SolidaritéLibye 🇱🇾🤝🇫🇷] »,‎ (consulté le )
  46. Valentin Dunate, « Inondations en Libye : le troisième avion de la Sécurité civile française qui devait atterrir près de Derna n'a pas reçu l'autorisation de survol du territoire », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  47. RFI, « Libye: l'hôpital de campagne français est opérationnel à Derna », sur rfi.fr, (consulté le )
  48. DGSCGC, « Accueil des premiers patients au sein de l’ESCRIM », sur twitter.com, (consulté le ).
  49. Service public fédéral Affaires étrangères, « B-FAST offre du matériel d’aide d’urgence à la Libye par l’entremise du Mécanisme européen de protection civile », (consulté le ).
  50. France Info, « Inondations en Libye : cinq membres d'une équipe de secours grecque tués dans un accident », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  51. ONU, « Catastrophes naturelles : l'OMS appelle à gérer les cadavres dans la dignité et éviter les fosses communes », sur news.un.org, (consulté le ).

Liens externes