Tableau chronologique des œuvres de Gabriel Fauré

Catalogue complet et détaillé des œuvres de Gabriel Fauré (1845-1924). Classement chronologique.

Légende

Registre Couleur Catégories
Clavier pour piano / pour harmonium / pour orgue
pour piano à 4 mains / pour 2 pianos
Vocal pour voix ou chœur a cappella
pour voix et piano / et harmonium / et orgue (sauf musique sacrée)
pour voix et instrument solo (autre que piano) / duo / trio / quatuor / quintette... / orchestre
musique sacrée avec voix ou chœur et piano / orgue / harmonium / duo / trio... / orchestre
Instrumental musique sacrée sans voix, pour piano / orgue / harmonium / duo / trio... / orchestre
musique de chambre / Instrument solo (autre que piano) / duo / trio / quatuor / quintette / sextuor...
musique pour orchestre / pour grand orchestre
Scène musique de scène / théâtre / ballet
opéra / opérette
Info arrangement, orchestration ou recueil d'un autre auteur
œuvre perdue / œuvre inachevée / projet avorté

1900-1910 → Date de début et de fin de la composition.

(1910) → Date mise hors de la chronologie, pour les arrangements historiques ou remarquables listés à la suite de l’œuvre principale, pour plus de clarté.

1910? → Date estimée ou probable (ca.1910).

av.1910 → Date de composition inférieure à une date connue (date de l'édition ou du décès du compositeur par exemple).

(11) → Numérotation spécifique des mélodies.

[Nom] → Nom ou complément au nom d'une œuvre donné par un tiers (autre que Fauré).

[Andante?] → Pour les arrangements, indication non vérifiée et supposée identique à l’œuvre principale.

(0:00) → Durée moyenne du morceau (après analyse de plusieurs banques de données).

(0:00 à 0:00) → Durées moyennes minimale et maximale selon l'interprétation ou le tempo.

Texte grisé → Œuvre perdue, inachevée ou projet avorté dont il ne reste rien ou seulement quelques brouillons jamais publiés ni joués. Aide à la compréhension de l’œuvre de l'auteur et il encore possible de découvrir abouties quelques-unes de ces partitions.

sol maj → La tonalité d'origine est en gras, les autres transcriptions indiquées sont celles choisies par Gabriel Fauré ou celles couramment éditées. Il en existe souvent plusieurs autres.

Éditions: → Liste des premières éditions et des recueils. Lien vers le manuscrit original (BnF) ou les premières de couverture originales ou vers le site IMSLP pour les partitions d'époque libre de droit ; les éditions de moins de 60 ans n'ont donc pas de lien.

Classement des œuvres par instruments


Chronologie détaillée des œuvres et des principaux arrangements

La chronologie qui suit se base sur les documents d'archive, principalement de la BNF (Manuscrits, courriers, partitions d'époque...) mais aussi de différents fonds européens et mondiaux, publics et privés. La chronologie établie par Jean-Michel Nectoux a aussi été prise en compte, comme celle d'autres auteurs ou critiques. En cas de différence de datation, les avis sont indiquées. Par ailleurs, le choix a été fait de tenir compte de la date de fin de composition (en gras), date connue ou figurant sur les manuscrits envoyés aux éditeurs pour mise en page et édition.

Dans le cas de versions ultérieures révisées, d'orchestrations, d'arrangements réalisés par Gabriel Fauré ou un autre compositeur, il a été retenu de les lister en suivant l’œuvre principale (date entre parenthèse) l’exception des œuvres profondément remaniées ou détournées (recyclage de « Jules César » par exemple) ou des œuvres qui ont donné lieu à des recompositions abouties (versions du « Requiem » par exemple). Dans tous les cas, des renvois (→) sont indiqués pour retrouver les œuvres sœurs antérieures ou postérieures ainsi que les recueils concernés.

Catalogue des œuvres de Gabriel Fauré
Date Catégorie Œuvre détaillée Ton. Dédicace & annotations Première Éditions
1854-1865 - École Niedermeyer à Paris (École de musique classique et religieuse de Paris)
001
Op.1 /1
(1)
1861 pour voix et piano
Le papillon et la fleur – Op.1, No.1
  • 6
    8
    Allegro non troppo / 6
    8
    Allegretto. (2:05 à 2:50)
    « La pauvre fleur disait au papillon céleste: - Ne fuis pas !
    Vois comme nos destins sont différents. Je reste, Tu t'en vas ! »
Première mélodie de l'auteur, pour voix moyenne et piano, composée d'après un poème de Victor Hugo (1802-1885). (Les chants du crépuscule: No.27a, écrit en 1834 et publié en 1835).
Composition en ré bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton, elle a été transcrite en ut majeur pour l'édition et faciliter le travail d'accompagnement. Transcription en ré majeur pour soprano ou ténor[1].
Il existe, hormis ceux listés ci-dessous, d'autres arrangements dont : pour trompette et piano[2].

→ No.1 du recueil « Deux mélodies, Op.1 ».
→ No.1 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

ré maj
–––––––
ré♭ maj
do maj
  • « à Madame Miolan-Carvalho »
  • Manuscrit, 1860
  • Paris: Choudens, 1869
  • Paris: J.Maho, 1869
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
(av.1898) pour piano
Arr. François (Franz) Behr
Le papillon et la fleur – Op.1, No.1, mélodie, transcrite pour piano
  • 6
    8
    [Allegro non troppo?]
Transcription pour piano seul de la mélodie par François (Franz) Behr (1837-1898) aussi connu sous le pseudonyme de Charles Godard[3].

→ Recueil « Dix Mélodies transcrites pour piano seul » de 1905.

  • Paris: J.Hamelle, 1905
(1935)
26 mai
pour voix et orchestre
Arr. Manuel Rosenthal
Le papillon et la fleur – Op.1, No.1, mélodie en mi ♭ majeur pour chant et orchestre
  • 6
    8
    Allegro non troppo.
Orchestration avec voix par Manuel Rosenthal (1904-2003) en mi bémol majeur[4].
mi♭ maj
  • Paris: Manuscrit en location chez J.Hamelle, 1935
002
Op.1 /2
(2)
1862? pour voix et piano
Mai – Op.1, No.2
  • 3
    4
    Allegretto. (1:50 à 2:30)
    « Puisque mai tout en fleurs, Dans les prés nous réclame,
    Viens ! Ne te lasse pas de mêler à ton âme »
Mélodie pour voix haute et piano, sur un poème de Victor Hugo (1802-1885). (Les chants du crépuscule: No.31).
Composée en sol majeur puis en la bémol majeur, pour soprano ou ténor, puis transcrite en fa majeur, pour mezzo-soprano ou baryton[5].

→ No.3 du recueil « Quatre mélodies » de G.Hartmann de 1871[6].
→ No.2 du recueil « Deux mélodies, Op.1 ».
→ No.2 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

la♭ maj
sol maj
–––––––
fa maj
  • « à Madame Henri Garnier »
  • Paris: Société Nationale de Musique, Félix Lévy (t), Gabriel Fauré (p), 22 mars 1873
  • Paris: G.Hartmann, 1871
  • Paris: J.Maho, 1871
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
(av.1905) pour piano
Arr. Carlos de Mesquita
Mai – Op.1, No.2, mélodie, paraphrase pour piano
  • 3
    4
    [Allegretto?]
Transcription pour piano solo, de la mélodie par Carlos de Mesquita (1864-1953). Elle figure dans les catalogues de l'éditeur dès 1903[7].
  • Paris: J.Hamelle, 1905
  • Paris: J.Hamelle, 1935
003
sans Op.
1862? pour voix et piano
L'aube naît
  • « L'aube naît et ta porte est close ! Ma belle, pourquoi sommeiller ?
    À l'heure où s'éveille la rose, Ne vas-tu pas te réveiller ? »
Mélodie pour voix et piano, composée d'après le poème de Victor Hugo (1802-1885). (Les chants du crépuscule: Autre chanson, No.23).
Œuvre inédite et musique perdue[8].
  • Œuvre inédite et perdue
004
sans Op.
1862 pour piano
Fugue à trois parties [et Kyrie]
  • 4
    4
    [Sans indication de tempo]
Pièce pour clavier, composée en fa majeur pour un exercice d'école en 1862, sur un sujet de Fernand Le Borne (1862-1929). Gabriel Fauré y a remporté un prix d'excellence. Sur les esquisses manuscrites figure également un « Kyrie » incomplet[9].
L’œuvre sera réutilisée pour la « Fugue, [Op.84, No.3] » du 30 juin 1869.
fa maj
  • Manuscrit, 1862
  • Œuvre inédite
005
sans Op.
(3)
1862
8 décembre
pour voix et piano
Puisque j’ai mis ma lèvre
  • 2
    4
    [Sans indication de tempo]. (3:15)
    « Puisque j'ai mis ma lèvre à ta coupe encore pleine,
    Puisque j'ai dans tes mains posé mon front pâli »
Mélodie pour voix élevée et piano, sur un poème de Victor Hugo (1802-1885). (Les chants du crépuscule: No.25, publié en 1835).
Œuvre inédite car refusée en 1864 par l'éditeur Antony Choudens. Elle sera retrouvée dans la collection privée de Thierry Bodin[10]'[8]. Composition en ut majeur pour soprano ou ténor puis transcription en si bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton[11].

→ No.1 du recueil « Deux mélodies inédites » de 2010.

do maj
–––––––
si♭ maj
  • Œuvre inédite
  • Collection Thierry Bodin
  • Paris: J.Hamelle / A.Leduc, 2010
006
Op.17
1863? pour piano
Trois romances sans paroles – Op.17
Mélodies sans paroles en la bémol majeur, pour piano[12]'[13].
  • Romance No.1:
    3
    4
    Andante quasi allegretto, en la bémol majeur. (1:50 à 2:10)
  • Romance No.2:
    4
    4
    Allegro molto, en la mineur. (2:20 à 2:45)
  • Romance No.3:
    2
    4
    Andante moderato, en la bémol majeur. (2:10 à 2:50)
Il existe de nombreux arrangements récents de ces mouvements : Pour cor et piano[14], quatuor à cordes, ensemble de cuivres, guitare classique[15], flûte et piano[16], trompette et piano[17].
la♭ maj
  • No.1:
    « à Mme Félix Lévy »
  • No.2:
    « à Mlle Laure de Leyritz »
  • No.3:
    « à Mme Florent Saglio »
  • Nos.1 & 2:
    Paris: Société Nationale de Musique, Pauline Roger (p), 25 février 1881
  • No.3:
    Paris: Société Nationale de Musique, Kasa Chatteleger (p), 19 janvier 1889
No.1:
(1864)
10 août
No.3:
(av.1905)
pour piano à 4 mains
Arr. Gabriel Fauré et/ou Philippe Bellenot
Romances sans paroles – Op.17, Nos.1 & 3, pour piano à quatre mains
Transcription de la première romance pour piano à quatre mains par Gabriel Fauré, à Tarbes, en 1864[18].
Pour la troisième romance, il y a des incertitudes quant à l'auteur, probablement Philippe Bellenot (1860-1928)[13].
  • Romance No.1 – (Fauré)
    3
    4
    Andante quasi allegretto.
  • Romance No.3 – (Bellenot?)
    2
    4
    Andante moderato.
la♭ maj
  • No.1:
    Œuvre inédite
  • No.3:
    Paris: J.Hamelle, 1905
(1885?) pour violon, orchestre et harpe
ou
pour violoncelle, orchestre et harpe
Arr. Gabriel Fauré
Romance sans paroles – Op.17, No.3, pour violon (ou violoncelle), petit orchestre et harpe
  • 2
    4
    Andante moderato.
Transcription de Gabriel Fauré pour violon solo (ou violoncelle solo) avec accompagnement d'un petit orchestre[19]'[13]: flûte, hautbois, clarinette, basson, harpe et cordes.
  • Paris: J.Hamelle, 1885
(1892-1896) pour violon et piano
ou
violoncelle et piano
Arr. Jules Delsart
[Deux] Romances sans paroles – Op.17, pour piano et violoncelle (ou violon)
Arrangement pour violon (ou violoncelle) et piano, par Jules Delsart (1844-1900) des trois romances, ou uniquement des Nos.1 & 3 en 1896, car Gabriel Fauré pourrait être l'auteur de la seconde en 1899[20].
  • Romance No.1 – (Delsart)
    3
    4
    Andante quasi allegretto, en mi mineur. (1:50)
  • Romance No.2 – (Delsart?)
    4
    4
    Allegro molto, en la mineur. (2:15)
  • Romance No.3 – (Delsart)
    2
    4
    Andante moderato, en la majeur. (2:00)
D'autres auteurs ont réalisé des arrangements pour piano et violon (ou violoncelle, ou alto).
mi min
(av.1900) pour 2 violons et piano (ou harpe)
ou
pour violon, violoncelle et piano (ou harpe)
Arr. Jules Delsart
Romances sans paroles – Op.17, Nos.1 & 3, violon et violoncelle et harpe ou piano
Transcription de la première romance pour un trio avec violon et violoncelle (ou 2 violons) et accompagnement de piano (ou harpe) par Jules Delsart (1844-1900)[21],[22].
  • Romance No.1 – (Delsart)
    3
    4
    Andante quasi allegretto, en mi mineur.
  • Romance No.3 – (Delsart?)
    2
    4
    Andante moderato.
Pas de certitudes sur l'auteur (Gabriel Fauré?) de la troisième romance arrangée[13].
  • Paris: J.Hamelle, 1905
(av.1905) pour harpe
Arr. Alphonse Hasselmans
Romance sans paroles – Op.17, No.3, pour harpe
  • 2
    4
    Andante moderato.
Transcription en la bémol majeur pour harpe d'Alphonse Hasselmans (1845-1912)[23].
la♭ maj
(1911) pour orgue
Arr. Charles Quef
IIIe romance sans paroles – Op.17, No.3, pour grand orgue
  • 2
    4
    [Andante moderato?]
Transcription pour orgue par Charles Quef (1873-1931)[24].
  • Paris: J.Hamelle, 1911
(1927?) pour piano et orchestre
Arr. Francis Salabert
Romance sans paroles – Op.17, No.1, pour orchestre avec piano conducteur
  • 3
    4
    [Andante quasi allegretto?]
Arrangement pour orchestre et piano, par Francis Salabert (1884-1946)[25].
  • Paris: Ed.Salabert, 1927
007
sans Op.
1863
14 juillet
pour chœur mixte et orchestre
Super flumina [Babylonis] – Psalmus CXXXVI
  • (10:00)
    « Super flumina, Super flumina Babylonis,
    illic sedimus et flevimus cum recordaremur Sion »
Première œuvre pour chœur. À cinq voix mixtes SATBB (ou quatre voix mixtes SATB) et grand orchestre.
Composée pour le concours annuel de composition de l'École Niedermeyer (Mention très honorable obtenue). D'après le Psaume 136 « Super flumina Babylonis »[26].
  • Enregistrement:
    Paris: Salle Pleyel, Ugo Rabec (b), Maria-Virginia Savastano (s), Letitia Singleton (alt), Mathias Vidal (t), Chœur et Orchestre de Paris, Stephen Betteridge (dir), Paavo Jarvi (dir), 8 février 2011
  • Œuvre inédite
  • Paris: 1997
008
sans Op.
1864
12 janvier
pour piano à 4 mains
La chanson dans le jardin
  • 2
    4
    [Allegretto moderato?]
Petite pièce pour piano à quatre mains, écartée pendant 30 ans et reprise avec quelques petites modifications de 1894 à 1896 pour la berceuse de « Dolly, Op.56 ».

→ No.1 de la suite pour piano à 4 mains « Dolly » de 1896.

  • « à Mlle Suzanne Garnier »
  • Œuvre inédite
009
Op.5 /2
(4)
1864
5 mai
pour voix et piano
Rêve d’amour – Op.5, No.2
  • 3
    4
    Allegretto. (2:15 à 2:55)
    « S'il est un charmant gazon, Que le ciel arrose
    Où naisse en toute saison, Quelque fleur éclose »
Mélodie pour voix basse et piano, d'après un poème de Victor Hugo (1802-1885). (Les chants du crépuscule: Nouvelle chanson sur un vieil air, No.22, publié en 1834)[27].
Composée en mi bémol majeur pour contralto ou baryton ou baryton-basse puis transcrite en fa majeur pour soprano ou ténor[28].
Il existe des arrangements récents dont ceux pour clarinette et piano[29], pour flûte et piano[30].

→ No.2 du recueil « Trois mélodies, Op.5 ».
→ No.10 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

fa maj
–––––––
mi♭ maj
  • « à Madame C. de Gomiecourt »
  • Paris: Société Nationale de Musique, Rose-Marguerite Baron (s), Gabriel Fauré (p), 12 décembre 1874
  • Paris: Choudens, 1875
  • Paris: J.Hamelle, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
010

sans Op.

1864 pour piano
Esquisse d'une fugue pour piano
Exercice d'écriture pour piano, composé à l'École Niedermeyer à Paris. L’œuvre sera réutilisée pour la « Fugue, [Op.84, No.6] » du 30 novembre 1869[31].
si min
  • Œuvre inédite
011
sans Op.
1864? pour piano à 4 mains
Allegro de symphonie
  • 2
    4
    [Allegretto moderato?]
Première version pour piano à 4 mains, qui sera modifiée pour une seconde version, « Intermède symphonique » en 1869.
  • « à Mme Brun »
  • Œuvre inédite
(1868) pour orchestre
Arr. Gabriel Fauré
Intermezzo de symphonie
  • 2
    4
    [Allegretto moderato?]
Version pour orchestre de « l'Allegro de symphonie » jouée à Rennes, le 8 février 1868.
  • Rennes: 8 février 1868
  • Œuvre inédite
012
sans Op.
(5)
1865 pour voix et piano
Tristesse d’Olympio
  • 2
    4
    Grave, alla breve allegro non troppo. (3:55 à 4:15)
    « Les champs n'étaient point noirs, les cieux n'étaient pas mornes
    Non, le jour rayonnait dans un azur sans bornes Sur la terre étendu »
Mélodie pour voix moyenne et piano, composée d'après un poème de Victor Hugo (1802-1885). (Les Rayons et les Ombres, No.34, écrit en 1840).
Composition en mi mineur et transcription en mi bémol mineur pour mezzo-soprano ou baryton. Transcription en fa dièse mineur pour soprano ou ténor[32].

→ No.2 du recueil « Deux mélodies inédites » de 2010.

fa♯ min
–––––––
mi min
mi♭ min
  • « À mon ami Adam Laussel »
  • Œuvre inédite
  • Paris: J.Hamelle / A.Leduc, 2010
013
Op.2 /1
(6)
1865 pour voix et piano
Dans les ruines d’une abbaye – Op.2, No.1
  • 6
    8
    Allegretto / 6
    8
    Allegro non troppo. (1:35 à 2:30)
    « Seuls, tous deux, ravis, chantants, Comme on s'aime !
    Comme on cueille le printemps, Que Dieu sème »
Mélodie pour voix élevée et piano, d'après un poème de Victor Hugo (1802-1885). (Les Chansons des rues et des bois: 1.Jeunesse, 6.L'éternel petit roman, No.15, publié en 1865).
Composée en la majeur, pour soprano ou ténor. Transcription en la bémol majeur puis en sol majeur pour mezzo-soprano ou baryton[33].
Il existe des arrangements récents dont pour trompette et piano[34].

→ No.1 du recueil « Deux mélodies, Op.2 ».
→ No.3 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

la maj
–––––––
la♭ maj
sol maj
  • « à Madame Henriette Escalier »
  • Paris: Société Nationale de Musique, Léonce Waldec (s), Gabriel Fauré (p), 12 février 1876
  • Paris: Choudens, 1869
  • Paris: J.Maho, 1876
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
(av.1898) pour piano
Arr. François (Franz) Behr
Dans les ruines d’une abbaye – Op.2, No.1, mélodie, transcrite pour piano
  • 6
    8
    [Allegretto?]
Transcription pour piano seul de la mélodie par François (Franz) Behr (1837-1898).

→ Recueil « Dix Mélodies transcrites pour piano seul » de 1905.

  • Paris: J.Hamelle, 1905
(1928?) pour piano et orchestre
Arr. Francis Salabert
Dans les ruines d’une abbaye – Op.2, No.1, pour orchestre avec piano conducteur
  • 6
    8
    [Allegretto?].
Arrangement pour orchestre et piano, par Francis Salabert (1884-1946)[35].
  • Paris: Ed.Salabert, 1928
014
Op.11
1865 pour chœur et orgue
ou
pour chœur et piano
Cantique de Jean Racine – Chœur [à 4 voix avec orgue ou piano], Op.11
  • 4
    4
    Andante. (5:20 à 5:50)
    « Verbe égal au Très-Haut, notre unique espérance,
    Jour éternel de la terre et des cieux »
Œuvre en ré bémol majeur, sur des textes traduits du latin, de Jean Racine (1639-1699). Créée pour une compétition de composition à l'École Niedermeyer (Premier prix obtenu). Pour chœur SATB et orgue (ou piano)[36]. Il y a aussi une version pour 2 voix égales et orgue (ou piano)[37].
Après ceux détaillés ci-dessous, il existe de très nombreux autres arrangements dont : pour trompette et piano[34], pour 8 flûtes[38], pour 4 violoncelles et piano[39], pour orgue seule[40]...

→ No.10 du recueil « Écho des Maîtrises » de 1876.
→ No.1 du recueil « Musique religieuse », de 1911.

ré♭ maj
  • Paris: F.Schoen, Echo des Maîtrises, 1876
  • Paris: J.Hamelle, 1893
  • Recueil:
    Paris: J.Hamelle, 1911
(1866) pour chœur, harmonium et quintette à cordes
Arr. Gabriel Fauré
Cantique de Jean Racine – Op.11. Chœur, harmonium, quintette à cordes
  • 4
    4
    Andante.
Arrangement de l'auteur pour chœur SATB, harmonium et accompagnement d'un quintette à cordes (2 violons, alto, violoncelle et contrebasse)[41].
ré♭ maj
  • Rennes: Église Saint-Sauveur, 4 août 1866
  • Paris: Société Nationale de Musique, César Franck (dir), 15 mai 1875
  • Œuvre inédite
(av.1903?) pour piano
Arr. ?
Cantique de Jean Racine – mélodie transcrite pour piano
  • 4
    4
    [Andante?]
Réduction pour piano.
  • Paris: J.Hamelle
(1906) pour chœur et orchestre
Arr. Gabriel Fauré
Cantique de Jean Racine – Op.11. Chœur, orchestre
  • 4
    4
    Andante. (4:25 à 6:30)
Arrangement de Gabriel Fauré, pour chœur SATB et orchestre symphonique : 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 cors, harpe et cordes (violons I & II, altos, violoncelles et contrebasses) [42].
ré♭ maj
  • Paris: Société des Concerts du Conservatoire, Georges Marty (dir), 28 janvier 1906
  • Paris: J.Hamelle, 1906?
(1907)
janvier
pour violon, violoncelle et piano
Arr. Henri Büsser
Cantique de Jean Racine – Op.11, piano trio
  • 4
    4
    Andante. (4:10 à 5:10)
Arrangement en si mineur pour un trio avec violon, violoncelle et piano, de Henri Büsser (1872-1973)[43]'[44].
si min
  • Paris: J.Hamelle, 1908
(av.1984) pour chœur et orchestre à cordes
Arr. John Rutter
Cantique de Jean Racine – Op.11, chœur, orchestre à cordes et harpe
  • 4
    4
    Andante. (4:15 à 6:40)
Arrangement de John Rutter (1945-), pour chœur SATB (ou SSAA) et orchestre à cordes : 2 violons, 2 altos, 2 violoncelles et contrebasse, avec accompagnement de harpe (ou piano ou orgue).
ré♭ maj
  • Londres, Great Hall of University College School, John Rutter (dir), 1984
  • Oxford University Press, 1997
015
sans Op.
1865? pour piano
Mazurka
  • 3
    4
    [Moderato?]. (2:00)
Pièce en forme de Mazurka, pour piano, en si bémol majeur et inédite. À rapprocher de la « Mazurka, Op.32 » de 1875.
si♭ maj
  • Œuvre inédite
1866-1870 - Maître de chapelle et organiste de la paroisse St-Sauveur de Rennes
016
sans Op.
1868 pour voix et orgue
Cantique à Saint Vincent de Paul
Pour voix et orgue, sans numéro d'opus, c'est la seconde œuvre religieuse en français. Œuvre inédite et manuscrit perdu[45].
  • Rennes: Église Saint-Sauveur, 19 juillet 1868
  • Œuvre inédite et perdue
017
sans Op.
1869
30 mars
pour piano à 4 mains
Intermède symphonique
  • 2
    4
    [Allegro molto vivo?]
Pièce pour piano à quatre mains en fa majeur, réutilisée pour la finale de la « Symphonie en fa majeur, Op.20 » de 1874, et l'ouverture de « Masques et bergamasques, Op.112 » de 1919.
Voir la première version pour piano à 4 mains, intitulée « Allegro de symphonie », composée vers 1864. Il existe aussi un arrangement de cette version pour orchestre « Intermezzo de symphonie » de 1868.

→ No.1 de « Masques et bergamasque, Op.112 ».

fa maj
  • « à Valentine et Laure de Leyritz »
  • Œuvre abandonnée et inédite
018
sans Op.
1869
27 avril
pour piano
Cadence pour le Concerto No.3 en ut mineur Op.37, de L. van Beethoven
  • 4
    4
    [Cadenza]. (2:30)
Cadence de Gabriel Fauré d'après le premier mouvement du « Concerto en ut mineur, Op.37 » de Ludwig van Beethoven (1770-1827). Édition posthume révisée en 1927 par Alfred Cortot (1877-1962). Des sources donnent 1889 comme date de composition, il semble que ce soit une confusion avec 1869[46]'[47].
do min
  • « à Laure de Leyritz »
019
sans Op.
1869
16 mai
pour piano
Gavotte pour piano, en do dièse mineur
  • 2
    4
    Gavotte.
Pièce pour piano en do dièse mineur, sans numéro d'opus. Elle a été réutilisée dans la « Symphonie en fa majeur, Op.20 » de 1874 puis pour le septième mouvement de « Masques et bergamasques, Op.112 » de 1919[48].

→ No.7 de « Masques et bergamasque, Op.112 ».

do♯ min
  • Paris: Maison de la Radio, Louis-Claude Thirion (p), 15 novembre 1974
  • Manuscrit, 1869
  • Œuvre inédite
020
[Op.84/3]
1869
30 juin
pour piano
Petite fugue pour piano – [Op.84, No.3]
  • 4
    4
    Moderato, en la mineur. (2:15 à 3:15)
Pièce pour piano en la mineur, probablement la reprise d'une composition pour un concours de 1862, à l'École Niedermeyer « Fugue à 3 parties ». D'abord sans opus, elle sera incorporée en 1902 au cycle des « Pièces brèves »[49].

→ No.3 du recueil « Huit pièces brèves, Op.84 » de 1902.

la min
  • « à Laure de Leyritz »
  • Paris: Société Nationale de Musique, Ricardo Viñes (p), 18 avril 1903
  • Manuscrit, 1869
  • Recueil:
    Paris: J.Hamelle, 1902
021
[Op.84/6]
1869
30 novembre
pour piano
Fugue pour piano – [Op.84, No.6]
  • 3
    4
    [Andante moderato], en mi mineur. (2:05 à 2:45)
Pièce pour piano en mi mineur, certainement tirée de « l'Esquisse d'une fugue pour piano », travail de composition libre pour les exercices de 1864 à l'École Niedermeyer. D'abord sans opus, elle sera incorporée en 1902 au cycle des « Pièces brèves »[50].

→ No.6 du recueil « Huit pièces brèves, Op.84 » de 1902.

mi min
  • « à Valentine de Leyritz »
  • Paris: Société Nationale de Musique, Ricardo Viñes (p), 18 avril 1903
  • Manuscrit, 1869
  • Recueil:
    Paris: J.Hamelle, 1902
022
sans Op.
1869
31 décembre
pour piano
Prélude pour piano
  • 4
    4
    Andante, en mi mineur.
Pièce pour piano en mi mineur inédite et sans numéro d'opus[50].
mi min
  • « à Valentine de Leyritz »
  • Paris: Maison de la Radio, Louis-Claude Thirion (p), 15 novembre 1974
  • Manuscrit, 1869
  • Œuvre inédite
1870 - Fondation de la Société Nationale de Musique à Paris.
023
sans Op.
(7)
1870 pour voix et piano
L’aurore
  • 3
    4
    Allegretto. (1:20 à 1:40)
    « L'aurore s'allume, L'ombre épaisse fuit
    Le rêve et la brume, Vont où va la nuit »
Mélodie pour voix élevée et piano, sur un poème de Victor Hugo (1802-1885). (Les Chants du Crépuscule: No.20, L'aurore s'allume, écrit en 1834).
Composition en la bémol majeur pour soprano ou ténor. Transcription en fa majeur pour mezzo-soprano ou baryton. Œuvre posthume sans opus, à ne pas confondre avec la mélodie de 1884 « Aurore, Op.39, No.1 »[51].
la♭ maj
–––––––
fa maj
  • « à Mademoiselle Anne Dufresne »
024
Op.2 /2
(8)
1870 pour voix et piano
Les matelots – Op.2, No.2
  • 3
    4
    Tempo animato quasi allegro / 3
    4
    Tempo animato. (1:20 à 1:45)
    « Sur l'eau bleue et profonde, Nous allons voyageant,
    Environnant le monde D'un sillage d'argent »
Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Théophile Gautier (1811-1872). (Poésies diverses: écrit en 1841)[52].
Tonalité d'origine en mi bémol majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. Transcriptions en fa majeur pour soprano ou ténor et en ré majeur pour contralto ou basse.
Il existe un arrangement récent pour clarinette et piano[53].

→ No.2 du recueil « Deux mélodies, Op.2 ».
→ No.4 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

fa maj
–––––––
mi♭ maj
–––––––
ré maj
  • Paris: Société Nationale de Musique, Julie Lalo (ca), Gabriel Fauré (p), 8 février 1873
  • Paris: Choudens, 1876
  • Paris: J.Maho, 1876
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
(av.1903) pour piano
Arr. Carlos de Mesquita
Les matelots – Op.2, No.2, mélodie, paraphrase pour piano
  • 3
    4
    [Tempo animato?]
Transcription pour piano seul de la mélodie par Carlos de Mesquita (1864-1953). Elle figure dans les catalogues de l'éditeur dès 1903.
  • Paris: J.Hamelle, 1903
025
Op.4 /2
(9)
1870 pour voix et piano
Lydia – Op.4, No.2
  • 4
    4
    Andante. (2:00 à 3:05)
    « Lydia sur tes roses joues Et sur ton col frais et si blanc,
    [Que le lait], roule étincelant, L'or fluide que tu dénoues »
Mélodie pour voix moyenne et piano, sur un poème de Leconte de Lisle (1818-1894). (Poèmes antiques: Études latines, No.17, publié en 1852)[54].
Composée en fa majeur pour mezzo-soprano ou baryton. Transcriptions en sol majeur pour soprano ou ténor puis en ré bémol majeur et mi bémol majeur, pour contralto ou basse.
Il existe un arrangement récent pour chœur mixte SATB[55].

→ No.1 du recueil « Quatre mélodies » de G.Hartmann de 1871.
→ No.2 du recueil « Deux mélodies, Op.4 ».
→ No.8 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

sol maj
–––––––
fa maj
–––––––
mi♭ maj
ré♭ maj
  • « à Madame Marie Trélat » (mezzo-soprano à la SNM)
  • Paris: Société Nationale de Musique, Marie Trélat (ms), Gabriel Fauré (p), 18 mai 1872
  • Paris: G.Hartmann, 1871
  • Paris: J.Maho, 1871
  • Paris: Choudens, 1877
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
(1941) pour voix, piano et cordes
ou
pour voix et cordes
Arr. Renée Philippart
Lydia – Op.4, No.2, pour chant, piano et quatuor à cordes
  • 4
    4
    [Andante?]
Arrangement pour voix moyenne, piano et quatuor à cordes de Renée Philippart (1905-1993). Probablement une commande de Charles Panzera (1896-1976), célèbre baryton suisse qui a longtemps collaboré avec Gabriel Fauré[56].
Il existe aussi une version sans piano [1bis] de la même auteure.

→ Nos.1 et 1bis du recueil de 1941 « 4 mélodies orchestrées ».

  • Paris: Charles Panzera (bar)?
  • Manuscrit envoyé en privé, 1941
  • Œuvre inédite?
026
Op.7 /2
(10)
1870? pour voix et piano
Hymne – Op.7, No.2
  • 6
    8
    Allegretto vivo. (2:05 à 3:05)
    « A la très chère, à la très belle, Qui remplit mon cœur de clarté
    A l'ange, à l'idole immortelle, Salut en immortalité »
Mélodie pour voix élevée et piano, d'après un poème de Charles Baudelaire (1821-1867). (Les Épaves: Galanteries, No.10, publié en 1866).
Composition en sol majeur, pour soprano ou ténor. Transcriptions en fa majeur et en mi bémol majeur, pour mezzo-soprano ou baryton[57].

→ No.2 du recueil « Quatre mélodies » de G.Hartmann de 1871.
→ No.2 du recueil « Trois mélodies, Op.7 ».
→ No.16 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

sol maj
–––––––
fa maj
mi♭ maj
  • « à Monsieur Félix Lévy » (ténor à la SNM)
  • Paris: Société Nationale de Musique, Félix Lévy (t), Gabriel Fauré (p), 22 mars 1873
  • Paris: G.Hartmann, 1871
  • Paris: Choudens, 1878
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
027
[Op.20]
1870? pour 2 pianos
Symphonie No.1 (Allegretto) – Suite d'esquisses à 2 pianos pour un 1er mouvement
  • 2
    4
    Allegretto.
Composition en mi majeur pour 2 pianos d'un premier mouvement destiné à une suite pour orchestre, le futur Op.20, qui sera complété et achevé en 1873[58].
mi maj
  • Paris: Société Nationale de Musique, Camille Saint-Saëns (p), Gabriel Fauré (p), 8 février 1873
  • Œuvre écartée et inédite
028
Op.3 /1
(11)
1871 pour voix et piano
Seule ! – Op.3, No.1
  • 4
    4
    Andante / 4
    4
    Andante grave. (2:30 à 4:05)
    « Dans un baiser l'onde au rivage, Dit ses douleurs
    Pour consoler la fleur sauvage, L'aube a des pleurs »
Mélodie pour voix basse et piano, sur un poème de Théophile Gautier (1811-1872). (Poésies diverses: publié en 1845).
Composée en mi mineur pour contralto ou baryton ou baryton-basse. Transcription en sol mineur pour mezzo-soprano ou soprano ou ténor[59].
Il existe un arrangement pour clarinette et piano[53].

→ No.4 du recueil « Quatre mélodies » de G.Hartmann de 1871.
→ No.1 du recueil « Deux mélodies, Op.3 ».
→ No.5 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

sol min
–––––––
mi min
  • « à Monsieur E. Fernier »
  • Paris: Société Nationale de Musique, Marie Trélat (ms), Gabriel Fauré (p), 18 mai 1872
  • Paris: G.Hartmann, 1871
  • Paris: A.Choudens, 1877
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
029
Op.5 /3
(12)
1871
3 avril
pour voix et piano
L'absent – Op.5, No.3
  • 4
    4
    Andante sostenuto. (3:40 à 4:40)
    « Sentiers où l'herbe se balance, Vallons, coteaux, bois chevelus
    Pourquoi ce deuil et ce silence ? Celui qui venait ne vient plus ! »
Mélodie pour voix moyenne et piano, sur un poème de Victor Hugo (1802-1885). (Les Châtiments: 3.La famille est restaurée, No.11, publié en 1853).
Composée en la mineur, pour mezzo-soprano ou baryton puis transcrite en do mineur pour soprano ou ténor[60].
Il existe des arrangements récents dont ceux pour trompette et piano[2], pour clarinette et piano[29].

→ No.3 du recueil « Trois mélodies, Op.5 ».
→ No.11 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

do min
–––––––
la min
  • Paris: Société Nationale de Musique, Léonce Waldec (s), Gabriel Fauré (p), 22 mars 1873
  • Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
030
Op.8 /2
(13)
1871? pour voix et piano
La rançon – Op.8, No.2
  • 3
    4
    Andante non troppo. (2:05 à 2:40)
    « L'homme a, pour payer sa rançon, Deux champs au tuf profond et riche,
    Qu'il faut qu'il remue et défriche, Avec le fer de la raison »
Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Charles Baudelaire (1821-1867). (Les Épaves: Pièces diverses, No.29, publié en 1866).
Composition de l'introduction en do mineur (la suite en do majeur) pour mezzo-soprano ou baryton. Transcription de l'introduction en mi mineur (puis en mi majeur) pour soprano ou ténor[61].

→ No.2 du recueil « Trois mélodies, Op.8 ».
→ No.19 du « Premier recueil de mélodies » de 1879 et 1887 puis No.18 pour celui de 1908.

mi min
–––––––
do min
  • Paris: Société Nationale de Musique, Léonce Waldec (s), Gabriel Fauré (p), 22 mars 1873
  • Paris: Choudens, 1877
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
031
Op.5 /1
(14)
1871? pour voix et piano
Chant d'automne – Op.5, No.1
  • 12
    8
    Andante / 9
    8
    Lento ma non troppo. (3:30 à 5:05)
    « Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres
    Adieu, vive clarté de nos étés trop courts ! »
Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Charles Baudelaire (1821-1867). (Les Fleurs du Mal: 1.Spleen et Idéal, No.56).
Composée en la mineur, puis en sol mineur pour mezzo-soprano ou baryton. Transcription en do mineur pour soprano ou ténor[62].

→ No.1 du recueil « Trois mélodies, Op.5 ».
→ No.9 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

do min
–––––––
la min
sol min
  • « à Mme M. Camille Clerc »
  • Paris: Société Nationale de Musique, 6 janvier 1883
  • Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
032
Op.post.
1871
août
pour chœur d'hommes et orgue
Ave Maria – en la majeur, Op. posthume
  • 9
    8
    [Moderato]. (1:40 à 2:05)
    « Ave Maria, Ave Maria, gratia plena,

    Dominus tecum. Benedicta tu in mulieribus »
Cantate en la majeur pour chœur à trois voix d'hommes TTB (2 ténors et basse) avec accompagnement d'orgue. Œuvre posthume, composée en août 1871 à l'occasion de l'ascension des élèves de l'École Niedermeyer au Mont Saint-Bernard[63]'[64].
la maj
  • « Hommage au Grand-Saint-Bernard »
  • Suisse: Chapelle de l'Hospice du Mont-Saint-Bernard, chœur de l'École Niedermeyer, 20 août 1871
  • Œuvre inédite
  • Paris: Heugel, 1957
033
sans Op.
1872 pour voix, chœur mixte et orgue
ou
pour voix, chœur mixte, orgue et cordes
Tu es Petrus
  • 3
    4
    Andante. (1:30 à 1:45)
    « Tu es Petrus, Tu es Petrus, Tu es Petrus,

    et super hanc petram aedificabo, aedificabo Ecclesiam meam »
Motet en la mineur pour baryton solo, chœur à quatre voix mixtes SATB et orgue, sans numéro d'opus[65].
Gabriel Fauré a également réalisé une version avec accompagnement de quintette à cordes et d'orgue[66].

→ No.10 du recueil « Musique religieuse », de 1911.

la min
  • Paris: Durand, 1884
  • Recueil:
    Paris: J.Hamelle, 1911
034
sans Op.
1872 pour chœur et orgue?
Cantique pour la fête d'un supérieur
Œuvre inédite et perdue, mentionnée dans les catalogues Hamelle. Peut-être composée pour l'abbé du Séminaire de Saint-Sulpice à Paris.
  • Œuvre inédite et perdue
035
Op.4 /1
(15)
1872? pour voix et piano
Chanson du pêcheur (Lamento) – Op.4, No.1
  • 4
    4
    Moderato. (2:45 à 3:40)
    « Ma belle amie est morte, Je pleurerai toujours,
    Sous la tombe elle emporte Mon âme et mes amours »
Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après une poésie de Théophile Gautier (1811-1872). (La Comédie de la Mort: publié en 1838).
Composition en fa mineur, pour mezzo-soprano ou baryton. Transcription en la mineur pour soprano ou ténor et en mi mineur pour alto ou basse[67].
Il existe un arrangement récent pour alto et piano[68].

→ No.1 du recueil « Deux mélodies, Op.4 ».
→ No.7 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

la min
–––––––
fa min
–––––––
mi min
  • « à Madame Pauline Viardot »
  • Paris: Société Nationale de Musique, Julie Lalo (ca), Gabriel Fauré (p), 8 février 1873
  • Paris: J.Maho, 1871
  • Paris: A.Choudens, 1877
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
(1891?) pour voix et orchestre
Arr. Gabriel Fauré
Lamento – Op.4, No.1, version orchestrale
  • 4
    4
    [Moderato?]
Orchestration avec chant de Gabriel Fauré, pour 2 flûtes, hautbois, basson, harpe, et cordes[69]'[70].
fa min
  • Paris, Concerts Lamoureux, Marcella Pregi, Charles Lamoureux (dir), 27 novembre 1892
  • Paris: J.Hamelle, 1895 ou 1896
(1898?) pour violoncelle et piano
ou
pour violon et piano
Arr. Cesare Casella
Lamento – Op.4, No.1, pour violoncelle (ou violon) et piano
  • 4
    4
    Andante. (3:30)
Arrangement pour violoncelle (ou violon) et piano, en mi bémol majeur de Cesare Casella (18??-1915)[71].
mi♭ maj
(av.1903?) pour piano
Arr. ?
Chanson du pêcheur (Lamento) – Op.4, No.1, mélodie transcrite pour piano
  • 4
    4
    [Moderato?]
Réduction pour piano.
  • Paris: J.Hamelle
(1941) pour voix, piano et cordes
Arr. Renée Philippart
Chanson du pêcheur – Op.4, No.1, pour chant, piano et quatuor à cordes
  • 4
    4
    [Moderato?]
Arrangement pour voix moyenne, piano et quatuor à cordes de Renée Philippart (1905-1993). Probablement une commande de Charles Panzera (1896-1976), célèbre baryton suisse qui a longtemps collaboré avec Gabriel Fauré[56].

→ No.2 du recueil de 1941 « 4 mélodies orchestrées ».

  • Paris: Charles Panzera (bar)?
  • Manuscrit envoyé en privé, 1941
  • Œuvre inédite?
036
Op.6 /2
(17)
1873 pour voix et piano
Tristesse – Op.6, No.2
  • 6
    8
    Andante. (2:15 à 3:10)
    « Avril est de retour, La première des roses,
    De ses lèvres mi-closes, Rit au premier beau jour »
Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Théophile Gautier (1811-1872). (La Comédie de la Mort: écrit et publié en 1838)[72].
Composée en ut mineur pour mezzo-soprano ou baryton, puis transcription en ré mineur pour soprano ou ténor.
Il existe un arrangement récent pour trompette et piano[2].

→ No.2 du recueil « Trois mélodies, Op.6 ».
→ No.13 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

ré min
–––––––
do min
  • Paris: Choudens, 1876
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
037
Op.6 /1
(16)
1873 pour voix et piano
Aubade – Op.6, No.1
  • 12
    8
    Allegretto moderato quasi andante. (1:35 à 2:20)
    « L'oiseau dans le buisson, A salué l'aurore
    Et d'un pâle rayon, L'horizon se colore »
Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après une poésie de Louis Pomey (1835-1901).
Composition en fa majeur pour mezzo-soprano ou baryton, puis transcription en sol majeur pour soprano ou ténor[73].
Il existe un arrangement pour clarinette et piano[74].

→ No.1 du recueil « Trois mélodies, Op.6 ».
→ No.12 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

sol maj
–––––––
fa maj
  • « à Madame Amélie Duez »
  • Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
038
Op.20
1864-1873 pour orchestre
Suite d'orchestre ou Symphonie en fa majeur – Op.20
Suite en fa majeur pour orchestre : 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 trompettes, 2 cors, timbales et cordes (violons I & II, altos, violoncelles et contrebasses)[75]'[76].
Le premier mouvement, est une orchestration de l'Allegretto de la « Symphonie No.1 » pour 2 pianos de 1870[58]. Le troisième mouvement, provient du « Gavotte pour piano » de 1869 et servira encore pour « Masques et bergamasques, Op.112 » en 1919. Le dernier mouvement est un recyclage de « l'Intermède symphonique » de 1869, qui est lui-même une reprise de « l'Allegro de symphonie » de 1864.
Seules les partitions des premier et troisième mouvements ont survécu. Néanmoins, l’œuvre existe au complet dans la version de 1878 pour orgue et cordes[77].
  • I. Allegro [symphonique] – (1870?)
    2
    4
    en fa majeur.
  • II. Andante
    3
    4
    en si bémol majeur ? (perdu)
  • III. Gavotte – (1869)
    2
    4
    , Allegro en fa majeur.
  • IV. Finale – (1864 & 1869)
    2
    4
    Allegro en fa majeur ? (perdu)
fa maj
  • Manuscrit No.3, 1873
  • Œuvre inédite
  • Mouvements II & IV perdus
038A
Op.20
(1878?) pour orgue et cordes
Arr. Gabriel Fauré
Suite d'orchestre ou Symphonie en fa majeur – Op.20, pour orgue et orchestre à cordes
Arrangement pour orgue et orchestre à cordes de la « Suite d'orchestre en fa majeur ». L'orgue remplace les vents[78]. (8:10)
  • I. Allegro
    2
    4
    en fa majeur. (2:40)
  • II. Andante
    3
    4
    en si bémol majeur. (1:40)
  • III. Gavotte
    2
    4
    Allegro en fa majeur. (2:30)
  • IV. Finale
    2
    4
    Allegro en fa majeur. (1:50)
fa maj
  • Manuscrit, 1878
  • Œuvre inédite
  • Ed. J.M.Nectoux & Robin Tait
038B
Op.68
(1895) pour piano à 4 mains
Arr. Léon Boëllmann
Allegro symphonique – Op.68, transcription à 4 mains
  • 2
    4
    [Allegro]. (6:25)
Réduction de Léon Boëllmann (1862-1897) du premier mouvement de la « Suite d'orchestre en fa majeur, Op.20 »[79].
fa maj
  • Paris: J.Hamelle, 1895
  • Paris: J.Hamelle, 1929
039
Op.10 /1
(19)
1863-1873 pour 2 voix et piano
Puisqu'ici-bas toute âme... – Op.10, No.1
  • 2
    4
    Allegretto moderato. (2:10 à 3:15)
    « Puisqu'ici-bas toute âme, Donne à quelqu'un
    Sa musique, sa flamme, Ou son parfum »
Duo pour deux sopranos (ou soprano et ténor) et piano, d'après un poème de Victor Hugo (1802-1885). (Les voix intérieures: No.11, écrit en 1836 et publié en 1837).
Composition en ut majeur, puis transcription en ré bémol majeur pour duo de voix élevées. Transcription en si bémol majeur pour duo de voix moyennes.
La musique est une reprise d'une composition d'enfance de Gabriel Fauré pour un opéra juvénile, datant de 1863[80].
Il y a des arrangements récents dont ceux pour 2 flûtes et piano[81], pour 2 violons et piano[82], pour 2 trompettes et piano[83].

→ No.1 du recueil « Deux duos, Op.10 ».

ré♭ maj
do maj
–––––––
si♭ maj
  • « à Mesdames Georges Chamerot et Alphonse Duvernoy »
  • Paris: Société Nationale de Musique, Claudie Chamerot (s), Marianne Viardot (s), Gabriel Fauré (p), 10 avril 1875
  • Paris: Choudens, 1879
  • Paris: J.Hamelle, 1887
040
Op.10 /2
(20)
1873 pour 2 voix et piano
Tarentelle – Op.10, No.2
  • 6
    8
    Allegro vivo. (2:25 à 2:40)
    « Au cieux la lune monte et luit,
    Il fait grand jour en plein minuit »
Duo pour deux sopranos (ou soprano et ténor) et piano, sur une poésie de Marc Monnier (1827-1885).
Composition en fa mineur[84].
Il existe des arrangements récents dont pour 2 flûtes et piano[85], pour 2 violons et piano[86] et pour 2 trompettes et piano[83].

→ No.2 du recueil « Deux duos, Op.10 ».

fa min
  • « à Madame Claudie Chamerot et Mademoiselle Marianne Viardot »
  • Paris: Société Nationale de Musique, Claudie Chamerot (s), Marianne Viardot (s), Gabriel Fauré (p), 10 avril 1875
  • Paris: Choudens, 1879
  • Paris: J.Hamelle, 1887
(1873?) pour violoncelle et piano
Arr. Gabriel Fauré?
Tarentelle – Op.10, No.2, pour violoncelle et piano
  • 6
    8
    [Allegro vivo?]
Arrangement pour un duo de violoncelle et piano, probablement par Gabriel Fauré[87].
  • Paris: J.Hamelle, 1929
(1880?) pour piano à 4 mains
Arr. Richard Kleinmichel
Tarentelle – Op.10, No.2, pour piano à quatre mains
  • 6
    8
    [Allegro vivo?]
Arrangement pour piano à 4 mains par Richard Kleinmichel (1846-1901)[88].
  • Paris: J.Hamelle
(1880) pour voix et orchestre
Arr. André Messager
Tarentelle – Op.10, No.2, chant avec accompagnement d'orchestre
  • 6
    8
    [Allegro vivo?]
Arrangement pour chant et orchestre symphonique par André Messager (1853-1929). Pour deux sopranos, flûte, hautbois, clarinette, 2 bassons, 4 cors, 2 trompettes, timbales, triangle, tambour et cordes (3 violons I, 3 violons II, 2 altos, 2 violoncelles, 2 contrebasses)[89].
  • Manuscrit, 1880
  • Œuvre inédite
041
Op.7 /3
(18)
1873
19 octobre
pour voix et piano
Barcarolle – Op.7, No.3
  • 6
    8
    Andante con moto / 6
    8
    Andante. (1:50 à 2:40)
    « Gondolier du Rialto, Mon château c'est la lagune
    Mon jardin c'est le Lido, Mon rideau le clair de lune »
Mélodie pour voix élevée et piano, d'après un poème de Marc Monnier (1827-1885). (Poésies: 2.Musiques, No.6, écrit en 1872 et publié en 1878).
Composée en sol mineur pour soprano ou ténor, puis transcrite en fa mineur pour mezzo-soprano ou baryton (Andante)[90].

→ No.3 du recueil « Trois mélodies, Op.7 ».
→ No.17 du « Premier recueil de mélodies » de 1879 et 1887.
→ No.20 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1908.

sol min
–––––––
fa min
  • Paris: A.Choudens, 1878
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 2 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
042
Op.8 /3
(21)
1874? pour voix et piano
Ici-bas ! – Op.8, No.3
  • 2
    4
    Andantino / 2
    4
    Adagio. (1:15 à 2:40)
    « Ici-bas! tous les lilas meurent,
    Tous les chants des oiseaux sont courts »
Mélodie pour voix moyenne et piano (pour mezzo-soprano ou baryton), d'après un poème de Sully Prudhomme (1839-1907). (Stances et Poèmes: 1.Stances, la vie intérieure, publié en 1866).
Composée en fa dièse mineur pour mezzo-soprano ou baryton, puis transcrite en sol mineur pour soprano ou ténor[91].

→ No.3 du recueil « Trois mélodies, Op.8 ».
→ No.20 du « Premier recueil de mélodies » de 1879 et 1887 puis No.19 pour celui de 1908.

sol min
–––––––
fa♯ min
  • « à Madame Georges Lecoq » (Mme Mac-Brid)
  • Paris: Société Nationale de Musique, Rose-Marguerite Baron (s), Gabriel Fauré (p), 12 décembre 1874
  • Paris: Choudens, 1877
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
043
sans Op.
1875
15 avril
pour piano
Cadence pour le premier Concerto pour piano, K 37, de W. A. Mozart
  • 4
    4
    Cadenza [Sans indication].
Cadence de Gabriel Fauré écrite en réalité d'après le premier mouvement de l'opéra de Hermann Friedrich Raupach (1728-1778), transcrit pour piano en fa majeur par Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791). Œuvre sans numéro d'opus et inédite[92].
  • Œuvre inédite
044
Op.12
1874-1875 pour chœur mixte et piano
Les djinns – Op.12, version pour chœur à quatre voix mixtes avec piano
  • 4
    4
    Allegro. (4:25)
    « Murs, ville Et port, Asile De mort,
    Mer grise Où brise La brise Tout dort »
Première composition en fa mineur, pour chœur mixte SATB et piano, d'après le célèbre poème de Victor Hugo (1802-1885). (Les Orientales: No.28)[93].
fa min
  • « à Eugène Baugnies »
  • Paris: Société Nationale de Musique, Gabriel Fauré (p), 22 avril 1876
044A
Op.12
1875

Révision:

fin 1898

pour chœur mixte et orchestre
Arr. Gabriel Fauré
Les djinns – Op.12, version pour chœur à quatre voix mixtes avec accompagnement d'orchestre
  • 4
    4
    Moderato. (4:05 à 4:30)
    « Murs, ville Et port, Asile De mort,
    Mer grise Où brise La brise Tout dort »
Orchestration définitive en fa mineur de l’œuvre, pour chœur mixte SATB et orchestre symphonique : 3 flûtes, 2 hautbois, 3 clarinettes, 2 bassons, 4 cors, 2 trompettes, 3 trombones, 1 tuba, timbales, percussions et cordes.
Seule la partie pour chœur est d'origine. La partition de l'orchestre a été perdue chez l'éditeur J.Hamelle, mais réécrite par Gabriel Fauré fin 1898[94]'[95].
fa min
  • Paris: Choudens, 1879
  • Manuscrit réécrit:
    Paris: J.Hamelle, 1898
045
Op.8 /1
(22)
1875
15 août
pour voix et piano
Au bord de l'eau – Op.8, No.1
  • 6
    8
    Andante quasi allegretto. (1:45 à 4:50)
    « S'asseoir tous deux au bord du flot qui passe, Le voir passer
    Tous deux, s'il glisse un nuage en l'espace, Le voir glisser »
Mélodie pour voix élevée et piano, d'après un poème de Sully Prudhomme (1839-1907). (Les vaines tendresses: No.4, écrit en 1872 et publié en 1878).
Composée en do dièse mineur pour soprano ou ténor, puis transcrite en do mineur pour mezzo-soprano ou baryton[96].
Il existe de nombreux arrangements récents dont un pour flûte et piano[30], pour 2 pianos, et pour 4 voix mixtes et piano[97].

→ No.1 du recueil « Trois mélodies, Op.8 ».
→ No.18 du « Premier recueil de mélodies » de 1879 et 1887 puis No.17 pour celui de 1908.

do♯ min
–––––––
do min
  • « à Madame Claudie Chamerot » (née Viardot)
  • Paris: Société Nationale de Musique, Marie-Louise de Miramont-Tréogate (ms), Gabriel Fauré (p), 19 janvier 1878
  • Paris: Choudens, 1877
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: Choudens, 1879
  • Recueil 1 (v1):
    Paris: J.Hamelle, 1887
  • Recueil 1 (v2):
    Paris: J.Hamelle, 1908
(av.1903) pour piano
Arr. ?
Au bord de l'eau – Op.8, No.1, mélodie transcrite pour piano
  • 6
    8
    [Andante quasi allegretto?]
Réduction pour piano qui figure dans les catalogues de l'éditeur dès 1903.
  • Paris: J.Hamelle
(1926?) pour 2 voix et piano
Arr. Omer Letorey
Au bord de l'eau – Op.8, No.1, pour deux voix et piano
  • 6
    8
    Andante quasi allegretto.
Duo pour soprano (ou ténor) et mezzo-soprano (ou baryton) avec piano. Transcription à 2 voix de la mélodie par Omer Letorey (1875-1938)[98].
do♯ min
(1927?) pour violon et piano
ou
pour violoncelle et piano
Arr. Ferdinando Ronchini
Au bord de l'eau – Op.8, No.1, pour violon ou violoncelle et piano
  • 6
    8
    [Andante quasi allegretto?]. (1:55 à 2:15)
Transcription de la mélodie pour violon (ou violoncelle) et piano par Ferdinando Ronchini (1865-1938)[99].
  • Paris: J.Hamelle, 1927
(1928?) pour piano et orchestre
Arr. Francis Salabert
Au bord de l'eau – Op.8, No.1, pour orchestre avec piano conducteur
  • 6
    8
    [Andante quasi allegretto?].
Arrangement pour orchestre et piano, par Francis Salabert (1884-1946)[100].
  • Paris: Ed.Salabert, 1928
046
Op.32
1865-1875 pour piano
Mazurka – Op.32
  • 3
    4
    Moderato. (5:45 à 8:05)
Pièce pour piano en si bémol majeur. Voir l'autre « mazurka » inédite de 1865 qui a pu servir de base de travail[101].

→ No.6 du recueil « Valses et Mazurka pour piano » de 1930.

si♭ maj
  • « à Mme Adèle Bohomoletz »
  • Paris: Société Nationale de Musique, Marie Bordes-Pène (p), 23 janvier 1886
  • Paris: J.Hamelle, 1883
  • Recueil:
    Paris: J.Hamelle, 1930
047
Op.33 /1
1875 pour piano
Nocturne No.1 – Op.33, No.1, en mi bémol mineur
  • 3
    4
    Lento. (5:55 à 8:45)
Pièce pour piano en mi bémol mineur[102].

→ No.1 du recueil « Trois nocturnes, Op.33 »
→ No.1 du recueil « Nocturnes pour piano » de 1903
→ No.1 du recueil « Nocturnes, piano » de 1921

mi♭ min
  • « à Marguerite Baugnies »
  • Paris: Société Nationale de Musique, Marie Jaëll (p), 21 février 1885
  • Paris: J.Hamelle, 1883
  • Recueil:
    Paris: J.Hamelle, 1903
  • Recueil:
    Paris: J.Hamelle, 1921
(1900-30?) pour orchestre de chambre
Arr. Gabriel Grovlez
Nocturne no 1 – Op.33, No.1, transcription pour flûte, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 cors et 2 bassons
  • 3
    4
    [Lento?]
Transcription pour musique de chambre, composée entre 1900 et 1930 par Gabriel Grovlez (1879-1944)[103].
mi♭ min
  • Paris: J.Hamelle, 1931
048
Op.13
1875-1876 pour violon et piano
Sonate pour violon et piano No.1 – Op.13, en la majeur
Duo pour violon et piano composé en la majeur, à Sainte-Adresse, en Normandie[104].
  • I. Allegro molto
    2
    2
    en la majeur. (5:40 à 10:20)
  • II. Andante
    9
    8
    en ré mineur. (5:30 à 8:45)
  • III. Allegro vivo
    2
    8
    en la majeur. (3:30 à 4:55)
  • IV. Finale: Allegro quasi presto
    6
    8
    en la majeur. (4:20 à 6:05)

→ No.1 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

la maj
  • Paris: Société Nationale de Musique, Marie Tayau (v), Gabriel Fauré (p), 27 juin 1877
049
Op.28
1877 pour violon et piano
Romance – Op.28, pour violon avec accompagnement de piano
  • 6
    8
    Andantino molto moderato. (3:55 à 8:40)
Duo pour violon et piano en si bémol majeur[105].

→ No.5 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

si♭ maj
    • Paris: Société Nationale de Musique, Arma Harkness (v), Gabriel Fauré (p), 3 février 1883
    (1896?) pour violon et orchestre
    Arr. Gabriel Fauré
    Romance – Op.28, pour violon avec accompagnement d'orchestre
    Transcription de la romance pour violon avec accompagnement d'orchestre, mais l’œuvre manuscrite qui a été archivée en 1896 chez J.Hamelle, probablement pour être louée, a été perdue et n'a jamais été publiée[105]'[106].
    • Œuvre inédite et perdue
    (1913) pour violon et orchestre
    Arr. Philippe Gaubert
    Romance – Op.28, pour violon et orchestre
    • 6
      8
      Andantino molto moderato. (5:50)
    Réorchestration avec violon par Philippe Gaubert (1879-1941) en 1913.
    si♭ maj
    • Paris: J.Hamelle, 1920
    050
    sans Op.
    1877 pour voix et orgue
    Ave Maria – pour deux soprani avec orgue
    • 4
      4
      [Allegretto moderato?]
      « Ave Maria gratia plena,
      Dominus tecum, dominus tecum »
    Cantate pour deux sopranos et orgue. Œuvre sans numéro d'opus. Elle sera réutilisée pour « l'Ave Maria, Op.93 », de 1906[107].
    si min?
    • Paris: Église de la Madeleine, Claudie Chamerot (s), Marianne Viardot (s), 30 mai 1877
    • Œuvre inédite
    051
    sans Op.
    1877 pour voix et orgue
    Libera me
    • 4
      4
      [Molto moderato?]
      « Libera me, Domine, de morte aeterna in die illa tremenda

      Quando coeli movendi sunt et terra »
    Motet pour baryton et orgue, sans numéro d'opus. Il sera repris pour le sixième mouvement de la « Messe de Requiem, Op.48 » de 1888.
    ré min?
    • Œuvre inédite
    052
    Op.7 /1
    (23)
    1877 pour voix et piano
    Après un rêve – Op.7, No.1
    • 3
      4
      Andantino. (1:35 à 3:25)
      « Dans un sommeil que charmait ton image,
      Je rêvais le bonheur, ardent mirage »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après une poésie toscane d'un auteur anonyme italien « Levati sol que la luna è levata », traduite par Romain Bussine (1830-1899).
    Composée en ut mineur pour mezzo-soprano ou baryton, puis transcrite en ré mineur pour soprano ou ténor ainsi qu'en si mineur pour alto ou baryton-basse[108].
    Il existe beaucoup d'arrangements récents dont : pour trompette et piano[2], pour clarinette et piano[74], pour flûte et piano[30], pour violoncelle et guitare[109] et pour chœur à 4 voix mixtes et piano[110].

    → No.1 du recueil « Trois mélodies, Op.7 ».
    → No.15 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

    ré min
    –––––––
    do min
    –––––––
    si min
    • « à Madame Marguerite Baugnies »
    • puis « à Madame de Saint-Marceaux » (Marguerite, remariée à René de Saint-Marceaux)
    • Paris, Société Nationale de Musique, Henriette Fuchs (s), Gabriel Fauré (p), 11 janvier 1879
    • Paris: Choudens, 1878
    • Recueil 1 (v1):
      Paris: Choudens, 1879
    • Recueil 1 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1887
    • Recueil 1 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (av.1903?) pour piano
    Arr. Arturo Luzzatti
    Après un rêve – Op.7, No.1, mélodie transcrite pour piano seul
    • 3
      4
      Andantino. (2:40 à 3:20)
    Réduction en si mineur pour piano par Arturo Luzzatti  (1875-1959). Elle figure dans les catalogues de l'éditeur dès 1903[111]'[112].
    si min
    • Paris: J.Hamelle, 1911
    (av.1909?) pour violon et piano
    Arr. Alberto Bachmann
    Après un rêve – Op.7, No.1, pour violon et piano
    • 3
      4
      [Andantino?]. (2:35 à 3:25)
    Transcriptions pour violon et piano par Alberto Bachmann (1875-1963)[113].
    Il existe aussi un arrangement récent pour violon ou alto et piano, de Roy Howat[114].
    • Paris: J.Hamelle, 1909 & 1911
    (av.1909?) pour violoncelle et piano
    Arr. Pablo Casals
    Après un rêve – Op.7, No.1, pour violoncelle et piano
    • 3
      4
      Andantino. (2:30 à 4:30)
    Transcriptions de la mélodie en ut mineur, pour violoncelle et piano par Pablo Casals (1876-1973)[115]'[116].
    do min
    • Paris: J.Hamelle, 1909 & 1911
    (1918)
    janvier
    pour voix et orchestre
    ou
    pour violoncelle et orchestre
    Arr. Henri Büsser
    Après un rêve – Op.7, No.1, arrangement pour orchestre
    • 3
      4
      [Andantino?]. (2:30 à 3:30)
    Orchestration en 1918 de Henri Büsser (1872-1973). Le manuscrit de la partie pour orchestre était en location chez J.Hamelle pour être jouée avec la partition pour voix moyenne de Gabriel Fauré.
    Par ailleurs, l’œuvre est également proposée par Henri Büsser avec la partie de violoncelle de Pablo Casals intégrée[117],[118].
    • Manuscrit, 1918
    • Paris: J.Hamelle, 1931
    (av.1932?) pour alto et piano
    Arr. Paul-Louis Neuberth
    Après un rêve – Op.7, No.1, pour alto et piano
    • 3
      4
      Andantino. (2:45)
    Transcription de la mélodie en ut mineur pour alto et piano, par Paul-Louis Neuberth (18??-19??)[119].
    do min
    • Paris: J.Hamelle, 1932
    (1934) pour piano, violon et violoncelle
    Arr. anonyme
    Après un rêve – Op.7, No.1, pour piano et trio à cordes
    • 3
      4
      [Andantino?]
    Transcription pour piano et trio à cordes: violon, violoncelle et contrebasse ad libitum[120].
    • Paris: J.Hamelle, 1934
    (av.1950?) pour contrebasse et piano
    Arr. Frederick Zimmermann
    Après un rêve – Op.7, No.1, pour contrebasse et piano
    • 3
      4
      Andantino. (3:30)
    Transcription de la mélodie en ut majeur pour contrebasse et piano, par Frederick Zimmermann  (1906-1967).
    do maj
    • New-York: IMC, 1950
    053
    Op.3 /2
    (24)
    1878? pour voix et piano
    Sérénade toscane – Op.3, No.2
    • 9
      8
      Andante con moto quasi allegretto. (2:15 à 3:00)
      « Ô toi que berce un rêve enchanteur,
      Tu dors tranquille en ton lit solitaire »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après une sérénade toscane d'un auteur anonyme italien « O tu che dormie riposata stai », traduite par Romain Bussine (1830-1899).
    Composée en si bémol mineur pour mezzo-soprano ou baryton, puis transcrite en ut mineur pour ténor ou soprano[121].
    Il existe des arrangements récents comme pour trompette et piano[34] et pour flûte et piano[122].

    → No.2 du recueil « Deux mélodies, Op.3 ».
    → No.6 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

    do min
    –––––––
    si♭ min
    • « à Madame la Baronne de Montagnac » (née de Rosalès)
    • Paris: Choudens, 1879
    • Recueil 1 (v1):
      Paris: Choudens, 1879
    • Recueil 1 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1887
    • Recueil 1 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1880?) pour voix, piano et violoncelle
    ou
    pour voix, piano et viole d'amour
    ou
    pour voix, piano et alto
    Arr. Gabriel Fauré?
    Sérénade toscane – Op.3, No.2, pour chant et piano avec accompagnement de violoncelle (ou viole d'amour ou alto)
    • 9
      8
      [Andante con moto quasi allegretto?]
    Transcription pour voix moyenne, violoncelle (ou viole d'amour ou alto) et piano. Probablement arrangé par Gabriel Fauré lors de la création du « premier quatuor pour piano et cordes, Op.15 » en 1880 avec Louis van Waefelghem à l'alto[123]'[124].
    • Paris: J.Hamelle, 1901
    (av.1903?) pour piano
    Arr. Albert Landry
    Sérénade toscane – Op.3, No.2, mélodie transcrite pour piano
    • 9
      8
      [Andante con moto quasi allegretto?]
    Réduction de la mélodie pour piano seul par Albert Landry (1866-1913). Elle figure dans les catalogues de l'éditeur dès 1903[125].
    • Paris: J.Hamelle, 1910
    (av.1926?) pour violoncelle et piano
    ou
    pour violon et piano
    Arr. Ferdinando Ronchini
    Sérénade toscane – Op.3, No.2, pour violoncelle ou violon et piano
    • 9
      8
      [Andante con moto quasi allegretto?]
    Transcription de la mélodie pour violoncelle (ou violon) et piano, par Ferdinando Ronchini (1865-1938)[126].
    • 1926
    (1937) pour ensemble à vents
    Arr. Percy Grainger
    Tuscan Serenade – Op.3, No.2, for wind ensemble
    • 9
      8
      Andante con moto quasi allegretto. (3:30 à 3:50)
    Orchestration de la mélodie pour ensemble à vents par Percy Grainger (1882-1961). Pour flûte, hautbois, 2 bassons, 3 clarinettes, clarinette alto, clarinette basse, saxophone soprano, 2 saxophones alto, saxophone ténor, saxophone baryton, saxophone basse, 3 cornets, 4 cors, 3 trombones, euphonium, tuba, contrebasse, harpe, piano et marimbas[127].
    si♭ min
    • England: G&M Brand, 1937
    054
    sans Op.
    1878 pour voix et orgue
    O salutaris
    • 3
      4
      [Moderato?]
      « O salutaris Hostia, Quæ cæli pandis ostium:
      Bella premunt hostilia, Da robur, fer auxilium »
    Pour voix et orgue. Œuvre perdue, sans numéro d'opus, probablement reprise pour le « O Salutaris, Op.47/1 » de 1887[128].
    si maj?
    • Arromanches, Église, été 1878
    • Œuvre inédite et perdue
    055
    Op.6 /3
    (25)
    1878 pour voix et piano
    Sylvie – Op.6, No.3
    • 3
      4
      Allegretto moderato. (2:05 à 2:20)
      « Si tu veux savoir ma belle, Où s'envole à tire d'aile,
      L'oiseau qui chantait sur l'ormeau? »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Paul de Choudens (1850-1925).
    Composée en fa majeur pour mezzo-soprano ou baryton, puis transcrite en la bémol majeur pour soprano ou ténor[129].
    Il existe des arrangements récents dont celui pour clarinette et piano[29].

    → No.3 du recueil « Trois mélodies, Op.6 ».
    → No.14 du « Premier recueil de mélodies » de 1879, 1887 et 1908.

    la♭ maj
    –––––––
    fa maj
    • « à Madame la Vicomtesse de Gironde » (Geneviève Desmoulins de Leybardie)
    • Paris: Société Nationale de Musique, Henriette Fuchs (s), Gabriel Fauré (p), 11 janvier 1879
    • Paris: Choudens, 1879
    • Recueil 1 (v1):
      Paris: Choudens, 1879
    • Recueil 1 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1887
    • Recueil 1 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    056
    Op.21
    (26-28)
    1878 pour voix et piano
    Poème d’un jour – Op.21
    Cycle de trois mélodie composées dès 1878 pour voix élevée et piano (dans un premier manuscrit) puis pour voix moyenne et piano dans la première édition de 1880, d'après des textes de Charles Grandmougin (1850-1930)[130].
    • « à Madame la Comtesse de Gauville »
    • Paris: Société Nationale de Musique, Mazalbert (Albert Mazel) (t), Gabriel Fauré (p), 22 janvier 1881
    • No.1:
      Paris: Durand, 1880
    • No.2:
      Paris: Durand, 1880
    • No.3:
      Paris: Durand, 1880
    • Londres: Metzler, 1897
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    • Rencontre – Op.21, No.1
      4
      4
      Andante. (1:50 à 2:30)
      « J'étais triste et pensif quand je t'ai rencontrée,
      Je sens moins aujourd'hui mon obstiné tourment »
    Première mélodie (26) composée en ré bémol majeur pour soprano ou ténor (manuscrit et édition), puis transcrite en si majeur pour baryton ou mezzo-soprano (édition)[131].
    Il y a des arrangements modernes dont celui pour trombone et piano[132].

    → No.4 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    ré♭ maj
    –––––––
    si maj
    • Toujours – Op.21, No.2
      4
      4
      Allegro con fuoco. (1:10 à 1:35)
      « Vous me demandez de ma taire, De fuir loin de vous pour jamais,
      Et de m'en aller, solitaire, Sans me rappeler qui j'aimais! »
    Seconde mélodie (27) composée en fa dièse mineur pour soprano ou ténor (manuscrit) et transcrite en mi mineur pour mezzo-soprano ou baryton (édition). Puis retranscription en fa mineur pour soprano ou ténor (édition)[133].
    Il existe des arrangements récents dont un pour clarinette et piano[134] et un pour flûte et piano[135].

    → No.5 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    fa♯ min
    fa min
    –––––––
    mi min
    • Adieu – Op.21, No.3
      4
      4
      Moderato. (1:35 à 2:40)
      « Comme tout meurt vite, la rose Déclose
      Et les frais manteaux diaprés Des prés »
    La dernière mélodie (28) a été composée en sol bémol majeur pour soprano ou ténor (manuscrit) puis transcrite en mi majeur pour mezzo-soprano ou baryton (édition) et enfin retranscrite en fa majeur pour soprano ou ténor (édition)[136].
    Il existe des arrangements récents dont ceux pour clarinette et piano[137] et pour flûte et piano[138].

    → No.6 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    sol♭ maj
    fa maj
    –––––––
    mi maj
    057
    Op.18 /1
    (29)
    1878 pour voix et piano
    Nell – Op.18, No.1
    • 4
      4
      Andante, quasi allegretto. (1:35 à 2:30)
      « Ta rose de pourpre, à ton clair soleil, Ô Juin, étincelle enivrée, »
      Penche aussi vers moi ta coupe dorée, Mon cœur à ta rose est pareil »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Leconte de Lisle (1818-1894) (Poésies complètes de Robert Burns (traduites de l'écossais), éditées en 1843).
    Composition en mi bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton, puis transcription en sol bémol majeur pour soprano ou ténor[139].
    Il existe des arrangements récents dont ceux pour chœur mixte et piano[140], pour clarinette et piano[74], pour flûte et piano[30] et pour trombone et piano[132].

    → No.1 du recueil « Trois mélodies, Op.18 ».
    → No.1 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    sol♭ maj
    –––––––
    mi♭ maj
    • Paris: Société Nationale de Musique, Henriette Fuchs (s), Gabriel Fauré (p), 29 janvier 1881
    • Paris: J.Hamelle, 1880
    • Londres: Metzler, 1896
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1924)
    1er décembre
    pour voix et orchestre
    Arr. François Rasse
    Nell – Op.18, No.1, pour chant et orchestre
    • 4
      4
      [Andante, quasi allegretto?]
    Orchestration en sol bémol majeur de François Rasse (1873-1955) réalisée à Bruxelles[141].
    sol♭ maj
    • Manuscrit: en location chez J.Hamelle, 1924
    058
    Op.18 /2
    (30)
    1878? pour voix et piano
    Le voyageur – Op.18, No.2
    • 3
      4
      Allegro moderato. (1:30 à 2:05)
      « Voyageur, où vas-tu, marchant Dans l'or vibrant de la poussière?
      Je m'en vais au soleil couchant, Pour m'endormir dans la lumière »
    Mélodie pour voix élevée et piano, d'après un poème d'Armand Silvestre (1837-1901).
    Composée en la mineur puis transcrite en sol mineur, pour soprano ou ténor. Transcription en fa mineur pour mezzo-soprano ou baryton puis en mi bémol majeur et ré mineur pour alto ou basse.
    Il existe des arrangements récents pour clarinette et piano[29] et pour chœur mixte à 4 voix et piano[142].

    → No.2 du recueil « Trois mélodies, Op.18 ».
    → No.2 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    la min
    sol min
    –––––––
    fa min
    –––––––
    mi♭ maj
    ré min
    • « à Emmanuel Jadin »
    • Paris: J.Hamelle, 1880
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1910-20?) pour voix et orchestre
    Arr. Édouard Mignan
    Le voyageur – Op.18, No.2, partition d'orchestre pour mezzo-soprano en fa mineur
    • 3
      4
      [Allegro moderato?]
    Orchestration pour mezzo-soprano en fa mineur de Édouard Mignan (1884-1969)[143].
    fa min
    • Manuscrit: en location chez J.Hamelle
    (1928) pour orchestre et piano
    Arr. Francis Salabert
    Le voyageur – Op.18, No.2, pour orchestre, avec piano conducteur
    • 3
      4
      [Allegro moderato?]
    Orchestration avec piano par Francis Salabert (1884-1946). Réalisé en 4 éditions : pour grand orchestre, orchestre moyen, second orchestre et quatuor[144].
    • Paris: Salabert, 1928
    059
    Op.18 /3
    (31)
    1878 pour voix et piano
    Automne – Op.18, No.3
    • 12
      8
      Andante moderato. (2:00 à 3:10)
      « Automne au ciel brumeux, aux horizons navrants
      Aux rapides couchants, aux aurores pâlies »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème d'Armand Silvestre (1837-1901).
    Composée en si mineur pour mezzo-soprano ou baryton. Transcriptions en ut dièse mineur pour soprano ou ténor et en la mineur pour contralto ou basse.
    Il existe des arrangements récents : un pour trombone et piano[132], un autre pour chœur mixte à 4 voix et piano[145].

    → No.3 du recueil « Trois mélodies, Op.18 ».
    → No.3 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    do♯ min
    –––––––
    si min
    –––––––
    la min
    • « à Mlle Alice Boissonnet » (De La Touche, cantatrice)
    • Paris: Société Nationale de Musique, Henriette Fuchs (s), Gabriel Fauré (p), 29 janvier 1881
    • Paris: J.Hamelle, 1880
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1924)
    Janvier
    pour voix et orchestre
    Arr. Henri Büsser
    Automne – Op.18, No.3, partition d'orchestre pour soprano en ut dièse mineur
    • 12
      8
      [Andante moderato?]
    Orchestration de la partie piano pour chant d'un soprano par Henri Büsser (1872-1973)[146].
    do♯ min
    • Manuscrit, 1924
    (1926?) pour violon et piano
    ou
    pour violoncelle et piano
    Arr. Ferdinando Ronchini
    Automne – Op.18, No.3, pour violon ou violoncelle et piano
    • 12
      8
      [Andante moderato?]
    Transcription de la mélodie pour violon (ou violoncelle) et piano par Ferdinando Ronchini (1865-1938)[147].
    • Paris: J.Hamelle, 1926
    (1928) pour orchestre et piano
    Arr. Francis Salabert
    Automne – Op.18, No.3, pour orchestre, avec piano conducteur
    • 12
      8
      [Andante moderato?]
    Orchestration avec piano par Francis Salabert (1884-1946)[148].
    • Paris: Salabert, 1928
    (av.1999) pour piano
    Arr. Émile Naoumoff
    Automne – Op.18, No.3, transcription pour piano solo
    • 12
      8
      Andante moderato.
    Réduction en si bémol mineur pour piano d'Émile Naoumoff (1962-).
    si♭ min
    • Paris: Van de Velde?
    060
    Op.15
    1876-1879
    Révision:
    1883
    pour piano et cordes
    Quatuor pour piano et cordes No.1, en ut mineur – Op.15
    Pièce pour piano, violon, alto et violoncelle en ut mineur. Le Finale a été réécrit dans une seconde version en 1883[149]. (29:00 à 34:00)
    • I. Allegro molto moderato
      3
      4
      en ut mineur (8:10 à 11:25)
    • II. Scherzo: Allegro vivo
      6
      8
      en mi bémol majeur (4:20 à 6:10)
    • III. Adagio
      2
      4
      en ut mineur (6:05 à 9:05)
    • IV. Finale: Allegro molto
      3
      4
      en ut mineur (7:20 à 8:50)

    → No.3 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

    do min
    • Version 1:
      Paris: Société Nationale de Musique, Ovide Musin (v), Louis van Waefelghem (alt), Ermanno Mariotti (vlc), Gabriel Fauré (p), 14 février 1880
    • Version 2:
      Paris: Société Nationale de Musique, Lucien Lefort (v), Bernis (alt), Jules Loëb (vlc), Gabriel Fauré (p), 5 avril 1884
    (1903?) pour 2 pianos
    Arr. Georges Humbert
    Premier quatuor en ut mineur – Op.15, pour deux pianos à quatre mains
    Transcription pour deux pianos à 4 mains du quatuor par Georges Humbert (1870-1936). Réduction de la partie des cordes pour un premier piano, suivi du second jouant la partition d'origine pour piano[150].
    do min
    • Paris: J.Hamelle, 1903
    (1917?) pour piano à 4 mains
    Arr. G. Ziégler
    Premier quatuor en ut mineur – Op.15, pour piano à quatre mains
    Réduction pour piano à 4 mains du quatuor par G. Ziégler[151].
    do min
    • Paris: J.Hamelle, 1917
    (1928-29?) pour orchestre et piano
    Arr. Francis Salabert
    Premier quatuor en ut mineur – Op.15, pour orchestre avec piano
    • Extrait No.1:
      Allegro molto moderato
      3
      4
      en ut mineur.
    • Extrait No.2:
      Scherzo: Allegro vivo
      6
      8
      en mi bémol majeur.
    Orchestration avec piano conducteur par Francis Salabert (1884-1946) des deux premiers mouvements. Pas de certitude pour les deux derniers[152]'[153].
    do min
    • No.1:
      Paris: J.Hamelle, 1929
    • No.2:
      Paris: J.Hamelle, 1928
    (1931?) pour piano
    Arr. J.M. Ferrier
    Adagio du Premier quatuor en ut mineur – Op.15, No.3, pour piano à 2 mains
    • Adagio2
      4
      en ut mineur.
    Réduction pour piano de l'Adagio du quatuor par J.M. Ferrier[154].
    do min
    • Paris: J.Hamelle, 1931
    061
    Op.16
    1878-1879 pour violon et piano
    ou
    pour violoncelle et piano
    Berceuse – Op.16
    • 6
      8
      Allegro moderato. (3:05 à 7:40)
    Duo pour violon (ou violoncelle) et piano en ré majeur[155].
    Il existe de nombreux arrangements dont les récents: pour trompette et piano[2], pour saxophone alto et piano[156], pour clarinette et piano[157], pour violoncelle et guitare[158], pour flûte et piano[159], pour quatuor à cordes[160], pour trio de flûtes, et pour flûte et harpe.

    → No.7 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

    ré maj
    • « à Mme Hélène Depret »
    • Paris: Société Nationale de Musique, Ovide Musin (v), Gabriel Fauré (p), 14 février 1880
    (1880) pour violon et orchestre
    ou
    pour violoncelle et orchestre
    Arr. Gabriel Fauré
    Berceuse – Op.16, pour violon solo (ou violoncelle solo) avec accompagnement d'orchestre
    • 6
      8
      Allegro moderato. (3:30 à 5:25)
    Orchestration de Gabriel Fauré pour violon solo et orchestre: flûte, clarinette, cor et cordes (violons I. et II. alto, violoncelle et contrebasse[161].
    ré maj
    • Manuscrit, 1880
    • Paris: J.Hamelle, 1898
    (1883?) pour piano
    Arr. Albert Benfeld (Albert Kopff)
    Berceuse – Op.16, transcription pour piano
    • 6
      8
      [Allegro moderato?]
    Transcription pour piano par Albert Kopff (1846-1907) connu sous le pseudonyme d' Albert Benfeld[162].
    Il existe aussi l'arrangement récent, pour piano solo, de Péter Nagy et Zoltan Jeney[163].
    • Paris: J.Hamelle, 1883
    (av.1900?) pour harmonium
    Arr. H.P. Toby
    Berceuse – Op.16, transcrite pour harmonium
    • 6
      8
      [Allegro moderato?]
    Transcription pour harmonium par H.P. Toby (18??-19??)[164].
    • Paris: J.Hamelle, 1900
    (av.1903) pour piano à 4 mains
    Arr. Arturo Luzzatti
    Berceuse pour violon – Op.16, transcrite pour piano à quatre mains
    • 6
      8
      [Allegro moderato?]
    Arrangement pour piano à 4 mains d'Arturo Luzzatti  (1875-1959)[165].
    • Paris: J.Hamelle
    (1904?) pour piano et flûte
    ou
    pour piano et hautbois
    Arr. Gabriel Fauré?
    Berceuse – Op.16, pour piano et flûte (ou hautbois)
    • 6
      8
      [Allegro moderato?]. (3:10)
    Transcription pour piano et flûte (ou hautbois) probablement par Gabriel Fauré[166].
    • Paris: J.Hamelle, 1904
    (1907?) pour alto et piano
    Arr. René Pollain
    Berceuse – Op.16, transcription pour alto (avec piano)
    • 6
      8
      Allegro moderato.
    Partie pour alto transcrite par René Pollain (1882-1940) d'après la version pour violon et piano[167].
    ré maj
    (1907?) pour violoncelle et piano
    Arr. Youro Tkaltchitch
    Berceuse – Op.16, transcription pour violoncelle (avec piano)
    • 6
      8
      [Allegro moderato?]. (3:20)
    Partie pour violoncelle, transcrite par Youro Tkaltchitch (1877-1957).
    (1927?) pour violon, orchestre et piano
    ou
    pour violoncelle, orchestre et piano
    Arr. Francis Salabert
    Berceuse – Op.16, pour violon solo (ou violoncelle solo ad lib.), avec accompagnement d'orchestre et piano conducteur
    • 6
      8
      [Allegro moderato?]
    Orchestration avec violon (ou violoncelle), orchestre (de brasserie?) et piano conducteur par Francis Salabert (1884-1946). Réalisé en 3 éditions : pour grand orchestre, orchestre moyen et second orchestre[168].
    • Paris: Salabert, 1927
    (1936?) pour orgue
    Arr. Édouard Commette
    Berceuse – Op.16, transcription pour orgue
    • 6
      8
      [Allegro moderato?]
    Transcription pour orgue seule par Édouard Commette (1883-1967)[169].
    • Paris: J.Hamelle, 1936
    062
    Op.14
    1878-1879 pour violon et orchestre
    Concerto pour violon et orchestre – Op.14, en ré mineur
    Œuvre pour violon et orchestre. Le premier mouvement a été réutilisé pour « l'Allegro du Quatuor à cordes, Op.121 » de 1924. Pour violon solo, 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 4 cors, 2 trompettes, 3 trombones, timbales et cordes (violons I. & II, alto, violoncelle et contrebasse).
    Le second mouvement est perdu, il semble avoir été utilisé pour « l'Andante pour violon, Op.75 » de 1897. Le dernier mouvement a rapidement été abandonné, il ne reste que quelques brouillons[170].
    • I. Allegro
      4
      4
      en ré mineur. (15:15 à 17:00)
    • II. Andante – [perdu]
    • III. Finale – [abandonné]
    ré min
    • Manuscrit, 1879
    • Œuvre inédite
    • Rome: P.Spada, 1985
    • No.2: perdu
    • No.3: abandonné
    063
    Op.19
    1877-1879

    automne

    pour piano
    Ballade – Op.19
    • 4
      4
      Andante cantabile, en fa dièse majeur. (12.05 à 17:15)
    Ballade instrumentale pour piano, en un seul mouvement et en fa dièse majeur. Originellement conçue en trois morceaux[171].
    • [I. Andante cantabile]
      4
      4
      en fa dièse majeur. (2:55)
    • [II. Allegro]
      4
      4
      en mi bémol mineur. (7:30)
    • [III. Andante]
      6
      8
      en fa dièse majeur. (5:15)
    fa♯ maj
    • Paris: Société Nationale de Musique, Marie Jaëll (p), 21 février 1885
    (1881)
    avril
    pour piano et orchestre
    Arr. Gabriel Fauré
    Ballade – Op.19, pour piano avec accompagnement d'orchestre
    • 4
      4
      Andante cantabile, en fa dièse majeur.
    Partition d'orchestre de Gabriel Fauré d'avril 1881. Concerto pour piano solo et orchestre: 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 cors et cordes (violons I. & II, altos, violoncelles et contrebasses)[172].
    fa♯ maj
    • Paris: Société Nationale de Musique, Gabriel Fauré (p), Édouard Colonne (dir), 23 avril 1881
    (1900?) pour deux piano
    Arr. Isidor Philipp
    Ballade – Op.19, réduction pour deux pianos
    • 4
      4
      Andante cantabile.
    Réduction de la partie de l'orchestre pour un second piano, par Isidor Philipp (1863-1958), à jouer avec la partition initiale de Gabriel Fauré[173].
    fa♯ maj
    064
    Op.23 /1
    (32)
    1879 pour voix et piano
    Les berceaux – Op.23, No.1
    • 12
      8
      Andante. (2:05 à 4:10)
      « Le long du Quai, les grands vaisseaux,
      Que la houle incline en silence »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Sully Prudhomme (1839-1907). (Stances et Poèmes: 1.Stances, 4.Mélanges, No.16: Le long du quai, publié en 1866).
    Composée en si bémol mineur pour baryton et mezzo-soprano, puis transcrite en ut mineur pour soprano ou ténor[174].
    Il existe des arrangements récents dont deux pour 4 voix mixtes et piano[97]'[175], pour flûte et piano[135], pour clarinette et piano[134].

    → No.1 du recueil « Trois mélodies, Op.23 ».
    → No.7 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    do min
    –––––––
    si♭ min
    • « à Mlle Alice Boissonnet » (De La Touche, cantatrice)
    • Paris: Société Nationale de Musique, Jane Huré (s), Gabriel Fauré (p), 9 décembre 1882
    • Paris: J.Hamelle, 1881
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (av.1903?) pour piano
    Arr. Luigi Luzzatti
    Les berceaux – Op.23, No.1, mélodie transcrite pour piano seul
    • 12
      8
      [Andante?]
    Réduction pour piano par Luigi Luzzatti (1841-1927). Elle figure dans les catalogues de l'éditeur dès 1903[176].
    Il existe également la réduction pour piano solo d'Émile Naoumoff (1962-) éditée en 1999.
    • Paris: J.Hamelle, 1914
    (1904?) pour violon et piano
    ou
    pour violoncelle et piano
    Arr. Cornelis Liégeois
    Les berceaux – Op.23, No.1, pour violoncelle (ou violon) avec accompagnement de piano
    • 12
      8
      [Andante?]
    Transcription de la mélodie pour violon ou violoncelle et piano par Cornelis Liégeois (1860-1921)[177].
    • Paris: J.Hamelle, 1904
    (1942) pour voix et orchestre
    Arr. Raoul Brunel
    Les berceaux – Op.23, No.1, mélodie orchestrée avec mezzo
    • 12
      8
      [Andante?]
    Orchestration de la partie pour piano par Raoul Brunel (1864-1944) pour accompagnement du chant pour mezzo-soprano[178].
    • Manuscrit, 1942, en location chez J.Hamelle
    (1955?) pour chœur mixte et piano
    Arr. Aimé Steck
    Les berceaux – Op.23, No.1, harmonisation pour quatre voix mixtes, a cappella ou avec piano
    • 12
      8
      [Andante?]
    Transcription par Aimé Steck (1892-1966) pour chœur mixte SATB de la partie chantée seule. À jouer avec la partie pour piano ou sans, a cappella[179].
    • Paris: J.Hamelle, 1955
    065
    Op.23 /2
    (33)
    1879? pour voix et piano
    Notre amour – Op.23, No.2
    • 6
      8
      Allegretto. (1:35 à 2:10)
      « Notre amour est chose légère,
      Comme les parfums que le vent »
    Mélodie pour voix élevée et piano, d'après un poème de Armand Silvestre (1837-1901). (Les ailes d'or: Poésies nouvelles, 5.Vers pour être chantés, No.14, publié en 1880).
    Composée en mi majeur pour soprano ou ténor, puis transcrite en ré majeur pour mezzo-soprano ou baryton[180].

    → No.2 du recueil « Trois mélodies, Op.23 ».
    → No.8 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    mi maj
    –––––––
    ré maj
    • « à Madame Castillon »
    • Paris: J.Hamelle, 1882
    • Londres: Metzler, 1897
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1923)
    Décembre
    pour voix et orchestre
    Arr. Henri Büsser
    Notre amour – Op.23, No.2, partition d'orchestre pour soprano en mi majeur
    • 6
      8
      [Allegretto?]
    Orchestration de la partie piano en accompagnement d'un soprano par Henri Büsser (1872-1973)[181]'[182].
    mi maj
    • Manuscrit, 1923, en location chez l'éditeur
    • Paris: J.Hamelle, 1924?
    (1928?) pour piano et orchestre
    Arr. Francis Salabert
    Notre amour – Op.23, No.2, pour orchestre avec piano conducteur
    • 6
      8
      [Allegretto?]
    Arrangement pour orchestre (de brasserie?) et piano, par Francis Salabert (1884-1946)[183].
    • Paris: Ed.Salabert, 1928
    066
    [Op.69]
    1878-1879? pour orgue et violoncelle
    Andante, en la majeur – pour orgue et piano
    • 4
      4
      Andante. (4:30)
    Première version manuscrite pour violoncelle et orgue de la « Romance, Op.69 » de 1894 arrangée pour violoncelle et piano. Selon d'autres sources, la composition daterait plutôt de 1880 à 1890[184]'[185].

    → Voir la version définitive « Romance, Op.69 ».

    la maj
    • Œuvre inédite
    067
    Op.24
    1880 pour violoncelle et piano
    Élégie – pour violoncelle et piano, Op.24
    • 4
      4
      Molto adagio. (6:00 à 8:00)
    Duo en ut mineur, pour violoncelle et piano, transcrit par la suite pour violon et piano puis pour violoncelle et orchestre[186].
    Il existe de nombreux arrangements récents dont ceux pour cor et piano[187], pour trombone et piano[188], pour trompette et piano[189], pour saxophone alto et piano[190], pour violoncelle solo et septuor de violoncelles[191], pour contrebasse et piano[192].

    → No.8 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

    do min
    • « à M. Jules Loëb »
    • Paris: Société Nationale de Musique, Jules Loëb (vlc), Gabriel Fauré (p), 15 décembre 1883
    (1880?) pour violon et piano
    Arr. Gabriel Fauré
    Élégie – Op.24, transcription pour violon et piano
    • 4
      4
      Molto adagio.
    Duo en ut mineur, transcrit pour violon et piano par l'auteur.
    do min
    • « à M. Jules Loëb »
    (av.1903?) pour piano
    Arr. Arturo Luzzatti
    Élégie pour violoncelle – Op.24, transcription pour piano
    • 4
      4
      [Molto adagio?]
    Réduction pour piano d'Arturo Luzzatti  (1875-1959), qui figure dans les catalogues de l'éditeur dès 1903[193].
    • Paris: J.Hamelle, 1903
    (1895) pour violoncelle et orchestre
    Arr. Gabriel Fauré
    Élégie – Op.24, pour violoncelle (ou violon) avec accompagnement d'orchestre
    • 4
      4
      Molto adagio. (5:20 à 8:10)
    Concerto en ut mineur de Gabriel Fauré en 1895 pour violoncelle solo (ou violon solo) et accompagnement d'orchestre: 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 4 cors et cordes[194].
    do min
    • Paris: Société Nationale de Musique, Pablo Casals (vlc), Gabriel Fauré (dir), 26 avril 1901
    (1936?) pour voix et piano
    Arr. Edgard Hamelle
    Élégie – Op.24, arrangée pour chant avec accompagnement de piano
    • 4
      4
      [Molto adagio?]
    Transformation en mélodie pour voix et piano par Edgard Hamelle (18??-1956), sur des textes anglais de Margaret E.Rands (pas de version française?)[195]'[196].
    • Paris: J.Hamelle, 1936
    068
    sans Op.
    1880? pour chœur, orgue et contrebasse
    Benedictus
    • 3
      4
      Andante
      « Benedictus, Benedictus, qui venit in nomine Domini
      ,
      Benedictus, Benedictus, qui venit in nomine Domini »
    Œuvre pour chœur mixte SATB, orgue et contrebasse, en si bémol majeur. Pas de numéro d'opus[197].
    si♭ maj
    • Manuscrit, 1880
    • Œuvre inédite
    • Stuttgart: C.Verlag, 1999
    069
    Op.23 /3
    (34)
    1880-1881

    6 juillet

    pour voix et piano
    Le secret – Op.23, No.3
    • 2
      4
      Adagio. (1:50 à 3:00)
      « Je veux que le matin l'ignore, Le nom que j'ai dit à la nuit,
      et qu'au vent de l'aube, sans bruit, Comme une larme il s'évapore »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème d'Armand Silvestre (1837-1901).
    Composée en ré bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton, puis transcrite en fa majeur (puis mi bémol majeur) pour soprano ou ténor. Transcription en ut majeur pour alto ou basse[198].
    Il existe quelques arrangements récents dont pour violoncelle, piano et orgue[199], pour chœur à 4 voix mixtes et piano[200], pour flûte et piano[138].

    → No.3 du recueil « Trois mélodies, Op.23 ».
    → No.9 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    fa maj
    mi♭ maj
    –––––––
    ré♭ maj
    –––––––
    do maj
    • « à Mlle Alice Boissonnet » (De La Touche, cantatrice)
    • Paris: Société Nationale de Musique, André Quirot (b), Gabriel Fauré (p), 6 janvier 1883
    • Paris: J.Hamelle, 1881
    • Londres: Metzler, 1897
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1924?) pour voix et orchestre
    Arr. François Rasse
    Le secret – pour soprano et orchestre
    • 2
      4
      [Adagio?]
    Orchestration en mi bémol majeur avec soprano de François Rasse (1873-1955), peut-être commandée par J.Hamelle vers 1924 avec l'orchestration de « Nell »[201].
    mi♭ maj
    • Manuscrit: en location chez J.Hamelle
    070
    sans Op.
    1881 pour voix, harmonium et violon
    Messe des pêcheurs de Villerville
    Première version d'une messe pour « l'Association des Pêcheurs de Villerville », pour chœur de femmes SSA, solistes, harmonium et accompagnement de violon solo. Collaboration entre André Messager (1853-1929) qui a composé les mouvements 1 et 4, et Gabriel Fauré, qui a composé les mouvements 2, 3 et 5[202].
    • I. Kyrie. (Messager)
      3
      4
      Moderato.
    • II. Gloria. (Fauré)
      2
      4
      Allegro moderato.
    • III. Sanctus. (Fauré)
      4
      4
      Andante.
    • IV. O salutaris. (Messager)
      2
      4
      Andante.
    • V. Agnus Dei. (Fauré)
      2
      4
      Andante.
    mi♭ maj
    • Calvados: Église de Villerville, 4 septembre 1881
    • Œuvre inédite
    070A
    sans Op.
    (1882) pour voix et orchestre de chambre
    Arr. André Messager et Gabriel Fauré
    Messe des pêcheurs de Villerville – pour petit orchestre
    Seconde version de la messe, toujours pour chœur de femmes et solistes, orchestrée par André Messager (1853-1929), sauf pour le 5e mouvement, orchestré par Gabriel Fauré.
    Pour chœur de femmes SSA, flûte, hautbois, clarinette, harmonium et cordes (violons I. & II, altos, violoncelles et contrebasses)[202].
    • I. Kyrie. (Arr. Messager)
      3
      4
      Moderato. (4:00 à 4:50)
    • II. Gloria [Benedictus]. (Arr. Messager)
      2
      4
      Allegro moderato. (4:30)
    • III. Sanctus. (Arr. Messager)
      4
      4
      Andante. (1:50)
    • IV. O salutaris. (Arr. Messager)
      2
      4
      Andante. (2:30 à 2:55)
    • V. Agnus Dei. (Arr. Fauré)
      2
      4
      Andante. (2:40)

    → Voir en 1906, une troisième et dernière version pour orgue : la « Messe basse », composée de 4 mouvements, tous écrits par Fauré.

    mi♭ maj
    • Calvados: Église de Villerville, 10 septembre 1882
    • Manuscrit, 1882
    • Œuvre inédite
    • Paris: Heugel, 2001
    (av.2001?) pour voix et piano
    Arr. Odette Gartenlaub
    Messe des pêcheurs de Villerville – pour chant et piano
    Réduction pour chœur de femmes SA et piano de la messe par Odette Gartenlaub (1922-2014). Pas de date précise de composition mais publiée avec l'édition de la seconde version de la messe, en 2001, par Heugel[203]'[204].
    mi♭ maj
    • Paris: Heugel, 2001
    071
    Op.33 /2
    1881 pour piano
    Nocturne No.2, en si majeur – Op.33, No.2
    • 4
      4
      Andantino espressivo. (4:55 à 6:30)
    Pièce pour piano en si majeur[205].

    → No.2 du recueil « Trois nocturnes, Op.33 »
    → No.2 du recueil « Nocturnes pour piano » de 1903
    → No.2 du recueil « Nocturnes, piano » de 1921

    si maj
    • « à Mme Louise Guyon »
    • Paris: J.Hamelle, 1883
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1903
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1921
    072
    Op.25
    1881 pour piano
    Impromptu No.1, en mi bémol majeur – Op.25
    • 6
      8
      Allegro ma non troppo. (3:40 à 5:10)
    Pièce pour piano en mi bémol majeur[206].

    → No.1 du recueil « Impromptus. Piano » de 1909.
    → No.7 du recueil « Six Barcarolles et cinq Impromptus pour piano » de 1926.

    mi♭ maj
    • Paris: J.Hamelle, 1881
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1909
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1926
    073
    Op.26
    1880-1881? pour piano
    Barcarolle No.1, en la mineur – Op.26
    • 6
      8
      Allegretto moderato. (3:45 à 5:30)
    Pièce pour piano en la mineur[207].
    Il existe plusieurs arrangements récents pour instrument solo (flûte, hautbois, clarinette, saxophone soprano ou alto, basson) et piano[208].

    → No.1 du recueil « Six Barcarolles et cinq Impromptus pour piano » de 1926.

    la min
    • Paris: J.Hamelle, 1881
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1926
    074
    Op.22
    (35)
    1881? pour chœur, solo et piano
    ou
    pour 2 voix et piano
    Le ruisseau – Op.22
    • 4
      4
      Andante moderato. (3:30 à 4:05)
      « Au bord du clair ruisseau Croît la fleur solitaire
      Dont la corolle brille au milieu des roseaux »
    Mélodie en mi bémol majeur pour chœur SA et mezzo-soprano solo et piano[209] (ou duo avec soprano et alto accompagnées d'un piano) sur le poème d'un auteur anonyme[210].
    Il existe un arrangement pour chœur et harpe.
    mi♭ maj
    • « à Madame Pauline Roger » (professeur de chant et mère de Thérèse Roger, une amie et élève de Fauré)
    • Paris: Société Nationale de Musique, Pauline Roger (dir chœur), Gabriel Fauré? (p), 14 janvier 1882
    (1881?) pour 2 voix, 2 flûtes et cordes
    Arr. Gabriel Fauré?
    Le ruisseau – Op.22, chœur à deux voix avec accompagnement de deux flûtes et quintette à cordes
    • 4
      4
      [Andante moderato?]
    Arrangement pour chœur de femme accompagné de deux flûtes et quintette à cordes, probablement de Gabriel Fauré. Œuvre perdue.
    • Paris: Société Nationale de Musique, 2 avril 1887
    • Œuvre inédite et perdue
    075
    Op.27 /1
    (36)
    1882 pour voix et piano
    Chanson d'amour – Op.27, No.1
    • 4
      4
      Allegro moderato / 4
      4
      Andantino. (1:40 à 2:35)
      « J'aime tes yeux, j'aime ton front, Ô ma rebelle, ô ma farouche
      J'aime tex yeux, j'aime ta bouche, Où mes baisers s'épuiseront »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème d'Armand Silvestre (1837-1901). (Le pays de roses: Poésies nouvelles 1880-1882, 1.Vers pour être chantés).
    Composée en fa majeur pour mezzo-soprano ou baryton, puis transcrite en sol majeur (Andantino) pour soprano ou ténor[211].
    Il existe des arrangements récents pour chœur de femmes et piano[212] ou chœur mixte et piano[213] et pour flûte et piano[122].

    → No.1 du recueil « Deux mélodies, Op.27 ».
    → No.10 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    sol maj
    –––––––
    fa maj
    • « à Mademoiselle Jane Huré »
    • Paris: Société Nationale de Musique, Jane Huré (s), Gabriel Fauré (p), 9 décembre 1882
    • Paris: J.Hamelle, 1882
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1925?) pour piano et orchestre
    Arr. Francis Salabert
    Chanson d'amour – pour orchestre avec piano conducteur
    • 4
      4
      [Allegro moderato?]
    Orchestration avec piano, par Francis Salabert (1884-1946)[214]'[215].
    • Paris: Ed.Salabert, 1925, 1928
    076
    Op.27 /2
    (37)
    1882 pour voix et piano
    La fée aux chansons – Op.27, No.2
    • 2
      4
      Allegretto vivo. (1:35 à 2:30)
      « Il était une Fée, D'herbe folle coiffée,
      Qui courait les buissons, Sans s'y laisser surprendre »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème d'Armand Silvestre (1837-1901). (Les ailes d’or: Poésies nouvelles 1878-1880, 5.Vers pour être chantés, No.31, publié en 1880).
    Composition en ré majeur pour mezzo-soprano ou baryton, puis transcription en fa majeur pour ténor ou soprano[216].

    → No.2 du recueil « Deux mélodies, Op.27 ».
    → No.11 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    fa maj
    –––––––
    ré maj
    • « à Madame Edmond Fuchs » (cantatrice et professeur de chant)
    • Paris: Société Nationale de Musique, Maurice Bagès de Trigny (t), Gabriel Fauré (p), 12 mai 1888
    • Paris: J.Hamelle, 1883
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    077
    Op.29
    1882
    16 septembre
    pour 4 voix, chœur et 3 pianos
    ou
    pour 4 voix et piano solo
    La naissance de Vénus – Scène mythologique, Op.29
    Cantate mythologique pour solistes (soprano, mezzo, ténor et basse), chœur mixte SATB et trois pianos, sur une poésie de Paul Collin (1843−1915).
    l’œuvre a été réduite pour l'édition de 1883, pour solistes et piano solo[217]'[218]. (24:00)
    • I. Introduction: Andante
      4
      4
      en ré majeur. (3:00)
    • II. Recitativo
      4
      4
      en ré majeur. (8:00)
      « O mes sœurs, blanches Néréides, Jusqu'en nos demeures humides
      Quel frisson de tendresse est soudain parvenu ? »
    • III. Andante
      4
      4
      en ut majeur. (6:00)
      « Vénus ! Vénus ! C'est Jupiter lui-même
      Qui t'appelle sur le Trône d'azur de l'Olympe sacré »
    • IV. Allegro moderato
      4
      4
      en ut majeur. (7:00)
      « Salut à toi, déesse blonde, Reine du monde
      Salut à toi, Reine du monde, Gloire à toi ! »
    ré maj
    • « à M. Antonin Guillot de Sainbris »
    • Paris: chœur de la Société Chorale d'Amateurs, André Quirot (b), Gabriel Fauré (p), César Franck (p), M. Maton (p), Antonin Guillot de Sainbris (dir), 8 mars 1883
    • Paris: Société Nationale de Musique, Chœur Guillot de Sainbris, Mme Castillon, Mme Storm, Numa Auguez (bar), M Dupas (t), les mêmes aux pianos?, 3 avril 1886
    (1882) pour chœur et piano
    Arr. Gabriel Fauré
    Les Néréides – extrait de « La Naissance de Vénus », Op. 29, réduction pour chant et piano
    Réduction pour chœur à 2 voix de femmes et piano[219].
    • Paris: J.Hamelle, 1937
    077A
    Op.29
    (1895) pour 4 voix, chœur et orchestre
    Arr. Gabriel Fauré
    La naissance de Vénus – Scène mythologique, Op.29, pour soli, chœurs et orchestre
    Orchestration de la cantate avec solistes, chœur SATB et orchestre symphonique : 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 4 cors, 2 trompettes, 3 trombones, timbales, 2 harpes et cordes[217].
    • I. Introduction: Andante
      4
      4
      en ré majeur. (3:00)
    • II. Recitativo
      4
      4
      en ré majeur. (8:00)
    • III. Andante
      4
      4
      en ut majeur. (6:00)
    • IV. Allegro moderato
      4
      4
      en ut majeur. (6:50)
    ré maj
    • (aucune puis en 1898) « à M. Sigmond Bardac »
    • Paris: J.Hamelle, 1895
    • Londres: Ed. Adela Maddison (eng.), 1898
    078
    Op.30
    1882? pour piano
    Valse-caprice No.1, en la majeur – Op.30
    • 3
      4
      Allegro moderato. (6:25 à 8:15)
    Valse pour piano en la majeur[220].

    → No.1 du recueil « Valses et Mazurka pour piano » de 1930.

    la maj
    • « à Mademoiselle Alex. Milochevitch »
    • Paris: J.Hamelle, 1883
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1930
    079
    Op.31
    1883
    mai
    pour piano
    Impromptu No.2, en fa mineur – Op.31
    • 6
      8
      Allegro. (3:20 à 4:45)
    Pièce pour piano en fa mineur[221].

    → No.8 du recueil « Six Barcarolles et cinq Impromptus pour piano » de 1926.

    fa min
    • « à Mademoiselle Sacha de Regina »
    080
    Op.33 /3
    1883 pour piano
    Nocturne No.3, en la bémol majeur – Op.33, No.3
    • 3
      4
      Andante con moto. (3:30 à 5:20)
    Pièce pour piano en la bémol majeur[222].

    → No.3 du recueil « Trois nocturnes, Op.33 ».
    → No.3 du recueil « Nocturnes pour piano » de 1903.
    → No.3 du recueil « Nocturnes, piano » de 1921.

    la♭ maj
    • « à Mme Adèle Bohomoletz »
    • Paris: Société Nationale de Musique, Marie Bordes-Pène (p), 23 janvier 1886
    • Paris: J.Hamelle, 1883
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1903
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1921
    081
    Op.34
    1883 pour piano
    Impromptu No.3, en la bémol majeur – Op.34
    • 2
      4
      Allegro. (3:45 à 6:00)
    Pièce pour piano en la bémol majeur[223].

    → No.9 du recueil « Six Barcarolles et cinq Impromptus pour piano » de 1926.

    la♭ maj
    • « à Mme Eugène Brun »
    • Paris: J.Hamelle, 1883
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1926
    082
    Op.35
    (38)
    1883
    1er décembre
    pour 4 voix et piano
    ou
    pour chœur et piano
    Madrigal – Op.35, à quatre voix (soli ou chœur)
    • 3
      4
      Andante quasi allegretto. (3:20 à 4:10)
      « Inhumaines qui, sans merci, Vous raillez de notre souci,
      Aimez ! Aimez quand on vous aime ! »
    Mélodie en ré mineur pour quatuor de solistes (soprano, alto, ténor et basse) ou chœur SATB et piano, d'après un poème d'Armand Silvestre (1837-1901)[224].
    Il existe des arrangements dont celui pour clarinette et piano[29].
    ré min
    • Paris: Société Nationale de Musique, Chœur de la Société Nationale, 12 janvier 1884
    (1891?) pour 4 voix, et orchestre
    ou
    pour chœur et orchestre
    Arr. Gabriel Fauré
    Madrigal – Op.35, chant et orchestre
    • 3
      4
      [Andante quasi allegretto?]. (3:35 à 4:20)
    Orchestration avec solistes et/ou chœur. Cette version sera reprise pour le Madrigal de la comédie musicale « Masques et bergamasques » de 1919[225].

    → No.3 de « Masques et bergamasques, Op.112 » de 1919.

    ré min
    • Paris: Société Nationale de Musique, Solistes et chœur de la Société Nationale, Gabriel Fauré (dir), 30 avril 1892
    • Manuscrit, 1891? en location chez J.Hamelle
    • Œuvre inédite
    083
    Op.36
    1884 pour piano
    Nocturne No.4, en mi bémol majeur – Op.36
    • 4
      4
      Andante moderato / 4
      4
      Andante molto moderato. (4:30 à 8:10)
    Pièce pour piano en mi bémol majeur[226].

    → No.4 du recueil « Nocturnes pour piano » de 1903.
    → No.4 du recueil « Nocturnes, piano » de 1921.

    mi♭ maj
    • Paris: J.Hamelle, 1885
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1903
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1921
    (1924?) pour violoncelle et piano
    ou
    pour violon et piano
    Arr. Gaspar Cassadó
    Nocturne No.4 – Op.36, transcription pour violoncelle (ou violon) et piano
    • 4
      4
      Andante molto moderato.
    Transcription en mi bémol majeur de Gaspar Cassadó (1897-1966) pour violoncelle (ou violon) et accompagnement de piano[227].
    mi♭ maj
    • Paris: J.Hamelle, 1924
    • New York: IMC, 1947
    084
    Op.39 /1
    (39)
    1884
    20 mai
    pour voix et piano
    Aurore – Op.39, No.1
    • 4
      4
      Andante / 4
      4
      Andante molto moderato. (1:55 à 2:50)
      « Des jardins de la nuit s'envolent les étoiles,
      Abeilles d'or qu'attire un invisible miel »
    Mélodie pour voix élevée et piano, d'après un poème d'Armand Silvestre (1837-1901).
    Composition en sol majeur pour soprano ou ténor puis transcription en fa majeur et mi majeur pour baryton ou mezzo-soprano[228].
    Il existe un arrangement récent pour clarinette et piano[74] et un autre pour voix et orchestre[229].

    → No.1 du recueil « Quatre mélodies, Op.39 ».
    → No.12 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    sol maj
    –––––––
    fa maj
    mi maj
    • Paris: Société Nationale de Musique, Marguerite Mauvernay (s), Gabriel Fauré (p), 13 décembre 1884
    • Paris: J.Hamelle, 1885
    • Album du gaulois, 1885
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    085
    Op.39 /2
    (40)
    1884
    25 mai
    pour voix et piano
    Fleur jetée – Op.39, No.2
    • 6
      8
      Allegro / 6
      8
      Allegro energico. (1:20 à 2:10)
      « Emporte ma folie, Au gré du vent,
      Fleur en chantant cueillie Et jetée en rêvant »
    Mélodie pour voix élevée et piano, d'après un poème d'Armand Silvestre (1837-1901).
    Composée en fa mineur puis en la bémol majeur pour soprano ou ténor et transcrite en ré dièse mineur pour baryton ou mezzo-soprano[230].

    → No.2 du recueil « Quatre mélodies, Op.39 ».
    → No.13 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    la♭ maj
    fa min
    –––––––
    ré♯ min
    • Paris: Société Nationale de Musique, Marguerite Mauvernay (s), Gabriel Fauré (p), 13 décembre 1884
    • Paris: J.Hamelle, 1885
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1928?) pour piano et orchestre
    Arr. Francis Salabert
    Fleur jetée – Op.39, No.2, pour orchestre avec piano conducteur
    • 6
      8
      [Allegro?]
    Arrangement pour orchestre (de brasserie?) et piano, par Francis Salabert (1884-1946)[231].
    • Paris: Ed.Salabert, 1928
    (1946)
    juillet
    pour voix et orchestre
    Arr. Henri Büsser
    Fleur jetée – arrangement pour orchestre
    • 6
      8
      [Allegro?]. (0)
    Orchestration en la bémol majeur de Henri Büsser (1872-1973). Le manuscrit de la partie pour orchestre était en location chez J.Hamelle pour être jouée avec la partition d'origine pour ténor ou soprano[232].
    la♭ maj
    • Manuscrit, 1946, en location chez J.Hamelle
    086
    Op.39 /3
    (41)
    1884
    30 mai
    pour voix et piano
    Le pays des rêves – Op.39, No.3
    • 12
      8
      Andante quasi allegretto. (2:35 à 4:00)
      « Veux-tu qu'au beau pays des rêves
      Nous allions la main dans la main ? »
    Mélodie pour voix élevée et piano, d'après un poème d'Armand Silvestre (1837-1901).
    Composée en la bémol majeur pour soprano ou ténor puis transcrite en sol bémol majeur et en fa majeur pour mezzo-soprano ou baryton[233].

    → No.3 du recueil « Quatre mélodies, Op.39 ».
    → No.14 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    la♭ maj
    –––––––
    sol♭ maj
    fa maj
    • « à Mlle Thérèse Guyon »
    • Paris: Société Nationale de Musique, Thérèse Guyon (s), Gabriel Fauré (p), 27 décembre 1884
    • Paris: J.Hamelle, 1885
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    087
    Op.39 /4
    (42)
    1884
    6 juin
    pour voix et piano
    Les roses d'Ispahan – Op.39, No.4
    • 2
      4
      Andantino. (2:35 à 3:45)
      « Les roses d'Ispahan dans leur gaîne de mousse,
      Les jasmins de Mossoul, les fleurs de l'oranger »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Leconte de Lisle (1818-1894). (Poèmes tragiques: publié en 1884).
    Composition en ré majeur puis en ré bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton puis transcrite en mi majeur pour ténor ou soprano[234].
    Il y a un arrangement récent pour saxophone alto et piano[235] et un autre pour chœur mixte et piano[236].

    → No.4 du recueil « Quatre mélodies, Op.39 ».
    → No.15 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    mi maj
    –––––––
    ré maj
    ré♭ maj
    • « à Mademoiselle Louise Collinet » (chanteuse amatrice)
    • Paris: Société Nationale de Musique, Thérèse Guyon (s), Gabriel Fauré (p), 27 décembre 1884
    • Paris: J.Hamelle, 1885
    • Londres: Metzler, 1896
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (av.1903?) pour piano
    Arr. ?
    Les roses d'Ispahan – mélodie transcrite pour piano
    • 2
      4
      [Andantino?]
    Réduction pour piano qui figure dans les catalogues de l'éditeur dès 1903.
    • Paris: J.Hamelle
    (1891) pour voix et orchestre
    Arr. Gabriel Fauré
    Les roses d'Ispahan – partition d'orchestre, version mezzo
    • 2
      4
      [Andantino?]
    Orchestration pour mezzo-soprano par Gabriel Fauré[237].
    • Manuscrit, 1891
    (1928?) pour piano et orchestre
    Arr. Francis Salabert
    Les roses d'Ispahan – Op.39, No.4, pour orchestre avec piano conducteur
    • 2
      4
      [Andantino?]
    Arrangement pour orchestre (de brasserie?) et piano, par Francis Salabert (1884-1946)[238].
    • Paris: Ed.Salabert, 1928
    088
    Op.38
    1884
    juillet
    pour piano
    Valse-caprice No.2, en ré bémol majeur – Op.38
    • 3
      4
      Allegretto moderato. (6:40 à 8:40)
    Pièce pour piano en ré bémol majeur[239].

    → No.2 du recueil « Valses et Mazurka pour piano » de 1930.

    ré♭ maj
    • Paris: Société Nationale de Musique, Léontine Marie Bordes-Pène (p), 16 février 1889
    • Paris: J.Hamelle, 1884
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1930
    089
    Op.37
    1884
    août
    pour piano
    Nocturne No.5, en si bémol majeur – Op.37
    • 3
      4
      Andante quasi allegretto. (6:55 à 10:30)
    Pièce pour piano en si bémol majeur[240].

    → No.5 du recueil « Nocturnes pour piano » de 1903.
    → No.5 du recueil « Nocturnes, piano » de 1921.

    si♭ maj
    • Paris: J.Hamelle, 1885
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1903
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1921
    090
    Op.77
    1884? pour violoncelle et piano
    ou
    pour violon et piano
    Papillon – Op.77
    • 2
      4
      Allegro vivo. (2:35 à 3:15)
    Petite pièce en la majeur pour violoncelle avec accompagnement de piano. Il existe également une transposition pour violon et piano, probablement réalisée par Gabriel Fauré[241]'[242].

    → No.9 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

    la maj
    (1885?) pour violoncelle et orchestre à cordes
    Arr. Gabriel Fauré?
    Papillon – Op.77, pour violoncelle et orchestre à cordes
    • 2
      4
      [Allegro vivo?]
    Version avec accompagnement d'un orchestre à cordes[243]'[242].
    • Paris: J.Hamelle, 1898
    (av.1903?) pour piano
    Arr. Georges Boskoff
    Papillon – Op.77, transcription pour le piano
    • 2
      4
      [Allegro vivo?]
    Réduction pour piano par Georges Boskoff (1882-1960). Elle figure dans les catalogues de l'éditeur dès 1903[244]'[245].
    • Paris: J.Hamelle, 1919
    091
    Op.40
    1884 pour orchestre
    Symphonie en ré mineur – Op.40
    Œuvre en ré mineur pour orchestre, inédite et détruite. On retrouve les thèmes des deux premiers mouvements dans la « Sonate pour violoncelle No.1, Op.109 » et dans la « Sonate pour violon No.2, Op.108 ».
    • I. – Allegro deciso.
    • II. – Andante.
    • III. – Finale.
    ré min
    • Paris: Société nationale de musique, Orchestre des Concerts Colonne, Édouard Colonne (dir), 15 mars 1885
    • Œuvre inédite et perdue
    092
    Op.41
    1885
    août
    pour piano
    Barcarolle No.2, en sol majeur – Op.41
    • 6
      8
      Allegretto quasi allegro. (5:25 à 7:45)
    Pièce pour piano en sol majeur[246].

    → No.2 du recueil « Six Barcarolles et cinq Impromptus pour piano » de 1926.

    sol maj
    • « à Mademoiselle Marie Poitevin » (célèbre pianiste)
    • Paris: Société nationale de musique, Marie Poitevin (p), 19 février 1887
    093
    Op.42
    1885
    août
    pour piano
    Barcarolle No.3, en sol bémol majeur – Op.42
    • 6
      8
      Andante quasi allegretto. (6:20 à 9:10)
    Pièce pour piano en sol bémol majeur[247].

    → No.3 du recueil « Six Barcarolles et cinq Impromptus pour piano » de 1926.

    sol♭ maj
    094
    Op.43 /1
    (43)
    1885 pour voix et piano
    ou
    pour voix, piano et harmonium
    ou
    pour voix, piano et orgue
    Noël – Op.43, No.1
    • 4
      4
      Andante quasi allegretto. (2:20 à 3:05)
      « La nuit descend du haut des cieux,
      Le givre au toit suspend ses franges »
    Mélodie pour voix élevée et piano (avec en option harmonium ou orgue ad libitum), d'après un poème de Victor Wilder (1835-1892).
    Composée en la bémol majeur pour soprano ou ténor puis transcrite en fa majeur pour mezzo-soprano ou baryton[248].

    → No.1 du recueil « Deux mélodies, Op.43 ».
    → No.20 du « Premier recueil de mélodies » de 1908.

    la♭ maj
    –––––––
    fa maj
    • « à mon ami A.Talazac » (Jean-Alexandre, ténor)
    • Paris: J.Hamelle, 1886
    • Recueil 1 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1900-30?) pour voix et harpe
    Arr. Louis Vierne
    Noël – mélodie transcrite pour une voix et harpe
    • 4
      4
      [Andante quasi allegretto?]. (2:50)
    Transcription pour voix et harpe de Louis Vierne (1870-1937) réalisée entre 1900 et 1930[249].
    • Manuscrit
    095
    Op.43 /2
    (44)
    1886 pour voix et piano
    Nocturne, en mi bémol majeur – Op.43, No.2
    • 3
      4
      Andante. (2:10 à 2:55)
      « La nuit, sur le grand mystère, Entr'ouvre ses écrins bleus,
      Autant de fleurs sur la terre, Que d'étoiles dans les cieux ! »
    Mélodie pour voix basse et piano, d'après un poème d'Auguste Villiers de l'Isle-Adam (1838-1889) . (Contes cruels: Conte d'Amour, No.1: Éblouissement).
    Composition en mi bémol majeur puis fa dièse majeur pour contralto ou basse, puis transcription en sol majeur et la bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton, et enfin, transcription en si bémol majeur et ut majeur pour soprano ou ténor[250]'[251].
    Il existe des arrangements récents dont ceux pour clarinette et piano[53], pour flûte et piano[122] et pour 4 voix mixtes et piano[97].

    → No.2 du recueil « Deux mélodies, Op.43 ».
    → No.17 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    do maj
    si♭ maj
    –––––––
    la♭ maj
    sol maj
    –––––––
    fa♯ maj
    mi♭ maj
    • Paris: J.Hamelle, 1886
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1900-30?) pour voix et orchestre à cordes
    Arr. Gustave Samazeuilh
    Nocturne, version pour chant et cordes
    • 3
      4
      [Andante?]
    Orchestration pour cordes de Gustave Samazeuilh (1877-1967) réalisée au début du siècle. Le manuscrit était en location chez l'éditeur[252].
    • Paris: en location chez J.Hamelle
    096
    Op.44
    1886 pour piano
    Barcarolle No.4, en la bémol majeur – Op.44
    • 6
      8
      Allegretto. (3:20 à 4:30)
    Pièce pour piano en la majeur[253].

    → No.4 du recueil « Six Barcarolles et cinq Impromptus pour piano » de 1926.

    la♭ maj
    • Paris: J.Hamelle, 1887
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1926
    097
    Op.45
    1885-1886 pour piano et cordes
    Quatuor pour piano et cordes No.2, en sol mineur – Op.45
    Œuvre pour piano, violon, alto et violoncelle en sol mineur[254]. (32:30 à 37:55)
    • I. Allegro molto moderato
      4
      4
      en sol mineur. (10:25 à 13:00)
    • II. Scherzo: Allegro molto
      6
      8
      en mi bémol majeur. (3:10 à 3:55)
    • III. Adagio non troppo
      9
      8
      en mi bémol majeur. (9:10 à 13:10)
    • IV. Finale: Allegro molto
      3
      4
      en sol mineur. (7:45 à 9:30)

    → No.4 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

    sol min
    • Paris: Société nationale de musique, Guillaume Rémy (v), Louis van Waefelghem (alt), Jules Delsart (vlc), Gabriel Fauré (p), 22 janvier 1887
    098
    Op.46 /1
    (45)
    1887 pour voix et piano
    Les présents – Op.46, No.1
    • 2
      4
      Andante. (1:25 à 2:05)
      « Si tu demandes quelque soir Le secret de mon cœur malade,
      Je te dirai pour t'émouvoir, Une très ancienne ballade ! »
    Mélodie pour voix élevée et piano, d'après un poème d'Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889).
    Composée en fa majeur pour soprano ou ténor puis transcrite en mi bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton[255].

    → No.1 du recueil « Deux mélodies, Op.46 ».
    → No.18 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    fa maj
    –––––––
    mi♭ maj
    • Paris: J.Hamelle, 1888
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1900-30?) pour voix et orchestre à cordes
    Arr. Gustave Samazeuilh
    Les présents, version pour chant et cordes
    • 2
      4
      [Andante?]
    Orchestration pour cordes de Gustave Samazeuilh (1877-1967) réalisée au début du siècle. Le manuscrit était en location chez l'éditeur[252].
    • Paris: en location chez J.Hamelle
    099
    Op.46 /2
    (52)
    1887 pour voix et piano
    Clair de lune – Op.46, No.2
    • 3
      4
      Andantino quasi allegretto. (2:30 à 3:25)
      « Votre âme est un paysage choisi
      Que vont charmant masques et bergamasques »
    Menuet pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Paul Verlaine (1844-1896). (Fêtes galantes: No.1, publié en 1869).
    Composition en si bémol mineur pour baryton ou mezzo-soprano. Transcription en ut mineur pour soprano ou ténor[256].
    Il existe des arrangements récents dont ceux pour trompette et piano[34], pour chœur à 4 voix mixtes et piano[257], pour saxophone alto et piano[258], pour flûte et piano[122].

    → No.2 du recueil « Deux mélodies, Op.46 ».
    → No.19 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897 et 1908.

    do min
    –––––––
    si♭ min
    • « à M. Emmanuel Jadin »
    • Paris: J.Hamelle, 1888
    • Londres: Metzler, 1897
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1888) pour voix et orchestre
    Arr. Gabriel Fauré
    Clair de lune – version orchestrée
    • 3
      4
      [Andantino quasi allegretto?]. (3:10)
    Orchestration en ut mineur avec voix élevée, qui sera reprise (avec ténor) pour « Masques et bergamasques »[259]'[260].

    → No.6 de « Masques et bergamasques, Op.112 » de 1919.

    do min
    • Manuscrit, 1888
    (av.1903?) pour piano
    Arr. Mel Bonis
    Clair de lune – mélodie transcrite pour piano
    • 3
      4
      Andantino quasi allegretto.
    Réduction pour piano en si bémol mineur par la compositrice Mel Bonis (1858-1937). L’œuvre apparait dans les catalogues de l'éditeur dès 1905[261].
    Voir également la réduction récente éditée en 1999 pour piano solo d'Émile Naoumoff (1962-).
    si♭ min
    (1909?) pour violon et piano
    ou
    pour violoncelle et piano
    Arr. Albert Périlhou
    Clair de lune – mélodie transcrite pour violon ou violoncelle avec piano
    • 3
      4
      Andantino quasi allegretto.
    Arrangement en si mineur pour violon (ou violoncelle) avec accompagnement de piano par Albert Périlhou (1846-1936)[262].
    si min
    (1927?) pour 3 voix
    Arr. Joseph Noyon
    Clair de lune – mélodie transcrite pour chœur à trois voix
    • 3
      4
      [Andantino quasi allegretto?]
    Transcription pour trois voix de femmes (soprano, mezzo-soprano et alto) par Joseph Noyon (1888-1962)[263]'[264].
    • Paris: J.Hamelle, 1927
    (1941) pour voix, piano et cordes
    Arr. Renée Philippart
    Clair de lune – pour chant, piano et quatuor à cordes
    • 3
      4
      [Andantino quasi allegretto?]
    Arrangement pour voix moyenne, piano et quatuor à cordes de Renée Philippart (1905-1993). Probablement une commande de Charles Panzera (1896-1976), célèbre baryton suisse qui a longtemps collaboré avec Gabriel Fauré[56].

    → No.3 du recueil de 1941 « 4 mélodies orchestrées ».

    • Paris: Charles Panzera? (bar)
    • Manuscrit envoyé en privé, 1941
    • Œuvre inédite?
    100
    Op.50
    1887
    été
    pour petit orchestre
    Pavane – Op.50
    • 4
      4
      Andante molto moderato. (6:50)
    Œuvre en fa dièse mineur, composée dans un premier temps pour petit orchestre seul : 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 cors et cordes[265]'[266].
    fa♯ min
    • Paris: Les Concerts Lamoureux, Charles Lamoureux (dir), 25 novembre 1888
    • Paris: J.Hamelle, 1901
    100A
    Op.50
    1887
    été
    pour chœur et piano
    ou
    pour chœur et orchestre
    ou
    pour chœur, orchestre (ballet)
    Pavane – Op.50, quatuor vocal ou chœur avec piano ou orchestre
    • 4
      4
      Allegretto molto moderato / 4
      4
      Allegretto moderato. (sauf extraits: 4:25 à 8:15)
      « C'est Lindor ! c'est Tircis ! et c'est tous nos vainqueurs !
      C'est Myrtil, c'est Lydé ! Les reines de nos cœurs ! »
    Version définitive pour chœur mixte SATB ad. libitum et piano[267] ou orchestre symphonique sur des textes de Robert de Montesquiou-Fezensac (1855-1921)[265]'[268].
    Enfin, en 1891, une première version chorégraphiée sera réalisée pour la comtesse Greffulhe (1860-1952) et une seconde version suivra en 1917 sur une chorégraphie de Léonide Massine (1896-1979) pour les Ballets russes de Sergei Diaghilev (1872-1929).
    En 1919, Gabriel Fauré réorchestrera l’œuvre, mais sans voix, pour le huitième mouvement de « Masques et bergamasques, Op.112 ».
    Il existe de très nombreux arrangements récents dont : pour quatuor de clarinettes[269], pour 4 flûtes[270], pour harpe seule[271], pour trompette et piano (ou orgue)[272], pour orgue seule[273], pour quintette à vents (flûte, hautbois, clarinette, cor et basson)[274], pour saxophone alto et piano[275], pour une ou deux guitares[276], pour ensemble de cuivres (4 trompettes, 2 cors, 3 trombones et 1 tuba)[277], pour quatuor de saxophones[278], pour mandoline et mandole[279], pour violoncelle et guitare[280], pour flûte et piano[281], pour orchestre d'harmonie[282], pour douze flûtes[283], pour sept saxophones[284], pour six flûtes à bec[285], etc.

    → No.8 de « Masques et bergamasques, Op.112 » de 1919.

    fa♯ min
    • Avec orchestre:
      Paris: Société nationale de musique, 28 novembre (ou avril) 1888
    (1889?) pour piano
    Arr. Gabriel Fauré
    Pavane – Op.50, transcription pour piano seul
    • 4
      4
      Andante. (4:20 à 5:40)
    Réduction en fa dièse mineur pour piano sur un tempo plus rapide, par Gabriel Fauré[286].
    Plusieurs autres arrangeurs ont aussi réduit l’œuvre pour piano solo, parfois dans la même tonalité, parfois en si bémol majeur. Voir l'arrangement récent de Roy Howat et Wendy Hiscoks[114].
    fa♯ min
    • Paris: J.Hamelle, 1889
    (1897?) pour piano à 4 mains
    Arr. A. Benfeld (Albert Kopff)
    Pavane – Op.50, pour piano à quatre mains
    • 2
      2
      Allegretto molto moderato.
    Arrangement pour piano à 4 mains par Albert Kopff (1846-1907) connu sous le pseudonyme d' A.Benfeld[287].
    fa♯ min
    (1911)
    janvier
    pour violon, violoncelle et piano
    Arr. Henri Büsser
    Pavane – Op.50, piano trio
    • 4
      4
      [Andante molto moderato?]. (5:10)
    Arrangement pour un trio avec violon, violoncelle et piano, de Henri Büsser (1872-1973)[288].
    • Paris: J.Hamelle, 1911
    (1911)
    juin
    pour flûte et piano
    Arr. Henri Büsser
    Pavane – Op.50, pour flûte et piano
    • 4
      4
      Andante molto moderato. (5:50)
    Arrangement pour un duo avec flûte et piano, de Henri Büsser (1872-1973)[289].
    Il existe aussi l'arrangement récent de Roy Howat[114].
    fa♯ min
    • Paris: J.Hamelle, 1911
    (1911)
    juillet
    pour violoncelle et piano
    ou
    pour alto et piano
    Arr. Henri Büsser
    Pavane – Op.50, pour violoncelle ou alto et piano
    • 4
      4
      Andante molto moderato. (5:45)
    Arrangement pour un duo de violoncelle (ou alto) et piano, de Henri Büsser (1872-1973), sur une nouvelle commande de J.Hamelle pour son catalogue[290].
    fa♯ min
    • Manuscrit, 1911
    • Paris: J.Hamelle, 1911
    (1911?) pour orchestre militaire
    Arr. Adolphe Soyer
    Pavane – Op.50, transcrite pour musique militaire
    • 4
      4
      [Allegretto molto moderato?]
    Transcription d'Adolphe Soyer (18??-1919) pour orchestre militaire en si bémol majeur[291].
    si♭ maj
    • Paris: Evette & Schaeffer, 1911
    (1931?) pour 2 voix et piano
    Arr. ?
    Pavane – Op.50, arrangée à deux voix, avec piano
    • 4
      4
      Allegretto moderato.
    Arrangement anonyme pour deux voix avec accompagnement de piano[292].
    Il existe aussi une version récente du duo arrangée par Roy Howat (1951-) pour soprano et ténor ou alto et baryton avec flûte et piano[293].
    fa♯ min
    101
    Op.47 /1
    1878-1887
    novembre
    pour voix et orgue
    ou
    pour voix et piano
    O salutaris – Op.47, No.1
    • 3
      4
      Moderato. (3:20)
      « O salutaris Hostia, Quæ cæli pandis ostium
      Bella premunt hostilia, Da robur, fer auxilium »
    Motet pour baryton et orgue (ou piano), probablement une reprise du « O Salutaris » perdu de 1878. Composition en si majeur puis ré bémol majeur pour baryton ou mezzo-soprano, puis transcription en la majeur pour basse ou alto[294]'[295].

    → No.1 du recueil « Deux chants sacrés, Op.47 ».
    → No.2 du recueil « Musique religieuse », de 1911.

    ré♭ maj
    si maj
    –––––––
    la maj
    • Paris: Église de la Madeleine, 21 novembre 1887
    • Paris: J.Hamelle, 1888
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1911
    (1888) pour voix, orgue et ensemble à cordes
    Arr. Gabriel Fauré
    O salutaris – Op.47, No.1, pour baryton, orgue et cordes
    • 3
      4
      [Moderato?]
    Arrangement en si majeur par Gabriel Fauré pour baryton, orgue et cordes (violons, altos, violoncelles et contrebasses). Possible transposition en si bémol majeur[296].
    si maj
    • Manuscrit, 1888
    (1888?) pour voix, cors, harpe et cordes
    Arr. Gabriel Fauré
    O salutaris – Op.47, No.1, pour chant accompagné de deux cors, harpe et quintette à cordes
    • 3
      4
      Moderato. (3:25)
    Arrangement pour baryton avec accompagnement de 2 cors, harpe et quintette à cordes en si bémol majeur par Gabriel Fauré[295].
    si♭ maj
    • Paris: J.Hamelle, 1911
    102
    Op.47 /2
    1887-1888

    1er mars

    pour 2 voix et orgue
    ou
    pour 2 voix et piano
    Maria, Mater gratiae – Op.47, No.2, duo
    • 2
      4
      Andante. (2:10 à 2:55)
      « Maria, Mater gratiae Dulcis parens clementiae
      Maria, Maria, Mater gratiae »
    Duo en mi bémol majeur, pour ténor et baryton avec accompagnement d'orgue (ou piano).
    Existe aussi en version pour soprano et mezzo-soprano dans la même tonalité[297] ou pour chœur.

    → No.2 du recueil « Deux chants sacrés, Op.47 ».
    → No.3 du recueil « Musique religieuse », de 1911.

    mi♭ maj
    103
    Op.48 [vo]
    1887-1888
    d'octobre 1887
    à janvier 1888
    Nos.1, 3 & 5:
    1887
    No.4:
    6 janvier 1888
    No.2:
    8 janvier 1888
    pour soprano, chœur, orgue et petit orchestre
    Requiem, en ré mineur – Op.48 [vo]
    Version originale
    Œuvre pour chœur et petit orchestre composée d'octobre 1887 à janvier 1888, avec cinq premiers mouvements (correspondant aux mouvements I, III, IV, V et VII de la version complète ultérieure). Pour chœur, soprano solo, harpe, timbales, orgue et cordes (violon solo, altos, violoncelles et contrebasse)[298].
    • I. Introït & Kyrie (I.)
      4
      4
      Largo, en ré mineur.
      « Requiem aeternam dona eis, Domine
      Et lux perpetua luceat eis »
    • II. Sanctus (III.)
      3
      4
      Andante moderato, en mi bémol majeur.
      « Sanctus, Sanctus, Sanctus, Dominus Deus Sabaoth
      Pleni sunt coeli et terra gloria tua »
    • III. Pie Jesu (IV.)
      4
      4
      Adagio, en si bémol majeur.
      « Pie Jesu domine, donna eis requiem
      donna eis requiem »
    • IV. Agnus Dei & Lux Aeterna (V.)
      3
      4
      Andante, en fa majeur.
      « Agnus dei, qui tollis peccata mundi,
      donna eis requiem »
    • V. In Paradisum (VII.)
      3
      4
      Andante moderato, en ré majeur.
      « In Paradisum deducant te angeli
      in tuo adventu suscipiant te martyres et perducant te »

    → Voir en 1893 la première version complète [v1], dite « version de 1893 » ainsi que la version définitive réorchestrée en 1900 [v2], dite « version de concert ».

    ré min
    • Paris: Église de la Madeleine, Louis Aubert (s, enfant), 16 janvier 1888
    104
    Op.posth.
    1888 pour piano à 4 mains
    Souvenirs de Bayreuth – Fantaisie en forme de quadrille sur les thèmes favoris de la Tétralogie de R. Wagner
    Cinq pièces brèves (sans titres), pour piano à 4 mains coécrites par Gabriel Fauré et André Messager (1853-1929), après le voyage des deux musiciens en 1883 à Bayreuth, en Allemagne.
    Basées sur le cycle de Richard Wagner (1813-1883) « Der Ring des Nibelungen » et de ses quatre opéras : « Das Rheingold », « Die Walküre », « Siegfried » et « Götterdämmerung ». Opus posthume[299]. (4:10 à 6:20)
    • I. – 2
      4
      en ré majeur. (0:40)
      appel de Brunnhilde et chevauchée de « La Walkyrie »
    • II. – 2
      4
      en sol dièse mineur. (0:45 à 1:00)
      le masque d'invisibilité de « L'Or du Rhin »
    • III. – 6
      8
      en si bémol majeur. (0:35 à 0:45)
      chant d'amour de Siegmund de « La Walkyrie »
    • IV. – 2
      4
      en mi majeur. (0:30 à 0:40)
      feu magique et appel de Wotan de « La Walkyrie »
    • V. – 2
      4
      en mi bémol majeur. (1:35 à 2:05)
      appel de Siegfried du « Crépuscule des Dieux »
    ré maj
    (1930?) pour piano
    Arr. Gustave Samazeuilh
    Souvenirs de Bayreuth – Transcription, pour piano à 2 mains
    Réduction pour piano seul de Gustave Samazeuilh (1877-1967)[300].
    • Paris: Costallat & Cie, 1930
    • Ed. Lucien de Lacour
    105
    Op.49
    1888 pour piano et violoncelle
    Petite pièce pour violoncelle et piano, en sol majeur – Op.49
    Duo pour violoncelle et piano en sol majeur, inédit et perdu[301].

    → No.10 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

    sol maj
    • Œuvre inédite et perdue
    106
    Op.52
    1888 musique de scène pour chœur et orchestre
    Caligula – Op.52, musique de scène pour chœur et orchestre
    Tragédie en cinq actes d'Alexandre Dumas, père (1802-1870), sur des textes de Gérard de Nerval (1808-1855), jouée la première fois le 28 décembre 1837 puis mis en musique par Gabriel Fauré en 1888.
    Suite pour orchestre, de la musique de scène pour chœur de femmes SA, 3 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 4 cors, 3 trompettes, 3 trombones, 3 timbales, cymbales antiques, triangle, tambour de basque, tambour militaire, 2 harpes, violon solo, violoncelle solo et cordes (violons, altos, violoncelles et contrebasses)[302].

    Prologue: à Rome, une rue donnant sur le forum, une boutique, des maisons...

    • No.1: Fanfare, marche et chœurs
      2
      4
      Andante quasi allegretto, en si bémol majeur. (7:05)
      « Nous sommes les heures guerrières
      Nous présidons aux durs travaux Quand Bellone ouvre les barrières »

    Acte V: à Rome, le triclinium de César

    • Scène 1 – No.2: Chœur
      4
      4
      Allegretto, en ré majeur. (2:30)
      « L'hyver s'enfuit, le printemps embaumé
      Revient suivi des amours et de flore »
    • No.3: Air de danse
      2
      4
      Allegro, en sol majeur. (2:15)
    • Scène 3 – No.4: Mélodrame et Chœur
      4
      4
      Allegro moderato, en ré majeur. (2:30)
      « De roses vermeilles Nos champs sont fleuris
      Et le bras des treilles Tend à nos corbeilles Ses raisins mûris »
    • Scène 5 – No.5: Mélodrame et Chœur
      9
      8
      Andante molto moderato, en mi bémol majeur. (3:20)
      « César a fermé la paupière, Au jour doit succéder la nuit
      Que s'éteigne toute lumière, Que s'évanouisse tout bruit »
    si♭ maj
    • « à Ernest Dupuy »
    • puis plus tard « à Paul Porel »
    • Pour petit orchestre:
      Paris: Théâtre de l'Odéon, Gabriel Fauré (dir), 8 novembre 1888
    • Pour grand orchestre:
      Paris: Société nationale de musique, Gabriel Fauré (dir), 6 avril 1889
    107
    Op.52
    (1888) musique de scène pour chœur et piano à 4 mains
    Arr. Gabriel Fauré
    Caligula – Op.52, musique de scène pour chœur et piano à quatre mains
    Version de la musique de scène réduite par Gabriel Fauré pour chœur de femmes SA et piano à 4 mains[303]'[304].
    • No.1: Prologue: fanfare, marche et chœurs
      2
      4
      Andante quasi allegretto, en si bémol majeur.
      • a. Les heures du jour
        4
        4
        Allegro moderato.
      • b. Les heures de la nuit
        4
        4
        Listesso tempo.
    • No.2: Chœur
      4
      4
      Allegretto, en ré majeur.
    • No.3: Air de danse
      2
      4
      Allegro molto, en sol majeur. (2:00)
    • No.4: Mélodrame et Chœur
      4
      4
      Allegro moderato, en ré majeur.
    • No.5: Mélodrame et Chœur
      9
      8
      Andante, en mi bémol majeur.
    si♭ maj
    (1895?) pour piano
    Arr. Amédée Reuchsel
    Caligula – Op.52, Transcription, pour piano à deux mains
    Réduction pour piano à 2 mains de Amédée Reuchsel (1875-1931)[305]'[306].
    • No.1: Prologue: fanfare, marche et chœurs
      2
      4
      [Andante quasi allegretto?]
    • No.2: Chœur
      4
      4
      [Allegretto?]
    • No.3: Air de danse
      2
      4
      [Allegro molto?]
    • No.4: Mélodrame et Chœur
      4
      4
      [Allegro moderato?]
    • No.5: Mélodrame et Chœur
      9
      8
      [Andante?]
    • Lyon: l'Express musical, 1895?
    • Paris: J.Hamelle, 1905
    (1928?) pour piano et orchestre
    Arr. Francis Salabert
    Caligula – Op.52, pour orchestre avec piano conducteur
    Transcription et arrangement pour orchestre et piano, par Francis Salabert (1884-1946). Réalisé en 4 éditions : pour grand orchestre, orchestre moyen, second orchestre et quatuor[307].
    • No.1a: Fanfares et Marches
    • No.1b: Chœurs
    • No.2a: Mélodrame et Chœur
    • No.2b: Air de danse
    • No.3a: Mélodrame, Introduction et Canon
    • No.3b: Chœur
    • No.3c: Finale (Marche)
    • Paris: Ed.Salabert, 1928
    108
    Op.51 /1
    (47)
    1888 pour voix et piano
    Larmes – Op.51, No.1
    • 3
      4
      Molto moderato. (2:10 à 2:35)
      « Pleurons nos chagrins, chacun le nôtre,
      Une larme tombe, puis une autre »
    Mélodie pour voix élevée et piano, d'après un poème de Jean Richepin (1849-1926). (La Mer: 4.Étant de quart, No.17, publié en 1886).
    Composée en ut mineur pour soprano ou ténor et transcrite en si bémol mineur pour mezzo-soprano ou baryton[308].

    → No.1 du recueil « Quatre mélodies, Op.51 ».
    → No.20 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897.
    → No.1 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    do min
    –––––––
    si♭ min
    • Manuscrit, 1888
    • Paris: J.Hamelle, 1888
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 3:
      Paris: J.Hamelle, 1908
    109
    Op.51 /2
    (46)
    1888 pour voix et piano
    Au cimetière – Op.51, No.2
    • 3
      4
      Andante. (3:05 à 4:30)
      « Heureux qui meurt ici, Ainsi que les oiseaux des champs !
      Son corps, près des amis, Est mis dans l'herbe et dans les chants »
    Mélodie pour voix élevée et piano, d'après un poème de Jean Richepin (1849-1926). (La Mer: 5.Les gas, No.3, publié en 1886).
    Composée en mi mineur pour soprano ou ténor puis en ut mineur pour baryton ou mezzo-soprano[309].
    Il existe des arrangements récents dont our trompette et piano[2] et pour flûte et piano[30].

    → No.2 du recueil « Quatre mélodies, Op.51 ».
    → No.21 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897.
    → No.2 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    mi min
    –––––––
    do min
    • « à Madame Maurice Sulzbach » (Marguerite Ida Premsel)
    • Paris: Société nationale de musique, Maurice Bagès (t), Gabriel Fauré (p), 2 février 1889
    • Manuscrit, 1888
    • Paris: J.Hamelle, 1888
    • Londres: Metzler, 1896
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 3:
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1918?)
    pour voix et orchestre
    Arr. Henri Büsser
    Au cimetière – Op.51, No.2, pour mezzo-soprano ou baryton et orchestre
    • 3
      4
      [Andante?]
    Orchestration de Henri Büsser (1872-1973) réalisée entre 1900 et 1930, probablement vers 1918. Le manuscrit de la partie pour orchestre était en location chez J.Hamelle pour être jouée avec la partition pour voix moyenne de Gabriel Fauré[310].
    • Manuscrit en location chez J.Hamelle
    (1927?) pour violon et piano
    ou
    pour violoncelle et piano
    Arr. Ferdinando Ronchini
    Au cimetière – Op.51, No.2, transcription pour piano, violon ou violoncelle
    • 3
      4
      [Andante?]. (3:55)
    Transcription de la mélodie pour violon (ou violoncelle) et piano par Ferdinando Ronchini (1865-1938)[311].
    • Paris: J.Hamelle, 1927
    (1928?) pour piano et orchestre
    ou
    pour piano et quatuor
    Arr. Francis Salabert
    Au cimetière – Op.51, No.2, transcription pour orchestre avec piano conducteur
    • 3
      4
      [Andante?]
    Arrangement pour orchestre et piano, par Francis Salabert (1884-1946). Réalisé en 4 éditions : pour grand orchestre, orchestre moyen, second orchestre et quatuor[312].
    • Paris: Ed.Salabert, 1928
    110
    Op.51 /3
    (53)
    1888 pour voix et piano
    Spleen – Op.51, No.3
    • 3
      4
      Andante quasi allegretto. (1:50 à 2:55)
      « Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville,
      Quelle est cette langueur Qui pénètre mon cœur ? »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Paul Verlaine (1844-1896). (Romances sans paroles: Ariettes oubliées, No.3, publié en 1874).
    Composée en ré mineur pour mezzo-soprano ou baryton et transcrite en mi mineur pour soprano ou ténor[313].
    Il existe des arrangements récents dont pour trompette et piano[34], pour clarinette et piano[53] et pour chœur à 4 voix mixtes et piano[314].

    → No.3 du recueil « Quatre mélodies, Op.51 ».
    → No.22 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897.
    → No.3 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    mi min
    –––––––
    ré min
    • Manuscrit, 1888
    • Paris: J.Hamelle, 1888
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 3:
      Paris: J.Hamelle, 1908
    111
    sans Op.
    1888
    23 décembre
    pour chœur, orgue et petit ensemble
    ou
    pour chœur et orgue
    Il est né le divin enfant, (Noël populaire)
    • 4
      4
      [sans indication]. (1:35 à 2:55)
      « Il est né le divin enfant, Jouez hautbois, Résonnez musette,
      Il est né le divin enfant, Chantons tous son avènement »
    Cantate en si bémol majeur pour chœur d'enfants à l'unisson (à une voix), avec accompagnement d'orgue, harpe, hautbois, 2 violoncelles et contrebasse. Variation et harmonisation sur le thème populaire[315]'[316].
    si♭ maj
    • Paris: Église de la Madeleine, 25 décembre 1888
    • Paris: J.Hamelle, 1938
    (1888) pour chant et orgue
    ou
    pour chant et piano
    Arr. Gabriel Fauré
    Il est né le divin enfant – pour chant et orgue
    • 4
      4
      [sans indication?]. (1:40)
    Réduction pour chant (soliste ou chœur à une voix) avec accompagnement d'orgue (ou de piano).
    si♭ maj
    (1953?) pour chœur et orchestre
    Arr. Joseph Noyon
    Il est né le divin enfant – pour chœur à quatre voix mixtes et orchestre
    • 4
      4
      [sans indication?]. (3:25)
    Arrangement pour chœur mixte et orchestre, par Joseph Noyon (1888-1962), d'après la première version avec petit ensemble[317].
    • Paris: J.Hamelle, 1953
    112
    Op.54
    1889
    mars
    pour 3 voix et orgue
    ou
    pour chœur et orgue
    Ecce fidelis servus – Op.54
    • 4
      4
      Andante. (1:55 à 2:35)
      « Ecce fidelis servus et prudens,
      Quem constituit Dominus super familiam suam »
    Trio de solistes (soprano, ténor et baryton) ou chœur à trois voix STB avec accompagnement d'orgue (avec contrebasse jouée en pédale d'orgue) en si bémol majeur. Motet composé pour la fête de Saint Joseph du 19 mars[318]'[319].

    → No.4 du recueil « Musique religieuse », de 1911.

    si♭ maj
    • Paris: J.Hamelle, 1893
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1911
    113
    Op.57
    1889 musique de scène pour voix et orchestre
    Shylock – Op.57
    Musique de scène composée pour le drame en 3 actes et 7 tableaux, d'Edmond Haraucourt (1856-1941), d'après « Le marchand de Venise » de William Shakespeare (1564-1616). Décors d'Auguste Rubé, Philippe Chaperon et Marcel Jambon.
    Pour ténor solo (mélodies Nos.1 & 3) et petit orchestre : 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 4 cors, 2 trompettes, 2 harpes, timbales, triangle, violon solo et cordes (violons I. et II. altos, violoncelles et contrebasses)[320]'[321].
    Il existe une partie additionnelle pour harmonium (manuscrit de 1889), destinée aux troisième et cinquième tableaux, afin de renforcer l'orchestre lors de la première au Théâtre de l'Odéon[322]. Version pour grand orchestre (suite) composée en 1890.

    Acte I.
    Premier tableau: Place à Venise, la maison de Shylock.
    Deuxième tableau: Venise, la nuit sur le canal, des gondoles.

    • Scène 1 – No.1: Prélude et Chanson – (Lancelot)
      4
      4
      Allegro moderato, en si bémol majeur. (2:35 à 3:20)
      « Oh ! les filles ! Venez, les filles aux voix douces !
      C'est l'heure d'oublier l'orgueil et les vertus »
    • Scènes 1 & 2 – No.2: Fanfares et Entr'acte
      2
      4
      Andante moderato, en la majeur. (3:10 à 3:55)

    Acte II.
    Troisième tableau: Belmont, chez Portia, sa chambre.

    • Scène 1 – No.3: Madrigal – (Aragon)
      3
      4
      Allegretto, en fa majeur. (1:15 à 1:50)
      « Celle que j'aime a de beauté Plus que Flore et plus que Pomone,
      Et je sais pour l'avoir chanté, Que sa bouche est le soir d'automne »

    Quatrième tableau: Une rue à Venise, la maison d'Antonio.
    Cinquième tableau: Belmont, chez Portia, la salle d'honneur.

    • Scène 3 – No.4: Épithalame
      2
      4
      Adagio, en ut majeur. (3:00 à 4:20)

    Acte III.
    Sixième tableau: La salle du Grand Conseil.
    Septième tableau: La nuit, clair de lune, le jardin de Portia

    • Scène 2 – No.5: Nocturne
      3
      4
      Andante molto moderato, en ré majeur. (2:20 à 3:10)
    • No.6: Final
      3
      4
      Allegretto vivo, en fa majeur. (3:30 à 3:55)
    si♭ maj
    • Première:
      Paris: Théâtre de l'Odéon, Albert Lambert (act, Shylock), Réjane (act, Portia), Adolphe Candé (act, Antonio), Gabriel Fauré (dir), 17 décembre 1889
    113A
    Op.57
    (1890) pour voix et orchestre
    Arr. Gabriel Fauré
    Shylock – Op.57, suite d'orchestre
    Création de la suite pour grand orchestre par Gabriel Fauré en 1890[323].
    Des extraits seront utilisés pour « Émeraudes » la première partie du spectacle « Joyaux » de George Balanchine (1904-1983). Ballet en 3 parties sur des musique de Fauré, Tchaïkovsky et Stravinsky, créé à New York le 13 avril 1967[324].
    • I. Prélude et Chanson
      4
      4
      Allegro moderato, en si bémol majeur. (2:00 à 3:55)
      « Oh ! les filles ! Venez, les filles aux voix douces !
      C'est l'heure d'oublier l'orgueil et les vertus »
    • II. Entr'acte
      2
      4
      Andante moderato, en la majeur. (3:35 à 3:55)
    • III. Madrigal
      3
      4
      Allegretto, en fa majeur. (1:10 à 3:40)
      « Celle que j'aime a de beauté Plus que Flore et plus que Pomone,
      Et je sais pour l'avoir chanté, Que sa bouche est le soir d'automne »
    • IV. Épithalame
      2
      4
      Adagio, en ut majeur. (3:30)
    • V. Nocturne
      3
      4
      Andante molto moderato, en ré majeur. (2:35 à 3:15)
    • VI. Final
      3
      4
      Allegretto vivo, en fa majeur. (3:25 à 4:00)
    si♭ maj
    • Paris, Société nationale de musique, Julien Lepestre (t), Gabriel Marie (dir), 17 mai 1890
    • Ballet:
      New York: State Theater, New York city ballet, George Balanchine (arg), 13 avril 1967
    • Paris: J.Hamelle
    113B
    Op.57 /1

    (48)
    (1891) pour voix et piano
    Arr. Gabriel Fauré?
    Chanson (de Shylock) – Op.57, No.1
    • 4
      4
      Allegro moderato / 12
      8
      Allegretto. (1:30 à 2:20)
      « Oh ! les filles ! Venez, les filles aux voix douces !
      C'est l'heure d'oublier l'orgueil et les vertus »
    Réduction de la première mélodie, sur un texte d'Edmond Haraucourt (1856-1941), pour ténor et piano pour l'édition Allegro moderato de 1891. Puis en deux tons, pour l'édition Allegretto de 1897 et 1908 (recueil No.3).
    Il s'agit probablement d'une réduction pour chant et piano de Gabriel Fauré.
    Composée en si bémol majeur pour ténor ou soprano puis transcrite en la bémol majeur pour baryton ou mezzo-soprano et en sol majeur pour basse[325] ou alto.
    Il existe un arrangement récent, pour clarinette et piano[74].

    → No.5 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    si♭ maj
    –––––––
    la♭ maj
    –––––––
    sol maj
    • Paris: J.Hamelle, 1891
    • Londres: Metzler, 1897
    • Recueil 3:
      Paris: J.Hamelle, 1908
    • Paris: J.Hamelle, 1927
    113C
    Op.57 /3

    (49)
    (1891) pour voix et piano
    Arr. Gabriel Fauré?
    Madrigal (de Shylock) – Op.57, No.3
    • 3
      4
      Allegretto. (1:10 à 1:40)
      « Celle que j'aime a de beauté Plus que Flore et plus que Pomone,
      Et je sais pour l'avoir chanté, Que sa bouche est le soir d'automne »
    Réduction de la première mélodie pour voix et piano. Sur un poème d'Edmond Haraucourt (1856-1941). (Rondeau galant: Seul, 3.La Possession, publié en 1891).
    Il s'agit probablement d'une réduction pour chant et piano de Gabriel Fauré.
    Composition en fa majeur pour ténor ou soprano. Transcription en mi bémol majeur pour baryton ou mezzo-soprano[326].

    → No.6 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    fa maj
    –––––––
    mi♭ maj
    (1896) pour voix et piano à 4 mains
    Arr. Léon Boëllmann
    Shylock – Op.57, transcription pour piano à quatre mains

    Transcription de la partition d'orchestre (mouvements II. IV. V. et VI.), pour piano à 4 mains par Léon Boëllmann (1862-1897). Les 2 autres mouvements sont les réductions de 1891 pour ténor et piano solo[327]'[328].

    • I. Prélude et Chanson – (1891)
      4
      4
      Allegro moderato, en si bémol majeur. (2:15)
    • II. Entr'acte
      2
      4
      Andante, en la majeur. (3:25)
    • III. Madrigal – (1891)
      3
      4
      Allegretto, en fa majeur. (1:40)
    • IV. Épithalame
      2
      4
      Adagio non troppo, en ut majeur. (3:05)
    • V. Nocturne
      3
      4
      Andante molto moderato, en ré majeur. (2:15)
    • VI. Final
      3
      4
      Allegro vivo, en fa majeur. (3:20)
    si♭ maj
    (1899?) pour violon et piano
    ou
    pour flûte et piano
    Arr. Gabriel Fauré
    Nocturne de Shylock – Op.57, No.5, pour violon (ou flûte) avec accompagnement de piano
    • 3
      4
      Andante molto moderato.
    Arrangement en ré majeur pour violon (ou flûte) et piano, de Gabriel Fauré du mouvement No.5[329].
    ré maj
    (1900?) pour piano et pour voix et piano
    Arr. Gustave Samazeuilh
    Shylock – Op.57, réduction pour chant et piano
    Réduction de la suite d'orchestre pour piano à 2 mains de Gustave Samazeuilh (1877-1967), pour accompagner les parties originales de chant et piano de 1891[330],[331].
    • I. Prélude et Chanson (1891, Gabriel Fauré?)
      4
      4
      Allegro moderato, en si bémol majeur. (2:20)
    • II. Entr'acte
      2
      4
      [Andante moderato?]
    • III. Madrigal (1891, Gabriel Fauré?)
      3
      4
      Allegretto, en fa majeur. (1:40)
    • IV. Épithalame
      2
      4
      [Adagio?]
    • V. Nocturne
      3
      4
      [Andante molto moderato?]
    • VI. Final
      3
      4
      [Allegro vivo?]
    si♭ maj
    • Paris: J.Hamelle, 1941
    (1913?) pour orchestre d'harmonie
    Arr. Guillaume Balay
    Shylock – Op.57, Nos.1 & 5, transcription pour harmonie
    Arrangement pour orchestre d'harmonie, par Guillaume Balay (1871-1943)[332].
    • I. Entr'acte & épithalame
      2
      4
      [Andante?]
    • II. Final
      3
      4
      [Allegretto vivo?]
    • Paris: Evette et Schaeffer, 1913
    (1927) pour piano et cordes
    Arr. José Garcia-Badenes
    Nocturne de Shylock – Op.57, No.5, pour quintette à cordes, avec piano conducteur
    • 3
      4
      [Andante molto moderato?]
    Transcription pour 2 violons, alto, violoncelle et contrebasse avec piano conducteur, de José Garcia-Badenes (18??-1989)[333].
    ré maj
    • Paris: J.Hamelle, 1927
    (1930?) pour piano et orchestre
    Arr. Francis Salabert
    Shylock – Deux fragments symphoniques, Op.57, pour orchestre avec piano conducteur
    Arrangement pour orchestre et piano, par Francis Salabert (1884-1946)[334].
    • I. Prélude et Chanson
      4
      4
      [Allegro moderato?]
    • II. Madrigal
      3
      4
      [Allegretto?]
    • Paris: Ed.Salabert, 1930
    (1931?) pour piano
    Arr. William Bastard
    Nocturne de Shylock – Op.57, No.5, transcription, pour piano
    • 3
      4
      [Andante molto moderato?]
    Réduction pour piano à 2 mains de la nocturne pour violon et piano, par William Bastard (1880-1935)[335].
    • Paris: J.Hamelle, 1931
    114
    sans Op.
    1890 pour chœur et orgue ou piano
    ou
    pour voix, chœur et orgue ou piano
    Noël d'enfants (Les Anges dans nos campagnes)
    • 4
      4
      [Allegretto?]. (2:30 à 2:45)
      « J'entends là-bas dans la plaine,
      Les anges descendus des cieux »
    Cantique populaire en la majeur, pour chœur d'enfants à l'unisson, et orgue (ou piano). Existe en version pour mezzo-soprano et piano (ou orgue).
    la maj
    115
    sans Op.
    (51)
    1890 pour voix et orgue
    ou
    pour voix et piano
    En prière
    • 4
      4
      Moderato. (1:35 à 3:50)
      « Si la voix d'un enfant peut monter jusqu'à Vous, Ô mon Père,
      Écoutez de Jésus, devant Vous à genoux, La prière ! »
    Cantique pour voix moyenne et orgue (ou piano), d'après un poème de Stéphan Bordèse (1847-1919).
    Composée en mi bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton, puis transcrite en fa majeur pour ténor ou soprano et en ré bémol majeur pour alto ou basse[336].
    Il existe des arrangements récents dont : pour trompette et piano[34], pour clarinette et piano[53] et pour chœur à 4 voix mixtes et piano[337].

    → No.1 du recueil Op.2 de 1887 : « Deux mélodies ».
    → No.16 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897.

    fa maj
    –––––––
    mi♭ maj
    –––––––
    ré♭ maj
    • « à Madame Leroux-Ribeyre » (Rachel, pianiste)
    • Paris: A.Durand, Contes mystiques, 1890
    • Londres: Metzler, 1897
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v2):
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1890) pour voix et orchestre
    Arr. Gabriel Fauré
    En prière – pour chant et orchestre
    • 4
      4
      [Moderato?]
    Version orchestrée avec chant par Gabriel Fauré, pour 2 flûtes, hautbois, 2 clarinettes, basson, 4 cors, harpe et cordes[338].
    Il existe des arrangements récents dont pour flûte et orchestre, et pour hautbois (ou trombone) et ensemble à cordes[339].
    • Paris: Concerts Colonne, Blanche de Montalant (ms), Édouard Colonne (dir), 28 décembre 1890
    • Paris: A.Durand, 1890
    • États-Unis: J.Hamelle, 1923
    (?) pour piano
    Arr. ?
    En prière – mélodie transcrite pour piano
    • 4
      4
      [Moderato?]
    Réduction pour piano.
    • Paris: J.Hamelle
    (1899?) pour piano et violon (ou violoncelle)
    ou
    pour harpe et violon (ou violoncelle)
    Arr. Henri Büsser
    En prière – transcription pour piano (ou harpe) et violon (ou violoncelle)
    • 4
      4
      [Moderato?]
    Arrangement pour piano (ou harpe) accompagné d'un violon (ou violoncelle), de Henri Büsser (1872-1973)[340].
    • Paris: A.Durand, 1899
    (1900?) pour voix, piano et cordes
    Arr. Gabriel Fauré
    En prière – arrangement pour trio à cordes, piano et voix
    • 4
      4
      [Moderato?]
    Transcription pour 2 violons et alto avec piano et chant. Partition manuscrite écrite vers 1900 par Gabreil Fauré pour cordes, sans les parties pour piano et voix[341].
    • Manuscrit, 1900?
    (1941) pour voix, piano et cordes
    ou
    pour voix, harpe et cordes
    Arr. Renée Philippart
    En prière – pour chant, piano (ou harpe) et quatuor à cordes
    • 4
      4
      [Moderato?]
    Arrangement pour voix moyenne, piano (ou harpe) et quatuor à cordes de Renée Philippart (1905-1993). Probablement une commande de Charles Panzéra (1896-1976), célèbre baryton suisse qui a longtemps collaboré avec Gabriel Fauré[56].

    → No.4 du recueil de 1941 « 4 mélodies orchestrées ».

    • Manuscrit envoyé en privé, 1941
    • Œuvre inédite?
    116
    Op.55
    1890? pour voix, chœur, orgue, harpe et contrebasses
    Tantum ergo – Op.55
    • 4
      4
      Andante. (1:55 à 3:50)
      « Tantum ergo, Sacramentum, Veneremur cernui
      Et antiquum documentum Novo cedat ritui »
    Cantate en la majeur, sur une hymne de Thomas d'Aquin (1225-1274), pour ténor ou soprano solo et chœur mixte SATBB avec accompagnement d'orgue, de harpe (ou piano) et contrebasses (ou pédale d'orgue)[342].

    → No.5 du recueil « Musique religieuse », de 1911.

    la maj
    • « à l'abbé J. Panis »
    • St-Gervais: Société nationale de musique, Fritz Warmbrodt (t), M. Frank (harp), 22 janvier 1891
    • Paris: J.Hamelle, 1893
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1911
    (1890?) pour voix, chœur, orgue, harpe et cordes
    Arr. Gabriel Fauré
    Tantum ergo – Op.55, pour solo, chœur mixte, avec accompagnement de harpe, orgue et quintette à cordes
    • 4
      4
      [Andante?]. (4:25)
    Version (première?) avec accompagnement de quintette à cordes réalisée par Gabriel Fauré (Partition manuscrite)[343].
    la maj
    • Manuscrit, 1890?
    117
    sans Op.
    1890
    avril
    musique de scène pour chœur mixte et orchestre
    La Passion – Prélude
    • 4
      4
      Andante moderato.
      « La terre nue et sans chemin, Où se traîne le peuple humain
      Va s'épanouir sous ta main Comme un lis altéré d'aurore »
    Prologue en sol mineur, pour la pièce d'Edmond Haraucourt (1856-1941), pour chœur mixte SATTB et orchestre. À l'origine, il devait servir à un concert spirituel sur les textes de l'auteur, lus par Sarah Bernhardt et Albert Lambert, au « Cirque d'hiver » le 4 avril 1890, mais le projet d'orchestration fut abandonné. Le manuscrit a permis à Sylvia Kahan[344] de reconstituer le prélude et de le publier en 1999[345]'[346]'[347].
    Pour chœur SATB, 2 flûtes, 2 hautbois, cor anglais, 2 clarinettes, 2 bassons, 4 cors, trompette, 3 trombones, timbales et cordes (violons I & II, altos, violoncelles et contrebasses).
    sol min
    • Paris: Société nationale de musique, Salle Érard, Vincent d'Indy (dir), 21 avril 1890
    • Manuscrit, 1890
    • Œuvre inédite
    • Ed. Sylvia Kahan
    • Amsterdam: Gordon & Breach, 1999
    (1999) pour piano
    Arr. Sylvia Kahan
    La Passion – réduction pour piano
    • 4
      4
      Andante moderato.
    Réduction pour piano par Sylvia Kahan (1952-) réalisée en parallèle à la restitution de l’œuvre originale.
    sol min
    • Ed. Sylvia Kahan
    • Amsterdam: Gordon & Breach, 1999
    118
    Op.51 /4
    (50)
    1890
    août
    pour voix et piano
    La rose (Ode anacréontique) – Op.51, No.4
    • 3
      4
      Andante. (2:05 à 3:00)
      « Je dirai la rose aux plis gracieux,
      La rose est le souffle embaumé des Dieux »
    Mélodie pour voix et piano, d'après un poème de Charles-Marie Leconte de Lisle (1818-1894). (Poèmes antiques: Odes anacréontiques, No.9, publié en 1852).
    Composition en fa majeur pour soprano ou ténor puis transcription en mi bémol majeur pour baryton ou mezzo-soprano[348].
    Il existe des arrangements récents dont our clarinette et piano[74].

    → No.4 du recueil « Quatre mélodies, Op.51 ».
    → No.23 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897.
    → No.4 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    fa maj
    –––––––
    mi♭ maj
    • « à Monsieur Maurice Bagès » (ténor)
    • Paris: J.Hamelle, 1890
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 3:
      Paris: J.Hamelle, 1908
    119
    Op.58
    (54-58)
    1891

    No.1:
    7 juin 1891
    No.2:
    20 juin 1891
    No.3:
    23 juillet 1891
    No.4:
    août 1891
    No.5:
    septembre 1891

    pour voix et piano
    Cinq mélodies, dites « de Venise » – Op.58
    Cycle de cinq mélodies pour voix et piano, composées à Venise (Nos.1 & 2) puis à Paris, sur des poèmes de Paul Verlaine (1844-1896)[349].
    • No.1:
      Salon de Marguerite Baugnies[Lequel ?], 21 juin 1891
    • Nos.1 à 4:
      Bruxelles: Les XX, Cécile Thévenet (ms), 4 mars 1892
    • Nos.1 à 5:
      Paris: Société nationale de musique, Maurice Bagès (t), 2 avril 1892
    • No.1:
      Le Figaro Musical, novembre 1891
    • No.1:
      Paris: J.Hamelle, 1891
    • No.2:
      Paris: J.Hamelle, 1891
    • No.3:
      Paris: J.Hamelle, 1891
    • Complet:
      Paris: J.Hamelle, 1891
    • Londres: Metzler, 1896
    • Recueil 3:
      Paris: J.Hamelle, 1908
    Mandoline – Op.58, No.1
    • 4
      4
      Allegretto moderato. (1:35 à 2:40)
      « Les donneurs de sérénades Et les belles écouteuses
      Échangent des propos fades Sous les ramures chanteuses »
    Première mélodie (No.54). (Fêtes galantes: No.15, publié en 1869).
    Composition en sol majeur pour mezzo-soprano ou baryton. Puis transcription en si bémol majeur puis en la bémol majeur, pour soprano ou ténor et enfin en fa majeur pour basse ou alto[350].
    Arrangements récents, pour flûte et piano[122].

    → No.7 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    si♭ maj
    la♭ maj
    –––––––
    sol maj
    –––––––
    fa maj
    En sourdine – Op.58, No.2
    • 4
      4
      Andante moderato. (2:15 à 4:05)
      « Calmes dans le demi-jour, Que les branches hautes font,
      Pénétrons bien notre amour, De ce silence profond »
    Deuxième mélodie (No.55). (Fêtes galantes: No.21, Calmes dans le demi‑jour, publié en 1869).
    Composition en mi bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton. Puis transcription en la bémol majeur puis en fa dièse mineur pour soprano ou ténor[351].

    → No.8 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    la♭ maj
    fa♯ min
    –––––––
    mi♭ maj
    Green – Op.58, No.3
    • 3
      4
      Andante con moto. (1:40 à 2:05)
      « Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
      Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous »
    Troisième mélodie (No.56). (Romances sans paroles: Aquarelles, No.1, publié en 1872).
    Composition en sol bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton. Puis transcription en la bémol majeur pour soprano ou ténor[352].
    Il existe des arrangements récents dont, pour flûte et piano[30].

    → No.9 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    la♭ maj
    –––––––
    sol♭ maj
    A Clymène – Op.58, No.4
    • 9
      8
      Andantino. (2:25 à 3:30)
      « Mystiques barcarolles, Romances sans paroles,
      Chère, puisque tes yeux, Couleur des cieux »
    Quatrième mélodie (No.57). (Fêtes galantes: No.16, publié en 1869).
    Composition en mi mineur puis en mi bémol majeur, pour soprano ou ténor. Puis transcription en ré mineur pour mezzo-soprano ou baryton[353].

    → No.10 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    mi min
    mi♭ maj
    –––––––
    ré min
    'C'est l'extase' – Op.58, No.5
    • 3
      4
      Adagio non troppo. (2:15 à 4:05)
      « C'est l'extase langoureuse, C'est la fatigue amoureuse,
      C'est tous les frissons des bois, Parmi l'étreinte des brises »
    Dernière mélodie (No.58). (Romances sans paroles: Ariettes oubliées, No.1, C'est l'extase langoureuse, publié en 1872).
    Composition en ré bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton. Puis transcription en mi bémol majeur pour soprano ou ténor[354].

    → No.11 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    mi♭ maj
    –––––––
    ré♭ maj
    (1900?) pour voix et orchestre
    Arr. Florent Schmitt
    Mandoline – Op.58, No.1, version avec orchestre
    • 4
      4
      [Allegretto moderato?]
    Orchestration en sol majeur de Florent Schmitt (1870-1958). Manuscrit de la partie d'orchestre en location chez l'éditeur[355],[356].
    sol maj
    • Manuscrit, en location chez J.Hamelle
    (1900-30?) pour voix et orchestre à cordes
    Arr. Gustave Samazeuilh
    Green – Op.58, No.3, version pour chant et cordes
    • 3
      4
      [Andante con moto?]
    Orchestration pour cordes de Gustave Samazeuilh (1877-1967) réalisée au début du siècle. Le manuscrit était en location chez l'éditeur[252].
    • Paris: en location chez J.Hamelle
    (1925?) pour piano et orchestre
    Arr. José Garcia-Badenes
    Mandoline – Op.58, No.1, pour orchestre avec piano conducteur
    • 4
      4
      [Allegretto moderato?]
    Transcription pour piano et orchestre de José Garcia-Badenes (18??-1989)[357].
    • Paris: J.Hamelle, 1925
    120
    Op.48 [v1]
    1877-1893
    janvier
    V. originale:
    d'octobre 1887
    à janvier 1888
    Version 1:
    No.6:
    1877 et 1893
    No.2:
    printemps 1889
    à 1891
    pour soprano, baryton, chœur, orgue et orchestre
    Requiem, en ré mineur – Op.48 [v1], messe des morts
    Première version (de 1893):
    Les mouvements II. et VI. sont ajoutés à la version originale [vo] de 1888, du printemps 1889 à janvier 1893, pour former la première version achevée de la messe, dite « version de 1893 »[358]. Par ailleurs, le mouvement VI est un recyclage du « Libera me » de 1877.
    Pour chœur, soprano solo, baryton solo, 4 cors, 2 trompettes, 3 trombones, harpe, timbales, orgue et cordes (violon solo, altos, violoncelles et contrebasse)[298].
    • I. Introït & Kyrie – (1887)
      4
      4
      Largo, en ré mineur. (6:00 à 7:20)
      « Requiem aeternam dona eis, Domine
      Et lux perpetua luceat eis »
    • II. Offertoire – (1889)
      4
      4
      Adagio molto, en si mineur. (8:00 à 8:55)
      « O Domine, Jesu Christe, Rex gloriae,
      libera animas defunctorum de ore leonis »
    • III. Sanctus – (1888)
      3
      4
      Andante moderato, en mi bémol majeur. (2:05 à 4:35)
      « Sanctus, Sanctus, Sanctus, Dominus Deus Sabaoth
      Pleni sunt coeli et terra gloria tua »
    • IV. Pie Jesu – (1888)
      4
      4
      Adagio, en si bémol majeur. (3:25 à 4:10)
      « Pie Jesu domine, donna eis requiem
      donna eis requiem »
    • V. Agnus Dei & Lux Aeterna – (1888)
      3
      4
      Andante, en fa majeur. (3:15 à 6:05)
      « Agnus dei, qui tollis peccata mundi,
      donna eis requiem »
    • VI. Libera me – (1877-1893)
      4
      4
      Moderato, en ré mineur. (4:25 à 4:35)
      « Libera me, Domine, de morte aeterna
      in die illa tremenda »
    • VII. In Paradisum – (1887)
      3
      4
      Andante moderato, en ré majeur. (3:25 à 6:30)
      « In Paradisum deducant te angeli
      in tuo adventu suscipiant te martyres et perducant te »
    Seconde version :
    Voir ci-dessous la « version pour concert » réorchestrée par Jean Roger-Ducasse en 1900.

    → Voir en 1888 la version originale comportant 5 mouvements.

    ré min
    • Paris: Église de la Madeleine, Gabriel Fauré (dir), 21 janvier 1893
    • Paris: J.Hamelle, 1893
    120A
    Op.48 [v2]
    Version 2:
    (1899-1900)
    pour soprano, baryton, chœur, orgue et grand orchestre
    Arr. Jean Roger-Ducasse
    Requiem, en ré mineur – Op.48 [v2], pour grand orchestre
    Seconde version :
    Adaptation de la messe pour grand orchestre, dite « version de 1900 », ou « version de concert »[359]. Réorchestrée par Gabriel Fauré et/ou par son élève préféré, Jean Roger-Ducasse (1873-1954). Il semble en effet, que ce dernier, à la suite de la demande de l'éditeur J.Hamelle d'une version pour grand orchestre, ait été chargé de l'adaptation et de l'édition. C'est la version la plus connue et la plus jouée.
    Pour chœur, soprano solo, baryton solo, 2 flûtes, 2 clarinettes, 2 bassons, 4 cors, 2 trompettes, 3 trombones, timbales, harpe, orgue et cordes[298].
    Il existe quelques arrangements récents, dont une réduction pour chœur et orgue ou piano[360], à cappella ou avec piano ou orgue[361], pour orgue seule[362]'[363].
    • I. Introït & Kyrie
      4
      4
      Largo, en ré mineur. (4:20 à 8:10)
      « Requiem aeternam dona eis, Domine
      Et lux perpetua luceat eis »
    • II. Offertoire
      4
      4
      Adagio molto, en si mineur. (5:55 à 10:40)
      « O Domine, Jesu Christe, Rex gloriae,
      libera animas defunctorum de ore leonis »
    • III. Sanctus
      3
      4
      Andante moderato, en mi bémol majeur. (1:40 à 4:00)
      « Sanctus, Sanctus, Sanctus, Dominus Deus Sabaoth
      Pleni sunt coeli et terra gloria tua »
    • IV. Pie Jesu
      4
      4
      Adagio, en si bémol majeur. (2:25 à 4:45)
      « Pie Jesu domine, donna eis requiem
      donna eis requiem »
    • V. Agnus Dei & Lux Aeterna
      3
      4
      Andante, en fa majeur. (3:05 à 7:05)
      « Agnus dei, qui tollis peccata mundi,
      donna eis requiem »
    • VI. Libera me
      4
      4
      Moderato, en ré mineur. (3:40 à 6:10)
      « Libera me, Domine, de morte aeterna
      in die illa tremenda »
    • VII. In Paradisum
      3
      4
      Andante moderato, en ré majeur. (2:45 à 7:05)
      « In Paradisum deducant te angeli
      in tuo adventu suscipiant te martyres et perducant te »
    ré min
    • Paris: Trocadéro, avec 250 musiciens, Paul Taffanel (dir), 12 juillet 1900
    (1900?) pour chœur, voix et piano
    Arr. Jean Roger-Ducasse
    Requiem – Op.48, pour chant et piano (ou orgue)
    Réduction de la messe par Jean Roger-Ducasse (1873-1954), pour soli soprano et baryton, chœur mixte SATB et piano ou orgue[364]'[365].
    Voir les extraits publiés en 1901 et 1902 des « Pie Jesu »[366] et « In Paradisium »[367].
    Il existe une version du « Pie Jesu » pour chant et piano sur des textes en français d'Amédée-Louis Hettich (1856-1937), publiée en 1932.
    • I. Introït & Kyrie
      4
      4
      [Largo?]
    • II. Offertoire
      4
      4
      [Adagio molto?]
    • III. Sanctus
      3
      4
      [Andante moderato?]
    • IV. Pie Jesu
      4
      4
      [Adagio?]
    • V. Agnus Dei & Lux Aeterna
      3
      4
      [Andante?]
    • VI. Libera me
      4
      4
      [Moderato?]
    • VII. In Paradisum
      3
      4
      [Andante moderato?]
    ré min
    • Paris: J.Hamelle, 1900
    • Paris: J.Hamelle, 1932
    (1931?) pour voix et orgue
    Arr. Omer Letorey
    Libera me. Délivre-moi, Seigneur – Op.48, No.6, transcription pour chant et orgue
    • 4
      4
      [Moderato?]
    Transcription du sixième mouvement du « Requiem », pour baryton ou mezzo-soprano et orgue, par Omer Letorey (1875-1938)[368].
    • Paris: J.Hamelle, 1931
    (1999) pour piano
    Arr. Émile Naoumoff
    Requiem – Op.48, transcription pour piano solo
    Réduction de la messe pour piano solo par Émile Naoumoff (1962-)[369]'[370].
    • I. Introït & Kyrie
      4
      4
      [Largo?] Profond. (5:40)
    • II. Offertoire
      4
      4
      [Adagio molto?]. (7:05)
    • III. Sanctus
      3
      4
      [Andante moderato?]. (3:05)
    • IV. Pie Jesu
      4
      4
      [Adagio?]. (3:10)
    • V. Agnus Dei & Lux Aeterna
      3
      4
      [Andante?]. (5:15)
    • VI. Libera me
      4
      4
      [Moderato?]. (4:10)
    • VII. In Paradisum
      3
      4
      [Andante moderato?]. (3:35)
    • Paris: Van de Velde?
    • Mayence: Schott, 1999
    121 1893 pour orchestre de chambre
    Le Bourgeois gentilhomme
    Projet de musique de scène pour la pièce de Molière (1622-1673), sur commande de Raoul Porel (directeur de la salle). La représentation prévue pour avril 1893 au théâtre de l'Eden fut finalement annulée en raison de la faillite de la salle de spectacle. La pièce sera finalement jouée à l'Odéon la même année, mais probablement sans la musique de Gabriel Fauré.
    Certains morceaux ont été recyclés par la suite dont l'interlude pour la « Sicilienne, Op.78 » pour violoncelle et piano puis pour « Pelléas et Mélisande, Op.80 » de 1909
    • Sérénade (Acte I. Scène 2).
    • Interlude (« Sicilienne, Op.78 », « Pelléas et Mélisande, Op.80 »).
    • Menuet ?
    • Première annulée:
      Paris: Théâtre l'Eden, avril 1893
    • Œuvre inachevée et inédite
    121A
    Op.post.
    (69)
    1893
    27 février
    pour voix et piano
    Sérénade du Bourgeois gentilhomme
    • 9
      8
      [Sans indication]. (1:15 à 1:30)
      « Je languis nuit et jour, et ma peine est extrême.
      Depuis qu'à vos rigueurs vos beaux yeux m'ont soumis »
    Mélodie (Sérénade) pour voix élevée et piano, initialement composée pour une musique de scène, d'après les textes de Jean-Baptiste Pocquelin, dit Molière (1622-1673). Opus posthume. (Le Bourgeois gentilhomme: Acte I, scène 2)[371].
    Composition en fa mineur pour soprano ou ténor puis transcription en mi bémol mineur et ré mineur pour baryton ou mezzo-soprano. Opus posthume.
    fa min
    –––––––
    mi♭ min
    ré min
    • Paris: l'Odéon, 1893
    121Bsans Op. 1893
    mars
    pour orchestre de chambre
    Interlude (Sicilienne)
    • 6
      8
      Andantino
    Extrait du « Bourgeois gentilhomme » pour orchestre de chambre par Gabriel Fauré. Pour flûte, hautbois, violons I & II, alto et violoncelle[372].
    Cette orchestration est différente de celle réalisée en 1898 par Charles Koechlin (1867-1950) pour « Pelléas et Mélisande, Op.80 ».

    → Voir la version finale de la « Sicilienne, Op.78 » de 1898.
    → Voir la « Suite pour orchestre, Op.80 » ainsi que les arrangements qui en sont issus.

    si♭ maj
    121C
    sans Op.
    1893 pour orchestre de chambre
    Menuet
    • 3
      4
      Moderato
    Probable extrait du « Bourgeois gentilhomme » en fa majeur pour orchestre de chambre. Pour flûte, hautbois, clarinette et cordes (violons I & II, alto, violoncelle et contrebasse)[373].
    fa maj
    122
    Op.59
    1887-1893
    août
    pour piano
    Valse-caprice No.3, en sol bémol majeur – Op.59
    • 3
      4
      Allegro moderato. (5:55 à 8:30)
    Valse pour piano en sol bémol majeur[374].

    → No.3 du recueil « Valses et Mazurka pour piano » de 1930.

    sol♭ maj
    • « à Mme Philippe Diertelen » (parents de Louise Diertelen)
    123
    Op.61
    (59-67)
    1892-1894
    No.7:

    9 août 1892
    No.1:
    17 septembre
    1892
    No.4:
    1892
    No.6:
    1892
    No.2:
    1893
    No.8:
    20 mai 1893
    No.3:
    20 juillet 1893
    No.5:
    4 décembre
    1893
    No.9:
    février 1894

    pour voix et piano
    La bonne chanson – Op.61
    Cycle de neuf mélodies pour voix haute (ténor) et piano, d'après le recueil de 1870 du même nom, de Paul Verlaine (1844-1896). Dédicace à Emma Bardac dont Fauré venait de tomber amoureux et qui l'assista dans la composition en chantant et travaillant les nouvelles créations[375]'[376].
    • Paris: Maison de la contesse Henri de Saussine, Maurice Bagès (t), Gabriel Fauré (p), 25 avril 1894
    • Paris: Société nationale de musique, Jeanne Remacle (s), Gabriel Fauré (p), 20 avril 1895
    • Une Sainte en son auréole... – Op.61, No.1
      3
      4
      Allegretto con moto. (1:55 à 2:50)
      « Une Sainte en son auréole,
      Une Châtelaine en sa tour »
    Première mélodie (No.59). (La bonne chanson: No.8, publié en 1870).
    Composition en la bémol majeur pour soprano ou ténor. Puis transcription en sol mineur pour mezzo-soprano ou baryton. Un extrait sera développé à l'automne 1917 pour le morceau pour harpe seule[377].

    → Pour harpe « Une châtelaine en sa tour, Op.110 » de 1917.

    la♭ maj
    –––––––
    sol min
    • Puisque l'aube grandit... – Op.61, No.2
      4
      4
      Allegro. (1:00 à 2:20)
      « Puisque l'aube grandit, puisque voici l'aurore,
      Puisque, après m'avoir fui longtemps, »
    Deuxième mélodie (No.60). (La bonne chanson: No.4, publié en 1870).
    Composition en sol majeur pour soprano ou ténor. Puis transcription en fa dièse mineur pour mezzo-soprano ou baryton[378].
    sol maj
    –––––––
    fa♯ min
    • La lune blanche luit dans les bois... – Op.61, No.3
      9
      8
      Andantino. (1:25 à 2:50)
      « La lune blanche Luit dans les bois,
      De chaque branche Part une voix Sous la ramée... »
    Troisième mélodie (No.61). (La bonne chanson: No.6, publié en 1870).
    Composition en fa dièse majeur pour soprano ou ténor. Puis transcription en mi majeur pour mezzo-soprano ou baryton[379].
    fa♯ maj
    –––––––
    mi maj
    • J'allais par les chemins perfides... – Op.61, No.4
      3
      4
      Allegretto quasi andante. (1:40 à 2:10)
      « J'allais par les chemins perfides,
      Douloureusement incertain. »
    Quatrième mélodie (No.62). (La bonne chanson: No.20, publié en 1870).
    Composition en fa dièse mineur pour soprano ou ténor. Transcription en mi mineur pour baryton ou mezzo-soprano[380].
    fa♯ min
    –––––––
    mi min
    • J'ai presque peur, en vérité... – Op.61, No.5
      4
      4
      Allegro molto. (2:00 à 2:30)
      « J'ai presque peur, en vérité
      Tant je sens ma vie enlacée »
    Cinquième mélodie (No.63). (La bonne chanson: No.15, publié en 1870).
    Composition en mi mineur pour soprano ou ténor. Puis transcription en ré bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton[381].
    mi min
    –––––––
    ré♭ maj
    • Avant que tu ne t'en ailles... – Op.61, No.6
      3
      4
      Quasi adagio. (2:25 à 3:30)
      « Avant que tu ne t'en ailles,
      Pâle étoile du matin »
    Sixième mélodie (No.64). (La bonne chanson: No.5, publié en 1870).
    Composition en ré bémol majeur pour soprano ou ténor. Puis transcription en si majeur pour mezzo-soprano ou baryton[382].
    ré♭ maj
    –––––––
    si maj
    • Donc, ce sera par un clair jour d'été... – Op.61, No.7
      4
      4
      Allegro non troppo. (2:15 à 2:55)
      « Donc, ce sera par un clair jour d'été
      Le grand soleil, complice de ma joie »
    Septième mélodie (No.65). (La bonne chanson: No.19, publié en 1870).
    Composition en si bémol majeur pour soprano ou ténor. Puis transcription en la bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton[383].
    si♭ maj
    –––––––
    la♭ maj
    • N'est-ce pas ? – Op.61, No.8
      3
      4
      Allegretto moderato. (1:10 à 2:50)
      « N'est-ce pas? en dépit des sots et des méchants
      Qui ne manqueront pas d'envier notre joie »
    Huitième mélodie (No.66). (La bonne chanson: No.17, publié en 1870).
    Composition en sol majeur pour soprano ou ténor. Puis transcription en fa dièse mineur et fa majeur pour mezzo-soprano ou baryton[384].
    sol maj
    –––––––
    fa♯ min
    fa maj
    • L'hiver a cessé – Op.61, No.9
      4
      4
      Allegro. (1:40 à 3:30)
      « L'hiver a cessé, la lumière est tiède
      Et danse, du sol au firmament clair »
    Neuvième mélodie (No.67). (La bonne chanson: No.21, publié en 1870).
    Composition en si bémol majeur pour soprano ou ténor. Puis transcription en la bémol majeur et sol majeur pour mezzo-soprano ou baryton[385].
    si♭ maj
    –––––––
    la♭ maj
    sol maj
    (1898) pour voix, piano et quintette à cordes
    Arr. Gabriel Fauré
    La bonne chanson – Op.61, avec accompagnement de quintette à cordes et piano
    Arrangement pour voix élevée (ou moyenne), piano, deux violons, alto, violoncelle et contrebasse, réalisé par Gabriel Fauré pour un concert privé donné en 1898 à Londres[386]'[387].
    Deux éditions distinctes, pour voix élevée et voix moyenne, ont récemment été éditées[388].
    • No.1: Une Sainte en son auréole
      3
      4
      Allegretto, en sol mineur. (2:10 à 2:40)
    • No.2: Puisque l'aube grandit
      4
      4
      Allegro, en fa dièse mineur. (1:40 à 2:10)
    • No.3: La lune blanche luit dans les bois
      9
      8
      Andantino, en fa dièse majeur. (2:20 à 3:05)
    • No.4: J'allais par des chemins perfides
      3
      4
      Allegretto quasi andante, en fa dièse mineur. (1:35 à 2:05)
    • No.5: J'ai presque peur, en vérité
      4
      4
      Allegro molto, en mi mineur. (2:10 à 2:35)
    • No.6: Avant que tu ne t'en ailles
      3
      4
      Quasi adagio, en ré bémol majeur. (2:20 à 2:50)
    • No.7: Donc, ce sera par un clair jour d'été
      4
      4
      Allegro non troppo, en si bémol majeur. (2:20 à 2:55)
    • No.8: N'est-ce pas ?
      3
      4
      Allegretto moderato, en sol majeur. (2:05 à 2:40)
    • No.9: L'hiver a cessé
      4
      4
      Allegro, en si bémol majeur. (2:55 à 3:30)
    • Londres: Maison de Leo Frank Schuster, Maurice Bagès (t), Gabriel Fauré (p), 1er avril 1898
    • Œuvre inédite
    • Manuscrit, 1898
    • Révision:
      Paris: J.Hamelle, 2010
    (1900-30?) pour voix et orchestre à cordes
    Arr. Gustave Samazeuilh
    Une Sainte en son auréole – Op.61, No.1, version pour chant et cordes
    • 3
      4
      [Allegretto?]
    Orchestration pour cordes de Gustave Samazeuilh (1877-1967) réalisée au début du siècle. Le manuscrit était en location chez l'éditeur[252].
    • Paris: en location chez J.Hamelle
    (1933) pour voix et orchestre
    Arr. Maurice le Boucher
    La bonne chanson – Op.61
    Arrangement de 1933 pour chant et orchestre symphonique par Maurice le Boucher (1882-1964), élève de Gabriel Fauré. La mode était alors aux mélodies accompagnées d'un orchestre[389],[390].
    • No.1: Une Sainte en son auréole
      3
      4
      [Allegretto?]
    • No.2: Puisque l'aube grandit
      4
      4
      [Allegro?]
    • No.3: La lune blanche luit dans les bois
      9
      8
      [Andantino?]
    • No.4: J'allais par des chemins perfides
      3
      4
      [Allegretto quasi andante?]
    • No.5: J'ai presque peur, en vérité
      4
      4
      [Allegro molto?]
    • No.6: Avant que tu ne t'en ailles
      3
      4
      [Quasi adagio?]
    • No.7: Donc, ce sera par un clair jour d'été
      4
      4
      [Allegro non troppo?]
    • No.8: N'est-ce pas ?
      3
      4
      [Allegretto moderato?]
    • No.9: L'hiver a cessé
      4
      4
      [Allegro, en si bémol majeur?]
    • Enregistrement: Suzanne Stappen (s), Piero Coppola (dir), de juin 1934 à début 1935
    • Paris: J.Hamelle, 1933
    124
    Op.62
    1893-1894 pour piano
    Valse-caprice No.4, en la bémol majeur – Op.62
    • 3
      4
      Molto moderato quasi lento. (6:25 à 8:35)
    Valse pour piano en la bémol majeur[391].

    → No.4 du recueil « Valses et Mazurka pour piano » de 1930.

    la♭ maj
    • « à Mme Max Lyon »
    • Paris: Société Nationale de Musique, Léon Delafosse (p), 2 mai 1896
    • Paris: J.Hamelle, 1894
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1930
    (1902?) pour piano à 4 mains
    Arr. Isidore Philipp
    Valse-caprice No.4 – Op.62, transcrite à 2 pianos
    • 3
      4
      [Molto moderato quasi lento?]
    Transcription pour deux pianos par Isidore Philipp (1863-1958)[392].
    • Paris: J.Hamelle, 1902
    125
    Op.63bis
    1894
    Révision v2:
    1914
    pour voix, harpe, flûte et deux clarinettes
    Arr. Gabriel Fauré & Théodore Reinach
    Hymne à Apollon – Op.63bis
    Reconstruction en la mineur d'une chanson grecque de l'antiquité (IIIe av. JC), découverte à Delphes par l'École française d'Athènes, restituée par Henri Weil (1818-1909) et traduite par Eugène d'Eichtal (1844-1936).
    Accompagnement de 1894 par Gabriel Fauré pour une voix et petit ensemble (flûte, 2 clarinettes et harpe) sur une transcription de Théodore Reinach (1860-1928)[393]'[394].

    Version originale (v1) :
    Première version de 1894 en la mineur. « Ton kitharisei kluton »

    • 5
      4
      Andante moderato. (6:40)
      « Dieu dont la lyre est d'or, O fils du grand Zeus !

      Sur le sommet de ces monts neigeux »

    Version révisée (v2) :
    Révision de 1914 avec nouvel incipit. « Khairèth' Helikôna bathudendron »

    • 5
      4
      Andante moderato. (6:40)
      « O Muses de l'Hélicon aux bois profonds,

      Filles de Zeus retentissant, Vierges aux bras glorieux »
    la min
    • « à Théodore Homolle » (archéologue et helléniste)
    • Paris: École des Beaux-Arts, Jeanne Remacle (s), M. Frank (harp), Gabriel Fauré (harm), 12 avril 1894
    • Paris: O.Bornemann, 1894
    • Révision:
      Paris: S.Bornemann, 1914
    (1894)
    Révision:
    1914
    pour voix et piano
    Arr. Gabriel Fauré & Théodore Reinach
    Hymne à Apollon – Op.63bis, pour chant et piano
    Réduction en la mineur pour voix et piano en 1894. Également révisée en 1914[395].

    Version originale (v1) :

    • 5
      4
      Andante moderato. (6:40)
      « Dieu dont la lyre est d'or, O fils du grand Zeus !

      Sur le sommet de ces monts neigeux »

    Version révisée (v2) :

    • 5
      4
      Andante moderato. (6:40)
      « O Muses de l'Hélicon aux bois profonds,

      Filles de Zeus retentissant, Vierges aux bras glorieux »
    la min
    • « à Théodore Homolle » (archéologue et helléniste)
    126
    Op.69
    1879-1894 pour piano et violoncelle
    Romance, en la majeur – Op.69, pour violoncelle et piano
    • 4
      4
      Andante quasi allegretto. (3:10 à 4:40)
    Œuvre pour piano et violoncelle, en la majeur. À remarquer que le manuscrit de 1894 porte le titre « Andante, Op.63 »[396].

    → Voir la première version manuscrite de 1879 nommée « Andante » pour violoncelle et orgue.
    → No.6 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

    la maj
    • « à M. Jules Griset » (violoncelliste)
    • Genève: Adolf Rehberg (vlc), Gabriel Fauré (p), 14 novembre 1894
    127
    Op.64
    1890-1894 pour piano et cordes
    Quintette pour piano et cordes No.1 – Op.64
    Première version terminée en 1894, après une tentative en 1890, mais non éditée car Gabriel Fauré n'était pas encore satisfait. La seconde version de 1905 (Op.89) sera achevée et éditée. Pour piano, 2 violons, alto et violoncelle[397].
    • I. Molto moderato
      4
      4
      en ré mineur.
    • II. Adagio
      12
      8
      en sol majeur.
    • III. Finale: Allegretto moderato
      2
      2
      en ré majeur.

    → Voir la « Quintette pour piano et cordes No.1, Op.89 » pour la version définitive.

    ré min
    • Édition annulée
    128
    Op.63
    1894
    3 août
    pour piano
    Nocturne No.6, en ré bémol majeur – Op.63
    • 3
      2
      Adagio / 3
      2
      Allegro moderato. (7:05 à 9:35)
    Pièce pour piano en ré bémol majeur[398].

    → No.6 du recueil « Nocturnes pour piano » de 1903.
    → No.6 du recueil « Nocturnes, piano » de 1921.

    ré♭ maj
    • Paris: J.Hamelle, 1894
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1903
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1921
    129
    Op.65 /1
    1894 pour chœur et orgue
    ou
    pour 2 voix et orgue
    Ave verum – Op.65, No.1
    • 4
      4
      Allegretto. (3:00 à 3:45)
      « Ave verum corpus natum de Maria virgine,
      vere passum, immolatum in cruce pro homine »
    Motet composé pour chœur de femmes à deux voix SA ou duo pour soprano et alto (ou ténor et baryton) avec accompagnement d'orgue. En fa mineur[399].
    Il existe un arrangement récent pour sextuor à cuivres[400].

    → No.1 du recueil « Deux motets, Op.65 ».
    → No.6 du recueil « Musique religieuse », de 1911.

    fa min
    (1894?) pour voix, orgue et/ou contrebasse
    Arr. Gabriel Fauré
    Ave verum – Partie de contrebasse pour le motet Op.65, No.1
    • 4
      4
      Allegretto.
    Partie pour contrebasse composée probablement en 1894, par Gabriel Fauré, pour accompagnement du chœur ou du duo (avec ou sans orgue?)[401].
    fa min
    • Manuscrit, 1894?
    • Œuvre inédite
    130
    Op.65 /2
    1894
    14 août
    pour voix, chœur et orgue
    Tantum ergo, en mi majeur – Op.65, No.2
    • 4
      4
      Andante. (2:15 à 3:50)
      « Tantum ergo, Sacramentum, Veneremur cernui

      Veneremur cernui,  Et antiquum documentum Novo cedat ritui »
    Motet composé pour chœur de femmes (ou d'enfants) à trois voix SSA (avec soli) et accompagnement d'orgue, en mi majeur[402].
    Il existe un arrangement récent pour sextuor à cuivres[403].

    → No.2 du recueil « Deux motets, Op.65 ».
    → No.7 du recueil « Musique religieuse », de 1911.

    mi maj
    • Paris: J.Hamelle, 1894
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1911
    131
    sans Op.
    1894 pour voix, chœur et orgue
    Sancta Mater
    • 4
      4
      Moderato. (2:40)
      « Sancta Mater, istud agas,

      crucifíxi fige plagas cordi meo válide »
    Motet composé en la majeur, pour ténor (ou soprano) solo, chœur mixte SATB et orgue[404],[405].
    la maj
    • Paris: J.Hamelle, 1922
    132
    Op.Post.
    1894? pour 2 voix et orgue
    ou
    pour 2 voix avec harpe et orgue
    ou
    pour 2 voix avec harpe, orgue et/ou cordes
    Ave Maria, en fa majeur
    • 3
      4
      [Sans indication de tempo]
      « Ave Maria gratia plena,

      Dominus tecum, dominus tecum »
    Cantate en fa majeur pour baryton (ou basse) et ténor avec orgue. Existe aussi avec orgue et accompagnement de harpe (ad.lib.). Existerait aussi avec accompagnement supplémentaire d'un quintette à cordes (quelques parties sont incorporées au manuscrit de 1894). Œuvre posthume[406]'[407].
    fa maj
    • Manuscrit, 1894
    • Œuvre inédite
    • Stuttgart: Carus Verlag, 1999
    • Ed. Jean-Michel Nectoux, 1999
    133
    Op.66
    1894
    18 septembre
    pour piano
    Barcarolle No.5, en fa dièse mineur – Op.66
    • 9
      8
      Allegretto moderato. (5:15 à 7:40)
    Pièce pour piano en fa dièse mineur[408].

    → No.5 du recueil « Six Barcarolles et cinq Impromptus pour piano » de 1926.

    fa♯ min
    • Paris: Société Nationale de Musique, Léon Delafosse (p), 2 mai 1896
    134
    Op.83 /1
    (68)
    1894
    4 décembre
    pour voix et piano
    Prison – Op.83, No.1
    • 3
      4
      Quasi adagio / 3
      4
      Lento andante. (1:40 à 3:00)
      « Le ciel est, par-dessus le toit, Si bleu, si calme !
      Un arbre, par-dessus le toit, Berce sa palme »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Paul Verlaine (1844−1896). (Sagesse, vol.3: No.6, écrit en 1880 et publié en 1881).
    Composée en mi bémol mineur pour mezzo-soprano ou baryton et transcrite en mi mineur pour soprano ou ténor puis en ré bémol mineur ou ut mineur pour alto ou basse[409].

    → No.1 du recueil de 1896 « Deux mélodies, Op.83 ».
    → No.24 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897.
    → No.14 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    mi min
    –––––––
    mi♭ min
    –––––––
    ré♭ min
    do min
    • Paris: Société Nationale de Musique, Thérèse Roger (s), Gabriel Fauré ou Édouard Risler (p), 3 avril 1897
    • Paris: E.Fromont, 1896
    • Londres: Metzler, 1897
    • Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 3:
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (ap.1926) pour voix et orchestre
    Arr. Florent Schmitt
    Prison – Op.83, No.1, pour mezzo-soprano et orchestre
    • 3
      4
      [Quasi adagio?]
    Orchestration pour mezzo-soprano de Florent Schmitt (1870-1958)[410].
    mi♭ min
    • Manuscrit: en location chez J.Hamelle
    135
    Op.83 /2
    (70)
    1894
    17 décembre
    pour voix et piano
    Soir – Op.83, No.2
    • 3
      4
      Andante / 3
      4
      Andante molto moderato. (2:05 à 2:50)
      « Voici que les jardins de la nuit vont fleurir,
      Les lignes, les couleurs, les sons deviennent vagues »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Albert Victor Samain (1858-1900). (Au jardin de l'Infanteː Élégie, publié en 1893).
    Composition en ré bémol majeur pour baryton ou mezzo-soprano puis transcription en mi bémol majeur pour ténor ou soprano[411].
    Il existe un arrangement récent pour deux pianos.

    → No.2 du recueil de 1896 « Deux mélodies, Op.83 ».
    → No.25 du « Deuxième recueil de mélodies » de 1897.
    → No.15 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    mi♭ maj
    –––––––
    ré♭ maj
    • Paris: Société Nationale de Musique, Thérèse Roger (s), Gabriel Fauré ou Édouard Risler (p), 3 avril 1897
    • Paris: E.Fromont, 1896
    • Londres: Metzler, 1896
    • Recueil 2 (v1):
      Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 3:
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (av.1903) pour piano
    Arr. ?
    Soir – Op.83, No.2, mélodie transcrite pour piano seul
    • 3
      4
      [Andante?]
    Réduction pour piano, par un arrangeur inconnu, indiquée dans les catalogues Hamelle dès 1903.
    • Paris: J.Hamelle
    (1926-30?) pour voix et orchestre
    Arr. Louis Aubert
    Soir – Op.83, No.2, partition d'orchestre, ton de soprano ou ténor.
    • 3
      4
      [Andante?]
    Orchestration en mi bémol majeur par Louis Aubert (1877-1968) de la partie pour piano, avec chant (soprano ou ténor). Pas de date précise, probablement commandé par Hamelle vers la fin des années 1920 ou début des années 1930, afin de répondre au goût du public pour les mélodies avec orchestre[412].
    mi♭ maj
    • Manuscrit: en location chez J.Hamelle
    (1928?) pour piano et orchestre
    ou
    pour piano et quatuor
    Arr. Francis Salabert
    Soir – Op.83, No.2, transcription pour orchestre avec piano conducteur
    • 3
      4
      [Andante?]
    Arrangement pour orchestre et piano, par Francis Salabert (1884-1946). Réalisé en 3 éditions : pour grand orchestre, orchestre moyen et quatuor[413].
    • Paris: Ed.Salabert, 1928
    (1928?) pour flûte et piano
    ou
    pour violon et piano
    Arr. ?
    Soir – Op.83, No.2, méditation, pour violon ou flûte, avec accompagnement de piano.
    • 3
      4
      [Andante?]
    Deux parties pour flûte ou violon avec accompagnement de piano arrangées par un auteur inconnu[414].
    Voir l'arrangement similaire et récent de Eldred Spell[415].
    • Paris: J.Hamelle, 1928
    136
    Op.67 /1
    1895
    25 mars
    pour voix et orgue
    ou
    pour voix et piano
    Salve Regina – Op.67, No.1
    • 3
      4
      Quasi adagio. (2:45)
      « Salve Regina Mater misericordiae

      vita dulcedo et spes nostra salve »
    Motet pour voix moyenne et orgue (ou piano) sur le cantique de Jean Racine (1639-1699)[416].
    Composé en mi bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton. Transcription en sol bémol majeur puis fa majeur pour soprano ou ténor.

    → No.1 du recueil « Deux motets, Op.67 » de 1905
    → No.8 du recueil « Musique religieuse », de 1911.

    sol♭ maj
    fa maj
    –––––––
    mi♭ maj
    (1900-30?) pour chœur et orgue (et cordes)
    ou
    pour chœur et piano (et cordes)
    Arr. Henri Büsser
    Salve Regina – Op.67, No.1, pour 2 à 4 voix, avec piano ou orgue (et violon ou violoncelle ad libitum)
    • 3
      4
      Quasi adagio
    Transcription du motet par Henri Büsser (1872-1973), pour chœur SATB ou SA avec accompagnement de piano ou d'orgue et parties TB pour accompagnement de violon ou violoncelle ad libitum[417]'[418].
    fa maj
    • Paris: J.Hamelle
    (1925?) pour chœur et orgue
    Arr. Anatole Levergeois
    Salve Regina – Op.67, No.1, adaptation latine à quatre voix. Chant seul
    • 3
      4
      [Quasi adagio?]
    Arrangement de la partie chant pour quatre voix SATB par Anatole Levergeois (18??, 1972)[419].
    • Paris: J.Hamelle, 1925
    137
    Op.67 /2
    1894-1895 pour voix et orgue
    ou
    pour voix et piano

    ou
    pour chœur et orgue

    Ave Maria – Op.67, No.2
    • 3
      4
      Andante molto moderato / 3
      4
      Molto moderato. (2:00 à 2:25)
      « Ave Maria, gratia plena,

      Dominus tecum. Benedicta tu in mulieribus »
    Motet pour voix moyenne et orgue (ou piano).
    Composé en la bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton. Transcription en si majeur pour soprano ou ténor[420].
    Existe aussi pour chœur d'enfants (ou mixte) et orgue.

    → No.2 du recueil « Deux motets, Op.67 » de 1905
    → No.9 du recueil « Musique religieuse », de 1911.

    si maj
    –––––––
    la♭ maj
    • « à Adèle Bohomoletz » (mélomane et traductrice)
    138
    Op.73
    1895 pour piano
    Thème et variations, en ut dièse mineur – Op.73
    Cycle de onze variations avec thème (Marche funèbre) pour piano[421]. (12:30 à 17:10)
    • Thème
      4
      4
      Quasi adagio, en ut dièse mineur. (2:10)
      • Variation I.
        4
        4
        Lo stesso tempo. (1:00)
      • Variation II.
        4
        4
        Più mosso. (0:45)
      • Variation III.
        3
        4
        Un poco più mosso. (0:30 à 0:40)
      • Variation IV.
        3
        4
        Lo stesso tempo. (0:50 à 1:05)
      • Variation V.
        3
        4
        Un poco più mosso. (0:50)
      • Variation VI.
        4
        4
        Molto adagio. (1:30 à 2:05)
      • Variation VII.
        4
        4
        Allegretto moderato. (0:45)
      • Variation VIII.
        4
        4
        Interlude: Andante molto moderato. (1:25 à 1:40)
      • Variation IX.
        4
        4
        Quasi adagio. (1:30)
      • Variation X.
        3
        8
        Scherzo: Allegro vivo. (1:10)
      • Variation XI.
        3
        4
        Épilogue: Andante molto moderato espressivo, en ut dièse majeur. (2:00 à 2:50)
    do♯ min
    • « Mademoiselle Thérèse Roger » (soprano)
    • Londres: Léon Delafosse (p), 10 décembre 1896
    • Paris: J.Hamelle, 1897
    • Londres: Metzler, 1897
    (1927) musique de scène pour orchestre
    Arr. Désiré Émile Inghelbrecht
    Thème et variations – Op.73, musique de scène pour orchestre
    • Thème
      4
      4
      Quasi adagio, en ut dièse mineur. (1:35)
      • Variations I à XI(14:00)
    Orchestration pour ballet, du thème et des onze variations, par Désiré Émile Inghelbrecht (1880-1965). Pour flûte, hautbois, cor anglais, 2 clarinettes, basson, 2 cors, trompette, célesta (ad lib.), harpe (ou piano) et cordes (violons I & II, altos, violoncelles et contrebasses)[422].
    L’œuvre a été réalisée pour le ballet en un acte « Rayon de Lune », sur une chorégraphie, des décors, des costumes et un argument de Carina Ari (1897-1970). Création à l'Opéra de Paris le 7 décembre 1928[423]'[424].
    do♯ min
    • Pour ballet:
      Paris: Opéra, « Rayon de lune », Carina Ari (arg), 7 décembre 1928
    • Paris: J.Hamelle, 1927
    139
    Op.70
    1896 pour piano
    Barcarolle No.6, en mi bémol majeur – Op.70
    • 6
      8
      Allegretto vivo. (3:00 à 4:05)
    Pièce pour piano en mi bémol majeur. D'autres sources donnent 1895? comme date de composition[425].

    → No.6 du recueil « Six Barcarolles et cinq Impromptus pour piano » de 1926.

    mi♭ maj
    • Paris: Société Nationale de Musique, Édouard Risler (p), 3 avril 1897
    • Londres: Metzler, 1896
    • Paris: J.Hamelle, 1896
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1926
    140
    Op.72
    (71)
    1896

    21 avril

    pour 2 voix et piano
    Pleurs d'or – Op.72
    • 12
      8
      Andante quasi allegretto. (2:30 à 3:10)
      « Larmes aux fleurs suspendues,

      Larmes de sources perdues, Aux mousses des rochers creux »
    Mélodie pour duo de mezzo-soprano (ou soprano) et baryton avec piano, d'après un poème d' Albert Victor Samain (1858-1900). (Au jardin de l'Infanteː Larmes, publié en 1893).
    Composée en mi bémol majeur pour mezzo-soprano et baryton puis transcrite en fa majeur pour soprano et ténor[426]'[427].
    Il existe quelques arrangements récents : pour 2 violons et piano[428], pour 2 flûtes et piano[429].
    fa maj
    –––––––
    mi♭ maj
    • « à Mlle Camille Landi et M. David Bispham »
    • Londres: Camille Landi (s), David Bispham (bar), 1er mai 1896
    • Londres: Metzler, 1896
    • Paris: J.Hamelle, 1896
    141
    Op.56
    1893-1896
    No.1:
    12 janvier 1864
    révisé en 1893
    No.2:
    juin 1894
    No.3:
    1er janvier 1895
    No.4:
    1896
    No.5:
    1896
    No.6:
    1996
    pour piano à 4 mains
    Dolly – Op.56, six pièces pour piano à quatre mains
    Suite de six pièces de caractère, pour piano à 4 mains en mi majeur. Œuvre dédicacée à Hélène Bardac (1892-1985), au surnom de « Dolly », la fille d'Emma Bardac, une cantatrice dont Gabriel Fauré est tombé amoureux durant l'été 1892[430].
    La No.1 « Berceuse », est une reprise de la pièce inédite pour piano à 4 mains « La chanson dans le jardin » de 1864, révisée et renommée en 1893. La No.2 a été composée pour les 2 ans de Dolly en juin 1894, et la No.3 pour le nouvel an 1895 avec des passages repris de la « première sonate pour violon, Op.13 » de 1876. La pièce No.4 a pour origine le nom du chien des Bardac, « Ketty », ainsi le manuscrit de la partition s'intitule « Ketty-valse »[431]. (14:40 à 17:30)
    Il existe de nombreux arrangements, hormis ceux listés ci-dessous : pour 2 flûtes et piano[432], pour 2 harpes[433], pour trompette et orgue[434], pour quatuor de harpes[435], pour saxophone soprano et piano[436], pour chœur SATB et piano[437]...
    • No.1: Berceuse
      2
      4
      Allegro moderato, en mi majeur. (1:50 à 3:30)
    • No.2: Mi-a-ou
      3
      4
      Allegro vivo, en fa majeur. (1:30 à 2:15)
    • No.3: Le jardin de Dolly
      3
      4
      Andantino, en mi majeur. (2:05 à 3:00)
    • No.4: Kitty-valse
      3
      4
      Tempo di valse, en mi bémol majeur. (2:00 à 2:55)
    • No.5: Tendresse
      3
      4
      Andante, en ré bémol majeur. (2:40 à 3:55)
    • No.6: Le pas espagnol
      3
      8
      Allegro, en fa majeur. (1:55 à 2:30)

    → Kitty-valse: No.5 du recueil « Valses et Mazurka pour piano » de 1930.

    mi maj
    • « à Mademoiselle Hélène Bardac » (Dolly, fille d'Emma Bardac)
    • No.1:
      à l'origine « à Mlle Suzanne Garnier »
    • No.5:
      à l'origine « à Adela Maddison »
    • No.6:
      Manuscrit:
    • Paris: J.Hamelle, 1897
    • Londres: Metzler, 1897
    • No.4: Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1930
    141A
    Op.56 /1
    (1898) pour violon et piano
    ou
    violoncelle et piano
    ou
    flûte et piano
    Arr. Gabriel Fauré ?
    Berceuse (de Dolly) – Op.56, No.1, pour violon (ou violoncelle, ou flûte) avec accompagnement de piano
    • 2
      4
      Allegro moderato, en mi majeur. (2:30 à 3:10)
    Duos, probablement de Gabriel Fauré, pour violon et piano, avec parties pour violoncelle et flûte[438]'[439].
    Il existe aussi l'arrangement récent de Roy Howat pour violon et piano[114].
    • « à Mademoiselle Hélène Bardac » (Dolly)
    (1899) pour piano
    Arr. Alfred Cortot
    Dolly – Op.56, transcription pour piano à deux mains
    Réduction pour piano solo par Alfred Cortot (1877-1962).
    • No.1: Berceuse
      2
      4
      Andantino moderato, en mi majeur.
    • No.2: Mi-a-ou
      3
      4
      Allegro vivo, en fa majeur.
    • No.3: Le jardin de Dolly
      3
      4
      Andantino, en mi majeur.
    • No.4: Kitty-valse
      3
      4
      Tempo di valse, en mi bémol majeur.
    • No.5: Tendresse
      3
      4
      Andante, en ré bémol majeur.
    • No.6: Le pas espagnol
      3
      8
      Allegro, en fa majeur.
    (1905) pour piano
    Arr. Théodore Lack
    Berceuse (de Dolly) – Op.56, No.1, édition à 2 mains
    • 2
      4
      [Allegro moderato?]
    Réduction pour piano solo de la berceuse par Théodore Lack (1846-1921)[440].
    • Paris: J.Hamelle, 1905
    141B
    Op.56
    (1906) pour orchestre
    Arr. Henri Rabaud
    Dolly – Op.56, six pièces pour piano à quatre mains orchestrées
    Orchestration par Henri Rabaud (1873-1949) d'après une transcription de L. Blémont. Pour 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 4 cors, 2 trompettes, 3 trombones, timbales, grosse caisse, cymbales, tambour de basque, triangle, harpe et cordes (2 violons, alto, violoncelle et contrebasse)[441].
    L’œuvre pour orchestre sera adaptée pour un ballet sur un argument de Louis Laloy (1874-1944), en 1913[442].
    • No.1: Berceuse
      2
      4
      Allegro moderato, en mi majeur. (2:30)
    • No.2: Mi-a-ou
      3
      4
      Allegro vivo, en fa majeur. (2:10)
    • No.3: Le jardin de Dolly
      3
      4
      Andantino, en mi majeur. (2:20 à 3:10)
    • No.4: Kitty-valse
      3
      4
      Tempo di valse, en mi bémol majeur. (2:35 à 3:25)
    • No.5: Tendresse
      3
      4
      Andante, en ré bémol majeur. (3:20 à 4:35)
    • No.6: Le pas espagnol
      3
      8
      Allegro, en fa majeur. (2:10 à 2:45)
    mi maj
    (1913) pour harpe seule
    Arr. Micheline Kahn
    Dolly – Op.56, Nos.1 & 3, Trois morceaux transcrits pour harpe
    Deux transcriptions pour harpe seule par Micheline Kahn (1889-1987) des première et troisième pièces. L'arrangement No.2, celui de la « Sicilienne, Op.78 » complète cette édition de trois morceaux pour harpe[443].
    • No.1: Berceuse
      2
      4
      [Allegro moderato?], en mi majeur. (2:50)
    • No.3: Le jardin de Dolly
      3
      4
      [Andantino?], en mi majeur.
    • Paris: J.Hamelle, 1913
    (1925) pour violon et piano
    Arr. Claude Fiévet
    Dolly – Op.56, No.2, Mi-a-ou, pour violon et piano
    • 3
      4
      [Allegro vivo?], en fa majeur.
    Arrangement de Claude Fiévet (1865-1938) pour violon et piano de la seconde pièce de l’œuvre de Gabriel Fauré[444].
    • Paris: J.Hamelle, 1925
    (1932) pour voix et piano
    Arr. Georges-Edgar Hamelle
    Berceuse (de Dolly) – Op.56, No.1, arrangement pour piano et chant
    • 2
      4
      [Allegro moderato?]
    Arrangement pour voix et piano de Georges-Edgar Hamelle (1868-1956), le fils de l'éditeur musical[445].
    • Paris: J.Hamelle, 1932
    (1932) pour voix, violon et piano
    Arr. Evgenij Ottovič Gunst
    Berceuse (de Dolly) – Op.56, No.1, arrangement pour chant, violon et piano
    • 2
      4
      [Allegro moderato?]
    Arrangement de la berceuse de Gabriel Fauré, par Evgenij Ottovič Gunst (1877-1938) pour voix, violon et piano[446].
    • Paris: J.Hamelle, 1932
    142
    Sans Op.
    1897 pour piano
    Prélude pour piano, en ut majeur
    • [sans indication?] (0:30)
    Pièce brève pour piano composée pour un tome de la collection « Études d'octaves » d'Isidore Philipp (1863-1958)[447].
    Titre complet de la méthode pour piano : « Études d'octaves, d'après Bach, Clementi, Cramer et Chopin, suivies d'études et de préludes originaux de Th. Dubois, Em. Bernard, A. Duvernoy, G. Fauré, G. Mathias, I. Philipp, R. Pugno, Ch. M. Widor ».
    do maj
    • Paris: A.Durand, 1897
    143
    Sans Op.
    1897
    juillet
    pour 2 violoncelles
    Morceau de lecture – pour deux violoncelles
    • Allegretto moderato. (1:00)
    Pièce en ré majeur, pour le concours du Conservatoire national de musique de Paris de juillet 1897, pour violoncelle solo et second violoncelle en accompagnement[448].

    → No.13 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

    ré maj
    • Paris: Concours du Conservatoire, juillet 1897
    • Œuvre inédite
    144
    Op.75
    1878-1897
    juillet
    pour violon et piano
    Andante – Op.75, pour violon et piano
    • 2
      4
      Andante molto moderato. (4:10 à 6:10)
    Œuvre pour piano et violon en si bémol majeur, probablement une reprise de l'Andante du « Concerto pour violon, Op.14 » de 1878[449].

    → No.12 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

    si♭ maj
    • Paris: Société Nationale de Musique, Armand Parent (v), Germaine Polack (p), 22 janvier 1898
    • Londres: Metzler, 1897
    • Paris: J.Hamelle, 1897
    (1925?) pour violoncelle et piano
    Arr. J. Moreno
    Andante – Op.75, transcription pour violoncelle et piano
    • 2
      4
      [Andante molto moderato?]
    Transcription par J. Moreno (?) pour violoncelle avec accompagnement de piano[450].
    • Paris: J.Hamelle, 1925
    145
    Op.76 /1
    (72)
    1897
    22 août
    pour voix et piano
    Le parfum impérissable – Op.76, No.1
    • 3
      4
      Andante molto moderato. (1:45 à 2:55)
      « Quand la fleur du soleil, la rose de Lahor,

      De son âme odorante a rempli goutte à goutte »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Leconte de Lisle (1818-1894).
    Composée en mi majeur pour baryton ou mezzo-soprano. Transposée en sol bémol majeur pour ténor ou soprano[451].

    → No.1 du recueil « Deux mélodies, Op.76 ».
    → No.12 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    sol♭ maj
    –––––––
    mi maj
    • Paris: Société Nationale de Musique, Émile Engel (t), Gabriel Fauré (p), 4 novembre 1897
    • Londres: Metzler, 1897
    • Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 3:
      Paris: J.Hamelle, 1908
    (1924)
    janvier
    pour voix et orchestre
    Arr. Henri Büsser
    Le parfum impérissable – Op.76, No.1, partition d'orchestre. Ton soprano en sol bémol
    • 3
      4
      [Andante molto moderato?]
    Orchestration en 1924 de Henri Büsser (1872-1973). Le manuscrit de la partie pour orchestre était en location chez J.Hamelle pour être jouée avec la partition pour voix élevée de Gabriel Fauré[452]'[453].
    sol♭ maj
    • Manuscrit, 1924
    • Matériel en location chez J.Hamelle
    (1928) pour voix et orchestre à cordes
    Arr. François Rasse
    Le parfum impérissable – Op.76, No.1, transcription de l'accompagnement pour orchestre
    • 3
      4
      [Andante molto moderato?]
    Transcription pour orchestre à cordes par François Rasse (1873-1955). Parties d'orchestre pour premiers et seconds violons, altos et violoncelles[454].
    • Manuscrit, 1928
    146
    Op.76 /2
    (73)
    1897
    6 septembre
    pour voix et piano
    Arpège – Op.76, No.2
    • 9
      8
      Andante quasi allegretto. (2:00 à 2:50)
      « L'âme d'une flûte soupire, Au fond du parc mélodieux,
      Limpide est l'ombre où l'on respire, Ton poème silencieux »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème d' Albert Victor Samain (1858-1900). (Au jardin de l'Infanteː Arpège, publié en 1893).
    Composée en mi mineur pour mezzo-soprano ou baryton puis transcrite en fa dièse mineur pour soprano ou ténor[455].
    Il existe un arrangement récent pour flûte et piano[122].

    → No.2 du recueil « Deux mélodies, Op.76 ».
    → No.13 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    fa♯ min
    –––––––
    mi min
    • « à Madame Charles Dettelbach » (Doris, une amie)
    • Paris: Société Nationale de Musique, Thérèse Roger (s), Gabriel Fauré (p), 30 avril 1898
    • Paris: Le Figaro du 16 octobre 1897
    • Londres: Metzler, 1897
    • Paris: J.Hamelle, 1897
    • Recueil 3:
      Paris: J.Hamelle, 1908
    147
    Op.78
    1893-1898
    16 avril
    pour piano et violoncelle
    ou
    pour piano et violon
    Sicilienne – Op.78
    • 6
      8
      Andantino. (3:20 à 4:25)
    Interlude en si bémol majeur pour violoncelle (ou violon) et piano, destinée à l'origine à la musique de scène du « Bourgeois Gentilhomme » de Molière.
    Après une première composition préparatoire pré-orchestrale de mars 1893[456], Gabriel Fauré transposera l’œuvre en 1898 pour piano et violoncelle dans une version définitive qui sera publiée la même année, avec une partie pour violon alternative.
    L’œuvre sera orchestrée et utilisée pour la musique de scène de « Pelléas et Mélisande, Op.80 ». Puis elle sera révisée vers 1929 par Ferdinando Ronchini (1865-1938).
    Il existe des arrangements récents de cette première « sicilienne, Op.78 » dont un pour flûte et piano[457], pour cor et piano[458], pour trompette et piano[459], pour saxophone alto et piano[460], pour quatuor de clarinettes[461], pour quatuor de saxophones[462], pour violoncelle et guitare[463], pour quatuor de flûtes et piano[464].

    → No.11 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».
    → Voir la musique de scène de « Pelléas et Mélisande, Op.80 » pour petit orchestre.

    si♭ maj
    (1898) pour piano
    Arr. Gabriel Fauré
    Sicilienne – Op.78, réduction pour piano
    • 6
      8
      Andantino quasi allegretto. (3:10 à 3:45)
    Réduction pour piano par Gabriel Fauré.

    → Utilisée pour la réduction de la « Suite de Pelléas et Mélisande, Op.80 » pour piano solo.

    si♭ maj
    (1913) pour harpe seule
    Arr. Micheline Kahn
    Sicilienne – Op.78, transcriptions pour harpe
    • No.3: Sicilienne6
      8
      [Andantino?]
    3 transcriptions pour harpe seule par Micheline Kahn (1889-1987). pour les Nos.1 & 2, voir « Dolly, Op.56 »[443].
    • Paris: J.Hamelle, 1913
    (1920?) pour piano à 4 mains
    Arr. Eugène Gounst
    Sicilienne – Op.78, transcriptions pour piano à 4 mains
    • 6
      8
      [Andantino?]
    Transcription pour piano à 4 mains par Evgenij Ottovič Gunst (Eugène Gounst) (1877-1938) dans les années vingt. Arrangement différent de celui réalisé d'après la « suite pour orchestre, Op.80 » par Jean Roger-Ducasse (1873-1954)[465].
    • Paris: J.Hamelle, 1920?
    (1932?) pour alto
    Arr. Paul-Louis Neuberth
    Sicilienne – Op.78, adaptation pour viola-alta (ou alto)
    • 6
      8
      [Andantino?]
    Transcription pour alto par Paul-Louis Neuberth (18??-19??)[466].
    • Paris: J.Hamelle, 1932
    (1975) pour flûte et harpe
    ou
    pour hautbois et harpe
    ou
    pour violon et harpe
    Arr. Dewey Owens
    Sicilienne – Op.78, pour flûte et harpe
    • 6
      8
      Andantino. (3:30 à 4:45)
    Duo pour flûte (ou hautbois ou violon) et harpe, par Dewey Owens (1925-2006)[467].
    si♭ maj
    • New York: Lyra Music, 1975
    148
    Op.79
    1898
    juin à juillet
    pour flûte et piano
    Fantaisie – Op.79, pour flûte et piano
    Duo pour flûte et piano, composé pour le concours de flûte du Conservatoire de musique de Paris[468]. (4:10 à 6:10)
    Il existe des arrangements récents pour saxophone alto et piano[469], pour flûte et harpe ou pour flûte, harpe et orchestre à cordes[470].
    • I. Andantino
      6
      8
      en mi mineur. (1:40 à 2:20)
    • II. Allegro
      2
      4
      en ut majeur. (2:30 à 3:50)

    → No.16 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

    mi min
    • Paris: Conservatoire de Musique, 28 juillet 1898
    (1957) pour flûte et orchestre
    Arr. Louis Aubert
    Fantaisie – Op.79, pour flûte et orchestre
    Orchestration de Louis Aubert (1877-1968). (5:00)
    • I. Andantino
      6
      8
      en mi mineur. (2:00)
    • II. Allegro
      2
      4
      en ut majeur. (3:00)
    • Paris: J.Hamelle, 1958
    149
    sans Op.
    1898
    14 juillet
    pour flûte et piano
    ou
    pour violon et piano
    Morceau de concours, [Sarabande] – pour flûte (ou violon) et piano
    • 3
      4
      Adagio non troppo / 3
      4
      Andante. (1:40)
    Sonate en fa majeur, composée pour le concours du Conservatoire de Paris du 28 juillet 1898. Existe transcrite en ré majeur, pour violon et piano[471]'[472].
    Il existe un arrangement récent pour 6 flûtes[473] et un autre pour flûte et harpe.

    → No.14 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

    fa maj
    ré maj
    • Paris: J.M.Nectoux, 1990
    • Londres: Peters, 1999
    150
    Op.80
    1898

    du 16 mai
    au 5 juin

    musique de scène pour petit orchestre
    Gabriel Fauré. Arr. Charles Koechlin
    Pelléas et Mélisande – Drame en cinq actes
    Musique de scène en 19 morceaux répartis tout au long du drame (mais 2 sont perdus) composée par Gabriel Fauré, et orchestrée pour petit ensemble par Charles Koechlin (1867-1950). Première version de l’œuvre, dite « Version de Londres »[474]'[475]'[476].
    Pour soprano[477], 2 flûtes, hautbois, 2 clarinettes, basson, 2 cors, 2 trompettes, timbales, harpe, violons I & II, alto et violoncelle.
    Pièce de Maurice Maeterlinck (1862-1949) traduite en anglais par John William Mackail (1859-1945). Ci-après, les scènes et textes de la version française[478].
    L’œuvre sera adaptée en ballet par Jean-Jacques Etchevery (1916-1997) et créée le 13 mai 1953 à Enghien-les-Bains. Livret d'après le drame de Maurice Maeterlinck[479]'[480].

    Acte I.

    • No.1: Prélude
    • Scène 1 – la porte du château. (Les servantes, Le portier).
      « Ouvrez la porte ! Ouvrez la porte !
      – Qui est là ? Pourquoi venez-vous m'éveiller ?»

    • Scène 2Une forêt. (Golaud, Mélisande).
      « Je ne pourrai plus sortir de cette forêt.

      Dieu sait jusqu'où cette bête m'a mené. »
    • Scène 3Une salle dans le château. (Geneviève, Arkël, Pelléas).
      « Voici ce qu'il écrit à son frère Pelléas :

      – Un soir, je l'ai trouvée tout en pleurs au bord d'une fontaine »
    • Scène 4Devant le château. (Mélisande, Geneviève, Pelléas).
      « Il fait sombre dans les jardins. Et quelles forêts,

      Quelles forêts autour du palais ! »
    • Entr'acte 1 – No.3: Sicilienne

    Acte II.

    • Scène 1Une fontaine dans le parc. (Pelléas, Mélisande).
      « Vous ne savez pas où je vous ai menée ?

      Je viens souvent m'asseoir ici, vers midi »
    • Scène 2Un appartement dans le château. (Golaud, Mélisande).
      « Ah ! Ah ! tout va bien, cela ne sera rien.

      Mais je ne puis m’expliquer comment cela s’est passé. »
    • Scène 3Devant une grotte. (Pelléas, Mélisande).
      « Oui, c’est ici, nous y sommes.

      Il fait si noir que l’entrée de la grotte ne se distingue pas »
    • Scène 4Un appartement dans le château. (Arkël, Pelléas, Mélisande, Yniold).
      « Vous voyez que tout vous retient ici

      et que tout vous interdit ce voyage inutile. »
    • Entr'acte 2 – No.2: Fileuse

    Acte III.

    • Scène 1Une des tours du château, un chemin de ronde, une fenêtre. (Mélisande, Pelléas, Golaud).
    • No.2bis: Chanson de Mélisande
      « Les trois sœurs aveugles, (Espérons encore).

      Les trois sœurs aveugles, Ont leurs lampes d’or. »
      [VF]
      « The King's three blind daughters, Sit locked in a hold.
      In the darkness their lamps Make a glimmer of gold »
      [VO]
    • Scène 2Les souterrains du château. (Golaud, Pelléas).
      « Prenez garde : par ici, par ici.

      Vous n’avez jamais pénétré dans ces souterrains ? »
    • Scène 3Une terrasse au sortir des souterrains. (Golaud, Pelléas).
      « Ah ! Je respire enfin !

      J’ai cru, un instant, que j’allais me trouver mal »
    • Scène 4Devant le château. (Golaud, Yniold).
      « Viens, asseyons-nous ici, Yniold, viens sur mes genoux

      nous verrons d’ici ce qui se passe dans la forêt. »
    • Entr'acte 3 – Éléments du No.1

    Acte IV.

    • Scène 1Un corridor dans le château. (Pelléas, Mélisande).
      « Où vas-tu ? Il faut que je te parle ce soir. Te verrai-je ?

      – Oui. – Je sors de la chambre de mon père, il va mieux. »
    • Scène 2Un appartement dans le château. (Arkël, Mélisande).
      « Maintenant que le père de Pelléas est sauvé,

      et que la maladie, la vieille servante de la mort »
    • Scène 3Une terrasse du château. (Yniold, Le berger).
      « Oh ! cette pierre est lourde ! Elle est plus lourde que moi.

      Elle est plus lourde que tout »
    • Scène 4Une fontaine dans le parc. (Pelléas, Mélisande, Golaud).
      « C’est le dernier soir… le dernier soir...

      Il faut que tout finisse »
    • Entr'acte 4 – No.4: Mort de Mélisande

    Acte V.

    • Scène 1Une salle dans le château. (Les servantes).
      « Vous verrez, vous verrez, mes filles ; ce sera pour ce soir.

      On nous préviendra tout à l’heure »
    • Scène 2Un appartement dans le château. (Le médecin, Arkël, Golaud, Mélisande, Les servantes).
      « Ce n’est pas de cette petite blessure qu’elle se meurt
      ,
      un oiseau n’en serait pas mort »

    → Les 19 mouvements de l’œuvre (sauf la mélodie) seront arrangés en « suite pour orchestre » en 1900, par Gabriel Fauré.

    • Londres: Prince of Wales Theater, Gabriel Fauré (dir), 21 juin 1898
    • Ballet:
      Enghien-Les-Bains: 13 mai 1953
    • Ballet:
      Paris: Théâtre de l'Opéra-Comique, 10 mai 1960
    150A
    Op.post
    (74)
    1898 pour voix et piano
    Mélisande's Song – Op. posthume [Op.80, No.2bis]
    • 3
      2
      Lento. (2:15 à 3:40)
      « The King's three blind daughters, Sit locked in a hold.
      In the darkness their lamps Make a glimmer of gold »
    Mélodie en ré mineur pour voix élevée et piano sur une traduction en anglais du texte original français par John William Mackail (1859-1945), extraite de la musique de scène composée par Gabriel Fauré pour « Pelléas et Mélisande »[481].
    Composition en ré mineur pour soprano à l'origine, mais par la suite plutôt destinée à un baryton ou mezzo-soprano. Transcription en mi mineur pour soprano ou ténor.

    → Voir la version d'origine No.2bis de la musique de scène du drame pour orchestre (Acte III. scène 1).

    mi min
    –––––––
    ré min
    150B
    Op.80
    (1898-1900) pour orchestre
    Arr. Gabriel Fauré
    Suite de Pelléas et Mélisande – Op.80, pour grand orchestre
    Réorchestration pour grand ensemble par Gabriel Fauré de la version orchestrée par Charles Koechlin (1867-1950). Pour 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 4 cors, 2 trompettes, timbales, harpe et cordes (violons I & II, altos, violoncelles et contrebasses)[482]'[483]'[484].
    Les morceaux de la musique de scène (Prélude, entr'actes, intermèdes mais pas la mélodie) sont compilés en 3 mouvements et édités en 1901. La « Sicilienne », sera rajoutée à la Suite par l'auteur, 8 ans plus tard[485].
    Des extraits seront utilisés pour « Émeraudes », la première partie du spectacle « Joyaux » de George Balanchine (1904-1983), créé à New York le 13 avril 1967[324].
    Il existe quelques arrangements récents dont : des extraits pour orgue seul[486]. (15:00 à 17:40)
    • No.1: Prélude
      3
      4
      Quasi adagio, en sol majeur. (5:15 à 7:20)
    • No.2: Fileuse
      3
      4
      Andantino quasi allegretto, en sol majeur. (2:00 à 3:10)
    • No.3: Sicilienne – (1909)
      6
      8
      Allegretto molto moderato, en si bémol majeur. (3:05 à 4:10)
    • No.4: Mort de Mélisande
      3
      4
      Molto adagio, en ré mineur. (4:05 à 5:45)
    sol maj
    (1898?) pour piano
    Arr. Gabriel Fauré
    Suite de Pelléas et Mélisande – Op.80, réduction pour piano seul
    Réduction, probablement en 1898, de 3 mouvements pour piano, par l'auteur. Le No.2 « Fileuse », sera réduit pour piano par Alfred Cortot vers 1902 afin de compléter la suite.
    • No.1: Prélude
      3
      4
      Quasi adagio, en sol majeur. (5:50 à 6:40)
    • No.3: Sicilienne
      6
      8
      Andantino quasi allegretto, en si bémol majeur. (3:15 à 3:55)
    • No.4: Mort de Mélisande
      3
      4
      Molto adagio, en ré mineur. (4:45 à 4:55)
    sol maj
    (1902?) pour piano
    Arr. Alfred Cortot
    Fileuse – Op.80, No.2, réduction pour piano
    • 3
      4
      Andantino quasi allegretto, en sol majeur. (3:00)
    Réduction pour piano du No.2, par Alfred Cortot (1877-1962) afin de compléter la suite pour piano débutée par Gabriel Fauré[487].
    sol maj
    • Paris: J.Hamelle, 1902
    • Paris: J.Hamelle, 1921
    (1905?) pour piano à 4 mains
    Arr. Jean Roger-Ducasse
    Suite de Pelléas et Mélisande – Op.80, transcription pour piano à quatre mains
    Arrangement des 3 mouvements de la suite initiale pour orchestre, pour piano à 4 mains par Jean Roger-Ducasse (1873-1954)[488]'[489].
    • No.1: Prélude
      3
      4
      [Quasi adagio]
    • No.2: Fileuse
      3
      4
      [Andantino quasi allegretto]
    • No.3 [No.4]: Mort de Mélisande
      3
      4
      [Molto adagio]

    → Voir la réduction pour piano à deux mains de la « Sicilienne, Op.78 » de 1920 par Eugène Gounst.

    sol maj
    • Paris: J.Hamelle, 1905
    • Paris: J.Hamelle, 1907
    • Paris: J.Hamelle, 1921
    (1907?) pour violon et piano
    Arr. Leopold Auer
    Fileuse – Op.80, No.2, pour violon et piano
    • 3
      4
      Andante quasi allegretto
    Réduction en sol majeur, pour un duo de violon et piano par Leopold Auer (1845-1930).
    sol maj
    (1910)
    octobre
    pour flûte, violon et piano
    ou
    pour hautbois, violon et piano
    Arr. Henri Büsser
    Fileuse – Op.80, No.2, piano trio
    • 3
      4
      [Andantino quasi allegretto?]
    Arrangement pour un trio avec flûte (ou hautbois), violon et piano, de Henri Büsser (1872-1973)[490]'[491].
    • Manuscrit, 1910
    • Paris: J.Hamelle, 1911
    (1911)
    juin
    pour flûte et piano
    Arr. Henri Büsser
    Sicilienne – Op.80, No.3, transcription pour flûte et piano
    • 6
      8
      Allegretto molto moderato. (3:30)
    Duo en si bémol majeur, pour flûte et piano, de Henri Büsser (1872-1973) transcrit de la « suite pour orchestre, Op.80 »[492]'[493].
    Il existe aussi un arrangement récent de Roy Howat pour flûte et piano[114].

    → Voir les autres arrangements de la « Sicilienne, Op.78 » en 1893.

    si♭ maj
    • Manuscrit, 1911
    • Paris: J.Hamelle, 1912
    (1911?) pour violoncelle et piano
    Arr. Cornelis Liégeois
    Fileuse – Op.80, No.2, transcription pour violoncelle et piano
    • 3
      4
      [Andantino quasi allegretto?]. (2:15)
    Duo pour violoncelle et piano par Cornelis Liégeois (1860-1921)[494].
    • Paris: J.Hamelle, 1911
    (1925?) pour violon, violoncelle et piano
    Arr. Ferdinando Ronchini
    Fileuse – Op.80, No.2, transcription pour trio, violon, violoncelle et piano
    • 3
      4
      [Andantino quasi allegretto?]
    Transcription du second mouvement pour piano trio, par Ferdinando Ronchini (1865-1938)[495].
    • Paris: J.Hamelle, 1925
    (1932?) pour violoncelle et piano
    ou
    pour violon et piano
    Arr. Ferdinando Ronchini
    La Mort de Mélisande – Op.80, No.2bis, transcrit pour violoncelle (ou violon) et piano
    • 3
      2
      Lento
    Transcription de la mélodie pour violoncelle (ou violon) et piano, par Ferdinando Ronchini (1865-1938)[496].
    • Paris: J.Hamelle, 1932
    (1936?) pour orgue
    Arr. William Bastard
    La Mort de Mélisande – Op.80, No.2bis, pour orgue
    • 3
      2
      [Lento?]
    Réduction de la mélodie pour orgue, par William Bastard (1880-1935)[497].
    • Paris: J.Hamelle, 1936
    151
    Op.74
    1898
    Août
    pour piano
    Nocturne No.7, en do dièse mineur – Op.74
    • 18
      8
      Molto lento. (7:00 à 10:55)
    Pièce pour piano, en do dièse mineur, surnommée le « Nocturne Anglais », car composé au Royaume-Uni[498].

    → No.7 du recueil « Nocturnes, piano » de 1921.

    do♯ min
    • Paris: Société Nationale de Musique, Alfred Cortot (p), 20 mars 1901
    152
    Op.82
    1900
    de février à
    juillet
    opéra pour voix, chœur et piano
    ou
    pour voix, chœur, cordes, harpes et orchestres d'harmonie
    Prométhée, Tragédie lyrique – [Op.82]
    Musique de scène pour la tragédie lyrique en trois actes, sur un livret d' André-Ferdinand Herold (1865-1940) et de Jean Lorrain (1855-1906). Composition par Gabriel Fauré pour voix et piano puis double arrangement pour orchestre d'harmonie et orchestre à cordes, respectivement par Charles Eustasie (18??-1925) et Gabriel Fauré.
    Lors de la première, devant 10 à 15 000 spectateurs, dans les arènes de Béziers, il y avait plus de 800 participants, dont 100 acteurs, 200 chanteurs et 400 musiciens dont 15 à 20 harpistes !
    Cet ensemble géant était composé de plusieurs orchestres réunis pour l'occasion et dirigés par 5 chefs ! Gabriel Fauré dirigeait l'ensemble à cordes et Charles Eustace dirigeait la Musique du 2e Régiment de Génie et celle du 17e Régiment d'Infanterie (avec l'aide de Weinberger), Jean Alicot dirigeait l'ensemble de la Lyre Biterroise, Jean Nussy-Verdier était chef des chœurs[499],[500]. (musique 1:10:00)
    • Prélude – Molto moderato, en la mineur. (3:30)

    Acte I. Paysage de montagnes abruptes, la foule[501].

    • Scène 1 – Allegro. (Andros, Aenoë, Chœur TTBB). (6:40)
      « Eia ! Eia ! Eia ! Eia ! Des plateaux et des cimes,
      Sur les pas argentés du torrent »
    • Scène 2 – Récitatif: Molto moderato. (Pandore). (1:00)
      « Eia ! vers la lumière ! Hommes, montez ! Montez !
      Regardez resplendir la haut la roche ardente »
    • Scène 3 – Moderato. (Gaïa). (5:40)
      « Arrête Prométhée, Et debout sur la roche,
      Écoute s'exhaler le triste et lent reproche »
    • Scène 4 – Molto moderato. (Andros, Aenoë, Chœur SATB). (2:10)
      « Marche et poursuis ton but,
      Vers la joie et les cimes, Prométhée »
    • Scène 5 – Mélodrame: Allegro. (Chœur SATB). (1:20)
      « Horreur ! Horreur ! Horreur ! »
    • Scène 6 – Allegro moderato. (Bia, Kratos, Héphaïstos). (6:20)
      « Réveille toi ! Du fond de l'épouvante,
      Où tu gis les yeux clos, Renais au châtiment ! »

    Acte II. Parmi les rochers, le cortège des femmes

    • Prélude – Andantino. (1:30)
    • Scène 1 – Le cortège de Pandore. (Aenoë, Chœur SA). (6:45)
      « Larmes, coulez, Lourdes et lentes, Pleurs ruisselez,
      Nos mains tremblantes ne vous essuieront plus »
    • Scène 2 – Allegro moderato. (Bia, Kratos, Héphaïstos). (9:30)
      « Nous voici parvenus en pleine solitude,
      Dans le pays scythique, à l’extrême confin de la terre »
    • Scène 3 – Mélodrame, Récitatif: Quasi adagio. (Prométhée). (1:05)
      « Et voici que descend de l'Olympe hautain,
      Convive non prié d'un éternel festin »
    • Scène 4 – Allegro moderato. (Bia). (1:30)
      « Pandore, arrière, va-t'en, Loin de la roche épouvantée
      Où gémit l'orgueil du Titan »
    • Scène 5 – Finale, Récitatif: Andante molto moderato. (Pandore). Le texte continu sur l'acte III. (0:30)
      « Et toi, mon bien aimé, renais car ton supplice,
      Va s'abroger parmi les rochers radieux »

    Acte III.

    • Scène 1 – Prélude: Andante moderato. (1:30)
    • Scène 2 – Andante moderato. (Pandore, Chœur SA). (2:45)
      « Des ruisseaux et des sources claires,
      Des lacs dont l'eau paisible dort »
    • Scène 3 – Allegro molto. (Pandore, Chœur SA). (1:50)
      « Vois ! Nos bras sont vers toi tendus,
      Ô Prométhée, Vers toi, le fier meurtri »
    • Scène 4 – Andantino moderato. (Prométhée, Chœur SA). (3:00)
      « Ne tremble pas, Ô Prométhée !
      Vers ta souffrance épouvantée »
    • Scène 5 – Moderato. (Bia, Kratos). (1:20)
      « Ta douleur est elle complice du geste enflammé d'autrefois,
      que tu viennes dolente voix, Verser des pleurs »
    • Scène 6 – Allegro moderato. (Andros, Chœur SATB). (2:40)
      « Dans l'orgueil éclatant des cimes,
      Un dieu de gloire et de courroux, Zeus »
    • Scène 7 – Mélodrame, Récitatif: Moderato. (Pandore, Hermès). (1:00)
      « Des larmes pures de mes yeux,
      Ils ont fait un baume fidèle »
    • Scène 8 – Finale: Moderato. (Chœur SATB). (2:30)
      « Les dieux graves nous ont souri !
      Les chemins sont clairs où tu passes »
    la min
    • « à Fernand Castelbon de Beauxhostes »
    • Béziers: Les Arènes, Édouard de Max (nar, Prométhée), Cora Laparcerie (nar, Pandore), Odette de Fehl (nar, Hermès), Amélie Torres-Buysson (s, Aenoë), Caroline Flérens-Peters (s, Bia), Rosa Feldy (ms, Gaïa), Charles Rousselière (t, Andros), Fonteix (t, Kratos), Jean Vallier (b, Hephaïstos), Charles Eustace (dir), Gabriel Fauré (dir), 26 ou 27 août 1900
    • Chant et piano:
      Paris: J.Hamelle, 1900
    • Livret:
      Paris: Société du Mercure de France, 1900 & 1901
    • Orchestration:
      Œuvre inédite
    • Extraits:Paris: Evette et Schaeffer, 1914
    152A
    Op.82
    (1914-1917)
    orchestration:
    septembre
    1914
    correction:
    mai 1917
    opéra pour orchestre symphonique
    ou
    suite pour orchestre
    Arr. Jean Roger-Ducasse
    Prométhée, Tragédie lyrique en trois actes – Op.82
    • Actes I. à III.
    Réorchestration de l'Opéra par Jean Roger-Ducasse (1873-1954) pour un orchestre symphonique plus réduit. Gabriel Fauré a été régulièrement sollicité pour adapter son œuvre pour un orchestre ordinaire. Il commença avec l'aide d'Alfred Cortot à arranger quelques fragments importants mais après l'abandon du projet par ce dernier et par manque de temps, il confia le travail en 1914 à son élève préféré, mais toujours sous sa direction.
    Jean Roger-Ducasse termina la réorchestration en septembre 1914 et Gabriel Fauré en suivit l'adaptation pour les représentations de l'Opéra de Paris jusqu'à mai 1917[502].
    L’œuvre a été également donnée en concert pour orchestre seul.
    • Paris: J.Hamelle, 1917
    153
    [Op.88]
    1901
    automne
    musique de scène pour piano
    ou
    pour petit orchestre
    Le voile du bonheur, pièce en un acte
    Fantaisie pour petit ensemble instrumental pour la pièce en un acte et quinze scènes, de Georges Clemenceau (1841-1929). Composition pour piano par Fauré puis orchestration d'Émile Vuillermoz (1878-1960) pour flûte, clarinette, harpe, trompette, gong, tubophone et cordes (2 violons, 2 altos et 2 violoncelles)[503].
    Les paroles indiquées sont celles notées sur la partition au moment du passage musical dont la durée est précisée. (Musique 0)

    Acte unique. À Pékin, dans un salon chinois.

    • Scène 1 – Andante. (Tchang-I, Li-Kiang). (0:10)
      « ...C'est bien possible,
      Vous me faites honte de ma crédulité »
    • Scène 2 – (Tchang-I, Li-Kiang, Si-Tchun). (0:10)
      « ...Je ne puis me défendre,
      d'une inquiétude mortelle »
    • Scène 3.1 – (Tchang-I, Si-Tchun). (1:40)
      « ...Vous me feriez rougir sous le fard,
      par votre flatterie - Voyons donc ! »
    • Scène 3.2 – Andante quasi adagio. (Tchang-I, Si-Tchun). (1:30)
      « ...Je n'osais regarder,
      Un charme tenait mes yeux baissés »
    • Scènes 4 à 7 – Sans musique
    • Scène 8 – Andantino, pour trompette solo. (Tchang-I, Si-Tchun, Li-Kiang, Tou-Fou). (1:00)
      « Un messager à moi ? L'Empereur ?
      Oui, oui, un messager de l'Empereur qui sera ici... »
    • Scène 9 – Andantino, pour trompette solo. (Tchang-I, Si-Tchun, Li-Kiang, Tou-Fou, Li-Lao, le Messager de l'Empereur). (0:35)
      « Les paroles de Tchang-I et de Li-Kiang,
      seront fidèlement rapportées »
    • Scène 10.1 – Allegro moderato. (Tchang-I, Si-Tchun, Tou-Fou, Li-Kiang). (1:05)
      « Esclaves ! Qu'on m'apporte des coupes,
      Nous allons boire du vin de l'Empereur »
    • Scène 10.2 – Andante, molto moderato – Quasi adagio. (Tchang-I, Tou-Fou, Li-Kiang). (0:50)
      « Et maintenant, esclaves,
      Une boite de parfums »
    • Scène 10.3 – Quasi adagio. (Tchang-I, Li-Kiang). (0:50)
      « Le ciel est bon, la terre est douce
      la Chine est un prodige des Dieux »
    • Scène 11 – Allegro vivo. (Tchang-I, Tou-Fou, Si-Tchun). (1:10)
      « Le Youen et le Yang à la robe dorée,
      Les deux oiseaux de l'amour - C'est nous ! »
    • Scènes 12 à 14 – Sans musique.
    • Scène 15 – Andante moderato. (Tchang-I). (1:30)
      « Je veux le chanter encore,
      Le ciel est bon, La terre est douce... »
    153A
    Op.88
    (1902)
    15 septembre
    pour petit orchestre
    Arr. Gabriel Fauré
    Le voile du bonheur, suite pour orchestre
    Suite réunissant les compositions de la musique de scène de la pièce en un acte de Georges Clemenceau (1841-1929). Pour flûte, clarinette, harpe, trompette, gong, tubophone et cordes (2 violons, 2 altos et 2 violoncelles).
    Après un contrat passé avec Hamelle (ref: Op.88), Fauré renonce à la publication de la suite, car sans les textes, le caractère oriental de la composition en devenait ubuesque[504].
    • Edition prévue et annulée:
      Paris: J.Hamelle, 1902
    • Œuvre inédite
    154
    Op.85 /3
    (75)
    1902
    28 mars
    pour voix et piano
    Accompagnement – Op.85, No.3
    • 3
      2
      Adagio. (2:50 à 4:30)
      « Tremble argenté, tilleul, bouleau...
      La lune s'effeuille sur l'eau... »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Albert Victor Samain (1858-1900). (Au jardin de l'Infante: No.3, écrit en 1893 et publié en 1897).
    Composition en sol bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton. Puis transposition en la bémol majeur pour soprano ou ténor[505].

    → No.3 du recueil « Trois mélodies, Op.85 ».
    → No.20 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    la♭ maj
    –––––––
    sol♭ maj
    • Manuscrit:
      « Composée pour et dédiée à ma délicieuse interprète et amie Mlle Mimi Girette »
    • « à Mme Édouard Risler » (Émilie Girette, mezzo-soprano)
    • Paris: Émilie Girette (ms), Gabriel Fauré, 1902?
    155
    sans Op.
    1902
    15 avril
    pour piano
    Cadence pour le Concerto en ut mineur K 491, de W. A. Mozart
    • 3
      4
      [sans indication]
    Cadence de Gabriel Fauré écrite d'après le cadenza du premier mouvement (Allegro) du concerto No.24 (K 491) de Wolfgang Amadeus Mozart, composé en 1786. Édition posthume[506]'[507].
    do min
    • « Édition nuancée et doigtée par Madame Marguerite Hasselmans »
    • « Écrite pour Madame Marguerite Hasselmans »
    • Paris: Les concerts Hasselmans, Marguerite Hasselmans (p), Louis Hasselmans (dir), 15 avril 1902
    • Paris: Magasin musical Pierre Schneider, 1927
    • Ed. Marguerite Hasselmans
    156
    Op.84
    1869-1902
    No.3:
    30 juin 1869
    No.6:
    30 novembre
    1869
    No.1:
    juillet 1899
    No.2:
    1899
    No.5:
    9 juillet 1901
    No.7:
    2 août 1902
    No.4:
    27 août 1902
    No.8:
    4 septembre
    1902
    pour piano
    [Huit] Pièces brèves – Op.84
    Recueil de huit pièces de caractère pour piano composées de 1869 à 1902. Cette œuvre recouvre toutes les périodes et tous les styles de Fauré, de ses études à l'école Niedermeyer aux épreuves du Conservatoire de Paris de 1899 à 1901. Les noms actuels des huit pièces ont été donnés par l'éditeur pour une édition de 1903 sans l'accord de Gabriel Fauré[508].
    Voir 1869 pour le détail des deux premières compositions reprises pour le recueil. La pièce No.1 a été écrite pour le concours du Conservatoire du 22 juillet 1899. La pièce No.5 a été composée pour le concours de piano du Conservatoire du 19 juillet 1901. (15:25 à 19:30)
    • No.1: Capriccio
      9
      8
      Andante quasi allegretto, en mi bémol majeur. (1:40 à 1:55)
    • No.2: Fantaisie
      2
      4
      Allegretto moderato, en la bémol majeur. (1:30 à 2:10)
    • No.3: Fugue en la mineur (de 1869)
      4
      4
      Andante moderato. (2:15 à 3:15)
    • No.4: Adagietto
      3
      4
      Andante molto moderato, en mi mineur. (3:05 à 3:40)
    • No.5: Improvisation
      4
      4
      Andante moderato, en do dièse mineur. (1:20 à 2:40)
    • No.6: Fugue en mi mineur (de 1869)
      3
      4
      Andante moderato. (2:05 à 2:45)
    • No.7: Allégresse
      6
      8
      Allegro giocoso, en ut majeur. (1:15 à 1:40)
    • No.8: Huitième Nocturne
      12
      8
      Adagio non troppo, en ré bémol majeur. (1:35 à 3:55)

    Des arrangements récents existent pour la Fugue : pour flûte, hautbois, clarinette, basson et cor[509], pour 4 violoncelles[510]. → Nocturne: No.8 du recueil « Nocturnes, piano » de 1921.

    mi♭ maj
    • No.1:
      Paris: Conservatoire, 22 juillet 1899
    • No.5:
      Paris: Conservatoire, 19 juillet 1901
    • Nos.2, 4, 7 & 8:
      Paris: Société Nationale de Musique, Ricardo Viñes (p), 18 avril 1903
    • No.1:
      Le Figaro du 29 juillet 1899
      L'Illustration
      du 1er juillet 1905
    • No.2:
      Le Figaro du 3 février 1900
    • No.5:
      Le Figaro du 26 juillet 1901
      Le Monde musical
      du 30 août 1901
    • Intégrale:
      Paris: J.Hamelle, 1902
    • No.8:
      Paris: J.Hamelle, 1903
    • Nouveaux titres:
      Paris: J.Hamelle, 1903
    (1911?) pour orgue
    Arr. Charles Quef
    Adagietto, Op.84, No.4, transcription pour grand orgue
    • 3
      4
      Andante molto moderato. (3:05)
    Transcription pour grand orgue du No.4 des « Pièces brèves » par Charles Quef (1873-1931) en mi mineur[511].
    mi min
    157
    Op.85 /2
    (76)
    1902
    13 septembre
    pour voix et piano
    la fleur qui va sur l'eau – Op.85, No.2
    • 3
      2
      Allegretto molto moderato. (1:45 à 2:20)
      « Sur la mer voilée, D'un brouillard amer,
      La Belle est allée, La nuit, sur la mer ! »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après une poèsie de Catulle Mendès (1841-1909). Composée en si mineur pour mezzo-soprano ou baryton puis transposée en ré mineur pour soprano ou ténor[512].

    → No.2 du recueil « Trois mélodies, Op.85 ».
    → No.19 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    ré min
    –––––––
    si mi
    • « à Mlle Pauline Segond » (mezzo-soprano, fille de Paul Segond, sœur de Claudie Segond et élève de Marie Trélat)
    • Paris: Pauline Segond (ms), Gabriel Fauré, 1902?
    • Paris: J.Hamelle, 1902
    • Recueil:
      Paris: J.Hamelle, 1908
    158
    Op.85 /1
    (77)
    1902
    29 septembre
    pour voix et piano
    Dans la forêt de septembre – Op.85, No.1
    • 3
      4
      Adagio. (2:40 à 4:10)
      « Ramure aux rumeurs amollies,
      Troncs sonores que l'âge creuse »
    Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Catulle Mendès (1841-1909). Composition en sol bémol majeur pour mezzo-soprano ou baryton et transposition en la bémol majeur pour soprano ou ténor[513].

    → No.1 du recueil « Trois mélodies, Op.85 ».
    → No.18 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

    la♭ maj
    –––––––
    sol♭ maj
      • Paris: Lydia Eustis (ms), Gabriel Fauré, 1902?
      • Paris: J.Hamelle, 1902
      • Recueil:
        Paris: J.Hamelle, 1908
      159 1902
      automne
      pour voix et piano
      Dans le ciel clair

      « Dans le ciel clair rayé par l'hirondelle alerte,
      Le matin qui fleurit comme un divin rosier »

      Projet de mélodie pour voix et piano, d'après un poème de Charles-Marie Leconte de Lisle (1818-1894). Œuvre inachevée ; seule une esquisse a été retrouvée à ce jour. (Poèmes tragiques: écrit en 1882)[514].
      • Œuvre inachevée et inédite
      160
      sans Op.
      1903
      juillet
      pour violon et piano
      Morceau de lecture à vue, pour violon et piano
      • Quasi adagio. (1:20 à 1:40)
      Pièce pour violon et piano en la majeur, composée pour le concours du Conservatoire du 24 juillet 1903. Gabriel Fauré en a été le directeur plusieurs années et a souvent été sollicité pour la composition des épreuves[515]'[516].

      → No.15 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

      la maj
      • Paris: Conservatoire, 24 juillet 1903
      • Paris: Le Monde musical du 30 août 1903
      • Londres: Peters, 1999
      161
      sans Op.
      1904
      15 juin
      pour harpe seule
      Morceau de lecture, pour la harpe
      • (1:50)
      Pièce pour harpe seule, composée pour le concours de harpe du Conservatoire du 25 juillet 1904[517].
      • Paris: Conservatoire, 25 juillet 1904
      • Œuvre inédite
      162
      Op.86
      1904
      juillet
      pour harpe seule
      Impromptu No.6, pour la harpe – Op.86
      • 3
        4
        Allegro molto moderato. (7:50 à 9:50)
      Pièce pour harpe seule en ré bémol majeur, composée pour le concours de harpe du Conservatoire du 25 juillet 1904[518].
      ré♭ maj
      • Paris: Conservatoire, Charlotte Landrin (harp), 25 juillet 1904
      • Paris: Société nationale de musique, Micheline Kahn (harp), 7 janvier 1905
      162A
      Op.86bis
      (1913) pour piano
      Arr. Alfred Cortot
      Impromptu No.6, pour piano – Op.86bis
      • 3
        4
        Allegro molto moderato. (8:20 à 11:30)
      Transcription pour piano d'Alfred Cortot (1877-1962). Certaines sources indiqueraient que Gabriel Fauré pourrait en être l'auteur[519].
      ré♭ maj
      • « d'après l'Impromptu pour harpe Op.86 »
      163
      Op.87 /1
      (78)
      1904 pour voix et piano
      Le plus doux chemin – Op.87, No.1
      • 2
        2
        Moderato. (1:20 à 1:45)
        « A mes pas le plus doux chemin,
        Mène à la porte de ma belle »
      Madrigal pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Armand Silvestre (1837-1901). (La chanson des heures: Madrigal No.10, écrit en 1878 et publié en 1887).
      Composition en fa mineur puis transcription en mi mineur pour mezzo-soprano ou baryton. Transcription en sol mineur pour soprano ou ténor[520].
      Il existe des arrangements récents dont celui pour clarinette et piano[53].

      → No.1 du recueil « Deux madrigaux, Op.87 ».
      → No.16 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

      sol min
      –––––––
      fa min
      mi min
      (1904) pour voix et orchestre
      Arr. Marcel Samuel-Rousseau
      Le plus doux chemin – Op.87, No.1
      • 2
        2
        [Moderato]. (1:30)
      Orchestration transposée en ut mineur avec soprano ou ténor, de Marcel Samuel-Rousseau (1882-1955). Elle sera réutilisée par Fauré pour la comédie musicale « Masques et bergamasque » de 1919[521].

      → No.4 de « Masques et bergamasque, Op.112 ».

      do min
      • Paris: J.Hamelle, entre 1904 et 1909?
      164
      Op.87 /2
      (79)
      1904 pour voix et piano
      Le Ramier – Op.87, No.2
      • 3
        4
        Andantino. (1:30 à 2:10)
        « Avec son chant doux et plaintif,
        Ce ramier blanc te fait envie. »
      Madrigal pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Armand Silvestre (1837-1901). (La chanson des heures: Madrigal No.3, publié en 1887).
      Composé en mi mineur pour mezzo-soprano ou baryton puis transposé en fa dièse mineur pour soprano ou ténor[522].

      → No.2 du recueil « Deux madrigaux, Op.87 ».
      → No.17 du « Troisième recueil de mélodies » de 1908.

      fa♯ min
      –––––––
      mi min
      • Milan: Gramophone Co, 1904
      • Paris: J.Hamelle, 1907
      • Recueil:
        Paris: J.Hamelle, 1908
      165
      sans Op.
      1904
      8 novembre
      pour voix, chœur et orgue
      ou
      pour voix et orgue
      Tantum ergo, en fa majeur
      • 2
        2
        Andante moderato. (1:50)
        « Tantum ergo, Sacramentum, Veneremur cernui

        Et antiquum documentum Novo cedat ritui »
      Cantate sur une hymne de Thomas d'Aquin (1225-1274), pour soprano solo (ou ténor) et chœur SATB avec orgue. Existe en version pour voix seule avec orgue[523].
      À l'origine composée en fa majeur (manuscrit) pour voix élevées puis pour mezzo-soprano ou baryton (édition). Nouvelle transcription en sol bémol majeur (édition) pour soprano ou ténor[524].

      → No.11 du recueil « Musique religieuse », de 1911.

      Sol♭ maj
      –––––––
      fa maj
      • Paris: Église de la Madeleine, 14 novembre 1904
      • Manuscrit, 1904
      • Paris: J.Hamelle, 1904
      • Voix seule et orgue:
        Paris, J.Hamelle, 1905
      • Recueil:
        Paris: J.Hamelle, 1911
      (1904) pour voix, chœur et quintette à cordes
      Arr. Gabriel Fauré
      Tantum ergo – partie pour quintette à cordes
      • 2
        2
        [Andante moderato?].
      Arrangement de Gabriel Fauré en fa majeur, pour soprano (ou ténor) et chœur avec accompagnement d'un quintette à cordes (violons I. & II, alto, violoncelle et contrebasse). Il est noté quatuor sur la partition. Œuvre non publiée[525].
      fa maj
      166
      sans Op.
      1905 musique de chambre
      Pièce pour deux contrebasses
      Pièce pour 2 contrebasses (ou pour 2 bassons, selon les sources)[526], composée par Fauré pour la collection « Déchiffrage du manuscrit » aux éditions Lemoine[527].
      Il s'agit d'un recueil d'une pièce pour harpe et de 12 pièces pour duo d'un même instrument (2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 cors, 2 trompettes, 2 cornets à piston, 2 trombones, 2 violons, 2 altos, 2 violoncelles ou 2 contrebasses)[528].
      Autres compositions de Jan Blockx (1851-1912), Louis-Albert Bourgault-Ducoudray (1840-1910), Henri Büsser (1872-1973), Paul Véronge de La Nux (1853-1928), Bernard Crocé-Spinelli (18??-1932), Henri Maréchal (1842-1924), Jules Mouquet (1867-1946), André Gedalge (1856-1926), Émile Ratez (1851-1934) et Paul Vidal (1863-1931).

      → No.19 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

      • Déchiffrage du manuscrit, Lemoine, 1905
      167
      Op.52bis
      1905 musique de scène pour chœur et orchestre
      Arr. Édouard Colonne?
      Jules César, drame en cinq actes – Op.52bis
      Musique de scène pour un drame en cinq actes inspiré de l'œuvre de William Shakespeare (1564-1616), sur une traduction de François-Victor Hugo (1828-1873) de 1872.
      La musique est en partie une reprise des thèmes composés en 1888 pour chœur de femme et orchestre par Gabriel Fauré, pour « Caligula »[529],[530].
      Cet arrangement pourrait avoir été autorisé par Gabriel Fauré mais sans sa participation et réalisé anonymement par un tiers (Édouard Colonne?)[531]. Spectacle réalisé sur une commande de Madame la Comtesse Greffulhe (1860-1952) et de la Société des Grandes Auditions[532].

      → Voir « Caligula, Op.52 » de 1888.

      • Œuvre inédite
      168
      Op.89
      1903-1905
      Version 1:
      1890-1894
      pour piano et cordes
      Quintette pour piano et cordes No.1, en ré mineur – Op.89, [v2]
      Œuvre pour piano et quatuor à cordes (2 violons, alto et violoncelle), en ré mineur. Le projet remonte à 1890, mais rapidement abandonné, il sera repris en 1894 dans une première version mais sans plus de conviction. Finalement il sera composé de 1903 à 1905[533]'[534]. (28:45 à 34:22)
      • I. Molto moderato
        4
        4
        en ré mineur. (9:45 à 12:25)
      • II. Adagio
        12
        8
        en sol majeur. (9:50 à 11:45)
      • III. Finale: Allegretto moderato
        2
        2
        en ré majeur. (7:15 à 11:25)

      → Voir la première version de la « Quintette pour piano et cordes No.1, Op.64 » de 1894.
      → No.17 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

      ré min
      • Bruxelles: Cercle artistique, Gabriel Fauré (p), Quatuor Ysaÿe (Eugène Ysaÿe (v), Édouard Deru (v), Léon van Hout (alt), Joseph Jacob (vlc), 23 mars 1906
      • Paris: Salle Pleyel, les mêmes, 30 avril 1906
      (1920-30?) pour piano à 4 mains
      Arr. Lucien Garban?
      Quintette pour piano et cordes No.1 – Op.89, piano à quatre mains
      Réduction pour piano à 4 mains par un arrangeur anonyme, peut être Roger Branga, alias Lucien Garban (1877-1959)[535].
      • I. Molto moderato
      • II. Adagio
      • III. Finale: Allegretto moderato
      • Paris: Archives BnF, 1991
      169
      Op.90
      1905
      11 au 14 août
      pour piano
      Barcarolle No.7, en ré mineur – Op.90
      • 6
        4
        Allegretto moderato. (2:55 à 4:00)
      Pièce pour piano en ré mineur[536].
      ré min
      • Paris: Salle Érard, Arnold Reitlinger (p), 3 février 1906
      • Le Figaro illustré, Noël 1905
      • Paris: Heugel, 1906
      170
      Op.91
      1905-1906 pour piano
      Impromptu No.4, en ré bémol majeur – Op.91
      • 2
        4
        Allegro non troppo. (4:20 à 5:45)
      Pièce pour piano en ré bémol majeur[537].

      → No.10 du recueil « Six Barcarolles et cinq Impromptus pour piano » de 1926.

      ré♭ maj
      • Paris: Société nationale de musique, Édouard Risler (p), 12 janvier 1907
      171
      Op.93
      1906
      10 août
      pour 2 sopranos et orgue
      ou
      2 sopranos et piano
      ou
      chœur et orgue
      Ave Maria – Op.93
      • 4
        4
        Allegretto moderato. (3:15 à 4:40)
        « Ave, Ave, Maria, Ave, Ave, Maria,
        Ave Maria, gratia plena »
      Cantique pour deux soprani (ou chœur de femmes) avec accompagnement d'orgue ou de piano, en si mineur. Gabriel Fauré a repris des passages d'un « Ave Maria » inédit de 1877, qui avait été composé pour les sopranos Marianne et Claudie Viardot, filles de Pauline Viardot[107].
      Il existe un arrangement récent pour chœur mixte SATB et orgue ou piano[538].
      si min
      • « à Madame Georges Kinen » (Anita Eustis, soprano, élève de Marie Trélat)
      (1908)
      juin
      pour 2 sopranos, avec cordes, harpe et orgue
      Arr. Henri Büsser
      Ave Maria – Op.93, transcrit avec accompagnement de violon, violoncelle, harpe et orgue
      • 4
        4
        [Allegretto moderato?].
      Arrangement pour 2 sopranos avec accompagnement de violon, violoncelle, harpe et orgue, de Henri Büsser (1872-1973)[539].
      • Paris: Heugel, 1910
      • Paris: Heugel, 1937
      172
      Op.92
      (80)
      1906
      du 7 au 20
      août
      pour voix et piano
      Le don silencieux – Op.92
      • 4
        4
        Andante molto moderato. (1:55 à 2:35)
        « Je mettrai mes deux mains sur ma bouche, pour taire
        Ce que je voudrais tant vous dire, âme bien chère ! »
      Mélodie pour voix moyenne et piano, nommée « Offrande » à l'origine, d'après un poème de Jean Dominique (Marie Closset) (1875-1952). (L'anémone des mers: No.28, écrit en 1904 et publié en 1906).
      Composée pour mezzo-soprano ou baryton, en mi majeur, transcrite en fa dièse majeur pour soprano ou ténor[540].
      fa♯ maj
      –––––––
      mi maj
      • Paris: Chez Albert Blondel, Pauline Segond (ms), Gabriel Fauré (p), 28 janvier 1907
      • Bruxelles: la Libre esthétique, Jane Bathori (ms), Gabriel Fauré (p), 12 mars 1907
      173
      Op.94
      (81)
      1906 pour voix et piano
      Chanson – Op.94
      • 3
        4
        Andante quasi allegretto. (1:10 à 1:30)
        « Que me fait toute la terre, inutile où tu n'as pas,
        En marchant, marqué ton pas dans le sable »
      Mélodie pour voix moyenne et piano, d'après un poème de Henri de Régnier (1864-1936). (La sandale ailée: écrit en 1903-1905 et publié en 1906).
      Composée en mi mineur pour mezzo-soprano ou baryton, transcription en sol mineur pour soprano ou ténor[541].
      sol min
      –––––––
      mi min
      174
      Op.96
      1906
      juin
      pour piano
      Barcarolle No.8, en ré bémol majeur – Op.96
      • 9
        8
        Allegretto moderato. (3:20 à 4:35)
      Pièce pour piano, en ré bémol majeur[542].
      ré♭ maj
      • Paris: Société nationale de musique, Édouard Risler (p), 12 janvier 1907
      175
      sans Op.
      (82)
      1906 pour voix et piano
      Vocalise-étude
      • 4
        4
        Adagio molto tranquillo. (2:30 à 3:20)
        ( vocalises )
      Exercice pour voix haute et piano. Composition en mi mineur, pour soprano ou ténor. Transcription en ré mineur pour mezzo-soprano ou baryton[543].
      Il existe des arrangements récents dont celui pour quintette (hautbois, 2 violons, violoncelle et contrebasse)[544].

      → No.1 de la collection des vocalises-études de A.L.Hettich.
      → Voir la vocalise No.28 du recueil « Vocalises » de 1916

      mi min
      –––––––
      ré min
      (1920?) pour piano et flûte
      ou
      pour piano et hautbois
      ou
      pour piano et violon
      Arr. Théodore Doney
      Pièce (Vocalise-étude) – transcriptions pour haut-instrument
      • 4
        4
        [Adagio molto tranquillo?]. (2:50 à 3:10)
      Arrangement en la mineur de la mélodie pour un haut-instrument (flûte ou hautbois ou violon) et piano. Alphonse Leduc (1878-1951), l'éditeur, n'a pas indiqué le nom de l'arrangeur, probablement Théodore Doney (1882-1935)[545].
      la min
      • Paris: A.Leduc, 1920
      (1920?) pour piano et alto
      ou
      pour piano et violoncelle
      ou
      pour piano et saxophone alto
      Arr. Théodore Doney
      Pièce (Vocalise-étude) – transcriptions pour bas-instruments
      • 4
        4
        [Adagio molto tranquillo?]. (2:50 à 3:10)
      Arrangement de Théodore Doney (1882-1935)[546], pour alto[547] ou violoncelle[548] ou saxophone alto[549] et piano.
      • Paris: A.Leduc, 1920
      (1931?) pour piano et violon
      Arr. Joseph Strimer
      Pièce (Vocalise-étude), transcription de concert, pour violon et piano
      • 4
        4
        [Adagio molto tranquillo?]. (2:50 à 3:10)
      Arrangement pour violon et piano par Joseph Strimer (1881-1962)[550].
      • Paris: A.Leduc, 1931
      176
      sans Op.
      1881-1906
      II. & IV.
      de 1881
      I. & III.
      30 décembre
      1906
      pour voix de femmes et orgue
      ou
      voix de femmes et harmonium
      Messe basse, révision de la « Messe des pêcheurs de Villerville » [v3]
      Nouvelle version en 4 parties, proposée par Heugel et révisée par Fauré, de la « Messe des pêcheurs de Villerville », œuvre de 1881, coécrite avec André Messager (1853-1929) mais dont les compositions ne seront pas reprises pour cette dernière version[551]'[202].
      Les mouvements Nos.2 et 4, composés en 1881, sont de Gabriel Fauré. Le mouvement No.1 est une nouvelle composition de l'auteur, comme le mouvement No.3, qui comporte une reprise du Gloria (second mouvement) de 1881.
      Pour voix de femmes (soli et chœur) et orgue (ou harmonium) en la bémol majeur. (8:40 à 11:30)
      • I. Kyrie eleison
        3
        4
        Allegretto moderato, en la bémol majeur. (1:55 à 3:00)
      • II. Sanctus (de 1881)
        4
        4
        Moderato, en sol majeur. (1:50 à 2:50)
      • III. Benedictus
        9
        8
        Andante moderato, en la bémol majeur. (2:05 à 2:50)
      • IV. Agnus Dei (de 1881)
        2
        4
        Andante moderato, en sol majeur. (2:35 à 3:15)
      la♭ maj
      • « à Madame Camille Clerc »
      177
      Op.97
      1908? pour piano
      Nocturne No.9, en si mineur – Op.97
      • 3
        2
        Quasi adagio. (3:15 à 5:55)
      Pièce pour piano, en si mineur[552].

      → No.9 du recueil « Nocturnes, piano » de 1921.

      si min
      (1950?) pour orgue
      Arr. Gustave Bret
      Deux Nocturnes, IXe et Xe – Op.97 & Op.99, transcrits pour orgue
      • 3
        2
        [Quasi adagio?].
      Transcription pour orgue, de la neuvième nocturne pour piano par Gustave Bret (1875-1969)[553].
      • Paris: Heugel, 1950
      178
      Op.98
      1908? pour piano et violoncelle
      Sérénade – Op.98
      • 2
        4
        Allegretto moderato. (2:40 à 3:20)
      Duo pour piano et violoncelle, en si mineur[554].

      → No.20 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

      si min
      179
      Op.99
      1908
      novembre
      pour piano
      Nocturne No.10, en mi mineur – Op.99
      • 4
        4
        Quasi adagio. (3:50 à 6:20)
      Pièce pour piano en mi mineur[555].

      → No.10 du recueil « Nocturnes, piano » de 1921.

      mi min
      • « à Mme Brunet-Lecomte »
      (1950?) pour orgue
      Arr. Gustave Bret
      Deux Nocturnes, IXe et Xe – Op.97 & Op.99, transcrits pour orgue
      • 4
        4
        [Quasi adagio?].
      Transcription pour orgue, de la dixième nocturne pour piano par Gustave Bret (1875-1969)[553].
      • Paris: Heugel, 1950
      180
      Op.101
      1908-1909 pour piano
      Barcarolle No.9, en la mineur – Op.101
      • 9
        8
        Andante moderato. (3:40 à 5:30)
      Pièce pour piano en la mineur[556].
      la min
      • « à Mme Charles Neff »
      • Paris: Heugel, 1909
      (av.1924?) pour violoncelle et piano
      Arr. Gustave Samazeuilh
      Barcarolle No.9 – Op.101, transcription pour violoncelle et piano
      • 9
        8
        [Andante moderato?].
      Transcription réalisée avec l'accord de l'auteur, par Gustave Samazeuilh (1877-1967), pour violoncelle et piano[557].
      • Paris: Heugel, 1948
      181
      Op.102
      1908-1909 pour piano
      Impromptu No.5, en fa dièse mineur – Op.102
      • 2
        4
        Allegro vivo. (1:50 à 2:30)
      Pièce pour piano en fa dièse mineur[558].

      → No.11 du recueil « Six Barcarolles et cinq Impromptus pour piano » de 1926.

      fa♯ min
      • « à Mademoiselle Cella Delavrancea » (pianiste roumaine, sœur d'Henrieta)
      • Paris: Heugel, 1909
      • Recueil:
        Paris: J.Hamelle, 1926
      182
      Op.95
      (83-92)
      1906-1910
      de juin 1906 à
      janvier 1910

      No.9:
      4 juin 1906
      No.1:
      8 septembre
      1906
      No.2:
      28 septembre
      1906
      No.3:
      juin 1908
      No.5:
      juin 1908
      No.4:
      1909
      No.6:
      1909
      No.8:
      1909
      No.7:
      janvier 1910
      No.10:
      janvier 1910

      pour voix et piano
      la chanson d'Ève – Op.95
      Cycle de dix mélodies pour voix moyenne et piano, d'après des poèmes de Charles van Lerberghe (1861-1907) issus du recueil en quatre sections « La chanson d'Ève » écrit en 1903 et publié en 1904[559].
      C'est le plus long cycle de mélodies de l'auteur. (18:30 à 25:00)
      • « à Mme Jeanne Raunay » (mezzo-soprano)
      • Nos.1, 2 & 9:
        Paris: Salle des Agriculteurs, Jeanne Raunay (ms), Gabriel Fauré (p), 3 février 1908
      • Nos.1, 2 & 9:
        Londres: Bechstein Hall, les mêmes, 18 mars 1908
      • Nos.3, 4, 5 & 6:
        Paris: Salle Érard, les mêmes, 26 mai 1909
      • Intégrale:
        Paris: Société musicale indépendante, les mêmes, 20 avril 1910
      • No.9:
        Paris: Heugel, 1906
      • Nos.1 & 2:
        Paris: Heugel, 1907
      • No.5:
        Paris: Heugel, 1908
      • Nos.3, 4, 6 & 8:
        Paris: Heugel, 1909
      • Nos.7 & 10:
        Paris: Heugel, 1910
      • Intégrale:
        Paris: Heugel, 1911
      • Paradis – Op.95, No.1
        3
        2
        Andante molto moderato. (6:10 à 7:15)
        « C'est le premier matin du monde,
        Comme une fleur confuse exhalée de la nuit »
      Première mélodie (No.83), composée en mi mineur, pour mezzo-soprano ou baryton. (La chanson d'Ève: 1.Premières paroles, No.1).
      mi min
      • Prima verba – Op.95, No.2
        4
        4
        Adagio molto. (2:00 à 2:35)
        « Comme elle chante, Dans ma voix
        L'âme longtemps murmurante, Des fontaines et des bois ! »
      Deuxième mélodie (No.84), composée en sol bémol majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (La chanson d'Ève: 1.Premières paroles, No.6).
      sol♭ maj
      • Roses ardentes... – Op.95, No.3
        3
        4
        Andante. (1:10 à 1:50)
        « Roses ardentes, Dans l'immobile nuit,
        C'est en vous que je chante, Et que je suis »
      Troisième mélodie (No.85), composée en mi majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (La chanson d'Ève: 1.Premières paroles, No.5).
      mi maj
      • Comme Dieu rayonne... – Op.95, No.4
        4
        4
        Quasi adagio. (1:30 à 2:25)
        « Comme Dieu rayonne aujourd'hui,
        Comme il exulte, comme il fleurit »
      Quatrième mélodie (No.86), composée en ut mineur, pour mezzo-soprano ou baryton. (La chanson d'Ève: 1.Premières paroles, No.10).
      do min
      • L'aube blanche... – Op.95, No.5
        3
        4
        Andante. (1:05 à 1:30)
        « L'aube blanche dit à mon rêve :
        – Éveille-toi, le soleil luit – »
      Cinquième mélodie (No.87), composée en ré bémol majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (La chanson d'Ève: 1.Premières paroles, No.14).
      ré♭ maj
      • Eau vivante – Op.95, No.6
        3
        4
        Allegretto moderato. (1:10 à 1:30)
        « Que tu es simple et claire, Eau vivante,
        Qui, du sein de la terre, Jaillis en ces bassins et chantes ! »
      Sixième mélodie (No.88), composée en ut majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (La chanson d'Ève: 1.Premières paroles, No.20).
      do maj
      • Veilles-tu, ma senteur de soleil ? – Op.95, No.7
        2
        4
        Allegretto con moto. (1:30 à 1:50)
        « Veilles-tu, ma senteur de soleil ?
        Mon arôme d'abeilles blondes »
      Septième mélodie (No.89), composée en ré majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (La chanson d'Ève: 2.La Tentation, No.10).
      ré maj
      • Dans un parfum de roses blanches... – Op.95, No.8
        3
        4
        Andantino. (1:40 à 2:20)
        « Dans un parfum de roses blanches,
        elle est assise et songe »
      Huitième mélodie (No.90), composée en sol majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (La chanson d'Ève: 1.Premières paroles, No.27).
      sol maj
      • Crépuscule – Op.95, No.9
        3
        2
        Adagio non troppo. (2:15 à 3:00)
        « Ce soir, à travers le bonheur,
        Qui donc soupire, qu'est-ce qui pleure ? »
      Neuvième mélodie (No.91), composée en ré mineur, pour mezzo-soprano ou baryton. (La chanson d'Ève: 4.Crépuscule, No.2).
      ré min
      • Ô mort, poussière d'étoiles... – Op.95, No.10
        4
        4
        Andante molto moderato. (2:05 à 3:05)
        « Ô mort, poussière d'étoiles,
        Lève-toi sous mes pas ! »
      Dixième mélodie (No.92), composée en ré bémol majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (La chanson d'Ève: 4.Crépuscule, No.10).
      ré♭ maj
      (1919) pour petit orchestre
      Arr. Hubert Mouton
      Eau vivante – Op.95, No.6, Mélodia, choix de mélodies célèbres transcrites (sans paroles) pour tout petit orchestre
      • 3
        4
        [Allegretto moderato?].
      Orchestration de la mélodie sans chant par Hubert Mouton (1872-1954)[560].
      • Paris: Le Ménestrel, 1919
      • Paris: Heugel, 1921
      183
      Op.103
      1909-1910
      Nos.1 à 3
      janvier 1910
      Nos.4 à 9
      de l'été à
      automne 1910
      pour piano
      [Neuf] Préludes – Op.103
      Cycle de neuf préludes pour piano. Un premier recueil de 3 préludes (Nos.1, 2 et 3) est achevé en janvier 1910 puis publié. Les autres préludes seront terminés de l'été à l'automne 1910 et publiés en 1911[561].
      Il existe un arrangement récent du prélude No.4, pour orchestre[562].
      • Prélude No.1:
        4
        4
        Andante molto moderato, en ré bémol majeur. (3:05 à 4:15)
      • Prélude No.2:
        5
        4
        Allegro, en ut dièse mineur. (2:00 à 2:50)
      • Prélude No.3:
        9
        8
        Andante, en sol mineur. (2:40 à 5:30)
      • Prélude No.4:
        6
        8
        Allegretto moderato, en fa majeur. (1:30 à 2:20)
      • Prélude No.5:
        3
        4
        Allegro, en ré mineur. (1:50 à 2:25)
      • Prélude No.6:
        3
        2
        Andante, en mi bémol mineur. (2:10 à 2:50)
      • Prélude No.7:
        4
        4
        Andante moderato, en la majeur. (2:05 à 3:50)
      • Prélude No.8:
        3
        4
        Allegro, en ut mineur. (1:05 à 2:20)
      • Prélude No.9:
        4
        4
        Adagio, en mi mineur. (2:40 à 3:55)

      → Le prélude de l'opéra « Pénélope » est parfois ajouté au cycle comme No.10.

      ré♭ maj
      • « à Élisabeth de Lallemand »
      • Recueil Nos.1 à 3:
        Paris: Société musicale indépendante, Marguerite Long (p), 17 mai 1910,
      • No.1: Manuscrit, 1910
      • No.2: Manuscrit, 1910
      • Recueil Nos.1 à 3:
        Paris: Heugel, 1910
      • Recueil Nos.4 à 9:
        Paris: Heugel, 1911
      • Intégrale:
        Paris: Heugel, 1923
      (1920-40?) pour violon et piano
      Arr. Gustave Samazeuilh
      Quatre préludes – Op.103, Nos.1 à 4, transcrits pour violon et piano
      Transcription réalisée par Gustave Samazeuilh (1877-1967), pour violon et piano[563].
      • Prélude No.1:
        4
        4
        [Andante molto moderato?]
      • Prélude No.2:
        5
        4
        [Allegro?]
      • Prélude No.3:
        9
        8
        [Andante?]
      • Prélude No.4:
        6
        8
        [Allegretto moderato?]
      • Paris: Heugel, 1958
      184
      sans Op.
      1907-1912
      avril 1907 au
      31 août 1912
      orchestration
      de fin août à
      fin 1912
      opéra pour voix et piano
      ou
      pour voix et orchestre
      Gabriel Fauré & Fernand Pécoud
      Pénélope, poème lyrique en trois actes
      Opéra en trois actes, sur un livret de René Fauchois (1882-1962), inspiré de « l'Odyssée » d' Homère. Commande de la soprano suisse Lucienne Bréval (1869-1935)[564].
      Fauré a composé l’œuvre pour voix et piano pendant 6 ans, puis en à orchestré les deux tiers, le reste étant confié à Fernand Pécoud (1879-1940), afin de gagner du temps[565]'[566]'[567].
      Pour solistes, chœur et orchestre: 3 flûtes, 2 hautbois, cor anglais, 2 clarinettes, clarinette basse, 2 bassons, 4 cors, 2 trompettes, 3 trombones (et tuba), 3 timbales, batterie, harpe et cordes (violons, altos, violoncelles et contrebasses). (2:04:00)
      • Prélude3
        4
        Andante moderato, en sol mineur. (6:40)

      Acte I. Un vestibule près devant la chambre de Pénélope.

      • Introduction9
        8
        Allegretto moderato. (rideau). (0:40)
      • Scène 13
        4
        (Les Servantes fileuses, Mélantho, Cléone, Alkandre, Phylo, Lydie). (7:15)
        « Les fuseaux sont lourds, le palais est sombre
        Mille obscurs désirs chuchotent dans l'ombre »
      • Scène 24
        4
        Allegro risoluto. (Les Prétendants, Eurymaque, Mélantho, Cléone, Antinoüs, Léodès). (1:55)
        « Vers Pénélope, sœur divine d'Aphrodite,
        qu'une de vous, femmes, se précipite »
      • Scène 34
        4
        (Euryclée, Eurymaque, Léodès, Ctésippe, Antinoüs). (1:30)
        « Osez-vous pénétrer jusqu'ici, Princes lâches ?
        Hors de ces lieux qu'emplit votre tumulte vain »
      • Scène 43
        4
        Molto moderato – Air de danse. (Pénélope, Antinoüs, Euryclée, Eurymaque, Léodès, Ctésippe). (17:20)
        « Jadis, quand on aimait, on savait aimer mieux
        On aurait affronté la colère des Dieux »
      • Scène 53
        4
        Allegro. (Ulysse, Eurymaque, Pénélope, Ctésippe, Antinoüs, Mélantho, Léodès, Lydie, Phylo, Alkandre, Cléone). (8:00)
        « Hola ! Ho ! Hola ! Ho !

        Ces haillons !... entrer dans le palais ! »
      • Scène 63
        4
        Più mosso. (Pénélope, Euryclée, Ulysse). (6:10)
        « Pardonne, ô vieillard, pardonne à mon deuil
        L'insolence de leur accueil »
      • Scène 73
        2
        (Pénélope, Eurymaque, Léodès, Antinoüs). (4:55)
        « Je suis seule... Ô travail que mon amour renie
        Tu me prends bien du temps, en effet... »
      • Scène 83
        4
        (Pénélope, Ulysse, Euryclée). (4:15)
        « Je me plaignais du sort ! Quelle démence !
        C'est demain que mon malheur commence ! »
      • Scène 9 – Air d'Ulysse: 3
        4
        Allegro. (Ulysse). (1:35)
        « Épouse chérie ! Épouse chérie !
        Ton âme de ses maux sera bientôt guérie ! »
      • Scène 102
        2
        Moderato. (Pénélope, Ulysse, Euryclée). (1:30)
        « Prends ce manteau, vieillard
        L'ombre des nuits est fraiche... Merci ! »

      Acte II. Le sommet d'une colline qui domine la mer

      • Introduction12
        8
        Moderato. (1:15)
      • Scène 112
        8
        (Eumée, Pâtre). (3:20)
        « Sur l'épaule des monts, où le troupeau bêlait,
        Le crépuscule accroche un manteau violet »
      • Scène 23
        4
        Allegretto non troppo. (Pénélope, Eumée, Ulysse, Euryclée). (22:25)
        « C'est sur ce banc, devant cette colonne,
        Qu'au souvenir des temps heureux, je m'abandonne »
      • Scène 34
        4
        Allegro. (Ulysse, Eumée, Pâtres). (2:30)
        « Eumée Eumée et vous tous... vous tous les pâtres...
        Par tous les Dieux du ciel, par le feu de vos âtres »

      Acte III. La grande salle du palais d'Ulysse

      • Introduction4
        4
        Allegro. (0:35)
      • Scène 14
        4
        (Ulysse). (0:45)
        « Toute la nuit, sans bruit, comme une ombre
        J'ai rôdé dans le palais sombre ! »
      • Scène 24
        4
        (Euryclée, Ulysse). (2:00)
        « Morne et farouche, Pénélope n'a pas dormi,
        Elle n'accuse pas son destin ennemi... »
      • Scène 34
        4
        Allegro. (Eumée, Ulysse). (2:50)
        « Salut, maître... Debout berger,
        Tu trahirais ma présence inconnue »
      • Scène 44
        4
        Allegretto moderato. (Antinoüs, Ulysse, Eurymaque, Ctésippe, Léodès, Pisandre). (5:55)
        « Qu'il est doux de sentir sa jeunesse
        Quand le jour est si clair ! »
      • Scène 54
        4
        Andante moderato. (Léodès, Antinoüs, Eurymaque, Pénélope, Ctésippe, Pisandre, Euryclée, Ulysse, Eumée, Alkandre, Lydie, Phylo). (16:10)
        « La Reine...
        Ses yeux n'ont eu jamais tant de tristesse »
      • Scène 64
        4
        (Ulysse, Pénélope, Euryclée). (1:50)
        « Justice est faite !
        Ulysse !.. Pénélope !.. Mon époux !.. Pénélope !.. »
      • Scène 7 & Final4
        4
        Molto moderato. (Peuple d'Ithaque, Eumée, Euryclée, Ulysse, Servantes, Bergers). (2:40)
        « Ulysse est de retour ! Gloire à Zeus !
        Ulysse, ton peuple veut voir le vainqueur de Troie ! »
      sol min
      • Pour voix et piano:
        Paris: Heugel, 1913
      • Manuscrit
        orchestration, 1912
      • Pour voix et orchestre:
        Paris: Heugel, 1913
      184A 1912 pour piano
      Pénélope, prélude – [Op.103, No.10], pour piano solo
      • 3
        4
        Andante moderato. (8:30)
      Prélude extrait de la version pour piano solo de l'opéra « Pénélope ». Il est souvent joué comme No.10 de « Neuf préludes, Op.103 », où il est alors transposé en ut mineur.
      do min
      • Paris: Heugel, 1913
      184B 1912 pour piano
      Pénélope, prélude de l'acte II. – pour piano solo
      • 12
        8
        Moderato.
      Prélude en mi mineur du deuxième acte de l'opéra « Pénélope » extrait de la version pour piano solo.
      mi min
      (1913)
      20 mars
      pour piano à 4 mains
      Arr. Gustave Samazeuilh
      Pénélope – Extraits, transcription pour piano à 4 mains
      Réduction de 3 mouvements pour piano à 4 mains par Gustave Samazeuilh (1877-1967)[568].
      • No.1: Prélude3
        4
        Andante moderato.
      • No.2: Les joueuses de flûte:
        Premier air de danse
        (Acte I, scène 4) – 3
        4
        .
      • No.3: Les joueuses de flûte:
        Deuxième air de danse
        .
      • Paris: Heugel, 1913
      • Ed. Lucien de Lacour
      (1913)
      20 mars
      pour violon et piano
      ou
      pour flûte et piano
      Arr. Gabriel Fauré?
      Pénélope, Les joueuses de flûte – pour violon (ou flûte) et piano
      Arrangement du premier air de danse, pour violon (ou flûte) et piano ; puis du second air de danse, pour violon et piano. L'arrangeur est probablement Gabriel Fauré, car c'est son fils Emmanuel Fauré-Fremiet, qui était propriétaire des partitions jusqu'en 1948[569].
      • No.1: Premier air de danse (Acte I, scène 4) – 3
        4
        . (3:50)
      • No.2: Deuxième air de danse.
      • Paris: Heugel, 1913
      (1924?) pour orchestre et piano
      Arr. Hubert Mouton
      Pénélope, prélude (Symphonia 86A) – transcription pour orchestre avec piano conducteur
      • 3
        4
        [Andante moderato?].
      Arrangement du prélude pour orchestre et piano conducteur par Hubert Mouton (1872-1954)[570].
      • Paris: Heugel, 1924
      (1930?) pour orchestre d'harmonie
      Arr. Fernand Lamy
      Suite symphonique extraite de Pénélope – transcription pour harmonie
      Suite transcrite pour orchestre d'harmonie en 4 mouvements, par Fernand Lamy (1881-1966)[571].
      • I. Prélude
      • II. Danse
      • III. Pastorale
      • IV. Final
      • Paris: Buffet-Crampon, 1930
      185
      Op.104/1
      1913 pour piano
      Nocturne No.11, en fa dièse mineur – Op.104, No.1
      • 3
        4
        Molto moderato. (3:40 à 5:45)
      Pièce pour piano en fa dièse mineur[572].

      → No.1 du recueil « Deux pièces pour piano, Op.104 ».
      → No.11 du recueil « Nocturnes, piano » de 1921.

      fa♯ min
      • « à la mémoire de Noémi Lalo » (belle fille de Édouard Lalo)
      • Paris: Durand, 1913
      (1952?) pour orgue
      Arr. Gustave Bret
      Nocturne No.11 – Op.104, No.1, transcription pour orgue
      • 3
        4
        [Molto moderato?].
      Transcription pour orgue, de la pièce pour piano par Gustave Bret (1875-1969)[573].
      • Paris: Durand, 1952
      186
      Op.104/2
      1913
      octobre
      pour piano
      Barcarolle No.10, en la mineur – Op.104, No.2
      • 6
        8
        Allegretto moderato. (2:55 à 4:00)
      Pièce pour piano en la mineur[574].

      → No.2 du recueil « Deux pièces pour piano, Op.104 ».

      la min
      187
      Op.105
      1913 pour piano
      Barcarolle No.11, en sol mineur – Op.105
      • 6
        8
        Allegretto moderato. (3:55 à 5:30)
      Pièce pour piano en sol mineur[575].
      sol min
      • « à Mlle Laura Albéniz » (peintre espagnole, fille de Isaac Albéniz)
      188
      Op.106
      (93-100)
      1914
      du 21 juillet
      à novembre
      pour voix et piano
      Le jardin clos – Op.106
      Cycle de huit mélodies pour voix moyenne et piano, d'après des poèmes de la collection de 1898 « Entrevisions » de Charles van Lerberghe (1861-1907). Le titre du cycle « Le jardin clos » est emprunté au second volume du recueil.
      Fauré a commencé la composition en juillet 1914, en Allemagne (à Saint-Louis), puis à continué en Suisse (Bâle et Genève) et en France (Paris et Pau) après qu'ait débuté la grande guerre[576].
      • Paris: Les Concerts Casella, Claire Croiza (ms), Gabriel Fauré (p), 28 janvier 1915
      • Exaucement – Op.106, No.1
        4
        4
        Allegretto. (1:05 à 1:30)
        « Alors qu'en tes mains de lumière
        Tu poses ton front défaillant »
      Première mélodie (No.93), composée en do majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (Entrevisions: 3.Sous le portique, No.6).
      do maj
      • Quand tu plonges tes yeux dans mes yeux... – Op.106, No.2
        3
        4
        Andante moderato. (1:00 à 1:20)
        « Quand tu plonges tes yeux dans mes yeux,
        Je suis toute dans mes yeux. »
      Deuxième mélodie (No.94), composée en fa majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (Entrevisions: 2.Le jardin clos, No.11).
      fa maj
      • « à Mlle Germaine Sanderson » (soprano)
      • La messagère – Op.106, No.3
        3
        4
        Allegro. (1:45 à 2:10)
        « Avril, et c'est le point du jour.
        Tes blondes sœurs qui te ressemblent »
      Troisième mélodie (No.95), composée en sol majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (Entrevisions: 1.Jeux et songes, No.4).
      sol maj
      • « à Mlle Gabrielle Gills » (Soprano amateur)
      • Je me poserai sur ton cœur... – Op.106, No.4
        3
        4
        Allegretto moderato. (1:35 à 2:05)
        « Je me poserai sur ton cœur
        Comme le printemps sur la mer »
      Quatrième mélodie (No.96), composée en mi bémol majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (Entrevisions: 2.Le jardin clos, No.8).
      mi♭ maj
      • Dans la nymphée – Op.106, No.5
        4
        4
        Andante molto moderato. (1:40 à 2:55)
        « Quoique tes yeux ne la voient pas,
        Sache, en ton âme, qu'elle est là »
      Cinquième mélodie (No.97), composée en ré bémol majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (Entrevisions: 1.Jeux et songes, No.12).
      ré♭ maj
      • Dans la pénombre – Op.106, No.6
        3
        4
        Allegretto moderato. (1:20 à 1:40)
        « À quoi, dans ce matin d'avril,
        Si douce et d'ombre enveloppée »
      Sixième mélodie (No.98), composée en mi majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (Entrevisions: 1.Jeux et songes, No.9).
      mi maj
      • Il m'est cher, Amour, le bandeau... – Op.106, No.7
        3
        4
        Allegro. (1:20 à 1:40)
        « Il m'est cher, Amour, le bandeau,
        Qui me tient les paupières closes »
      Septième mélodie (No.99), composée en fa majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (Entrevisions: 2.Le jardin clos, No.1).
      fa maj
      • Inscription sur le sable – Op.106, No.8
        4
        4
        Andante quasi adagio. (1:20 à 2:25)
        « Toute, avec ta robe et ses fleurs,
        Elle, ici, redevint poussière »
      Huitième mélodie (No.100), composée en mi mineur, pour mezzo-soprano ou baryton. (Entrevisions: 1.Jeux et songes, No.10).
      mi min
      • « à Mme Durand-Texte » (pianiste)
      (1926?) pour violon et piano
      Arr. Lucien Garban
      Dans la nymphée – Op.106, No.5, transcription pour violon et piano
      • 4
        4
        [Andante molto moderato?].
      Transcription de la mélodie No.5, pour violon et piano, par Lucien Garban (1877-1959)[577].
      • Paris: Durand, 1926
      (1927?) pour orchestre et piano
      Arr. Lucien Garban
      Dans la nymphée – Op.106, No.5, transcription pour orchestre et piano conducteur
      • 4
        4
        [Andante molto moderato?].
      Orchestration de la mélodie No.5, avec piano conducteur, par Roger Branga, alias Lucien Garban (1877-1959)[578].
      • Paris: Durand, 1927
      189
      Op.107
      1915
      d'août à
      septembre
      pour piano
      Nocturne No.12, en mi mineur – Op.107
      • 12
        8
        Andante moderato. (5:15 à 7:30)
      Douzième nocturne en mi mineur pour piano[579].

      → No.12 du recueil « Nocturnes, piano » de 1921.

      mi min
      • Paris: Concerts Jacques Durand, Louis Diémer (p), 23 novembre 1916


      (1952?) pour orgue
      Arr. Gustave Bret
      Nocturne No.12 – Op.107, transcription pour orgue
      • 12
        8
        [Andante moderato?].
      Transcription pour orgue, de la pièce pour piano par Gustave Bret (1875-1969)[580].
      • Paris: Durand, 1952
      190
      Op.106bis
      1915
      septembre
      pour piano
      Barcarolle No.12, en mi bémol majeur – Op.106bis
      • 6
        8
        Allegretto giocoso. (2:50 à 4:00)
      Douzième barcarole pour piano en mi bémol majeur[581].
      mi♭ maj
      • « à Louis Diémer » (pianiste)
      • Paris: Concerts Jacques Durand, Louis Diémer (p), 23 novembre 1916
      (1927?) pour violon et piano
      Arr. Gustave Samazeuilh
      Barcarolle No.12 – Op.106bis, arrangement pour violon et piano
      • 6
        8
        [Allegretto giocoso?].
      Transcription de la pièce pour piano par Gustave Samazeuilh (1877-1967) pour violon et piano.
      • Paris: Durand, 1927
      191 1906-1916 pour voix et piano
      Vocalises – recueil d'études
      Recueil de vocalises, d'exercices avec accompagnement de piano et de dictions, composées par Gabriel Fauré pour l'étude du chant, du temps qu'il était directeur du Conservatoire de Paris (de 1905 à 1916). Les pièces ont été retrouvées dans les archives à Paris par Roy Howat et Emily Kilpatrick et classées partiellement en 6 thèmes (La beauté, L'envie, La cour, La tendresse, Les regrets et Les souvenirs)[582].
      La numérotation reprend celui de l'édition, par difficulté d'interprétation[583]. La vocalise No.28 avait déjà été éditée et arrangée (voir 1906).
      • Vocalise No.1:
        4
        4
        en ut mineur (1910) La beauté. (0:30)
      • Vocalise No.2:
        4
        4
        en la majeur (1913) L'envie. (0:40)
      • Vocalise No.3:
        en ut majeur (1907) Les souvenirs. (0:50)
      • Vocalise No.4:
        en fa majeur (1909) La tendresse. (0:40)
      • Vocalise No.5:
        en ut majeur (1908) L'envie. (0:45)
      • Vocalise No.6:
        en fa majeur (1913) L'envie. (0:45)
      • Vocalise No.7:
        Allegro moderato, en ut majeur (1908) La cour. (0:35)
      • Vocalise No.8:
        en sol majeur (1909) La tendresse. (0:55)
      • Vocalise No.9:
        Moderato, en ré majeur (1914) La beauté. (0:30)
      • Vocalise No.10:
        Moderato, en ut majeur (1914) Les regrets. (0:50)
      • Vocalise No.11:
        4
        4
        Allegro moderato, en sol majeur (1910) La tendresse. (0:40)
      • Vocalise No.12:
        Allegro moderato, en fa majeur (1906) La beauté. (0:50)
      • Vocalise No.13:
        Andante moderato, en sol majeur (1906) La cour. (0:45)
      • Vocalise No.14:
        en fa majeur (1907) L'envie. (0:40)
      • Vocalise No.15:
        Moderato, en ré majeur (1915) La beauté. (0:45)
      • Vocalise No.16:
        Moderato, en ré majeur (1909) La beauté. (0:40)
      • Vocalise No.17:
        Andante moderato, en ut majeur (1907) La cour. (0:40)
      • Vocalise No.18:
        Allegretto, en fa majeur (1909) La tendresse. (0:40)
      • Vocalise No.19:
        Allegretto, en ré majeur (1908) Les regrets. (0:40)
      • Vocalise No.20:
        Moderato, en fa majeur (1912) L'envie. (1:35)
      • Vocalise No.21:
        en si bémol majeur (1908) La cour. (0:35)
      • Vocalise No.22:
        3
        4
        Allegretto, en ut majeur (1908) La cour. (0:45)
      • Vocalise No.23:
        Moderato, en fa majeur (1915) L'envie. (0:55)
      • Vocalise No.24:
        Molto moderato, en fa mineur (1916) L'envie. (1:15)
      • Vocalise No.25:
        Andante moderato, en la bémol majeur (1907) La cour. (0:40)
      • Vocalise No.26:
        Allegro molto moderato, en fa majeur (1909) L'envie. (1:00)
      • Vocalise No.27:
        Moderato, en la majeur (1908) Les souvenirs. (1:15)
      • Vocalise No.28:
        4
        4
        Adagio molto tranquillo, en mi mineur.
        (→ Voir « Vocalise-étude » de 1906) L'envie. (2:30)
      • Vocalise No.29:
        4
        4
        Adagio, en fa mineur (1907) Les regrets. (1:35)

      Exercices (vocalises attribuées à Fauré) :

      • Exercice No.1:
        3
        4
        Allegro, en ut majeur (?).
      • Exercice No.2:
        en fa majeur (?).
      • Exercice No.3:
        Allegro, en ut majeur (?) La cour. (0:25)
      • Exercice No.4:
        en sol majeur (?) La tendresse. (0:40)
      • Exercice No.5:
        en ut majeur (?).
      • Exercice No.6:
        Allegro, en sol majeur (1914).
      • Exercice No.7:
        en ut majeur (1913) Les regrets. (0:35)
      • Exercice No.8:
        en sol majeur (1912).
      • Exercice No.9:
        Andante, en ut majeur (1911).
      • Exercice No.10:
        en sol majeur (1910).
      • Exercice No.11:
        Allegretto, en fa majeur (1914).
      • Exercice No.12:
        Allegretto, en sol majeur (1911) Les regrets. (0:40)
      • Exercice No.13:
        Allegretto, en fa majeur (1915).
      • Exercice No.14:
        Allegretto, en sol majeur (1912) Les souvenirs. (0:40)
      • Exercice No.15:
        Moderato, en sol majeur (1912) Les souvenirs. (0:50)
      • Exercice No.16:
        Moderato, en fa majeur (1912).

      Dictions :

      • Diction No.1:
        Andantino, en la majeur (1907).
      • Diction No.2:
        en ut majeur (1909).
      • Diction No.3:
        Andante, en ut majeur (1907).
      • Diction No.4:
        en ré majeur (1909).
      • Diction No.5:
        Andantino, en mi majeur (1907).
      • Diction No.6:
        Andante, en fa majeur (1907).
      • Ed. Howat & Kilpatrick
      • Londres: Peters, 2014
      192
      Op.108
      1916
      de août à
      fin automne
      musique de chambre
      Sonate pour violon et piano No.2, en mi mineur – Op.108
      Œuvre de chambre en mi mineur et en trois mouvements. Le second mouvement s'inspire de l’œuvre rejetée de 1884 « Symphonie en ré mineur ». L'édition de 1917 porte le numéro erroné d'opus 118[584].
      • I. Allegro non troppo
        9
        8
        en mi mineur (7:40 à 9:35)
      • II. Andante
        3
        4
        en la majeur. (7:05 à 9:55)
      • III. Finale: Allegro non troppo
        2
        2
        en mi majeur. (5:30 à 7:00)

      → No.2 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

      mi min
      • « à la reine de Belgie, Elisabeth » (Elisabeth en Bavière)
      (1929?) pour piano
      Arr. Gustave Samazeuilh
      Andante de la deuxième sonate pour violon et piano – Op.108, transcription pour piano à 2 mains
      • 3
        4
        Andante.
      Réduction pour piano à 2 mains du second mouvement de la sonate par Gustave Samazeuilh (1877-1967)[585].
      • Paris: Durand, 1929
      193
      Op.109
      1917
      de mai à août
      musique de chambre pour piano et violoncelle
      Sonate pour violoncelle et piano No.1, en ré mineur – Op.109
      Œuvre pour violoncelle et piano dont le premier mouvement est introduit sur un thème repris de l'Allegro de la « Symphonie en ré mineur » de 1884 non publiée[586].
      • I. Allegro / Allegro deciso
        3
        4
        en ré mineur. (5:00 à 6:20)
      • II. Andante
        3
        4
        en sol mineur. (6:25 à 8:05)
      • III. Finale: Allegro commodo
        4
        4
        en ré mineur. (5:40 à 8:30)

      → No.21 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

      ré min
      194
      Op.110
      1917
      automne
      pour harpe
      Une châtelaine en sa tour... – Op.110
      • 9
        8
        Andante. (4:30 à 5:25)
      Pièce pour harpe en la mineur. Mise en musique d'un poème de Paul Verlaine (1844-1896). (La bonne chanson: No.8, Une Sainte en son auréole, publié en 1870)[587].

      → No.1 de « La bonne chanson, Op.61 » de 1894

      la min
      • « à Micheline Kahn » (harpiste)
      • Paris: Société nationale de musique, Micheline Kahn, 30 novembre 1918
      (1925) pour piano à 4 mains
      Arr. Jacques Durand
      Une châtelaine en sa tour... – Op.110, transcription pour piano à deux mains
      • 9
        8
        [Andante?].
      Réduction pour piano à deux mains de Jacques Durand (1865-1928)[588].
      • Paris: Durand, 1925
      195
      Op.111
      1918
      mars à
      septembre
      pour piano et orchestre
      Gabriel Fauré & Marcel Samuel-Rousseau
      fantaisie pour piano et orchestre – Op.111
      • 4
        4
        Allegro moderato. (9:35 à 15:00)
      Concerto en sol majeur pour piano. Orchestre de 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 4 cors, 2 trompettes, timbales, harpe et cordes (violons I & II, altos, violoncelles et contrebasses).
      Composition de Gabriel Fauré mais orchestration de Marcel Samuel-Rousseau (1882-1955)[589].
      sol maj
      • Paris: Salle Gaveau, Alfred Cortot (p), Vincent d'Indy (dir), 14 mai 1919
      • Monte-Carlo: Marguerite Hasselmans (p), Léon Jehin (dir), 12 avril 1919
      (1918) pour 2 pianos
      Arr. Gabriel Fauré & Alfred Cortot
      Fantaisie pour piano et orchestre – Op.111, pour deux pianos
      • 4
        4
        Allegro moderato.
      Arrangement pour 2 pianos par Gabriel Fauré avec la complicité d'Alfred Cortot (1877-1962). Le second piano joue la réduction de l'orchestre[590].
      sol maj
      • « à Alfred Cortot »
      196
      Op.112
      1919
      de mi-février
      au 20 mars
      musique de scène pour voix et orchestre
      Masques et bergamasques, divertissement en un acte
      Comédie musicale (ballet) en un acte et huit tableaux, commandée par Albert 1er, prince de Monaco (1848-1922). Sur un argument de René Fauchois (1882-1962), recyclant des œuvres instrumentales ou vocales de Gabriel Fauré, inspirées des poésies de Paul Verlaine (1844-1896), dans « Fêtes galantes »[591], de Robert de Montesquiou (1855-1921) et Armand Silvestre (1837-1901).
      Pour ténor (Nos.4 & 6) ou chœur (No.3) et orchestre: 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 cors, timbales, (harpe) et cordes (violons, altos, violoncelles et contrebasses)[592]'[593]'[594].
      • No.1: Ouverture
        4
        4
        Allegro molto vivo, en fa majeur. (3:40)
        → Recyclage d'un projet abandonné de 1869: « Intermède symphonique ».
      • No.2: Pastorale
        6
        4
        Andantino tranquillo, en ré majeur. (3:50)
        Nouveau mouvement.
      • No.3: Madrigal
        3
        4
        Andante quasi allegretto, en ré mineur. (4:55)
        → Op.35 de 1884, version orchestrée de 1891 par Gabriel Fauré, avec chœur[595].
        « Inhumaines qui, sans merci, Vous raillez de notre souci,
        Aimez ! Aimez quand on vous aime ! »
      • No.4: Le plus doux chemin
        2
        2
        Moderato, transposé en ut mineur. (1:30)
        → Op.87/1 de 1904, version orchestrée la même année par Marcel Samuel-Rousseau (1882-1955) avec ténor[596].
        « A mes pas le plus doux chemin,
        Mène à la porte de ma belle »
      • No.5: Menuet
        3
        4
        Allegro moderato, en fa majeur. (2:50)
        → Symphonie de 1869.
      • No.6: Clair de lune
        3
        4
        Andantino quasi allegretto, transposé en ut mineur. (3:10)
        → Op.46/2 de 1887, version orchestrée de 1888 par Gabriel Fauré, avec ténor[597].
        « Votre âme est un paysage choisi,
        Que vont charmant masques et bergamasques »
      • No.7: Gavotte
        2
        4
        Allegro, en ré mineur. (3:00)
        « Gavotte pour piano » de 1869 et l'Allegro de la « Symphonie en fa », Op.20, version orchestrée par Marcel Samuel-Rousseau[598].
      • No.8: Pavane
        4
        4
        Andante molto moderato, en fa dièse mineur. (6:05)
        → Op.50 de 1887, orchestre seul[599].
      fa maj
      • Monte Carlo: Opéra, 10 avril 1919
      • Paris: Opéra-Comique, Amalia Ferraris (Colombine, danse), René Hérent (Arlequin, t), 4 mars 1920
      • Partitions des œuvres d'origine de chez J.Hamelle (Op.20, Op.35, Op.46/2, Op.50, Op.87/1), avec annotations manuscrites, 1919
      • Livret:
        Paris: J.Dardaillon, 1924
      196A
      Op.112
      1919 pour orchestre
      Masques et bergamasques, suite pour orchestre – Op.112
      Suite en fa majeur pour orchestre en 4 mouvements instrumentaux tirés de la comédie musicale en un acte. Pour 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, 2 cors, timbales, (harpe) et cordes (violons, altos, violoncelles et contrebasses)[600].
      • I. Ouverture
        4
        4
        Allegro molto vivo. (3:20 à 3:50)
      • II. Menuet
        3
        4
        Tempo di minuetto: Allegro moderato. (2:20 à 3:10)
      • III. Gavotte
        2
        4
        Allegro vivo, en ré mineur. (2:55 à 4:00)
      • IV. Pastorale
        6
        4
        Andantino tranquillo, en ré majeur. (3:20 à 5:50)
      fa maj
      • Paris: Société des Concerts du Conservatoire, Philippe Gaubert (dir), 16 novembre 1919
      (1919) pour piano à 4 mains
      Arr. Gabriel Fauré
      Masques et bergamasques (suite) – Op.112, réduction pour piano à quatre mains
      Suite en fa majeur pour orchestre arrangé par Gabriel Fauré pour piano à 4 mains[601].
      • I. Ouverture
        4
        4
        Allegro molto vivo. (3:25 à 3:35)
      • II. Menuet
        3
        4
        Tempo di minuetto. (2:25 à 2:40)
      • III. Gavotte
        2
        4
        Allegro, en ré mineur. (3:10)
      • IV. Pastorale
        6
        4
        Andantino tranquillo, en ré majeur. (3:45)
      fa maj
      • « A mes arrières petites-nièces Nicole et Huguette Réveillac »
      (1924?) pour orchestre et piano
      Arr. Lucien Garban
      Masques et bergamasques – Op.112, transcription pour petit orchestre, avec piano conducteur
      Réorchestration de la suite en 2 tomes, avec piano conducteur, par Roger Branga, alias Lucien Garban (1877-1959)[602]'[603].
      • Première suite : Ouverture-Menuet
      • Deuxième suite : Gavotte-Pastorale
      • Paris: Durand, 1924
      (1928?) pour violoncelle et piano
      Arr. Louis Fournier
      Masques et bergamasques – Op.112, Nos.2 & 4, deux transcriptions pour violoncelle et piano
      Transcription de 2 mouvements pour violoncelle et piano, par Louis Fournier ()[604].
      • Menuet
        3
        4
        [Tempo di minuetto?].
      • Pastorale
        6
        4
        [Andantino tranquillo?].
      • Paris: Durand, 1928
      197
      Op.113
      (101-104)
      1919
      juillet et août
      pour voix et piano
      Mirages – Op.113
      Cycle de quatre mélodies pour voix moyenne et piano, d'après des poèmes de la Baronne Renée de Brimont (1880-1943) publiés dans le recueil « Mirages » de 1919[605].
      • Paris: Société nationale de musique, Madeleine Grey (s), Gabriel Fauré (p), 27 décembre 1919
      • Cygne sur l'eau – Op.113, No.1
        3
        4
        Andantino. (3:00 à 3:45)
        « Ma pensée est un cygne harmonieux et sage
        Qui glisse lentement aux rivages d'ennui »
      Première mélodie (No.101), composée en fa majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. Transcription en sol majeur pour soprano ou ténor. (Mirages: 1.De l'eau et des paysages, No.2).
      sol maj
      –––––––
      fa maj
      • Reflets dans l'eau – Op.113, No.2
        4
        4
        Quasi adagio. (3:30 à 4:40)
        « Étendue au seuil du bassin,
        Dans l'eau plus froide que le sein, Des vierges sages »
      Deuxième mélodie (No.102), composée en si bémol majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. Transcription en ut majeur pour soprano ou ténor. (Mirages: 1.De l'eau et des paysages, No.10).
      do maj
      –––––––
      si♭ maj
      • Jardin nocturne – Op.113, No.3
        3
        4
        Andantino. (2:05 à 3:15)
        « Nocturne jardin tout empli de silence,
        Voici que la lune ouverte se balance »
      Troisième mélodie (No.103), composée en mi bémol majeur, pour mezzo-soprano ou baryton puis transcrite en fa majeur pour soprano ou ténor. (Mirages: 1.De l'eau et des paysages, No.24).
      fa maj
      –––––––
      mi♭ maj
      • Danseuse – Op.113, No.4
        2
        2
        Andantino. (2:00 à 2:35)
        « Sœur des Sœurs tisseuses de violettes,
        Une ardente veille blémit tes joues... »
      Quatrième mélodie (No.104), composée en ré mineur, pour mezzo-soprano ou baryton. Transcription en mi mineur pour ténor ou soprano. (Mirages: 2.Des songes et des paroles, No.28).
      La mélodie a été adaptée pour ballet le 18 mai 1950 par Pierre Conté (1891-1971) pour une danseuse[606].
      mi min
      –––––––
      ré min
      198
      Op.114
      (105)
      1919
      8 décembre
      pour voix et piano
      C'est la paix ! – Op.114
      • 3
        4
        Allegro giocoso / 3
        4
        Allegretto giocoso. (1:25)
        « Pendant qu'ils étaient partis pour la guerre,
        On ne dansait plus, on ne parlait guère »
      Mélodie (No.105) pour voix élevée et piano, composée d'après un poème de Mademoiselle Georgette Debladis, vainqueresse à un concours de poésie, organisé par le journal « Le Figaro » sur le thème de la Paix.
      Tonalité d'origine en la majeur, puis en do majeur, pour soprano ou ténor. Transposition en sol majeur pour mezzo-soprano ou baryton[607].
      do maj
      la maj
      –––––––
      sol maj
      • Paris: Le Figaro, du 10 octobre 1920
      • Paris: Durand, 1920
      199
      Op.116
      1921
      février
      pour piano
      Barcarolle No.13, en ut majeur – Op.116
      • 6
        8
        Allegretto. (3:25 à 4:30)
      Pièce pour piano en ut majeur[608].
      do maj
      • « à Mme A. Soon-Gumaelius » (Magda)
      • Paris: Société nationale de musique, Blanche Selva (p), 28 avril 1923
      200
      Op.115
      1919-1921
      septembre
      1919 à mars
      1921
      musique de chambre pour piano et cordes
      Quintette pour piano et cordes No.2, en ut mineur – Op.115
      Quintette pour 2 violons, alto, violoncelle et piano en ut mineur. Une des œuvres parmi les plus réputées de l'auteur, composée dans le plus grand secret pour un effet de surprise triomphal lors de la première[609]'[610].
      • I. Allegro moderato
        3
        4
        en ut mineur. (10:10 à 12:00)
      • II. Scherzo: Allegro vivo
        3
        4
        en mi bémol majeur. (3:50 à 5:45)
      • III. Andante moderato
        4
        4
        en sol majeur. (9:40 à 12:50)
      • IV. Finale: Allegro molto
        3
        4
        en ut mineur. (5:50 à 6:40)

      → No.18 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

      do min
      • Paris: Société nationale de musique, Gabriel Fauré (p), Robert Lortat (p), André Tourret (v), Victor Gentil (v), Maurice Vieux (alto), André Hekking (vlc), 21 mai 1921
      (1926?) pour piano à 4 mains
      Arr. Lucien Garban
      Quintette pour piano et cordes No.2 – Op.115, transcription pour piano à 4 mains
      Réduction pour piano à 4 mains de Lucien Garban (1877-1959), probablement réalisée vers 1926. Pas d'édition datée[611].
      • I. Allegro moderato
      • II. Scherzo: Allegro vivo
      • III. Andante moderato
      • IV. Finale: Allegro molto
      • Paris: Durand
      (1927?) pour piano
      Arr. Gustave Samazeuilh
      Andante du 2e quintette – Op.115, No.3, transcription pour piano à deux mains
      • 4
        4
        [Andante moderato?]
      Réduction pour piano à 2 mains de Gustave Samazeuilh (1877-1967)[612].
      • Paris: Durand, 1928
      201
      sans Op.
      1921
      février à
      mars
      musique militaire de cérémonie pour vents et cuivres
      Gabriel Fauré & Guillaume Balay
      Chant funéraire, (pour le centenaire de la mort de Napoléon 1er) – pour harmonie et fanfare
      • 4
        4
        Andante, en ré mineur. (11:40)
      Composition de Gabriel Fauré pour célébrer le centenaire de la mort de Napoléon 1er (sur une commande du gouvernement), puis orchestration par Guillaume Balay (1871-1943), pour orchestre militaire à vents et à cuivres avec clarinette.
      L’œuvre sera transcrite la même année, par Gabriel Fauré, pour le second mouvement de la « Sonate pour violoncelle et piano No.2, Op.117 »[613]'[614].

      → Voir les arrangements à la suite de l'Op.117 de 1921.

      ré min
      • Paris: Durand, 1932
      202
      Op.117
      1921
      de février au
      10 novembre
      pour piano et violoncelle
      Sonate pour violoncelle et piano No.2, en sol mineur – Op.117
      • I. Allegro
        3
        4
        en sol mineur. (5:10 à 7:05)
      • II. Andante
        4
        4
        en ut mineur. (6:30 à 8:05)
      • III. Finale: Allegro vivo
        2
        4
        en sol mineur. (4:30 à 5:05)
      Œuvre pour violoncelle et piano en sol mineur. Le second mouvement est une transcription du « Chant funéraire pour le centenaire de la mort de Napoléon 1er » de 1921[615].
      Il existe des arrangements récent du second mouvement dont un pour 6 violoncelles[616].

      → Voir le « Chant funéraire » original de 1921.
      → No.22 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

      sol min
      (1921)
      16 octobre
      pour orgue
      Arr. Léonce de Saint-Martin
      Marche funèbre (Chant funéraire) – Op.117, No.2, transcription pour orgue
      • 4
        4
        Andante, en ut mineur.
      Transcription pour orgue seule du « Chant funéraire », par Léonce de Saint-Martin (1886-1954). La tonalité est identique à celle du second mouvement de l'Op.117[617].
      do min
      • Paris: Notre-Dame, 1921?
      • Paris: Fonds Léonce de Saint-Martin
      (1931?) pour violoncelle et orgue
      Arr. Gustave Bret
      Andante de la seconde sonate – Op.117, No.2, transcription pour violoncelle et orgue
      • 4
        4
        [Andante?].
      Oratorio pour violoncelle et orgue par Gustave Bret (1875-1969)[618].
      • Paris: Durand, 1931
      (1932?) pour piano
      Arr. Gustave Samazeuilh
      Chant funéraire – Op.117, No.2, transcription pour piano à deux mains
      • 4
        4
        [Andante?].
      Transcription pour piano par Gustave Samazeuilh (1877-1967)[619].
      • Paris: Durand, 1932
      203
      Op.118
      (106-109)
      1921
      automne
      pour voix et piano
      L'horizon chimérique – Op.118
      Cycle de quatre mélodies pour voix moyenne et piano, d'après des poèmes de Jean de La Ville de Mirmont (1886-1914) extraits du premier tome de 14 poésies composées probablement de 1911 à 1912, et publié en 1920[620]'[621].
      Ce sont les dernières œuvres vocales de Gabriel Fauré.
      • Paris: Société nationale de musique, Charles Panzéra (bar), Magdeleine Panzéra-Baillot (p), 13 mai 1922
      • La mer est infinie... – Op.118, No.1
        3
        4
        Andante quasi allegretto. (1:15 à 1:50)
        « La mer est infinie et mes rêves sont fous,
        La mer chante au soleil en battant les falaises »
      Première mélodie (No.106), composée en ré majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (1.L'horizon chimérique: No.13).
      Il existe un arrangement récent pour chœur à 4 voix SATB et piano[622].
      ré maj
      • Je me suis embarqué... – Op.118, No.2
        3
        4
        Andante moderato. (2:10 à 3:00)
        « Je me suis embarqué sur un vaisseau qui danse,
        Et roule bord sur bord et tangue et se balance »
      Deuxième mélodie (No.107), composée en ré bémol majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (1.L'horizon chimérique: No.14).
      ré♭ maj
      • Diane, Séléné... – Op.118, No.3
        4
        4
        Lento, ma non troppo. (1:30 à 2:25)
        « Diane, Séléné, lune de beau métal,
        Qui reflètes vers nous, par ta face déserte »
      Troisième mélodie (No.108), composée en mi bémol majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (1.L'horizon chimérique: No.11).
      mi♭ maj
      • Vaisseaux, nous vous aurons aimés... – Op.118, No.4
        12
        8
        Andante quasi allegretto. (1:25 à 2:10)
        « Vaisseaux, nous vous aurons aimés en pure perte,
        Le dernier de vous tous est parti sur la mer »
      Dernière mélodie (No.109), composée en ré majeur, pour mezzo-soprano ou baryton. (1.L'horizon chimérique: No.5).
      ré maj
      (1926?) pour violon et piano
      Arr. Lucien Garban
      Diane, Séléné... – Op.115, No.3, transcription pour violon et piano
      • 4
        4
        [Lento, ma non troppo?].
      Transcription de la mélodie No.3, pour violon et piano, par Lucien Garban (1877-1959)[623].
      • Paris: Durand, 1926
      (1927?) pour orchestre et piano
      Arr. Lucien Garban
      Diane, Séléné... – Op.115, No.3, transcription pour orchestre et piano conducteur
      • 4
        4
        [Lento, ma non troppo?].
      Orchestration de la mélodie No.3, avec piano conducteur, par Roger Branga, alias Lucien Garban (1877-1959)[624].
      • Paris: Durand, 1927
      204
      Op.119
      1921
      31 décembre
      pour piano
      Nocturne No.13, en si mineur– Op.119
      • 3
        2
        Andante. (6:45 à 9:40)
      Dernière œuvre pour piano solo de Gabriel Fauré, en si mineur[625].

      → No.13 du recueil « Nocturnes, piano » de 1921.

      si min
      • « à Mme Fernand Maillot » (Louise)
      • Paris: Société nationale de musique, Blanche Selva (p), 28 avril 1923
      (1952?) pour orgue
      Arr. Gustave Bret
      Nocturne No.13 – Op.119, transcription pour orgue
      • 3
        2
        [Andante?].
      Transcription pour orgue, de la pièce pour piano par Gustave Bret (1875-1969)[626].
      • Paris: Durand, 1952
      205
      Op.120
      1922-1923
      de septembre
      1922 à mars
      1923
      pour piano et cordes
      ou
      pour piano, clarinette et violoncelle
      Trio pour piano, violon et violoncelle, en ré mineur – Op.120
      Trio pour piano, violon et violoncelle en ré mineur. À l'origine, Fauré envisageait d'utiliser une clarinette, mais il la remplaça finalement par un violon[627]. Cependant, des interprétations existent aussi dans cette version. Dans une version manuscrite, le final est noté en 3
      4
      [628]'[629].
      • I. Allegro, ma non troppo
        3
        4
        en ré mineur. (5:45 à 6:50)
      • II. Andantino
        4
        4
        en fa majeur. (8:00 à 10:15)
      • III. Finale: Allegro vivo
        3
        8
        en ré mineur. (4:25 à 5:15)
      Il existe des arrangements récents dont celui pour la partie de clarinette[630] et celui pour violon, alto et piano[631].

      → No.23 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

      ré min
      • Paris: Société nationale de musique, Tatiana de Sanzévitch (p), Robert Krettly (v), Jacques Patté (vlc), 12 mai 1923
      (1927?) pour piano
      Arr. Gustave Samazeuilh
      Andante du Trio – Op.120, No.2, transcription pour piano à deux mains
      • 4
        4
        [Andantino, en fa majeur ?].
      Réduction pour piano à 2 mains du second mouvement par Gustave Samazeuilh (1877-1967)[632].
      • Paris: Durand, 1928
      206
      Op.121
      1923-1924
      d'août 1923 au
      11 septembre
      1924
      musique de chambre pour cordes
      Quatuor à cordes, en mi mineur – Op.121
      Quatuor pour 2 violons, alto et violoncelle en mi mineur. C'est la toute dernière œuvre de Gabriel Fauré. Première exécution posthume le 12 juin 1925[633].
      • I. Allegro moderato
        2
        2
        en mi mineur. (5:20 à 7:30)
      • II. Andante
        4
        4
        en la mineur. (7:30 à 12:00)
      • III. Finale: Allegro
        4
        4
        en mi mineur. (7:30 à 9:40)

      → No.24 du recueil de 1924 « Musique de chambre ».

      mi min
      (1923?) pour piano à 4 mains
      Arr. Alfred Cortot
      Quatuor à cordes, en mi mineur – Op.121, transcription pour piano à 4 mains
      Transcription pour piano à 4 mains d'Alfred Cortot (1877-1962)[634].
      • I. Allegro moderato
      • II. Andante
      • III. Allegro
      • Paris: Durand, 1923
      • Paris: Durand, 1926
      (1925)
      juillet
      pour piano
      Arr. Gustave Samazeuilh
      Quatuor à cordes, en mi mineur – Op.121, transcription pour piano à 2 mains
      Réduction pour piano seul de Gustave Samazeuilh (1877-1967). Éditée dans « La revue musicale 6 » No.9, du 1er juillet 1925[635].
      • I. Allegro moderato
      • II. Andante
      • III. Allegro
      • La revue musicale, 1925
      • Paris: Durand, 1926
      Décès de Gabriel Fauré, le 4 novembre 1924 à Paris

      Principaux recueils

      Principaux recueils
      Date Nom du recueil Catégorie Détail Éditions
      R01 1879-1887 Mélodies,
      premier recueil
      pour voix et piano Premier recueil de mélodies pour voix et piano, édité sous les éditions Antony Choudens (version 1) puis sous les éditions J.Hamelle (versions 1 puis 2). Les deux versions se différencient par les 4 dernières mélodies. La « Barcarolle, Op.7/3 » y est remplacée en 1908 par « Noël, Op.43/1 » Sans l’approbation de Fauré.

      Il existe deux éditions : l'Édition A, pour voix moyennes (Mezzo-soprano ou baryton) et l'Édition B, pour voix hautes (Soprano ou ténor). Il existe également quelques transcriptions supplémentaires et spécifiques pour contralto, alto ou basse (jusqu'à 4 éditions différentes pour certains titres).

      Version 1, Choudens (1879), puis Hamelle (1887) :

      1. Le papillon et la fleur, Op.1, No.1 – (1861)
      2. Mai, Op.1, No.2 – (1862?)
      3. Dans les ruines d'une abbaye, Op.2, No.1 – (1865)
      4. Les Matelots, Op.2, No.2 – (1870)
      5. Seule !, Op.3, No.1 – (1871)
      6. Sérénade toscane, Op.3, No.2 – (1878?)
      7. Chanson du pêcheur (Lamento), Op.4, No.1 – (1872?)
      8. Lydia, Op.4, No.2 – (1870)
      9. Chant d'automne, Op.5, No.1 – (1871?)
      10. Rêve d'amour, Op.5, No.2 – (1864)
      11. L'absent, Op.5, No.3 – (1871)
      12. Aubade, Op.6, No.1 – (1873)
      13. Tristesse, Op.6, No.2 – (1873)
      14. Sylvie, Op.6, No.3 – (1878)
      15. Après un rêve, Op.7, No.1 – (1877)
      16. Hymne, Op.7, No.2 – (1870?)
      17. Barcarolle, Op.7, No.3 – (1873) (-)
      18. Au bord de l'eau, Op.8, No.1 – (1875)
      19. la Rançon, Op.8, No.2 – (1871?)
      20. Ici-bas, Op.8, No.3 – (1874?)

      Version 2 (définitive), Hamelle (1908) [636]:

      17. Au bord de l'eau, Op.8, No.1 – (1875)
      18. la Rançon, Op.8, No.2 – (1871?)
      19. Ici-bas, Op.8, No.3 – (1874?)
      20. Noël, Op.43, No.1 – (1885) (+)
      • Recueil 1 (v1):
        Paris: Choudens, 1879
      • Recueil 1 (v1):
        Paris: J.Hamelle, 1887
      • Recueil 1 (v2):
        Paris: J.Hamelle, 1908
      R02 1897 Mélodies,
      deuxième recueil
      pour voix et piano Second recueil de mélodies pour voix et piano, édité sous les éditions J. Hamelle. La première version de 1897 comporte 25 titres. Afin d'équilibrer le troisième recueil à paraître, en 1908, Hamelle décida d'enlever les six dernières mélodies (-) et de rajouter (+) en No.20, la mélodie « Barcarolle, Op.7/3 » enlevée de la seconde version du premier recueil. L'objectif étant d'avoir également un total de vingt mélodies[637].

      Il existe deux éditions : l'Édition A, pour voix moyennes (Mezzo-soprano ou baryton) et l'Édition B, pour voix hautes (Soprano ou ténor).

      Version 1, 25 titres, Hamelle (1897) :

      1. Nell, Op.18, No.1 – (1878)
      2. Le voyageur, Op.18, No.2 – (1878?)
      3. Automne, Op.18, No.3 – (1878)
      4. Rencontre, Op.21, No.1 – (1878)
      5. Toujours, Op.21, No.2 – (1878)
      6. Adieu, Op.21, No.3 – (1878)
      7. Les berceaux, Op.23, No.1 – (1879)
      8. Notre amour, Op.23, No.2 – (1879?)
      9. Le secret, Op.23, No.3 – (1881)
      10. Chanson d'amour, Op.27, No.1 – (1882)
      11. la fée aux chansons, Op.27, No.2 – (1882)
      12. Aurore, Op.39, No.1 – (1884)
      13. Fleur jetée, Op.39, No.2 – (1884)
      14. Le pays des rêves, Op.39, No.3 – (1884)
      15. Les roses d'Ispahan, Op.39, No.4 – (1884)
      16. En prière – (1890)
      17. Nocturne, Op.43, No.2 – (1886)
      18. Les présents, Op.46, No.1 – (1887)
      19. Clair de lune, Op.46, No.2 – (1887)
      20. Larmes, Op.51, No.1 – (1888) (-)
      21. Au cimetière, Op.51, No.2 – (1888) (-)
      22. Spleen, Op.51, No.3 – (1888) (-)
      23. la rose, Op.51, No.4 – (1890) (-)
      24. Prison, Op.83, No.1 – (1894) (-)
      25. Soir, Op.83, No.2 – (1894) (-)

      Version 2 (définitive), 20 titres, Hamelle (1908) :

      20. Barcarolle, Op.7, No.3 – (1873) (+)
      • Recueil 2 (v1):
        Paris: J.Hamelle, 1897
      • Recueil 2 (v2):
        Paris: J.Hamelle, 1908
      R03 1903 Nocturnes pour piano pour piano Recueil des sept premières nocturnes pour piano[638].
      1. Nocturne No.1, Op.33, No.1, en mi bémol mineur – (1875)
      2. Nocturne No.2, Op.33, No.2, en si majeur – (1881)
      3. Nocturne No.3, Op.33, No.3, en la bémol majeur – (1883)
      4. Nocturne No.4, Op.36, en mi bémol majeur – (1884)
      5. Nocturne No.5, Op.37, en si bémol majeur – (1884)
      6. Nocturne No.6, Op.63, en ré bémol majeur – (1894)
      • Paris: J.Hamelle, 1903
      R04 1908 Mélodies,
      troisième recueil
      pour voix et piano Troisième recueil de mélodies pour voix et piano, édité sous les éditions J. Hamelle. On retrouve les six titres enlevés de la première version du second recueil.

      Il existe deux éditions : l'Édition A, pour voix moyennes (Mezzo-soprano ou baryton) et l'Édition B, pour voix hautes (Soprano ou ténor).

      1. Larmes, Op.51, No.1 – (1888)
      2. Au cimetière, Op.51, No.2 – (1888)
      3. Spleen, Op.51, No.3 – (1888)
      4. la rose, Op.51, No.4 – (1890)
      5. Chanson (Shylock), Op.57, No.1 – (1889)
      6. Madrigal (Shylock), Op.57, No.3 – (1889)
      7. Mandoline, Op.58, No.1 – (1891)
      8. En sourdine, Op.58, No.2 – (1891)
      9. Green, Op.58, No.3 – (1891)
      10. A Clymène, Op.58, No.4 – (1891)
      11. C’est l’extase, Op.58, No.5 – (1891)
      12. Le parfum impérissable, Op.76, No.1 – (1897)
      13. Arpège, Op.76, No.2 – (1897)
      14. Prison, Op.83, No.1 – (1894)
      15. Soir, Op.83, No.2 – (1894)
      16. Le plus doux chemin, Op.87, No.1 – (1904)
      17. Le ramier, Op.87, No.2 – (1904)
      18. Dans la forêt de Septembre, Op.85, No.1 – (1902)
      19. la fleur qui va sur l’eau, Op.85, No.2 – (1902)
      20. Accompagnement, Op.85, No.3 – (1902)
      • Recueil 3:
        Paris: J.Hamelle, 1908
      R05 1911 Musique religieuse à une ou plusieurs voix musique sacrée Recueil préparé dès 1907 par Gabriel Fauré et édité chez J.Hamelle en 1911[639]'[640].
      1. Cantique de Jean Racine, Op.11, pour chœur et orgue – (1865)
      2. O salutaris, Op.47, No.1, pour voix et orgue – (1887)
      3. Maria mater gratie, Op.47 /2, pour voix et orgue – (1887)
      4. Ecce fidelis servus, Op.54, pour chœur à 3 voix et orgue – (1889)
      5. Tantum ergo, Op.55, pour voix, chœur et orgue – (1890)
      6. Ave verum, Op.65, No.1, pour voix (ou chœur) et orgue – (1894)
      7. Tantum ergo, Op.65, No.2, pour voix, chœur de femmes et orgue – (1894)
      8. Salve Regina, Op.67, No.1, pour voix et orgue – (1895)
      9. Ave Maria, Op.67, No.2, pour voix et orgue – (1895)
      10. Tu es Petrus, sans Op, pour voix, chœur et orgue – (1872)
      11. Tantum ergo, sans Op, pour voix, chœur et orgue – (1904)
      • Paris: J.Hamelle, 1911
      R06 1921 [13] Nocturnes. Piano pour piano Intégrale de 1921 des 13 nocturnes pour piano[641].
      1. Nocturne No.1, Op.33, No.1, en mi bémol mineur – (1875)
      2. Nocturne No.2, Op.33, No.2, en si majeur – (1881)
      3. Nocturne No.3, Op.33, No.3, en la bémol majeur – (1883)
      4. Nocturne No.4, Op.36, en mi bémol majeur – (1884)
      5. Nocturne No.5, Op.37, en si bémol majeur – (1884)
      6. Nocturne No.6, Op.63, en ré bémol majeur – (1894)
      7. Nocturne No.7, Op.74, en do dièse mineur – (1898)
      8. Nocturne No.8, Op.84, No.8, en ré bémol majeur – (1902)
      9. Nocturne No.9, Op.97, en si mineur – (1908)
      10. Nocturne No.10, Op.99, en si mineur – (1908)
      11. Nocturne No.11, Op.104, No.1, en fa dièse mineur – (1913)
      12. Nocturne No.12, Op.107, en mi mineur – (1915)
      13. Nocturne No.13, Op.119, en si mineur – (1921)
      • Paris: J.Hamelle, 1921
      R07 1924 Musique de chambre pour orchestre de chambre Intégrale des œuvres pour musique de chambre, éditée en 1924. Recueil perdu ou incomplet, car le No.10 « Petite pièce, Op.49 » est introuvable actuellement[642].
      1. Sonate pour violon et piano No.1, Op.13, en la majeur – (1876)
      2. Sonate pour violon et piano No.2, Op.108, en mi mineur – (1916)
      3. Quatuor pour piano et cordes No.1, Op.15, en ut mineur – (1879)
      4. Quatuor pour piano et cordes No.2, Op.45, en sol mineur – (1886)
      5. Romance, pour violon et piano, Op.28, en si bémol majeur – (1877)
      6. Romance, pour violoncelle et piano, Op.69, en la majeur – (1894)
      7. Berceuse, pour violoncelle et piano, Op.16, en ré majeur – (1879)
      8. Élégie, pour violoncelle et piano, Op.24, en ut mineur – (1880)
      9. Papillon, pour violoncelle et piano, Op.77, en la majeur – (1884?)
      10. Petite pièce pour violoncelle et piano, Op.49, en sol majeur – (1888)
      11. Sicilienne, pour violoncelle et piano, Op.78, en si bémol majeur – (1898)
      12. Andante, pour violon et piano, Op.75, en si bémol majeur – (1897)
      13. Morceau de lecture No.1, pour deux violoncelles, sans Op, en ré majeur – (1897)
      14. Morceau de lecture No.2, pour flûte et piano, sans Op, en fa majeur – (1898)
      15. Morceau de lecture No.3, pour violon et piano, sans Op, en la majeur – (1903)
      16. Fantaisie, pour flûte et piano, Op.79, en mi mineur – (1898)
      17. Quintette pour piano et cordes No.1, Op.89, en ré mineur – (1905)
      18. Quintette pour piano et cordes No.2, Op.115, en ut mineur – (1921)
      19. Pièce pour deux contrebasses, sans Op, – (1905)
      20. Sérénade, pour violoncelle et piano, Op.98, en si mineur – (1908)
      21. Sonate pour violoncelle et piano No.1, Op.109, en ré mineur – (1917)
      22. Sonate pour violoncelle et piano No.2, Op.117, sol mineur – (1921)
      23. Trio pour piano, violon et violoncelle, Op.120, en ré mineur – (1923)
      24. Quatuor à cordes, Op.121, en mi mineur – (1924)
      • Paris: J.Hamelle, 1924
      R08 1926 Six Barcarolles et cinq Impromptus pour piano pour piano Intégrale de 1926, des 6 premières Barcarolles et des 5 Impromptus[643].
      1. Barcarolle No.1, Op.26, en la mineur – (1880)
      2. Barcarolle No.2, Op.41, en sol majeur – (1885)
      3. Barcarolle No.3, Op.42, en sol bémol majeur – (1885)
      4. Barcarolle No.4, Op.44, en la majeur – (1886)
      5. Barcarolle No.5, Op.66, en fa mineur – (1894)
      6. Barcarolle No.6, Op.70, en mi majeur – (1896)
      7. Impromptu No.1, Op.25, en mi bémol majeur – (1881)
      8. Impromptu No.2, Op.31, en fa mineur – (1883)
      9. Impromptu No.3, Op.34, en la bémol majeur – (1883)
      10. Impromptu No.4, Op.91, en ré bémol majeur – (1905)
      11. Impromptu No.5, Op.102, No.1, en fa dièse mineur – (1909)
      • Paris: J.Hamelle, 1926
      R09 1930 Valses et Mazurka pour piano pour voix et piano Recueil de 1930 réédité en 1940[644].
      1. Valse-caprice No.1, Op.3, en la majeur – (1882?)
      2. Valse-caprice No.2, Op.38, en ré bémol majeur – (1884)
      3. Valse-caprice No.3, Op.59, en sol bémol majeur – (1893)
      4. Valse-caprice No.4, Op.62, en la bémol majeur – (1894)
      5. Dolly, No.4 Kitty-valse, Op.56/4 – (1896)
      6. Mazurka, Op.32, en si bémol majeur – (1875)
      • Paris: J.Hamelle, 1930
      • Paris: J.Hamelle, 1940

      Notes et références

      1. Gabriel Fauré (1845-1924), Le papillon et la fleur. Op. 1, no 1 - Gabriel Fauré (1845-1924) - Œuvre - Ressources de la Bibliothèque nationale de France, (lire en ligne)
      2. a b c d e et f Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 19 novembre 2017)
      3. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 13 novembre 2017)
      4. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 13 novembre 2017)
      5. Gabriel Fauré (1845-1924), Mai. Op. 1, no 2 - Gabriel Fauré (1845-1924) - Œuvre - Ressources de la Bibliothèque nationale de France, (lire en ligne)
      6. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 24 novembre 2017)
      7. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 13 novembre 2017)
      8. a et b (en) Jean-Michel Nectoux, Gabriel Fauré: A Musical Life, Cambridge University Press, (ISBN 9780521616959, lire en ligne)
      9. (en) Edward R. Phillips, Gabriel Faure: A Guide to Research, Taylor & Francis, (ISBN 9781135838973, lire en ligne)
      10. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00824-yyfre (consulté le 9 novembre 2017)
      11. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 14 novembre 2017)
      12. Gabriel Fauré (1845-1924), Trois romances sans paroles. Op. 17 - Gabriel Fauré (1845-1924) - Œuvre - Ressources de la Bibliothèque nationale de France, (lire en ligne)
      13. a b c et d (en) « File:PMLP02473-faure-Romance sans paroles, op. 17 no. 3.pdf - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 12 novembre 2017)
      14. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 12 novembre 2017)
      15. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 12 novembre 2017)
      16. (en) « File:WIMA.2e05-Faure Romance Violin Piano.pdf - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 12 novembre 2017)
      17. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 12 novembre 2017)
      18. Gabriel Fauré (1845-1924), Romance sans paroles. Op. 17, no 1 - Gabriel Fauré (1845-1924) - Œuvre - Ressources de la Bibliothèque nationale de France, (lire en ligne)
      19. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 10 novembre 2017)
      20. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 12 novembre 2017)
      21. Gabriel Fauré (1845-1924), Trois romances sans paroles. Op. 17 - Gabriel Fauré (1845-1924) - Œuvre - Ressources de la Bibliothèque nationale de France, (lire en ligne)
      22. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 10 novembre 2017)
      23. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 10 novembre 2017)
      24. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 12 novembre 2017)
      25. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 10 novembre 2017)
      26. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 14 novembre 2017)
      27. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00716-yyfre (consulté le 19 novembre 2017)
      28. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 19 novembre 2017)
      29. a b c d et e Fauré, Gabriel (1845-1924). Auteur du texte et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 19 novembre 2017)
      30. a b c d e et f Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 19 novembre 2017)
      31. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 22 novembre 2017)
      32. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00824-yyfre (consulté le 14 novembre 2017)
      33. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00716-yyfre (consulté le 20 novembre 2017)
      34. a b c d e et f Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 19 novembre 2017)
      35. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 20 novembre 2017)
      36. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 20 novembre 2017)
      37. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 20 novembre 2017)
      38. (en) « File:PMLP10815-Racine2.pdf - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 20 novembre 2017)
      39. (en) « File:PMLP10815-Faure Cantique de Jean Racine Mandozzi 4 celli Kl - Partitur.pdf - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 20 novembre 2017)
      40. (en) « File:WIMA.b24c-racine.pdf - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 20 novembre 2017)
      41. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00820-yyfre (consulté le 20 novembre 2017)
      42. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00820-yyfre (consulté le 20 novembre 2017)
      43. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 20 novembre 2017)
      44. Busser, Henri (1872-1973). Compositeur et Busser, Henri (1872-1973), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 20 novembre 2017)
      45. Denis Havard de la Montagne, « Fauré et la musique religieuse », sur www.musimem.com (consulté le 22 novembre 2017)
      46. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 21 novembre 2017)
      47. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 1er février 2018)
      48. « Gabriel Fauré, Masques et Bergamasques, Suite, Op. 112, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest ANSERMET, 22-24 février 1961, Victoria Hall, Genève - Notre Histoire », sur www.notrehistoire.ch (consulté le 22 novembre 2017)
      49. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 22 novembre 2017)
      50. a et b Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 22 novembre 2017)
      51. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 40923-yyfre (consulté le 14 février 2018)
      52. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00716-yyfre (consulté le 23 novembre 2017)
      53. a b c d e et f Fauré, Gabriel (1845-1924). Auteur du texte et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 19 novembre 2017)
      54. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 41018-yyfre (consulté le 23 novembre 2017)
      55. (en) « 2 Songs, Op.4 (Fauré, Gabriel) - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 23 novembre 2017)
      56. a b c et d Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 23 novembre 2017)
      57. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 24 novembre 2017)
      58. a et b Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 27 novembre 2017)
      59. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 25 novembre 2017)
      60. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00716-yyfre (consulté le 25 novembre 2017)
      61. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 25 novembre 2017)
      62. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00716-yyfre (consulté le 26 novembre 2017)
      63. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 novembre 2017)
      64. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 novembre 2017)
      65. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 novembre 2017)
      66. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 novembre 2017)
      67. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00715-yyfre (consulté le 26 novembre 2017)
      68. Gabriel Fauré et Milton Katims, Lamento : for viola and piano, New York : International Music, (lire en ligne)
      69. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00715-yyfre (consulté le 26 novembre 2017)
      70. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 novembre 2017)
      71. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 novembre 2017)
      72. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 26 novembre 2017)
      73. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 27 novembre 2017)
      74. a b c d e et f Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 19 novembre 2017)
      75. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 27 novembre 2017)
      76. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 27 novembre 2017)
      77. (en) John Wagstaff, « Symphonie en fa, op. 20; Pavane, op. 50; Caligula, op. 52 by Gabriel Fauré », Notes, vol. 72, no 4, , p. 807–808 (ISSN 1534-150X, DOI 10.1353/not.2016.0058, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2017)
      78. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 27 novembre 2017)
      79. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00824-yy (consulté le 27 novembre 2017)
      80. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70220-yyfre (consulté le 28 novembre 2017)
      81. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 28 novembre 2017)
      82. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 28 novembre 2017)
      83. a et b Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 28 novembre 2017)
      84. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70220-yyfre (consulté le 28 novembre 2017)
      85. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 28 novembre 2017)
      86. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 28 novembre 2017)
      87. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 28 novembre 2017)
      88. Gabriel Fauré, Richard Kleinmichel, André Messager et . Ring des Nibelungen, Richard Wagner, Piano duets, original and transcribed, Paris : [various publishers], (lire en ligne)
      89. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 28 novembre 2017)
      90. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 1er décembre 2017)
      91. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 41014-yyfre (consulté le 1er février 2018)
      92. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Mozart, Wolfgang Amadeus (1756-1791). Compositeur, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 1er février 2018)
      93. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 2 décembre 2017)
      94. Jean-Michel Nectoux, Correspondance de Gabriel Fauré, Fayard, (ISBN 9782213688794, lire en ligne)
      95. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 2 décembre 2017)
      96. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 2 décembre 2017)
      97. a b et c Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 2 décembre 2017)
      98. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 2 décembre 2017)
      99. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 2 décembre 2017)
      100. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 2 décembre 2017)
      101. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 50215-yy... (consulté le 3 décembre 2017)
      102. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70220-yy... (consulté le 3 décembre 2017)
      103. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 25 janvier 2018)
      104. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00824-yy... (consulté le 3 décembre 2017)
      105. a et b Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00824-yy (consulté le 4 décembre 2017)
      106. (it) Jean-Michel Nectoux, Fauré. Le voci del chiaroscuro, EDT srl, (ISBN 9788870635317, lire en ligne)
      107. a et b Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00625-yylat (consulté le 4 décembre 2017)
      108. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00722-yyfre (consulté le 5 décembre 2017)
      109. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 5 décembre 2017)
      110. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 5 décembre 2017)
      111. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 5 décembre 2017)
      112. Gabriel Fauré, Editions Hamelle 1902, English: Oeuvres de Gabriel Fauré pour Piano, 1903 cover, (lire en ligne)
      113. « Après un rêve / mélodie de Gabriel Fauré ; transcription pour violon (ou violoncelle ou alto) et piano ; transcription du violoncelle par Pablo Casals. -- Fauré, Gabriel, 1845-1924 », sur biblio.cmadq.gouv.qc.ca (consulté le 2 décembre 2017)
      114. a b c d et e (en-US) « Fauré », Roy Howat,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2018)
      115. Casals, Pablo (1876-1973) et Casals, Pablo (1876-1973), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00722-yy (consulté le 5 décembre 2017)
      116. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 5 décembre 2017)
      117. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 5 décembre 2017)
      118. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 5 décembre 2017)
      119. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 5 décembre 2017)
      120. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 5 décembre 2017)
      121. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00716-yyfre (consulté le 6 décembre 2017)
      122. a b c d e et f Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 22 décembre 2017)
      123. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 6 décembre 2017)
      124. (en) Harry Danks, The Viola D'amore, Theodore Front Music, (ISBN 9780900998164, lire en ligne)
      125. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 6 décembre 2017)
      126. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 6 décembre 2017)
      127. (en) « University of Melbourne /Online Boo », sur cat.lib.unimelb.edu.au (consulté le 6 décembre 2017)
      128. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 50302-yylat (consulté le 6 décembre 2017)
      129. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 7 décembre 2017)
      130. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 8 décembre 2017)
      131. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00823-yyfre (consulté le 8 décembre 2017)
      132. a b et c Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 8 décembre 2017)
      133. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 8 décembre 2017)
      134. a et b Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 8 décembre 2017)
      135. a et b Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 8 décembre 2017)
      136. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 8 décembre 2017)
      137. Fauré, Gabriel (1845-1924). Auteur du texte et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      138. a et b Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      139. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 8 décembre 2017)
      140. (en) « Disclaimer - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 8 décembre 2017)
      141. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      142. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      143. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 1900-1930 (consulté le 9 décembre 2017)
      144. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      145. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      146. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      147. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 8 décembre 2017)
      148. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      149. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70220-yy... (consulté le 3 décembre 2017)
      150. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 3 décembre 2017)
      151. « 1er quatuor (en ut mineur) pour piano, violon, alto et violoncelle [Musique imprimée] : Op. 15 / par Gabriel Fauré ; transcription pour piano à 4 mais par G. Ziégler - Sudoc », sur www.sudoc.fr (consulté le 3 décembre 2017)
      152. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 3 décembre 2017)
      153. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 3 décembre 2017)
      154. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 3 décembre 2017)
      155. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00708-yy (consulté le 9 décembre 2017)
      156. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      157. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      158. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      159. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      160. (en) « Disclaimer - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 10 décembre 2017)
      161. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      162. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      163. « Péter Nagy (2) - Romantic Piano Favourites (Vol. 7) », sur Discogs (consulté le 1er mars 2018)
      164. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      165. Gabriel Fauré et Arturo Luzzatti, Berceuse, Paris : J. Hamelle, (lire en ligne)
      166. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      167. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      168. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      169. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 9 décembre 2017)
      170. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00716-yy (consulté le 10 décembre 2017)
      171. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00701-yy (consulté le 10 décembre 2017)
      172. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00701-yy (consulté le 10 décembre 2017)
      173. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 10 décembre 2017)
      174. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 11208-yyfre (consulté le 10 décembre 2017)
      175. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 10 décembre 2017)
      176. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 10 décembre 2017)
      177. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 10 décembre 2017)
      178. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 10 décembre 2017)
      179. « http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39725659rhttp://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39725659r », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 10 décembre 2017)
      180. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70220-yyfre (consulté le 11 décembre 2017)
      181. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 11 décembre 2017)
      182. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur. Orchestrateur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 1900-1930 (consulté le 11 décembre 2017)
      183. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 11 décembre 2017)
      184. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00824-yy (consulté le 24 janvier 2018)
      185. « Romance, op.69 (Fauré) - from CDA66235 - Hyperion Records - MP3 and Lossless downloads », sur www.hyperion-records.co.uk (consulté le 25 janvier 2018)
      186. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00715-yy (consulté le 11 décembre 2017)
      187. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 11 décembre 2017)
      188. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 11 décembre 2017)
      189. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 11 décembre 2017)
      190. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 11 décembre 2017)
      191. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 11 décembre 2017)
      192. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 11 décembre 2017)
      193. Gabriel Fauré et Arturo Luzzatti, Elégie, op. 24, Paris : J. Hamelle, (lire en ligne)
      194. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00715-yy (consulté le 11 décembre 2017)
      195. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 11 décembre 2017)
      196. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 11 décembre 2017)
      197. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00708-yylat (consulté le 12 décembre 2017)
      198. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 12 décembre 2017)
      199. (en) « Disclaimer - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 12 décembre 2017)
      200. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 12 décembre 2017)
      201. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 1900-1930 (consulté le 12 décembre 2017)
      202. a b et c Fauré, Gabriel (1845-1924) et Messager, André (1853-1929), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00824-yylat (consulté le 12 décembre 2017)
      203. « Messe des pêcheurs de Villerville [Musique imprimée] : pour choeur de femmes et orchestre de chambre / Gabriel Fauré, André Messager ; Réduction pour chant et piano d'Odette Gartenlaub ; publiée sous la direction de Jean-Michel Nectoux - Sudoc », sur www.sudoc.fr (consulté le 12 décembre 2017)
      204. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 12 décembre 2017)
      205. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70220-yy... (consulté le 12 décembre 2017)
      206. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70216-yy... (consulté le 13 décembre 2017)
      207. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70215-yy... (consulté le 14 décembre 2017)
      208. (en) « Barcarolle No.1, Op.26 (Fauré, Gabriel) - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 20 février 2018)
      209. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 15 décembre 2017)
      210. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00824-yyfre (consulté le 15 décembre 2017)
      211. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00715-yyfre (consulté le 16 décembre 2017)
      212. (en) « Disclaimer - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 16 décembre 2017)
      213. (en) « Disclaimer - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 16 décembre 2017)
      214. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 16 décembre 2017)
      215. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 3 janvier 2018)
      216. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00715-yyfre (consulté le 16 décembre 2017)
      217. a et b Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 16 décembre 2017)
      218. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 16 décembre 2017)
      219. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 16 décembre 2017)
      220. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00824-yy (consulté le 17 décembre 2017)
      221. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70216-yy... (consulté le 17 décembre 2017)
      222. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70220-yy... (consulté le 17 décembre 2017)
      223. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70216-yy... (consulté le 17 décembre 2017)
      224. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yyfre (consulté le 17 décembre 2017)
      225. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 17 décembre 2017)
      226. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70220-yy... (consulté le 17 décembre 2017)
      227. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 17 décembre 2017)
      228. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00716-yyfre (consulté le 18 décembre 2017)
      229. (en) « Disclaimer - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 18 décembre 2017)
      230. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00716-yyfre (consulté le 18 décembre 2017)
      231. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 18 décembre 2017)
      232. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 18 décembre 2017)
      233. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00823-yyfre (consulté le 18 décembre 2017)
      234. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00716-yyfre (consulté le 18 décembre 2017)
      235. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 18 décembre 2017)
      236. (en) « Disclaimer - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 18 décembre 2017)
      237. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 18 décembre 2017)
      238. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 18 décembre 2017)
      239. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00824-yy (consulté le 19 décembre 2017)
      240. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70220-yy... (consulté le 19 décembre 2017)
      241. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 50302-yy... (consulté le 19 décembre 2017)
      242. a et b Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 20 décembre 2017)
      243. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 20 décembre 2017)
      244. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 20 décembre 2017)
      245. Gabriel Fauré, Editions Hamelle 1902, English: Oeuvres de Gabriel Fauré pour Piano, 1903 cover, (lire en ligne)
      246. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70215-yy... (consulté le 20 décembre 2017)
      247. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00824-yy (consulté le 20 décembre 2017)
      248. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00823-yyfre (consulté le 20 décembre 2017)
      249. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 1900-1930 (consulté le 20 décembre 2017)
      250. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 20 décembre 2017)
      251. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00823-yyfre (consulté le 20 décembre 2017)
      252. a b c et d Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 1900-1930 (consulté le 22 décembre 2017)
      253. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70215-yy... (consulté le 20 décembre 2017)
      254. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 70220-yy... (consulté le 21 décembre 2017)
      255. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00716-yyfre (consulté le 21 décembre 2017)
      256. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00716-yyfre (consulté le 21 décembre 2017)
      257. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 22 décembre 2017)
      258. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 22 décembre 2017)
      259. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 22 décembre 2017)
      260. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 1888-1919 (consulté le 22 décembre 2017)
      261. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 22 décembre 2017)
      262. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 22 décembre 2017)
      263. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 22 décembre 2017)
      264. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 22 décembre 2017)
      265. a et b Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00722-yyfre (consulté le 26 décembre 2017)
      266. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      267. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      268. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      269. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      270. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      271. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      272. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      273. (en) « Disclaimer - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 26 décembre 2017)
      274. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      275. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      276. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      277. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      278. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      279. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      280. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      281. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      282. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      283. (en) « Disclaimer - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 26 décembre 2017)
      284. (en) « Disclaimer - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 26 décembre 2017)
      285. (en) « Disclaimer - IMSLP/Petrucci Music Library: Free Public Domain Sheet Music », sur imslp.org (consulté le 26 décembre 2017)
      286. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      287. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      288. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      289. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      290. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      291. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      292. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      293. (en-US) « Roy Howat », sur Roy Howat (consulté le 28 mars 2018)
      294. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      295. a et b Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 50302-yylat (consulté le 26 décembre 2017)
      296. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 26 décembre 2017)
      297. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00819-yylat (consulté le 27 décembre 2017)
      298. a b et c Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 30208-yylat (consulté le 27 décembre 2017)
      299. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Messager, André (1853-1929), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00715-yy (consulté le 29 décembre 2017)
      300. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 29 décembre 2017)
      301. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 00823-yy... (consulté le 29 décembre 2017)
      302. Fauré, Gabriel (1845-1924) et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 30208-yyfre (consulté le 30 décembre 2017)
      303. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 30 décembre 2017)
      304. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 30 décembre 2017)
      305. Fauré, Gabriel (1845-1924). Compositeur et Fauré, Gabriel (1845-1924), « BnF Catalogue général »,