Square Maurice-Schwob

Square Maurice-Schwob
Image illustrative de l’article Square Maurice-Schwob
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Subdivision administrative Pays de la Loire
Commune Nantes
Quartier Quartier Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne
Superficie 0,7203 ha
Caractéristiques
Type Square
Gestion
Propriétaire Ville de Nantes
Ouverture au public Oui
Lien Internet http://www.jardins.nantes.fr/
Accès et transport
Bus  81  (arrêt : Gassendi)
Localisation
Coordonnées 47° 12′ 04″ nord, 1° 34′ 52″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Nantes
(Voir situation sur carte : Nantes)
Crédit image :
OpenStreetMap contributors
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Square Maurice-Schwob
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Crédit image :
Eric Gaba (Sting - fr:Sting)
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Square Maurice-Schwob
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Square Maurice-Schwob

Le square Maurice-Schwob est situé à Nantes, en France, dans le quartier Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne. Sur son côté sud-est, il longe l'ancienne carrière de Miséry.

Description

Le square Maurice-Schwob présente deux côtés réguliers formant un angle droit au nord-ouest, tandis qu'au sud-est il est limité par le cheminement sinueux de la crête de la falaise surplombant l'ancienne carrière de Misery. Il est bordé au nord par la rue des Garennes, et dispose d'une entrée secondaire au niveau du no 5 de l'avenue de Lusançay. Cet espace vert couvre 3 000 m2 de surface[1].

Dénomination

Le square porte le nom de Maurice Schwob (1859-1928), éditeur nantais, directeur du journal Le Phare de la Loire, devenu depuis Presse-Océan.

Histoire

En 1853, la ville de Nantes achète la parcelle après le démembrement du domaine de Lusançay. L'endroit est occupé par des jardins ouvriers lorsque la municipalité déclare d'utilité publique la création d'un square public, dont le projet est mené par l'architecte de la ville, Étienne Coutan (1875-1963). Celui-ci est assez ambitieux : le « jardin-promenade » doit s'étendre de l'actuel square, passer derrière l'école de garçons de la place des Garennes, et descendre le long de l'escalier Sainte-Anne jusqu'au quai Marquis-d'Aiguillon. L'opération réalisée est plus modeste, mais nécessite, outre la résiliation des baux des jardins, l'acquisition de terrains complémentaires. Le square est inauguré le . En 2012, le service des espaces verts et de l'environnement (SEVE) de la ville de Nantes procède à un réaménagement[2].

En , un escalier monumental en acier dessiné par François Delarozière permettra depuis le belvédère de rejoindre directement le jardin aménagé dans la carrière de Miséry située en contrebas[3].

Éléments architecturaux

Le square Maurice-Schwob permet à Étienne Coutan d'essayer d'explorer au maximum sa démarche urbanistique. Mais, alors que pour l'architecte le site est « pensé comme élément d'une promenade en corniche qui doit se raccorder à l'ensemble des avenues et boulevards plantés qui distribuent la ville », après la réduction du projet, il doit se contenter d'utiliser le square, qu'il dote de points de vue sur un paysage industriel, ce qui est inhabituel, et sur la Loire. Il choisit des modèles d'ameublement récurrents dans ses créations : le banc « Le Centaure », et la clôture, mur bahut en schiste local[4].

L'Épave est un groupe sculpté réalisé en 1926 par Paul Auban (1869-1945). Fait de tuffeau, il mesure 2 m. S'inspirant de la culture de la Bretagne, très présente à Chantenay, il figure une mère bretonne en pleurs devant le corps de son fils rejeté par la mer vers laquelle elle tend un bras vengeur (ce groupe servi de modèle à l'un des monuments aux morts de Péronne réalisé la même année par l'artiste intitulé « la Picarde maudissant la guerre »)[5],[6].

Dans le cadre de l'édition 2012 du Voyage à Nantes, l'œuvre Lunar Tree est installée dans le square. Il s'agit d'un arbre mort, blanc, haut de 12 mètres. Il est l'œuvre de Mrzyk & Moriceau, deux artistes issus de l'école des beaux-arts de Nantes[7],[8].

Notes et références

  1. « Square Maurice Schwob », sur http://www.jardins.nantes.fr, service des espaces verts et de l'environnement (SEVE) de la ville de Nantes (consulté le ).
  2. « Square Maurice Schwob », conseil régional des Pays de la Loire, (consulté le ).
  3. Presse Océan, « Nantes. L’escalier du Jardin extraordinaire sera installé en février 2020 », sur Presse Océan, (consulté le )
  4. Gilles Bienvenu, De l'architecte-voyer à l'ingénieur en chef des services techniques, thèse pour le doctorat de l'histoire de l'art, mars 2013, page 1295 [lire en ligne].
  5. « La Gueuse », sur http://www.jardins.nantes.fr, service des espaces verts et de l'environnement (SEVE) de la ville de Nantes (consulté le ). Le site indique par erreur La Gueuse en référence une autre œuvre de l'artiste exposée à Paris. la plaque sur la stèle indique l'Épave.
  6. « L'Épave à Nantes », sur petitpatrimoine.com (consulté le ).
  7. « Lunar Tree - Mrzyk & Moriceau », Le Voyage à Nantes (consulté le ).
  8. « Lunar tree », Le Petit Futé (consulté le ).

Voir aussi

Bibliographie

  • Gilles Bienvenu, « Le square Maurice-Schwob : un jardin sur la Loire », Place Publique no 12, novembre-, p. 119-127.

Articles connexes

Liens externes