Space Rider

Space Rider
Mini navette spatiale
Fiche d'identité
Organisation Agence spatiale européenne
Constructeur Thales Alenia Space Italie, European Launch Vehicle
Type de vaisseau Navette autonome
Lanceur Vega-C
Premier vol prévu en 2023
Nombre de vols 0
Statut Étude préliminaire
Caractéristiques
Masse totale 2,4 t.
Source énergie panneaux solaires
Atterrissage Terre ferme à l'aide de patins
Performances
Destination Orbite basse
Équipage Inhabité
Fret total 800 kg
Retour de fret Oui
Volume pressurisé 0,8 m²
Espace habitable non
Autonomie > 2 mois
Type d'écoutille non
Rendez-vous non

Space Rider (Space Reusable Integrated Demonstrator for Europe Return) est un projet de mini-navette spatiale (2,4 tonnes) automatisée en cours d'étude à l'Agence spatiale européenne. Cet engin spatial qui utilise les travaux du corps portant expérimental IXV, pourrait effectuer un premier vol en 2023[1]. Cette navette est conçue pour permettre de réaliser dans l'espace sur une durée de quelques mois des expériences en micropesanteur, sur les matériaux et tester en vol de nouvelles technologies tout en ayant la capacité de ramener les résultats de ces expériences au sol.

Caractéristiques techniques

Space Rider est un corps portant dépourvu d'ailes disposant de deux volets fixés dans le prolongement du fuselage pour contrôler son vol durant la rentrée atmosphérique. L'engin spatial, qui a une masse de 2,4 tonnes au lancement, est mis en orbite par le lanceur léger Vega-C. Il peut transporter dans sa soute jusqu'à 800 kg de charge utile. Il est stabilisé 3 axes et utilise le dernier étage AVUM du lanceur Vega pour manœuvrer en orbite. Il peut séjourner au moins deux mois en orbite. L'énergie est fournie par des panneaux solaires qui produisent entre 150 et 400 watts pour la charge utile et qui sont larguées avant la rentrée atmosphérique. L'engin spatial atterrit sur la terre ferme suspendu à un parapente. Il peut être réutilisé au moins 6 fois et le temps de remise en état entre deux vols est d'environ 6 mois[2].

Historique du projet

Le développement Space Rider est proposé à la suite du vol suborbital réussi du corps portant expérimental IXV de l'Agence spatiale européenne ()[3],[4]. L'Agence spatiale européenne a décidé fin de financer une première phase d'étude de 36,7 M€ qui doit déboucher sur une prise de décision fin 2019 dans le cadre d'une revue critique de définition. Le projet est financé principalement par l'Italie[5]. A la suite de la conférence ministérielle de l'ESA à Séville en , la France apporte une contribution à hauteur de 3 millions d'euros.

Le programme a franchi une nouvelle étape en avec la signature du contrat de développement entre l'Agence spatiale européenne et les industriels Thales Alenia Space (TAS) et Avio. Dans le cadre de ce contrat de 167 millions d'euros, TAS est responsable du développement du module de rentrée atmosphérique et Avio est chargé du système de propulsion et du module de service largable[6].

Références

  1. (en) « Space Rider », sur www.esa.int (consulté le 16 décembre 2020)
  2. (en) « Space Rider fact sheet », Agence spatiale européenne, (consulté le 1er janvier 2018)
  3. (en) « Space Rider », sur esa.int (consulté le 11 mai 2021).
  4. « Thales Alenia Space monte à bord de Space Rider, la navette réutilisable de l'ESA - L'Usine Aéro », sur usinenouvelle.com/ (consulté le 7 août 2020).
  5. Stefan Barensky, « Une ébauche de système de transport spatial intégré basé sur Vega », Aerospatium,
  6. Rémy Decourt, « L'Europe va avoir sa navette spatiale », sur Futura (consulté le 16 décembre 2020)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes