Société des Forges et Ateliers du Creusot

Société des Forges et Ateliers du Creusot

Société des Forges et Ateliers du Creusot
Création 1949
Disparition 1970
Fondateurs Charles Schneider
Siège social Le Creusot
Drapeau de France France
Société mère Schneider et Cie

Société suivante Creusot-Loire

La Société des Forges et Ateliers du Creusot (SFAC) était une société sidérurgique et de grosse mécanique française, créée en 1949[1], et l'une des filiales[2],[3] de la holding Schneider et Cie. Elle reprenait toutes les activités industrielles du Creusot (usines du Creusot, du Breuil, de Montchanin, des Chantiers de Chalon) et d'autres sites (usines de la Chaléassière, de Bordeaux, de Toulouse, d'Anzin et de St-Etienne). Elle disparut en 1970, après sa fusion avec la Compagnie des ateliers et forges de la Loire (CAFL) pour former le groupe Creusot-Loire[4].

Historique de l'entreprise

A l'initiative de Charles Schneider, la société en commandite Schneider et Cie est réorganisée en groupe holding. La SFAC est l'une de ses divisions, ce qui fut possible grâce à la loi du qui réduisait considérablement les frais fiscaux de ce type d'opération.[5] La SFAC n'est donc plus une usine gérée en directe, mais une filiale de premier rang, gérée comme d'autres (par exemple Schneider-Westinghouse)[6].

En 1957, la SFAC absorbe la société Batignolles-Châtillon[7]. En 1959 elle participe à la construction du Pont de Tancarville et en 1969 au Viaduc de Frouard[8].

Charles Schneider, gérant du groupe Schneider et Cie, fut son président jusqu'à son décès en 1960[7].

Liens externes

Références

  1. Société des forges et ateliers du Creusot sur http://data.bnf.fr/
  2. Historique de la Société des forges et ateliers du Creusot sur http:\\www.archivesnationales.culture.gouv.fr, consulté le 06/12/2013.
  3. Agnès D’Angio, « Schneider et Cie et la naissance de l’ingénierie. Des pratiques internes à l’aventure internationale 1836-1949 », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 56, no 06,‎ , p.47 (DOI 10.1017/S0395264900034259).
  4. 28 juin 1984 : la fin de Creusot-Loire
  5. Agnès D’Angio, « Schneider et Cie et la naissance de l’ingénierie. Des pratiques internes à l’aventure internationale 1836-1949 », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 56, no 06,‎ , p.47 (DOI 10.1017/S0395264900034259).
  6. D’Angio 2001, p. 248.
  7. a et b Historique de la Société des forges et ateliers du Creusot sur http:\\www.archivesnationales.culture.gouv.fr, consulté le 06/12/2013.
  8. Société des Forges et Ateliers du Creusot sur fr.structurae.de Société des Forges et Ateliers du Creusot sur http://fr.structurae.de