Services d'ambulance en Belgique

Caractéristiques extérieures des ambulances en Belgique
Ambulances de l'aide médicale urgente
Ambulances intermédiaires
Ambulances pour le transport non urgent de patients (en Flandre)

Comme de nombreux autres pays, la Belgique compte deux types bien distincts d'ambulances.

Les ambulances de l'aide médicale urgente (112) et les ambulances pour les transports secondaires.

  • Les ambulances de l'aide médicale urgente (112) sont organisés ou concédés par les pouvoirs publics et gèrent principalement les missions urgentes relatif à l'aide médicale urgente (AMU). Il faut entendre par aide médicale urgente, la dispensation immédiate de secours appropriés à toutes les personnes dont l'état de santé par suite d'un accident ou d'une maladie soudaine ou de la complication soudaine d'une maladie requiert une intervention urgente après un appel au système d'appel unifié par lequel sont assurés les secours.
  • Les ambulances effectuant les transports secondaires gèrent, elles, les missions non relatif à l'aide médicale urgente. Il s'agit de transport planifié, comme par exemple, les transports inter-hospitaliers non urgent ou bien les transports inter-hospitaliers urgent avec une équipe médicale, les hospitalisations programmées, les sorties d'hospitalisation, les consultations médicales, les rapatriements pour raison médicale, les urgences différées (pathologies pouvant être soignées avec délai), etc.

Les ambulances « 112 » ou « AMU »

Les ambulances 112 sont régies et envoyées uniquement par les centrales du numéro d'appel d'urgence 112. Elles sont attachés à un service d’incendie, à la Croix-Rouge ou à une société privée conventionnée.

Elles dépendent du service public fédéral Santé publique et doivent être agréées par ce dernier.

Pour exercer, le personnel ambulancier, doit avoir réussi une formation appelée « AMU» (Aide Médicale Urgente).

Les ambulances « transports secondaires »

Les ambulances effectuant les transports secondaires sont, en grande partie, des ambulances provenant de société privée.

En Région wallonne, elles doivent être agréées par l'AViQ. (Décret et arrêté wallon relatif à l'organisation du Transport Médico-Sanitaire)[1].

Pour exercer en Wallonie, le personnel ambulancier, doit avoir réussi une formation paramédicale appelée « TMS » (Transport Médico-Sanitaire).

Depuis le 1er septembre 2020, un agrément est obligatoire pour exercer légalement cette profession en Belgique[2].

Cet agrément permet aux ambulanciers d'obtenir un visa du SPF Santé Publique.

Les services SMUR & PIT

Les véhicules du SMUR ne sont pas des ambulances. Ils interviennent généralement conjointement à la mission de celle-ci mais ne transportent pas de patients. Ils disposent à leur bord de matériel plus sophistiqué qu'à bord de l'ambulance ainsi qu'une équipe médicale composée au minimum d'un médecin urgentiste et d'un infirmier(ère) SISU (pour Soins Intensifs et Soins d'Urgences). (Ce qui signifie que ce dernier a fait une année de spécialisation dite « SIAMU » (pour Soins intensifs et Aide Médicale Urgente qui est une 5ème année des études d'infirmier en Belgique).

Il existe aussi en Belgique un nouveau système, appelé Paramedical Intervention Team (traduis de l'anglais: équipe d'intervention paramédicale), souvent abrégé en « PIT ». C'est exactement le même principe qu'un SMUR sauf qu'il n'y a pas de médecin à bord, juste un infirmier SISU ainsi qu'un ou deux secouristes-ambulanciers.

Notons que le terme utilisé (Paramedical Intervention Team) ne correspond pas à la réalité car un infirmier n'est pas un paramédical ! (de même pour les secouristes-ambulanciers AMU). Une proposition acceptable a été faite, selon laquelle on maintiendrait l'abréviation PIT, non pas pour Paramedical Intervention Team, mais pour Prehospital Intervention Team [3].

Notes et références

Articles connexes

Bibliographie

  • Service public fédéral Santé publique : Vade-Mecum de l’aide médicale urgente (en Belgique) - Anthémis, 2007