Section d’éducation spécialisée

Les sections d'éducation spécialisée (SES) ont été créées en France en 1965 pour la scolarisation des enfants inadaptés[1] en collège d'enseignement secondaire (CES). Elles assuraient la continuité des classes de perfectionnement, instituées en école élémentaire. Elles seront renommées sections d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) en 1989[2].

Historique

Une des premières mentions des sections d'éducation spécialisée est faite en 1965, pour un ensemble de classes, de la 6e à la 3e, dédiées aux enfants déficients sensoriels et infirmes moteurs. Ces classes devaient être organisées dans un CES sur 4 (de type normaux) de 600 élèves, soit en zone urbaine d’au moins 150 à 200 000 habitants.

En 1967[3], sont précisées les conditions d’ouverture et de fonctionnement des SES, et rendent ces classes plus spécialisées aux élèves déficients intellectuels légers, des deux sexes.

Organisation et fonctionnement

Les sections d'éducation spécialisée accueillaient 90 élèves (ce nombre sera porté à 96 par la circulaire du 28 mai 1971[4]), répartis en groupe de 15 élèves (puis 16) en fonction de leur âge et de leur niveau (12/13 ans, 13/14 ans, 14/15 ans).

Elles assuraient un enseignement général ainsi qu'une formation pré-professionnelle pour les élèves de moins de 14 ans à professionnelle pour les élèves de plus de 14 ans, assurant ainsi une spécialisation plus ou moins étendue de l'élève à sa sortie.

Programmes et projets

La formation des élèves de moins de 14 ans comprenait, pour 26 h de cours par semaine :

  • de la lecture et de l'élocution,
  • du calcul et des notions de base en mathématiques,
  • de la biologie,
  • une formation morale et civique,
  • des notions de code la route,
  • une initiation esthétique,
  • des travaux manuels,
  • de l'éducation physique,
  • ainsi que des activités de plein air.

Une institutrice fournissait les premiers éléments d'enseignement ménager et de couture aux jeunes filles.

La formation des élèves de plus de 14 ans comprenait, pour 28 h de cours par semaine :

  • de l'expression,
  • du calcul et des notions de base en mathématiques appliquées aux travaux d'atelier,
  • une préparation à la vie sociale et professionnelle,
  • du dessin normalisé,
  • de la technologie,
  • de l'analyse de fabrication,
  • de l'éducation physique,
  • ainsi que des activités de plein air.

L'enseignement général était assuré par des instituteurs spécialisés titulaires du Certificat d'aptitude à l'éducation des enfants et adolescents déficients ou inadaptés (CAEI) ou du Certificat d'aptitude à l'enseignement des enfants arriérés (CAEA), puis à partir de 1990, par des instituteurs spécialisés titulaires du certificat d'aptitude pédagogique aux actions pédagogiques spécialisées d'adaptation et d'intégration scolaires (CAPSAIS) option F, à partir de 2005 par des professeurs des écoles titulaires du CAPA-SH option F et enfin depuis 2017 par des professeurs des écoles, titulaires du CAPPEI.

L'enseignement professionnel est assuré par des professeurs techniques adjoints de collèges d'enseignement technique.

Le recrutement des élèves était assuré par la Commission médico-pédagogique départementale après proposition des commissions médico-pédagogiques de circonscription. Il privilégiait les élèves déficients intellectuels légers (QI compris en principe entre 65 et 80) mais était également possible après examen de l'enfant.


Statistiques

122 SES accueillaient, en France métropolitaine, 6533 élèves (2976 filles et 3557 garçons), à la rentrée scolaire 1968-1969[5].
1427 SES scolarisaient 112424 élèves (47626 filles et 64798 garçons) à la rentrée 1985-1986, avec de fortes disparités d'implantation à la fois dans le temps et territoriale.
L'étude des origines des élèves de SES indique que :

  • plus de la moitié des effectifs correspond à des enfants d'ouvriers et plus de 20% sont des enfants d'inactifs,
  • près de la moitié sont issus de familles nombreuses (+ de 5 enfants)
  • 65% ont été scolarisés en classe de perfectionnement
  • les élèves d'origine étrangère sont 2 à 3 fois sur-représentés dans les SES par rapport aux effectifs de 1er cycle,.

Notes et références

  1. Circulaire n° 65-348 du 21 septembre 1965
  2. Circulaire d’orientation n° 89-036 du 6 février 1989
  3. « Circulaire n° IV 67-530 du 27 décembre 1967 », sur dcalin.fr
  4. « Circulaire n° 71-187 du 28 mai 1971 », sur dcalin.fr
  5. « Genèse et développement des sections d'éducation spécialisée. Caractéristiques principales des élèves des sections d'éducation spécialisée. », sur archives-statistiques-depp.education.gouv.fr

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes