Schiltigheim

Schiltigheim
Schiltigheim
L'ancienne mairie et la rue Principale.
Blason de Schiltigheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Strasbourg
Intercommunalité Eurométropole de Strasbourg
Maire
Mandat
Danielle Dambach
2020-2026
Code postal 67300
Code commune 67447
Démographie
Gentilé Schilikois(es)
Population
municipale
33 069 hab. (2018 en augmentation de 5,15 % par rapport à 2013)
Densité 4 334 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 36′ nord, 7° 45′ est
Altitude Min. 133 m
Max. 152 m
Superficie 7,63 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Strasbourg (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Strasbourg (partie française)
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Schiltigheim
(bureau centralisateur)
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Schiltigheim
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Schiltigheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Schiltigheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Schiltigheim
Liens
Site web www.ville-schiltigheim.fr

Schiltigheim [ ʃiltigaɪm] (en alsacien Schìllige ou Schelige) est une commune française située dans la banlieue nord de Strasbourg.

Schiltigheim se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace et est administrativement intégrée depuis le , au territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Schilikois (Schìlligemer ou Scheligemer en alsacien).

Géographie

Localisation

Cartes des communes au nord de Strasbourg.

Située dans l'agglomération strasbourgeoise, Schiltigheim borde Strasbourg sur tout son côté nord. Les autres communes limitrophes sont Bischheim, Hœnheim, Niederhausbergen, Mittelhausbergen et Oberhausbergen. Une petite exclave de Schiltigheim se situe, quant à elle, entre les communes de Hœnheim et de Souffelweyersheim.

La commune est traversée par l'Ill, l'Aar et le canal de la Marne au Rhin.

Schiltigheim est également la troisième commune du Bas-Rhin par son nombre d'habitants et la cinquième d'Alsace.

Transports en commun

Schiltigheim est desservie par plusieurs lignes de bus de la Compagnie des transports strasbourgeois : 3, 6, 29, 50, 60, 70 et par la ligne B du tramway de Strasbourg.

Un projet de tram reliant Vendenheim à Wolfisheim via Schiltigheim est à l'étude. Il est pour le moment préfiguré par la ligne G du BHNS de Strasbourg, desservant Schiltigheim via les arrêts Copenhague, Europe, Vienne, et Chambre des métiers, pour rejoindre la gare centrale de Strasbourg.

Voies ferrées

La ville est traversée par les lignes de chemin de fer de Paris à Strasbourg et de Strasbourg à Lauterbourg. La gare de Bischheim se trouve en fait sur le territoire de Schiltigheim, la gare de Schiltigheim est ouverte uniquement au service du fret. Une partie du triage de Hausbergen se situe sur le territoire de la commune.

Urbanisme

Typologie

Schiltigheim est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Strasbourg (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 23 communes[4] et 467 438 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française), dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 268 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (77,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (66,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (47,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (30 %), eaux continentales[Note 3] (8,7 %), zones agricoles hétérogènes (7,7 %), forêts (3,1 %), terres arables (2,8 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie

Le nom de la localité est attesté sous les formes Skitingsbouhel en 845, Scildincheim en 884[11], Schiltenkeim en 1275[11].

On y reconnaît clairement skild, « protection, fortification » avec -inc, « communauté » et heim, « lieu habité ». Le sens général est donc : « éminence/pente de ceux de la forteresse »; ou « habitat de ceux de la forteresse ».
Dans l'attestation de 845, bouhel, « éminence, colline » ; « fortification de ceux de la colline ».

Schilick est une appellation familière, dans l'agglomération strasbourgeoise, pour désigner Schiltigheim, que ce soit parmi les francophones ou parmi les dialectophones.

Histoire

Origine

Vue de Schillique (1700).

L'origine de la ville remonte au IXe siècle, où elle s'est constituée autour du château de Sciltung et de la chapelle Bothebür. Ces deux lieux devaient être situés pour Skitingsdtböhel à l'endroit du parc du Château où s'érigeait le château de Sciltung et Bothebür, après un petit vallon (actuelles rue de la Mairie et rue du Barrage sur la butte de la rue Principale et rue des Pompiers, à l'emplacement de l'église protestante actuelle). Schiltigheim s'implante sur les dernières collines qui descendent vers le Rhin au nord de Strasbourg. Son développement est étroitement lié, à la fin du XIVe siècle, à l'arrivée des habitants d'Adelshoffen chassés de la banlieue de Strasbourg et qui trouvent refuge au bas du village.

La population

La population de Schiltigheim augmente peu jusqu'au XVIIIe siècle, elle compte à peine 800 habitants en 1683. Profitant du développement industriel à partir de 1850, elle évolue rapidement et dépasse les 14 000 habitants en 1905. En 1999, elle en compte plus de 30 000.

Les guerres

L'Alsace, terre de passage, fut de tout temps zone de conflits. Schiltigheim, proche de Strasbourg et du Rhin, connaît dès le Moyen Âge les destructions et les désastres. Lors du siège de Strasbourg en 1870, la ville, occupée par les Prussiens, est cruellement touchée par les bombardements. Un obus de cette époque se trouve d'ailleurs encore fiché dans le mur d'une maison. À la suite de la défaite, l'Alsace-Lorraine est rattachée à l'empire allemand jusqu'en 1918. Entre 1939 et 1945, la ville est à nouveau frappée par les malheurs de la guerre. La population est évacuée dans la Haute-Vienne de à l'été 1940, puis, de retour en Alsace, elle subit l'annexion nazie jusqu'à sa libération en par les troupes du général Leclerc.

Héraldique


Blason de Schiltigheim

Les armes de Schiltigheim se blasonnent ainsi :
« D'argent aux trois merlettes de sable mornées[13]. »

Le blason de Schiltigheim lui a été attribué par Louis XIV en 1698. En héraldique, les merlettes sont représentées sans bec ni pattes. Louis XIV aurait ainsi voulu "couper le bec et les pattes" aux habitants du village qu'il jugeait trop moqueurs.

Une autre hypothèse prétend que la forme du territoire de la commune, évoquant un canard, serait à l'origine de son blason.

Politique et administration

Schiltigheim fait partie de l'Eurométropole de Strasbourg, ancienne communauté urbaine de Strasbourg, depuis sa création en 1967.

Budget et fiscalité

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[14] :

  • total des produits de fonctionnement : 30 435 000 €, soit 953 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 29 015 000 €, soit 909 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 8 925 000 €, soit 280 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 8 962 000 €, soit 281 € par habitant ;
  • endettement : 13 487 000 €, soit 423 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 19,50 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 15,68 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 45,56 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs depuis 1977[15]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2008[18] Alfred Muller PS puis MDA Instituteur puis directeur d'école
mars 2008 mars 2014 Raphaël Nisand[19] PS Avocat, fils de Léon Nisand (1923-2014)
mars 2014 avril 2018 Jean-Marie Kutner UDI Pharmacien à la retraite
avril 2018 En cours
(au 31 mai 2020)
Danielle Dambach [20]
Réélue pour le mandat 2020-2026
Écolo Enseignante spécialisée
Les données manquantes sont à compléter.

Sécurité

L'hôtel de ville.

Schiltigheim dispose d'un commissariat de secteur de la Police nationale[21] ainsi que d'une brigade de police municipale[22]. Le commissariat et le bureau de la police municipale sont tous deux installés à l'hôtel de ville au 110 route de Bischwiller.

Santé

Le centre médico-chirurgical et obstétrical (CMCO) rattaché aux Hôpitaux universitaires de Strasbourg est situé au sud de la commune.

Le pôle médical de l'Ill, regroupant les cliniques de l'Ill et du Ried, se trouve juste à la limite avec la commune de Hœnheim au nord-est.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[23],[Note 4]

En 2018, la commune comptait 33 069 habitants[Note 5], en augmentation de 5,15 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6221 6451 5872 1332 6272 7942 7782 9983 349
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
3 4413 7704 2654 8495 6536 5077 1407 7588 609
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
10 74514 31016 76117 80419 22621 21722 07422 39722 798
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
25 08129 19830 14429 57429 15530 84131 23931 63331 811
2018 - - - - - - - -
33 069--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

Édifices religieux

  • Église de la Sainte-Famille (catholique), construite à la fin du XIXe[31],[32] ;
  • Église Notre-Dame-de-l'Immaculée-Conception, construite en 1955 et affectée au culte catholique[33] ;
  • Église protestante, construite sur les fondations d'une chapelle médiévale, avec orgues et cadran solaire du XIXe[34],[35] ;
  • Église de la Trinité, construite entre 1953 et 1955 et affectée au culte protestant[36],[37] ;
  • Couvent Saint-Charles, cet ancien couvent situé dans la rue du même nom, en face de la brasserie de l'Espérance, abrite aujourd'hui une maison de retraite[38].

Espaces verts

La commune compte plusieurs parcs et jardins publics : la roseraie de Schiltigheim[39], le parc de la Résistance[40], le jardin Léo-Delibes[41], le parc du château entourant la villa Wenger-Valentin[42], le parc des oiseaux et le parc de l'Aar.

Économie

La Société des Usines Quiri et Cie[43], un fabricant de machines frigorifiques et dérivées à usage en particulier des brasseries, y est installée depuis 1876.

À l'ouest de la commune, l'Espace européen de l'entreprise (EEE) est une zone d'activité de 96 hectares, créée en 1994, qui accueille, entre autres, le show-room européen de Steelcase leader mondial en matière de fabrication et d'aménagement de bureau, le siège régional de Suez Environnement[44] et une agence commerciale Siemens[45]. Orange (anciennement France Télécom) y dispose également de plusieurs plateformes d'appel et y a installé le siège de sa direction Est en juillet 2015[46]. En 2015, l'Espace européen de l'entreprise compte près de 500 entreprises et regroupe environ 9 000 emplois[47].

L'entreprise Caddie était installée à Schiltigheim de 1928 à 2012, date de son transfert à Drusenheim.

Le réacteur universitaire de Strasbourg, exploité par le CNRS de 1967 à 1997, était situé sur le territoire de la commune. Il est maintenant démantelé[48].

Cité des Brasseurs

Quelques bières de Schiltigheim : Fischer Tradition, Ancre et Schutzenberger Jubilator.

Schiltigheim est surnommée la cité des Brasseurs en raison du nombre de brasseries qui s'y sont implantées, aussi bien locales (Fischer, Schutzenberger[49], Adelshoffen) qu'internationales (Heineken). Cependant, la bière schilikoise a connu des déboires depuis le début des années 2000 : Adelshoffen a définitivement fermé en , de même que Schutzenberger en et Fischer, rachetée par Heineken, en 2009.

Une importante fête de la bière se déroule chaque été devant l'hôtel de ville.

  • Adelshoffen : fondée en 1864 à l'emplacement de l'ancien village d'Adelshoffen, elle est rachetée par la brasserie Fischer en 1922 puis est intégrée au groupe Heineken en 1996 à la suite du rachat de la brasserie Fischer par celui-ci. La brasserie Adelshoffen ferme définitivement le . Aujourd'hui, les bâtiments ont presque tous été démolis et le site transformé en écoquartier[50]. Seule l'ancienne villa a été conservée, elle accueille désormais la brasserie artisanale Storig.
  • L'Espérance, groupe Heineken : fondée en 1746 à Strasbourg, elle s'installe à Schiltigheim en 1862. Elle brasse la bière Ancre. Elle est rachetée par le groupe Heineken en 1972. Les bières Adelscott et Fischer y sont désormais également brassées.
  • Fischer ou brasserie du Pêcheur : fondée à Strasbourg en 1821, elle fait creuser des caves à Schiltigheim en 1854 et s'y installe en 1884. Elle est rachetée par le groupe Heineken en 1996 et définitivement fermée fin 2009. Un premier projet de reconversion du site est présenté en septembre 2015, une nouvelle version du projet est dévoilée en juin 2018. La réhabilitation comportera la construction de logements, de commerces, d'une école et d'un multiplexe cinématographique. Cinq bâtiments, dont l'ancienne malterie visible de loin et considérée comme l'un des symboles de la commune, et la cheminée seront préservés[51],[52]. Les travaux débutent à l'automne 2018 pour une livraison étalée entre 2021 et 2024[53].
  • Michel Debus - Storig : brasserie artisanale fondée en 1996 et dirigée par Michel Debus, ancien président des brasseries Fischer et Adelshoffen. Depuis 2016, elle est installée dans la villa Weber, dernier vestige de l'ancienne brasserie Adelshoffen[54]. Elle comporte également un restaurant « Bierstub »[55],[56],[57].
  • Perle : fondée à Schiltigheim en 1882, elle est fermée en 1971 et démolie dans les années 1980. Elle renait en 2009 sous la forme d'une brasserie artisanale[58] et s'installe à Strasbourg en 2015.
  • Schutzenberger, brasserie de la Patrie : fondée en 1740 à Strasbourg, elle possède des caves à Schiltigheim dès 1844 et s'y installe définitivement entre 1864 et 1866. Elle ferme ses portes en juin 2006 après avoir été mise en liquidation judiciaire. La marque réapparaît en 2013, les bières sont brassées à façon par la brasserie de Saverne mais Schutzenberger souhaite réhabiliter le site, classé monument historique, et reprendre la production à Schiltigheim[59]. Cependant le décès de l'héritière de la marque en rend incertain l'avenir du site.

Projets en cours

Plusieurs projets de construction d'habitations sont actuellement en cours, comme par exemple la nouvelle zone médiathèque au nord de Schiltigheim[60]. Cet espace sera fait également l'objet de construction de nouveaux habitats. La nouvelle médiathèque de Schiltigheim sera gérée par l'Eurométropole de Strasbourg, et devrait être en service fin 2022.

Personnalités liées à la commune

  • Alphonse Adam, résistant français et membre du Front de la jeunesse alsacienne né le à Schiltigheim.
  • Élisabeth Behr-Sigel, théologienne orthodoxe née le à Schiltigheim.
  • Édith Bernardin, bibliothécaire et historienne décédée le à Schiltigheim.
  • Andrée Buchmann, femme politique, conseillère régionale de à et conseillère municipale de Schiltigheim.
  • Alfred Daul, serrurier, conseiller municipal puis député du Bas-Rhin mort le à Schiltigheim.
  • Fernand Frantz, pasteur et aumônier militaire, né à Schiltigheim en 1921.
  • Marc Freund-Valade, préfet, né à Schiltigheim en 1899.
  • Pierre-Hugues Herbert, tennisman vainqueur de quatre grands chelems (l'US Open en , Wimbledon en , Roland Garros en et l'Open d'Australie en ) né le à Schiltigheim.
  • Louis Jacobi, médecin et maire de Schiltigheim en né en et décédé le dans la même ville.
  • Wilfrid Kilian, géologue né le à Schiltigheim.
  • Benjamin Latt (né le ), champion du Monde de canne de combat, champion d'Europe et multiple champion de France résidant et s'entraînant à Schiltigheim.
  • Alfred Muller, maire de Schiltigheim de à et fondateur du Mouvement démocratie alsacienne décédé le dans la même ville.
  • Gaston Paqueau, peintre français, né le à Schiltigheim.
  • Antonia de Rendinger, comédienne et humoriste née le à Schiltigheim.
  • Yvon Riemer, lutteur, sociétaire de l'Olympia Schiltigheim, champion du monde de lutte gréco-romaine en .
  • Georges Ritter, député et maire de Schiltigheim de à .
  • Hélène Schweitzer Rosenberg, Juste parmi les Nations née le à Schiltigheim[61].
  • Ood Serrière, dessinatrice de bande dessinée née le à Schiltigheim.
  • Bruno Spengler, coureur automobile né le à Schiltigheim.
  • Christian Ernst Stahl, botaniste né le à Schiltigheim.
  • Émile Stahl, peintre né le à Schiltigheim et mort le dans la même ville.
  • Thomas Voeckler, coureur cycliste né le à Schiltigheim.
  • Jean Weissenbach, biologiste et directeur de recherche au CNRS devenu citoyen d'honneur de la ville de Schiltigheim en .

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Joseph Bernhard, Chronique de Schiltigheim et son canton à travers les siècles, Fischer, Strasbourg, 1961 (2e éd. revue et augmentée), 158 p.
  • Caisse de crédit mutuel de Schiltigheim, Schiltigheim : la cité des brasseurs d'Alsace, Éd Coprur, Strasbourg, 2000, 383 p. (ISBN 2-8420-8073-4)
  • Armand Peter, Schiltigheim au XXe siècle, bf éditions, Strasbourg, 2007, 283 p. (ISBN 978-2-906995-90-1)
  • Adolphe Ruhfel, Historique de la Caisse d'épargne de Schiltigheim, Istra, Strasbourg, 1958, 52 p.
  • Dominique Toursel-Harster, Jean-Pierre Beck, Guy Bronner, Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, , 663 p. (ISBN 2-7165-0250-1)
    Schiltigheim, p. 409
  • Charles-Laurent Salch, Nouveau Dictionnaire des Châteaux Forts d’Alsace, Ittlenheim, éditions alsatia. Conception et réalisation Lettrimage, , 384 p. (ISBN 2-7032-0193-1)
    Schiltigheim : deux châteaux disparus. pp. 288-289
  • Chiffres clés publiés par l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Dossier complet
  • Inventaire national du patrimoine naturel de la commune

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Strasbourg (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 3 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 817, (ISBN 2600001336).
  12. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009).
  13. « Les comptes de la commune »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?).
  14. a et b Réf. : Chronique de Schiltigheim et son canton (J.Bernhard)
  15. a et b « Histoire de la ville », Mairie de Schiltigheim, s.d. (consulté le 21 janvier 2008).
  16. F. Roland, « Dernier conseil pour Alfred Muller », France 3, (consulté le 21 janvier 2008).
  17. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  18. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  19. http://www.ville-schiltigheim.fr/citoyenne/police-nationale-les-locaux-schilikois
  20. http://www.ville-schiltigheim.fr/citoyenne/la-pm-veritable-police-de-proximite
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. « Château d'Adelshoffen, dit de Hegle », notice no IA67014339, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. Le vieux lavoir
  26. Plan schématique du centre nautique depuis le site officiel des championnats de France 2011 (consulté le ).
  27. « On a trouvé le point de sauvegarde ! », article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 25 février 2017.
  28. Site internet des halles du Scilt (consulté le 11 novembre 2017.)
  29. « Eglise paroissiale de la Sainte-Famille », notice no IA67018058, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « Les églises de Schiltigheim », notice no IA67018202, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Eglise paroissiale Notre-Dame-de-l'Immaculée-Conception », notice no IA67018084, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. Notice no PA00125226, base Mérimée, ministère français de la Culture Église protestante inscrite sur l’inventaire supplémentaire des MH par arrêté du .
  33. Schiltigheim, paroisse luthérienne
  34. « Eglise luthérienne de la Trinité », notice no IA67018082, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. « Eglise luthérienne », notice no IA67018001, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. « Immeuble Saint-Antoine de la maison de retraite Saint-Charles », notice no IA67018031, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. La roseraie de Schiltigheim.
  38. « Parc de la Résistance », notice no IA67018059, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  39. « jardin public Léo Delibes, pré-inventaire (jardins remarquables ; documentation préalable) », notice no IA67011080, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. Notice no IA67011079, base Mérimée, ministère français de la Culture jardin du château, pré-inventaire (jardins remarquables ; documentation préalable)
  41. http://www.quiri.com/, le site officiel des Usines Quiri, consulté le .
  42. « Suez inaugure son nouveau siège régional », article des Dernières Nouvelles d'Alsace du .
  43. « Siemens continue à investir en Alsace », article des Dernières Nouvelles d'Alsace du .
  44. « Une approche centrée sur les usages », article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 4 juin 2015.
  45. « Trois ans de rab », article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 22 juillet 2015.
  46. « Réacteur universitaire de Strasbourg (déclassé) », sur Autorité de sûreté nucléaire.
  47. Notice no PA67000077, base Mérimée, ministère français de la Culture Ancienne grande brasserie de la Patrie Schutzenberger, inscrite sur l’inventaire supplémentaire des MH le 30 janvier 2008
  48. « Un site bientôt habité » article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 5 octobre 2014.
  49. « Le projet Fischer dévoilé », article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 17 septembre 2015.
  50. « La nouvelle donne », article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 14 juin 2018.
  51. « Lancement en couleurs du futur quartier Fischer », article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 20 octobre 2018.
  52. Site de la brasserie Michel Debus - Storig.
  53. « Un Biergarten sur le site Adelshoffen » article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 1er aout 2014.
  54. « Debus toujours dans la course » article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 1er aout 2014.
  55. « La Bierstub avance » article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 18 juin 2015.
  56. Site internet Bière Perle.
  57. « Une nouvelle brasserie en 2016? » article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 3 octobre 2014.
  58. « Médiathèque Nord de la Ville de Schiltigheim », sur Ville de Schiltigheim (consulté le 17 novembre 2019).
  59. Hélène Schweitzer Rosenberg