Saltimbanque

Origine du mot

Saltimbanques itinérants
Honoré Daumier, 1847-1850
National Gallery of Art, Washington

Le mot saltimbanque est attesté en français depuis au moins le XVIIe siècle et provient de trois mots italiens : saltare in banco[1], sauter sur une estrade. Cette dénomination, qui s'appliqua d'abord aux acrobates, s'étendit ensuite aux bateleurs ou faiseurs de tours de force, et enfin, par assimilation, à tous ceux qui abusaient de la crédulité publique en usant de tours de magie. Aussi communément utilisé comme mot familier pour désigner une personne inutile et non appréciée par la personne qui l'utilise.

Les Saltimbanques de Daumier

Mieux connus pour ses caricatures politiques, les peintures de Daumier révèlent son intérêt pour la condition humaine. Les musiciens de rue et les acrobates ambulants sont dépeints sans ridicule, l'artiste révélant avec sympathie la pauvreté et l'isolement de leurs vies en coulisses. Il a peut-être ressenti une affinité personnelle avec les artistes. Le petit garçon portant une chaise pourrait être un souvenir de l'enfance de Daumier, lorsque sa famille, démunie et vivant à Paris, subit de nombreux déplacements vers des logements de plus en plus dégradés. De plus, il a été suggéré que le clown plus âgé vêtu d'un costume traditionnel et dirigeant sa famille dans cette peinture pourrait être associé au père de l'artiste, un poète et dramaturge raté qui a été envoyé à l'asile d'aliénés de Charenton en 1851, où il est décédé[2].

Les défilés, ou parades, dans lequel des clowns, des musiciens, des aboyeurs et des hommes forts se produisent devant un théâtre ou une tente pour solliciter les clients pour le spectacle à l'intérieur étaient populaires au XVIIIe siècle dans le cadre des représentations de la Commedia dell'arte dans les foires. Au moment où Daumier peint ses tableaux de parade, dans les années 1860, ils ne sont plus un élément commun de la scène parisienne, bien qu'ils puissent encore être trouvés dans les forains temporaires mis en place lors des fêtes[3].


Références

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « saltimbanque » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. National gallery de Washington
  3. (en) « Lutteur », sur Phillips Collection (consulté le 11 juillet 2021)

Voir aussi