Sainte-Radegonde (Deux-Sèvres)

Sainte-Radegonde
Sainte-Radegonde (Deux-Sèvres)
La chaussée de Pommiers, sur le Thouet.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Bressuire
Statut Commune déléguée
Maire délégué Bruno Laheux
Code postal 79100
Code commune 79292
Démographie
Population 1 838 hab. (2016 en diminution de 5,11 % par rapport à 2011)
Densité 244 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 59′ 07″ nord, 0° 14′ 45″ ouest
Altitude Min. 43 m
Max. 111 m
Superficie 7,52 km2
Élections
Départementales Thouars
Historique
Date de fusion 2019
Commune(s) d'intégration Thouars
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 15.svg
Sainte-Radegonde
Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres
Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 15.svg
Sainte-Radegonde
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Sainte-Radegonde
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Sainte-Radegonde

Sainte-Radegonde est une commune déléguée du Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Radegondais.

Géographie

Localisée au nord du département des Deux-Sèvres, la commune de Sainte-Radegonde est traversée par le Thouet, un affluent de la Loire.

Outre le village de Sainte-Radegonde, implanté trois kilomètres à l'ouest de Thouars, la commune se compose essentiellement des villages de Ligron et de Vrines.

Nom de la commune

Selon l'INSEE, le nom officiel de la commune, tel que figurant dans le « Code officiel géographique », est Sainte-Radegonde. Toutefois, on note un emploi généralisé, au niveau local et jusque dans les administrations, de la graphie Sainte-Radégonde.

En 1865, un projet de loi[1] cita la commune sous le nom « Sainte-Radegonde-les-Pommiers » ; cette dénomination inexacte figure sur certains panneaux de signalisation routière, progressivement remplacés, amenant une confusion de la commune avec certains de ses quartiers ou lieux-dits (Beau-Soleil, Vrines, Pommiers…), voire attribuent un nom de lieu-dit à une zone plus vaste que la réalité.

Communes limitrophes

Histoire

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Sainte-Radegonde-de-Pommiers.

Le , la commune — avec Mauzé-Thouarsais et Missé — est absorbée par Thouars qui devient une commune nouvelle à la suite d'un arrêté préfectoral du [2].

Politique et administration

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019 juin 2020 Jean-Jacques Joly DVD Retraité fonct.publique
juin 2020 en cours Bruno Laheux   Directeur opérationnel
Liste des maires depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 mai 1953 Sosthène Éthioux    
mai 1953 mars 1977 Jean Clerc    
mars 1977 avril 1996 Jean Lechevrel[3]    
juin 1996 mars 2014 André Froger   Exploitant agricole
mars 2014 décembre 2018 Jean-Jacques Joly DVD Retraité fonct.publique

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2016, la commune comptait 1 838 habitants[Note 1], en diminution de 5,11 % par rapport à 2011 (Deux-Sèvres : +0,85 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
267264304254315322300279273
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
265264489478460438722724654
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
664644645587604711680680737
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7961 1301 8101 9842 0202 0271 9781 9521 883
2016 - - - - - - - -
1 838--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

  • Anett, sise depuis 1935 à Vrines, face à la mairie de Sainte-Radegonde, entreprise de blanchisserie familiale et de location et d'entretien d'articles textiles et d'hygiène traitant 68 000 tonnes de linge chaque année sur 16 sites industriels répartis en France[9].
Une partie de la carrière de granulats de Ligron.
  • Au village de Ligron se situe une ancienne carrière qui n'est plus exploitée.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments


Personnalités liées à la commune

  • Une légende raconte que Radegonde de Poitiers (519-587), reine des Francs, vêtue d'un riche manteau d'hermine parsemé d'étoiles, est poursuivie par les soldats de son mari, Clotaire Ier, roi des Francs de 497 à 561. Voyant les sbires la rattraper, Radegonde demande à Dieu de lui venir en aide ; alors les pommiers en fleurs courbent leurs rameaux pour la cacher. La reine passe la nuit dans le verger et, le lendemain matin, elle repart libre, abandonnant son manteau. Depuis, les étoiles de cet habit royal remontent à la surface. Cette légende semble être vraie puisque les curieux trouvent encore aujourd'hui, au lieu-dit « le Champ-des-Étoiles », d'étonnantes petites étoiles, fossiles de pédoncules de crinoïdes, animaux échinodermes marins.[réf. souhaitée]

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. « Procès »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur f1fnj.club.fr
  2. « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Thouars », sur le site de la préfecture des Deux-Sèvres, (consulté le 13 décembre 2018)
  3. a b et c Mort en fonctions
  4. révoqué
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Anett », sur anett.fr (consulté le 21 février 2010)
  10. Panneau commémoratif apposé sur le moulin