Sainte-Anne-sur-Gervonde

Sainte-Anne-sur-Gervonde
Sainte-Anne-sur-Gervonde
Perspective sur Sainte-Anne-sur-Gervonde depuis la route
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Intercommunalité Communauté de communes Bièvre Isère
Maire
Mandat
Pascal Compigne
2020-2026
Code postal 38440
Code commune 38358
Démographie
Gentilé Trablinot
Population
municipale
715 hab. (2018 en augmentation de 17,79 % par rapport à 2013)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 01″ nord, 5° 14′ 03″ est
Altitude 500 m
Min. 426 m
Max. 546 m
Superficie 7,67 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de la Bièvre
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Sainte-Anne-sur-Gervonde
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Sainte-Anne-sur-Gervonde
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Anne-sur-Gervonde
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Anne-sur-Gervonde
Liens
Site web www.sainte-anne-sur-gervonde.fr

Sainte-Anne-sur-Gervonde est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Situé dans l'ancienne province du Dauphiné, la commune se dénommait avant 1865, Sainte-Anne-d'Estrablin ce qui a influencé son gentilé, ses habitants se dénommant les Trablinots[1].

Géographie

Situation et description

Il s'agit d'un village à l'aspect essentiellement rural positionné au cœur des Terres froides, une région naturelle du Nord-Isère et l'ancienne province du Dauphiné, situé au sud de l'agglomération de Bourgoin-Jallieu, à environ 10 km de Saint-Jean-de-Bournay, au sud de l'agglomération de Bourgoin-Jallieu

Malgré cette proximité, la commune est cependant adhérente à la communauté de communes Bièvre Isère dont le siège est fixé à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs.

Communes limitrophes

Communes limitrophes de Sainte-Anne-sur-Gervonde
Meyrieu-les-Étangs Culin Tramole
Saint-Jean-de-Bournay Sainte-Anne-sur-Gervonde Eclose-Badinières
Châtonnay

Géologie

Climat

La région de Sainte-Anne-sur-Gervonde présente un climat de type semi-continental[2] qui se caractérise par des précipitations assez importantes en toutes saisons.

Les étés sont chauds et plutôt sec mais connaissent de nombreuses périodes orageuses. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur, resté très longtemps marécageux, est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Hydrographie

Le territoire communal est traversé par la Gervonde, une petite rivière, affluent de l'Amballon et sous-affluent du Rhône. La commune compte également de très nombreux étangs au nord de son territoire.

Voies de communication et transports

Le territoire communal est situé hors des grands axes de circulation et n'est traversé que par quelques routes d'importance secondaire dont la RD56 (qui permet de rejoindre Bourgoin-Jallieu par la commune de Tramolé et des Éparres), la RD56a et la RD56c.

La bretelle d'autoroute la plus proche (A43 relie la commune à Lyon et à Chambéry) est située à moins de dix kilomètres du bourg :

Sortie 8 à 37 km : Bourgoin-Jallieu-centre, Nivolas-Vermelle, Ruy-Montceau

La gare ferroviaire la plus proche de la commune est celle de Bourgoin-Jallieu, desservie par des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Urbanisme

Typologie

Sainte-Anne-sur-Gervonde est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (87,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (63,6 %), prairies (17 %), forêts (7,3 %), zones agricoles hétérogènes (5,6 %), zones urbanisées (5,2 %), eaux continentales[Note 2] (1,3 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Hameaux, lieux-dits et écarts

Risques naturels et technologiques majeurs

Risques sismiques

L'ensemble du territoire de la commune de Sainte-Anne-sur-Gervonde est situé en zone de sismicité n°3 (modérée), comme la plupart des communes de son secteur géographique[10].

Terminologie des zones sismiques
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques

Toponymie

Histoire

L'église et l'école des garçons avant 1908.

Antiquité

Le secteur actuel de la commune de Sainte-Anne-sur-Gervonde se situe à l'ouest du territoire antique des Allobroges, ensemble de tribus gauloises occupant l'ancienne Savoie, ainsi que la partie du Dauphiné, située au nord de la rivière Isère.

Époque contemporaine

Sainte-Anne-sur-Gervonde était, autrefois, une section de la commune de Châtonnay. Le , elle fut érigée en commune distincte. Son nom d'origine était Sainte-Anne-d'Estrablin mais elle fut renommée Sainte-Anne-sur-Gervonde afin d'éviter des confusions avec la commune d'Estrablin, près de Vienne.

Politique et administration

Administration municipale

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 2020 En cours Pascal Compigne LR Enseignant Chercheur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2018, la commune comptait 715 habitants[Note 3], en augmentation de 17,79 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
555529494528535513448421446
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
411362356350346345322305269
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018 -
270283337399537579670715-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

La commune est rattaché à l'académie de Grenoble.

Médias

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton, de la communauté de communes, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes

La communauté catholique et l'église de Sainte-Anne-sur-Gervonde (propriété de la commune) dépendent de la paroisse Saint Hugues de Bonnevaux qui est, elle-même, rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[15].

Économie

Culture et patrimoine

Lieux et monuments

  • Église de Sainte-Anne-sur-Gervonde.

Personnalités liées à la commune

  • Joseph Gandy ( 1839-1909) archevêque de Pondichéry.
  • Paul Pellet (1859-1914), évêque missionnaire en Afrique né à Sainte-Anne-sur-Gervonde.

Héraldique

Présentation du blason
Escutcheon to draw-fr.svg

Sainte-Anne-sur-Gervonde possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références

Notes

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références

  1. Site habitants.fr, fiche sur le nom des habitants des communes de l'Isère], consulté le 10 février 2020
  2. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. Site de la paroisse Saint Hugues de Bonnevaux, consulté le 09 janvier 2020

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes